Le rabbin Marvin Antleman a écrit les premiers livres bien présentés des efforts conspirateurs ambitionnant à renverser et à saper le judaïsme

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Une fois de plus, j’ai fait l’acquisition d’un ouvrage extraordinaire et très important du rabbin Marvin Stuart Antelman, intitulé “To Eliminate the Opiate: The Frightening Inside Story of Communist and Conspiratorial Group Efforts to Destroy Jews, Judaism and Israel” (Pour éliminer les opiacés : l’histoire effrayante des efforts des groupes communistes et conspirateurs pour détruire les juifs, le judaïsme et Israël). Publié en deux volumes, respectivement en 1974 et en 2002, cet ouvrage nous aide à comprendre le lien existant entre les Sabbatéens, les Frankistes, les Jacobins et les Illuminati. J’ai fait l’acquisition des éditions originales, soit le Volume 1 chez eBay directement de Jérusalem, et le Volume 2 dans l’une de mes boutiques préférées, Thriftbooks. Évidemment, encore une fois, j’ai obtenu ces livres à des prix très abordables. Normalement, ces éditions originales sont plutôt onéreuses. L’éditeur israélien de l’édition actuelle de l’ouvrage, The Zionist Book Club, écrit sur son site internet à propos du premier volume (1974) : « On peut encore le trouver d’occasion, même pour 250 $, sur certains sites de livres rares. » On peut vérifier la valeur du deuxième volume (2002) chez Abebooks (veuillez noter que l’image de la couverture n’est pas la bonne), alors que je l’ai obtenu au prix de l’édition actuelle, c’est-à-dire 28,79 $.

“To Eliminate the Opiate” est un livre véritablement révélateur dont le sujet n’est pas abordé par les Juifs ou à peu près n’importe qui d’autre. L’auteur retrace la fondation du judaïsme réformé et conservateur, en tant que descendants illégitimes directs des mouvements frankistes et sabbatiques qui, à leur tour, ont joué un rôle déterminant dans les éléments dirigeants de la Révolution française, ainsi que des Illuminati. Alors que d’autres livres puisent dans des sources laïques, l’auteur fonde ses prémisses sur l’histoire juive et arrive à la conclusion choquante que tout dans le judaïsme d’aujourd’hui n’est pas enraciné dans le pur et le saint ! C’est un livre incontournable pour quiconque s’intéresse à ce sujet, à Shabtai Tzvi, à Jakob Frank et à leurs mouvements, ainsi qu’à la compréhension de la façon dont le judaïsme moderne a assimilé en lui-même certains éléments très indésirables de son histoire.

Il est dit que cet ouvrage en deux volumes du rabbin Marvin Stuart Antelman constitue « la première histoire bien présentée des efforts conspirateurs visant à renverser et à saper le judaïsme ». Son titre est inspiré de la déclaration de Marx : « La religion est l’opium du peuple ». Le livre prétend retracer les racines et les ramifications des groupes sabbatéens, frankistes et illuminati et leurs interrelations en ce qui concerne l’origine des forces marxistes, communistes, géopolitiques et financières qui ont visé à détruire la religion, en particulier le judaïsme et le christianisme. Le livre affirme que ces groupes sont vaguement alignés mais qu’ils conspirent pour éliminer le judaïsme et le christianisme traditionnels et instaurer une tyrannie laïque et marxiste à la manière de la République de Platon.

Antelman dit que ce qui l’a poussé à écrire ce livre était une période d’actes de violence contre les juifs religieux qui ont abouti à la destruction de la communauté juive de Boston entre 1968 et 1971. Il a affirmé que lorsqu’il a confronté et enquêté sur ces actes et leurs auteurs, il a découvert qu’ils étaient liés et financés par des groupes communistes et autres groupes marxistes conspirateurs. Le volume 1 n’a peut-être pas reçu beaucoup d’attention ou d’impact jusqu’à la publication du volume 2. Ce dernier n’a été publié qu’en 2002 en raison, d’après les récits d’Antelman qui y figurent (Introduction), de féroces accusations de diffamation et ainsi de suite de la part des individus accusateurs (notamment, principalement, et initialement Elma Lewis (1921-2004)) qui l’ont assailli à la suite de la publication du volume 1, et concernant ces attaques, il a remercié Dieu de lui avoir donné la force et les connaissances nécessaires pour les combattre devant les tribunaux laïques. Dans cette introduction, il déclare également qu’il a été encouragé par les conseils d’un ami qui lui a dit que Dieu avait permis que ces attaques et ces défis lui soient envoyés afin qu’il puisse les surmonter, et qu’avec son érudition en Torah, il serait sûrement capable d’apprendre. les codes juridiques et se représenter pour se défendre contre ces attaques qui autrement lui auraient causé faillite et ruine s’il avait eu besoin d’engager des avocats pour sa défense. La couverture du livre a été conçue par Sylvia, l’épouse d’Antelman.

L’ouvrage “To Eliminate the Opiate” rapporte de nombreux éléments rares, obscurs des exploits sabbatéens et frankistes. Billy Jack Dial, un éminent leader Noahide, a présenté les deux volumes de manière proéminente sur la première page de son site web en 2006 et a écrit : « Ces livres sont disponibles sur Shop.BnaiNoach.com [aujourd’hui disparu], et se trouvent être l’une des plus puissantes ressources de vérité de tous les temps. Le rabbin Marvin S. Antelman y confronte l’empire du mal à la révélation de la vérité, défie toutes les théories du complot et les transforme en réalité. Ces livres laisseront le lecteur choqué et impressionné alors que le voile du secret est retiré des organisations et des individus qui ont activement cherché à nuire à la Torah de D-ieu et à ses adeptes. »

L’auteur juif Henry Makow, Ph.D. écrivait sur son site internet, le 25 janvier 2022 : « Le rabbin Marvin Antelman (1933-2013) a eu le mérite d’exposer les Illuminati modernes comme un mouvement juif cabaliste “hérétique” nommé d’après ses progéniteurs Sabbatai Zvi (1626-1676) et Jacob Frank (1726-1791). »

➽ À propos du rabbin Marvin Stuart Antelman

Marvin Stuart Antelman était un rabbin et chimiste israélo-américain. Il est né le 10 janvier 1933 à Camden, dans le New Jersey, des époux Harry et Anna Antelman (tous deux nés en Roumanie), respectivement propriétaire et finisseur de fourrures au détail. En 1990, il résidait à Providence (Rhode Island) et en 2000, à Weymouth, dans la banlieue de Boston aux États-Unis. Antelman est l’auteur de deux encyclopédies : “The analytical encyclopedia of thermoplastic materials” (1974) et “The encyclopedia of chemical electrode potentials” (New York, 1982). En juillet 2020, ce dernier ouvrage comptait 359 enregistrements dans Worldcat (Justia) et 181 citations universitaires (Google Patents).

Les brevets américains d’Antelman sont au nombre d’une quinzaine. Nombre d’entre eux concernent des oxydes métalliques complexes à valence mixte et leur application aux affections cutanées ou aux cancers, et/ou en tant qu’antimicrobiens ou traitements de l’eau.

En 1996, Antelman a déposé le brevet américain 5,676,977, “Method of curing AIDS with tetrasilver tetroxide molecular crystal devices”. Le brevet revendique la capacité de guérir le SIDA avec une seule injection de tétrasilver tétroxyde (marque déposée Tetrasil par Marantech Holding Company, LLC). En 2001, il a déposé une amélioration du brevet 5,676,977 qui minimise les effets secondaires tels que l’hépatotoxicité en ralentissant la vitesse d’injection. Les brevets sur le tétrasilver tétroxyde affirment que certains essais cliniques ont été réalisés au Honduras. Les réactions au brevet 5,676,977 ont été neutres, à savoir celles qui notent qu’un brevet ne signifie pas que le dispositif fonctionne ou est efficace, mais qu’il ne fait que réserver le droit intellectuel et de propriété de l’inventeur de quelque chose avec un certain degré de plausibilité, celles qui le décrient comme une pure charlatanerie, et celles qui prétendent qu’il guérit le SIDA ou élimine le VIH et qu’il est censuré et supprimé par les grandes sociétés pharmaceutiques et les gouvernements. Néanmoins, il a fait l’objet d’une attention et d’une discussion considérables dans les médias sociaux en raison des mèmes et des vidéos avec des légendes telles que « UN REMÈDE CONTRE LE SIDA A ÉTÉ TROUVÉ ! Brevet américain n° 5676977 ».

« L’excommunication d’Henry Kissinger » par le rabbin Marvin Stuart Antelman, Président de la Cour suprême rabbinique d’Amérique. The Review Of The NEWS, November 3, 1976.

➧ Œuvres dans le domaine de la religion et de la politique

En mars 1961, la région Nouvelle-Angleterre de la NCSY a été créée, et ses archives mentionnent « First Youth Commission Chair: Dr. Marvin Antelman » (Premier président de la Commission de la jeunesse : Dr. Marvin Antelman). En 1971, Antelman est l’un des fondateurs de la Jewish Survival Legion (JSL), qui s’est séparée de l’organisation kahaniste Jewish Defense League (Ligue de défense juive) afin de résoudre un grand nombre des problèmes auxquels la JDL était confrontée, et de le faire « dans le cadre de la loi ». La JSL était affiliée aux groupes nationalistes et sionistes religieux Herut et Betar.

Rabbin Marvin Stuart Antelman : “Jonathan Eybeschutz, instigateur et trompeur” (v. 1990).

En 1976, dans une salle de l’hôtel Hilton de New York, Antelman, en tant que président de la « Cour rabbinique suprême d’Amérique » qu’il a fondée (SRCA), a présidé, avec quatre autres juges rabbiniques, une excommunication solennelle du judaïsme à l’encontre du secrétaire d’État américain Henry Kissinger, en raison d’actions anti-juives et anti-américaines alléguées par le Conseil. La réaction du public aurait été très vive et de nombreux membres de l’assistance auraient assisté pour la première fois à une véritable excommunication. L’histoire a ensuite été reprise par d’autres hebdomadaires américains et internationaux, dont le National Enquirer et Paris Match. En novembre 1982, le Beit Din d’Antelman a excommunié des centaines d’autres Juifs pour avoir cosigné une publicité en faveur de l’OLP et des droits des homosexuels publiée dans le New York Times du 20 juin ou pour avoir appartenu à un certain groupe aligné sur la publicité. Le tribunal d’Antelman a estimé qu’il s’agissait d’une promotion des opinions marxistes sur Israël et le sexe, et donc d’une collaboration avec les ennemis du judaïsme et d’un acte de trahison. L’article du Washington Post sur l’excommunication décrit « le courant dominant de la communauté juive » comme ne prenant pas la cérémonie au sérieux.

En ce qui concerne la controverse sabbatéenne impliquant Jacob Emden et Jonathan Eybeschutz, Antelman a maintenu une position très ferme en soutenant le cherem (excommunication) du Conseil des Quatre Terres du 20 Sivan 1756 contre Eybeschutz et son interdiction de tous ses écrits, et il a publié un livre à ce sujet vers 1990 à Tel-Aviv, intitulé “Le conseil des quatre États l’a déclaré en 1756 à Sion qu’il était le premier-né de Satan : Jonathan Eybeschutz, instigateur et trompeur” (ועד ארבע-ארצות הכריזו עליו בכ’ בסיון 1756 שהוא בכור-שטן : יהונתן אייבשיץ מסית ומדיח). Il dénonce une « dissimulation insidieuse … de l’excommunication du rabbin Jonathan Eybeschutz (1690-1764) » pour « séduction de l’idolâtrie sabbatéenne frankiste » et de l’interdiction par le conseil des livres d’Eybeschutz (Vol. 2 p. 7). La SRCA d’Antelman cite à nouveau cette excommunication dans sa propre déclaration et ses excommunications.

Le rabbin Marvin Stuart Antelman est également connu pour avoir promu une nouvelle décision autorisant un beit din à signifier un divorce juif à une épouse lorsque le divorce est bénéfique et que l’homme n’est pas disposé à le faire, au motif que le tribunal peut effectuer une transaction au nom d’un homme si c’est à son avantage, et un livre de lui a été publié à ce sujet en 1994 à Tel-Aviv, intitulé “Rédemption de l’attente d’un divorce” (לפדות מחכי גט). Antelman était un sioniste religieux et vivait pour la dernière fois en Israël, où il est décédé le 12 octobre (8 Cheshvan) 2013.

➽ « Pour éliminer les opiacés », par Marvin Stuart Antelman

➦ Chapitre XVI : les secrets sabbatiques supérieurs

« Toute parole de Dieu est éprouvée. Il est un bouclier pour ceux qui cherchent en lui un refuge. N’ajoute rien à ses paroles, De peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur. » (Proverbes 30:5-6)

La kabbale de la révolution est un ingrédient de base de la théologie communiste gnostique. L’élément mystique dans la révolution prend de nombreuses formes. Même si les personnalités dirigeantes des révolutions de 1848 et 1917 étaient rationnelles, il faut savoir que la classe des prêtres-rois qui les soutenait était accro au mysticisme brut de la pire espèce, la kabbale noire ou “rouge”, par opposition à l’inoffensive kabbale blanche.

Le mysticisme sabbatéen frankiste, ou kabbale rouge, a joué un rôle très important dans la révolution communiste de 1848 et la révolution bolchevique de 1917. Elle est aujourd’hui importante non seulement pour les classes platoniciennes de l’ancienne gauche, mais aussi pour celles de la nouvelle gauche, qui haïssent l’ancienne gauche parce qu’elles la considèrent comme dominée par la classe riche au pouvoir. Ils préfèrent une révolution totalement prolétarienne à une révolution financée par une classe dirigeante platonicienne qui continuerait à s’imposer bien après la révolution. Ainsi, il n’est pas étrange de trouver aujourd’hui dans les cercles de la Nouvelle Gauche des obsessions pour la kabbale, l’occultisme, la sorcellerie et le satanisme. Ils vont de pair.

Le Culte occulte international néo-Frankiste de l’Œil qui voit tout compte dans sa hiérarchie des satanistes connus. L’Aube dorée gnostique et la Société de Thulé comptaient de nombreux satanistes. Les Loges des Frères asiatiques des Illuminati, héritières du mysticisme sabbatéen des Frankistes, ont basé une grande partie de leur théosophie sur l’ouvrage antinomique gnostique ‘Va’avo Hayom el HaAyin (ואבו היום אל העין) de Jonathan Eybeschutz (1690-1764), littéralement « Et je viendrai à l’œil aujourd’hui ». Cependant, le titre est textuellement le verset de la Genèse (24:42) dans lequel Ayin, qui signifie généralement œil, signifie ici « source » ou fontaine, et concerne le récit d’Éléazar, le serviteur d’Abraham, à propos de Rébecca. Il dit : « Je suis arrivé aujourd’hui à la source, et j’ai dit: Eternel, Dieu de mon seigneur Abraham, si tu daignes faire réussir le voyage que j’accomplis ». Le premier mot de ce verset peut être lu avec différentes voyelles pour indiquer le futur ou le passé. Les concepts d’illumination sont inextricablement liés à l’œil. Les « secrets supérieurs » de ce verset seront discutés plus tard.

Le Talmud raconte que dans les pratiques occultes, le démon de la cécité s’appelle Shabriri. On peut déjouer le démon en prenant le mot Shabriri et en l’écrivant sous la forme d’un triangle, en le diminuant d’une lettre à la fois, de sorte que l’on obtient ce qui suit :

SHABRIRI
ABRIRI
RIRI
RI

Les deux lettres restantes formant RI en hébreu sont Raish et Yud.

Dans la kabbale hébraïque, une valeur numérique est attribuée à chaque lettre de l’alphabet hébreu. Il en va de même pour l’alphabet grec. Les équivalents numériques hébraïques ont été utilisés non seulement par les rabbins dans l’exégèse biblique, mais aussi par les mystiques. Cette technique de numérologie kabbalistique s’appelle la gématrie, que nous utiliserons librement pour déchiffrer les secrets gnostiques. En hébreu, il existe une lettre Ayin (ע) ainsi qu’un mot Ayin, qui signifie œil. L’hébraïque Ayin équivaut à 70 et RI équivaut à trois fois 70, soit 210. L’illumination est obtenue en détruisant le démon de la cécité par la diminution triangulaire.

La pyramide et le triangle sont des symboles gnostiques importants. L’œil de l’Illumination des Illuminati se trouve au-dessus d’une pyramide. Celui de la Golden Dawn gnostique se trouve à l’intérieur d’un triangle. En hébreu, Ayin est composé de trois lettres dont l’équivalent numérique est 130. Le triangle dans lequel se trouve l’œil symbolise également les trois classes platoniciennes : la classe ouvrière, la classe militaire et la classe dirigeante.

Dans la mystique sabbatéenne, le péché est saint et il faut s’y adonner. C’est le contraire de ce que prêche la Torah. Par conséquent, l’une des sections bibliques du Sh’ma, qui est au cœur du culte quotidien du juif, a été complètement inversée par les gnostiques et fournit le lien entre l’œil caché et le principe de fécondité de l’anarchie sexuelle.

Ainsi, nous lisons dans la formule finale de la Sh’ma dans le livre des Nombres :

« L’Eternel dit à Moïse: Parle aux enfants d’Israël, et dis-leur qu’ils se fassent, de génération en génération, une frange au bord de leurs vêtements, et qu’ils mettent un cordon bleu sur cette frange du bord de leurs vêtements. Quand vous aurez cette frange, vous la regarderez, et vous vous souviendrez de tous les commandements de l’Eternel pour les mettre en pratique, et vous ne suivrez pas les désirs de vos coeurs et de vos yeux pour vous laisser entraîner à l’infidélité. Vous vous souviendrez ainsi de mes commandements, vous les mettrez en pratique, et vous serez saints pour votre Dieu. Je suis l’Eternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d’Egypte, pour être votre Dieu. Je suis l’Eternel, votre Dieu. » (Nombres 15:37-41)

Aujourd’hui, le juif religieux revêt son châle de prière talit, le vêtement à quatre coins de la synagogue, dont la construction a été transmise de génération en génération dans le cadre de la loi orale, qui n’est pas décrite dans la Torah. Les franges du talit sont constituées de huit cordes et de cinq nœuds, les cordes étant enroulées d’une manière particulière. L’homme juif religieux porte également, selon la coutume, un talit katan, un vêtement plus petit avec des franges, sous sa chemise. Les tzitzit, ou franges, rappellent au juif son obligation de suivre les lois de Dieu. Le concept selon lequel la poursuite des passions et des pulsions sexuelles d’une personne l’éloigne de Dieu et l’amène à rejeter les commandements trouve son expression dans de nombreuses facettes du judaïsme. Les cultes idolâtres étaient connus pour leur anarchie et les rabbins ont suggéré que les juifs qui avaient envie de ces cultes le faisaient non pas parce qu’ils croyaient en la divinité des idoles, mais parce qu’ils avaient envie de la promiscuité de ces cultes. Le thème est répété dans de nombreux autres cas.

On raconte l’histoire d’un érudit talmudique qui s’était arrangé avec une belle prostituée. Alors qu’il se déshabillait et s’apprêtait à assouvir ses passions, il a vu ses tzitzit et s’est immédiatement souvenu de Dieu et de ne pas se laisser aller à ses passions. C’est alors qu’il a dit à la prostituée qu’il ne pouvait pas faire ce qu’il voulait faire à l’origine parce que ses franges lui avaient rappelé ses obligations pieuses. La prostituée était complètement abasourdie, car elle n’avait jamais rien vécu de tel de toute sa vie. Le Talmud raconte ensuite qu’elle s’est introduite dans l’académie talmudique que fréquentait cet étudiant et qu’elle a supplié le rabbin Chiya et les sages d’Israël de lui donner plus d’informations sur le judaïsme. Elle se convertit ensuite au judaïsme.

Les sabbatéens croyaient qu’il existait une Torah supérieure (qu’ils appelaient la Torah d’Atsilout) qui supplantait cette Torah et en était l’antithèse complète. Dans cette torah hérétique antinomique, la section des Nombres devrait être lue comme suit : « Tu poursuivras les désirs de ton cœur et la convoitise de tes yeux ». Dans leur théosophie, l’œil devient le véhicule et le symbole de l’anarchie sexuelle. C’est ainsi que le livre antinomique de Jonathan Eybeschutz, ‘Va’avo Hayom el HaAyin (Et je viendrai à l’œil aujourd’hui), qui articule ces concepts, a circulé dans toute l’Europe de l’Est et a même influencé certains juifs religieux, qui ont été complètement corrompus à la lecture de son ouvrage et se sont livrés à l’échange de femmes. Ce livre a également catalysé la pratique de l’adultère et de l’inceste dans certaines communautés. Certains de ceux qui étaient pris dans ce vice, dans des moments plus rationnels, réalisaient ce qu’ils avaient fait et venaient en larmes devant les tribunaux rabbiniques des petites villes de Moravie et de Pologne, et racontaient comment ils avaient été pris au piège par ce livre dans toutes sortes d’indulgences.

Des siècles avant Jacob Frank, les gnostiques chrétiens ont développé leur propre théologie révolutionnaire et ont poussé les foules à commettre certains des crimes les plus innommables au nom du christianisme, comme les flagellants. Les musulmans avaient eux aussi leurs gnostiques militants. Les Frankistes et les Illuminati ont fait appel à des messianistes millénaristes gnostiques révolutionnaires extrêmes de plusieurs religions pour des collaborations mystiques afin de s’unir dans le cadre d’un bouleversement révolutionnaire. L’élément mystique avait cependant une autre fonction. Il permettait la transmission d’un continuum mystérieux de génération en génération, de sorte que la continuité observée lors d’une révolution se manifestait dans les révolutions suivantes. Pour cette raison, les Illuminati ont préféré subvertir les groupes maçonniques (qu’ils détestaient tant) parce qu’une grande partie du rituel maçonnique se transmet de génération en génération, fournissant un véhicule pour transmettre une torah antinomique du mal à travers les âges.

Dans le judaïsme, la Torah et ses enseignements ont été transmis de génération en génération, y compris les lois orales non écrites, dont une grande partie a finalement été mise par écrit sous la forme du Talmud par ce que l’on appelle le processus masorétique, qui vient du mot hébreu masar, transmettre. Le processus de transmission est relaté dans une des premières sections du Talmud, comme suit :

« Moïse reçut la Torah du Sinaï et la remit à Josué ; Josué l’a transmis aux juges ; les juges aux prophètes ; les Prophètes aux Anciens ; et les Anciens aux Hommes de la Grande Assemblée. »

Dans la théosophie sabbatique, la torah hérétique était appelée la torah d’atsilout, un jeu sur ce dernier mot qui a un double sens : émanations et aristocratie ; émanations au sens mystique et aristocratique au sens de classe platonicien. Celui-ci aurait également une transmission parallèle ; le mot hébreu Sinaï se compose des lettres Samach (60), Yud (10), Nun (50) et Yud (10), qui équivaut à 130, l’équivalent numérique de ayin, œil. La révélation sinaïtique se transforme secrètement en leur concept supérieur de révélation de la Torah maléfique. L’un des outils utilisés par les kabbalistes au fil des siècles était l’alphabet ATBaSH. Il est intéressant de noter que cet alphabet est antérieur au système numérique kabbalistique de la gématrie et se trouve dans le livre de Jérémie. L’alphabet ATBaSH est l’équivalent hébreu de l’alphabet AZ-BY en anglais ; c’est-à-dire que la première lettre est égale à la dernière lettre sous forme de code dans lequel A = Z, B = Y, C = X, etc. En hébreu, Aleph, la première lettre, est égale à Toph, la dernière lettre ; Bet, la deuxième lettre, est égale à Shin, l’avant-dernière, etc.

SabbataÏ Tsevi couronné sur le trône en tant que messie, publication Tikkun, Amsterdam, 1666.

L’hébreu SheShaCh (Jérémie 25:26 ; 51:41) est le code ATBaSH pour BaBel (Babylone). De même, LeV KeMi (Ibid. 51:1) est un code ATBaSH pour KaSDiM (Chaldée). Nous savons que les Sabbatéens ont inversé les lettres hébraïques du nom de Moïse, qui, dans l’alphabet ATBaSH, se traduit par Tzvi, une allusion à Shabbetai Tzvi. En utilisant ces deux principes de gématrie, Moïse a reçu la Torah du Sinaï, et dans le sabbatianisme, « Tzvi a reçu la Torah (d’atzilut) de l’Oeil ».

Le mot hébreu atzilut ayant deux significations, aristocratie et émanations, pour les adeptes les plus intimes ou les riches sabbatéens, la torah d’atzilut était la torah aristocratique de Platon — la sagesse supérieure, celle des rois et des prêtres. Pour les sabbatéens ordinaires, elle était prêchée comme la torah mystique des émanations des sphères supérieures.

Le concept des émanations atzilut a été popularisé auprès des masses par le saint et profond mystique, Rabbi Isaac Louria (1534-1572) et son disciple, Rabbi Chaim Vital (1543-1620). Le Dieu d’Israël qui a donné la Torah aux Juifs était considéré comme inférieur à Shabbetai Tzvi qui a reçu la Torah antinomique d’une divinité gnostique supérieure. Néanmoins, dans le sabbatianisme classique, cette divinité favorise Israël, c’est-à-dire les personnes d’origine juive qui violent la Torah.

Parallèlement au texte talmudique sur la transmission de la Torah, une lecture sabbatique perverse du texte laisse place à l’interprétation des Anciens comme étant les Illuminati, le Bund der Gerechten (la Ligue des Justes) et le Parti communiste international. Les « hommes de la Grande Assemblée » peuvent faire référence aux Nations Unies et plus particulièrement à l’Assemblée générale, qui a des connotations millénaristes gnostiques et qui, incidemment, a montré à maintes reprises qu’elle est l’un des plus grands ennemis du peuple juif et de l’État d’Israël. L’une des pires actions à ce jour a été la condamnation du sionisme comme étant du racisme. L’ONU se comporte souvent comme un organisme gnostique. La plupart des diplomates de l’ONU aujourd’hui sont en fait unis par les concepts gnostiques.

Si une personnalité de la Torah devait être détestée par les sabbatéens, ce serait celle de Phinées, fils d’Eléazar, fils d’Aaron, le grand prêtre. La Bible raconte :

« Et voici, un homme des enfants d’Israël vint et amena vers ses frères une Madianite, sous les yeux de Moïse et sous les yeux de toute l’assemblée des enfants d’Israël, tandis qu’ils pleuraient à l’entrée de la tente d’assignation. A cette vue, Phinées, fils d’Eléazar, fils du sacrificateur Aaron, se leva du milieu de l’assemblée, et prit une lance, dans sa main. Il suivit l’homme d’Israël dans sa tente, et il les perça tous les deux, l’homme d’Israël, puis la femme, par le bas-ventre. Et la plaie s’arrêta parmi les enfants d’Israël. Il y en eut vingt-quatre mille qui moururent de la plaie. » (Nombres 25:6-9)

Cet incident eut lieu après que Moïse eut fait tuer les adorateurs de Baal-Péor (Ibid. 25:5), car c’est pendant qu’Israël séjournait à Shittim que « le peuple commença à se livrer à la débauche avec les filles de Moab » (Nombres 25:1).

L’œil d’Osiris est le symbole du culte de l’œil qui voit tout et était aussi celui du culte de Baal-Peor. Dans la théosophie frankiste, il était nécessaire que Phinées, qui avait été explicitement récompensé par Dieu par une longue vie, et que nous retrouvons mentionné plus loin dans le livre des Juges, soit enrôlé au service de Satan. Dans la théosophie frankiste, Elie est symbolisé comme le compagnon de Shabbetai Tzvi sur les pièces de monnaie dont il a été question au chapitre X (To Eliminate the Opiate, vol. 2). Il y a un autre artefact gnostique qui a été utilisé dans le cadre de la théosophie frankiste.

Il existe un autre artefact gnostique qui tente de le faire. À Habsbourg, en Autriche, se trouve une mystérieuse lance appelée la “Lance de Longinus“. Selon la légende païenne gnostique, c’est la lance que Phinées a utilisée pour tuer la princesse midianite et son partenaire israélite. La croyance païenne gnostique soutient que c’est cette même lance qui a été utilisée par un Teuton nommé Longinus, qui servait dans les légions romaines, pour transpercer le côté de Jésus lorsqu’il a été crucifié. C’est cette lance et les légendes qui s’y rattachent qui ont joué un rôle important dans l’enthousiasme millénariste médiéval et certains de ses dérivés révolutionnaires pervertis. La lance était la propriété d’Othon le Grand et de Charlemagne et, selon la légende gnostique, la personne qui tenait la lance dans sa main pouvait l’utiliser pour le bien, afin de contrôler le monde, ou pour le mal. L’enthousiasme millénaire du symbole a également été à l’origine d’une dispute entre le philosophe allemand Nietzsche et le compositeur Wagner. A la théosophie de la lance se rattache la quête du messianisme impliquée dans la légende gnostique du Saint Graal, qui a servi de base à l’opéra de Wagner, Parsival. Wagner voyait dans la lance, dans la légende du Parsival et dans sa théosophie mystique la pureté du christianisme aryen en tant que Messie rédempteur du monde. Nietzsche voyait dans la quête du Saint Graal une répudiation complète du christianisme et de ses valeurs. La lance est devenue pour Nietzsche le symbole de l’Antéchrist et Longinus, en tant que membre aryen des légendes du Graal.

Avant la Première Guerre mondiale, alors qu’Hitler vivait dans une pauvreté abjecte, il passait des heures à Habsbourg, en Autriche, à contempler la lance et se promettait de s’en emparer un jour et de soumettre le monde à sa domination. La lance est devenue l’obsession d’Hitler et fait l’objet du livre de Trevor Ravenscroft, “The Spear of Destiny” (La lance du destin).

Jacob Frank, né Leibowitz, change son nom en Frank. Les livres d’histoire disent que c’est parce qu’il est allé en Turquie où les Européens s’appelaient Frank. C’est peut-être le cas, mais il semble que Frank, qui avait embrassé le gnosticisme chrétien, ait également associé son nom à la théosophie de la lance et aux mystères du Graal. Ceux-ci ont été mis par écrit sous Charlemagne et ses associés, appelés Francs, qui faisaient partie des personnalités mystiques décrites dans Parsival. Ce sont les membres de la cour de Charlemagne et ses chevaliers qui sont à l’origine de la quête du Graal. La question se pose maintenant de savoir s’il existe un lien entre Adolph Hitler et les Frankistes. La réponse est oui, et nous l’étudierons plus en détail. Il suffit de dire qu’Adolph Hitler était motivé par un gnosticisme infernal partageant certains éléments du frankisme sabbatéen. La lance du destin l’obsédait et représentait le renversement du judaïsme. Comme Longinus symbolisait le christianisme aryen héritant de la lance de Pinchas, le Juif, les successeurs de Longinus symbolisent le renversement gnostique antéchrist du christianisme. Pour les sabbatéens frankistes, une personne s’est convertie d’une religion à une autre et a cherché à la détruire, pour remplacer toutes les religions par le sabbatianisme gnostique. Ils auraient alors leur millénaire. Le Nouvel Ordre d’Hitler, ou Troisième Reich, régnera pendant un millénaire.

Pour en revenir à Richard Wagner et à Parsival, il convient de noter que Wagner a écrit Lohengrin à la veille de la révolution communiste de 1848.

Un article de journal de 1960, intitulé « La Lance du Destin », affirmait que l’Allemagne nazie s’était emparée des insignes impériaux en 1938 afin qu’Adolf Hitler puisse utiliser la Sainte Lance dans des rituels occultes. Max Caulfield : “The Spear of Destiny: How Hitler lived by the weapon thrust into Christ”. Sunday Dispatch, London, England. Sunday, November 6, 1960, page 6.

Les Sabbatéens utilisaient ATBaSH dans les amulettes et certains secrets ésotériques. Le nom de Shabbetai lui-même était crypté sous la forme BaBeTai, c’est-à-dire que la première lettre de son nom Shin était remplacée par Bet. En réarrangeant les lettres hébraïques qui composent l’organisation connue sous le nom de B’nai B’rith, on obtient BaBeTai NeRi, qui se décode comme suit : « Shabbetai est mon illumination ». En d’autres termes, le sens caché du B’nai B’rith est l’illumination sabbatique. Le terme “B’nai B’rith” n’apparaît cependant pas dans la Mishnah ou dans la littérature judaïque.

Le B’nai B’rith a été fondé par des bundistes sabbatéens allemands d’origine juive qui ont immigré aux États-Unis au XIXe siècle. En 1860, le B’nai B’rith comptait cinquante loges aux Etats-Unis. Les autres secrets contenus dans le B’nai B’rith NeRi sont les suivants : le Raish et le Yud sont égaux à 210, et symbolisent trois fois 70, dont le symbolisme a été expliqué plus haut. En effet, le premier mensuel du B’nai B’rith aux États-Unis (1886) s’appelait The Menorah Monthly. La ménorah est un candélabre, une source d’illumination.

Jacob Frank a nommé 12 apôtres masculins et 12 apôtres féminins, qui avaient une connotation gnostique des 12 tribus liées à l’Apocalypse dans les interprétations gnostiques chrétiennes du livre des Révélations. L’Ordre indépendant du B’nai B’rith a été fondé à l’origine à New York par 12 sabbatéens allemands le 13 octobre 1843, mais en 1868, son objectif initial a commencé à être « éclipsé par un programme de philanthropie et d’action politique pour la protection des droits des Juifs dans le pays et à l’étranger ». Le président du B’nai B’rith en 1868 était Julius Bien (1826-1909). Le B’nai B’rith est ensuite devenu international. Sa hiérarchie a été contrainte dans les années 20 d’abandonner son caractère « secret ». Cependant, ils sont entrés dans la clandestinité.

Le B’nai B’rith accomplissait sans aucun doute des actes philanthropiques généreux et s’impliquait dans de bonnes causes, mais comme toutes les bonnes organisations sabbatéennes, il avait deux visages. Plusieurs loges ont commencé à voir le jour après celle de Berlin, comme celles de Hambourg en 1887 et de Francfort en 1888. En 1893, les organisations du B’nai B’rith ont célébré leur 50e anniversaire, et la célébration du jubilé a été marquée à Hambourg par la publication d’un livre qui a révélé de nombreuses informations sur le chemin parcouru en peu de temps par l’ordre en Allemagne, dont la plupart des membres actifs provenaient d’affiliés des loges maçonniques royales.

Une autre partie importante de la théosophie des Sabbatéens vient des versets du Cantique des Cantiques, l’un décrivant le lit d’amour violet de Salomon et l’autre « Ta tête est élevée comme le Carmel, Et les cheveux de ta tête sont comme la pourpre; Un roi est enchaîné par des boucles! » (7:5). L’hébreu argaman (violet) est ici interprété de manière gnostique avec le sexe et la royauté (Sefer Raziel 40b). Chaque lettre hébraïque A, R, G, M, N représente Uriel, Raphael, Gabriel, Michael et Nuriel. Dans la théosophie d’Argaman, il existe des formules pour se débarrasser des mauvais esprits dans lesquelles est écrite l’inscription de l’ange Argaman, et celle-ci est également développée dans un triangle :

A R G M N
R G M N
G M N
M N
N

Argaman contient « l’illumination » par l’intermédiaire des anges Nuriel et Raphaël, qui représentent l’illumination, NeR. Le Aleph symbolise EDOM. Le livre kabbalistique Sefer Raziel (ספר רזיאל המלאך) présente des amulettes contenant de l’argaman dans deux triangles, l’un au-dessus de l’autre pour former un hexagramme. Argaman signifie également que les anges messianiques sont introduits par l’illumination et la révolution. Argaman est une formule de révolution sanglante.

Dans le réarrangement d’Argaman (294), lorsqu’on soustrait la valeur magique de 280, quatre fois la valeur de la lettre hébraïque Ayin (70), il reste 14. 14 s’écrit numériquement, en hébreu, comme Yud et Daleth, ce qui donne également yad, le mot hébreu pour la main. Les deux initiales figurant sur les parties inférieures de la pièce de monnaie sabbatéenne, qui symbolisait les Messies sabbatéens, Jonathan Eybeschutz et Jacob Frank, étaient Yud et Daleth. Yad symbolise également les rapports sexuels. Les sabbatéens blasphémaient la bénédiction rituelle du lavage des mains faite par les juifs religieux Al Netilat Yadaim (נטילת ידיים‎), et la prononçaient sur des rapports sexuels illicites. Yad est également le mot imprimé sur les mystérieuses pièces gnostiques frankistes (Volume I, p. 102) symbolisant Jonathan Eybeschutz et Jacob Frank. Yad est également l’équivalent en gématrie Mispar Katan (unité de chiffres) du mal ra’ah. Comme lorsque Pharaon dit à Moïse : « Le mal est devant toi ». Rachi affirme que ra’ah est le nom d’une étoile qui est un signe de sang et de massacre (Exode 10:10).

On a également émis l’hypothèse que l’argaman utilisé par les Frankistes avait une théosophie différente. Le premier ange n’est pas Uriel, qui était l’un des archanges, mais Urpaniel, qui signifie littéralement « la lumière de la face de Dieu ». [N.D.L.R. : Selon Theodore Schrire dans son livre intitulé “Hebrew Amulets: Their Decipherment and Interpretation” (1966), Urpaniel est le nom d’un ange trouvé inscrit sur un charme oriental (kamea) pour conjurer le mal.] Uriel était considéré comme l’ange de la lumière et de l’Hadès, et luttait avec Jacob. Urpaniel s’inscrit non seulement dans le concept de l’illumination, mais aussi dans la démonologie satanique de l’ange de lumière, qui renvoie en fait à l’un des noms de Satan, d’après le passage christologique : « …car même Satan se déguise en ange de lumière… ». Considérons ceci en tenant compte du fait que Goethe, qui était membre des Illuminati, a écrit Faust, et que les satanistes s’identifieraient à cette œuvre.

Un autre aspect gnostique de l’angélologie est le lien apocalyptique avec le Messie pour la victoire de Satan par l’intermédiaire de Michel, comme décrit dans le livre chrétien de l’Apocalypse de Saint Jean. On suppose que Nuriel de la kabbale a été transformé par les Frankistes en Nybras, un démon chargé des plaisirs infernaux et de l’illumination, de sorte que dans le mot NeR se trouvent Nybras et Rimmon, la divinité syrienne qui, selon le satanisme médiéval ultérieur, a servi d’ambassadeur de Satan en Russie. Il y aurait donc un lien mystique selon lequel l’illumination devrait passer par la Russie. La Russie était considérée comme le véhicule ultime par lequel le Messie viendrait. Cela peut également expliquer l’alliance terroriste entre la Syrie et la Russie en termes de théosophie gnostique et satanique.

C’est ainsi qu’en 1767, Jacob Frank, alors qu’il était en prison (1760-1773), prit contact avec l’évêque grec orthodoxe de Varsovie, Koniski, et nomma des agents qui menèrent des négociations avec le Synode de Moscou de l’orthodoxie grecque, promettant 20 000 conversions à l’orthodoxie grecque. Les agents de Frank chargés de la campagne russe sont Juda Loeb et Bima Speier. Les aspirations russes de Frank se reflètent dans certains de ses actes irrationnels, comme le fait d’affirmer à l’administration d’Offenbach que sa fille Eva est la fille illégitime de la Grande Catherine. Les projets de Frank avec les Grecs orthodoxes échouent. Ils furent déjoués par Baruch Yavan, beau-frère du rabbin Jacob Emden, qui dévoila l’ensemble du complot.

Chaque ligne du triangle argaman contient également une référence secrète à un prince satanique, par exemple RGMN en gématrie = 293 = AF-BRI. AF-BRI commence le texte hébreu de Job 37:11, décrivant comment Dieu adoucit les nuages épais avec de l’humidité. Les gnostiques ont déclaré qu’AF-BRI est le Prince de la pluie (Rashi Taanit 7b). Ce concept même nie les versets bibliques attribuant la pluie directement à Dieu. En effet, le Talmud affirme explicitement que Dieu n’a nommé aucun émissaire ou ange en charge de la pluie (Taanit 2a ; Tosefot, vayishma ; shlosha). Néanmoins, les gnostiques ont réussi à introduire dans la prière annuelle de geshem (pluie) composée par Eleazar Kallir, un verset introductif déclarant “AF- BRI est le prince de la pluie” sous prétexte qu’il assiste Dieu. Cette hérésie a été retirée de certains livres de prières, comme le Rinat Yisrael.

Les organisations secrètes, qu’elles soient inoffensives ou nuisibles, sont connues pour avoir leurs classes hiérarchiques d’adeptes. Les rangs du roi, du prince et du mage des Illuminati sont typiques des structures hiérarchiques gnostiques et sont, dans ce cas, symboliques de la classe intellectuelle dirigeante de la République de Platon.

Les Sabbatéens, sous Shabbetai Tsvi (1626-1676), avaient des rois et des prophètes ; l’un de ces prophètes, Shabbetai Raphaël (né en 1669), était originaire de la ville de Misithra, la capitale de la province de Morée, construite près de l’ancienne Sparte. Misithra était le siège d’une grande école platonicienne médiévale. On pense que l’école a été dirigée par l’ordre soufi, la pire secte gnostique musulmane conspiratrice, qui, selon certains érudits, se trouve derrière les Illuminati et même derrière les Sabbatéens frankistes. Raphaël était doué pour la tromperie. Il incarnait en lui-même un engagement envers la philosophie platonicienne et le gnosticisme sabbatéen, et pratiquait autant que possible le principe à double face, la tromperie.

Dans sa description de Raphaël, le professeur Gershom Scholem déclare : « Shabbetai Raphael a joué un double jeu. » Agir auprès des Sabbatéens en tant que prophète et apôtre et auprès des Juifs religieux :

« Il se plaignit que la foule insensée le prenait pour un prophète en raison de ses connaissances kabbalistiques et chiromantiques. »

Shabbetai Raphaël s’était en effet taillé une réputation de guérisseur, et les gens cherchaient à se faire soigner par lui. Raphaël avait déjà été excommunié dans plusieurs communautés, et après avoir été publiquement accusé de fornication et d’adultère pendant la Pâque d’avril 1668 à Altona, en Allemagne, il s’est effacé dans les pages de l’histoire.

Avant son séjour à Altona en avril, les procès-verbaux de la congrégation séfarade de Hambourg indiquent qu’un certain Simcha Benjamin Wulff, un marchand de tabac qui vantait les pouvoirs de guérison de Raphaël, a été excommunié en décembre 1667 et s’est ensuite installé à Dessau. Wulff était l’arrière-grand-père maternel de Moses Mendelssohn.

La coïncidence (si c’en est une) est stupéfiante. Nous avons ici le cas du patriarche des fausses Lumières, le philosophe juif, le premier à avoir traduit les œuvres de Platon en allemand, issu d’une famille qui a été en contact avec un sabbatéen-platoniste, ce qui a coûté l’excommunication à la famille. Moses Mendelssohn, né le 29 août 1729, porte le nom de Moses Benjamin Wulff, oncle de sa mère et fils de Simcha le sabbatéen, mort le 6 septembre 1676 à Dessau. La famille a défié l’excommunication, commettant un acte d’hérésie en s’associant avec Wulff. Il faut en conclure que la famille était alors crypto-sabbatéenne ou sympathisante. Moses Mendelssohn et Shabbetai Raphaël faisaient tous deux partie de cercles internes et connaissaient des secrets supérieurs.

Depuis les débuts de l’histoire de l’homme jusqu’aux premiers cultes sacerdotaux, lorsqu’on entrait dans une société secrète, l’adepte était d’abord initié aux secrets élémentaires de l’ordre, et lorsqu’il atteignait des degrés d’initiation plus élevés, il étudiait des secrets plus importants. Il en va de même pour les francs-maçons les plus connus et leurs degrés. Lorsque l’on aspire à des degrés plus élevés dans l’ordre, les mêmes symboles révèlent des secrets nouveaux et plus importants. Dans de nombreuses sociétés secrètes, le grade le plus élevé est généralement celui de grand prêtre ou de mage. Le nom lui-même est dérivé de la caste des prêtres et, par conséquent, du nom “magie”. Le lien entre le néoplatonisme et la magie secrète a été noté par les érudits et, en effet, le néoplatonisme a été utilisé dans un sens pour désigner la magie orientale.

Nous avons déjà noté la double signification de la torah sabbatéenne d’atzilut, une torah d’émanations ou une torah aristocratique supérieure, un jeu de mot ayant une double traduction — la pierre de touche de la torah mystique supérieure antinomique. Cette Torah hérétique était conçue comme platonicienne, aristocratique au sens matériel et intellectuel, la Torah des rois-prêtres élus. Il est donc intéressant de noter qu’Adam Weishaupt, fondateur des Illuminati, s’est fixé comme objectif de combiner mysticisme et philanthropie. Cette combinaison peut s’expliquer par un secret supérieur des Sabbatéens.

Le mot hébreu désignant celui qui est “pauvre” est ani, qui est un réarrangement des lettres du mot hébreu ayin, “œil”. La pyramide avec l’œil signifiant l’illumination est le symbole de la caste platonicienne des rois-prêtres et des Illuminati. Dans la théosophie frankiste, l’œil est appauvri, équivalant à ani, un pauvre, jusqu’à ce qu’il acquière des richesses et devienne un riche, ashir, orthographié Ayin, Shin, Yud, Raish. Ashir commence par la lettre Ayin, symbole de l’œil, qui doit être combinée avec les lettres de l’illumination (RI), Yud et Raish, auxquelles a finalement été ajoutée la lettre Shin, pour Shabbetai, le Messie mystique. Ainsi, illumination + œil = richesse ou richesse = pauvreté + illumination sabbatéenne. Ashir est également égal à Ayin + Shir (chant). Le secret du chant sera expliqué plus loin. Si plusieurs personnes riches se réunissent pour former une société, on obtient un groupe désigné par le pluriel de ashir-ashirim, qui s’écrit Ayin, Shin, Raish, Yud, Mem. En réarrangeant les lettres, on obtient rishaim (plus un Yud supplémentaire), le pluriel de rasha, ou un groupe de personnes malveillantes ou une confrérie satanique. Cet usage particulier a été pratiqué par le sabbatéen Judah HeHasid (v. 1660-1700), et a été noté par Scholem dans son Mechkarim Btoldot HaShabtaut, 1974. Judah a utilisé publiquement la guématrie pour condamner les riches comme étant méchants. Malgré sa condamnation des riches, Judah HeHasid fut soutenu par le philanthrope autrichien Samson Wertheimer (1658-1724), considéré à l’époque comme le Juif le plus riche d’Europe.

Alors que les sabbatéens se ramifiaient et que leurs successeurs frankistes dans le monde occidental maîtrisaient la fragmentation religieuse, on trouve, comme dans les mouvements conservateurs et réformateurs, des rois philanthropes et des prêtres — faux rabbins initiés de ces mouvements — travaillant main dans la main. Le “roi” James Rothschild aide le “prêtre” Abraham Geiger, rabbin réformateur. Israel Jacobson, le fondateur Illuminati du mouvement réformiste, joue à la fois le rôle de rabbin-prêtre et de roi. Jacob Schiff joue le rôle de roi philanthrope, mais il n’était qu’un prêtre au sens propre du terme. Il était un descendant d’Aaron.

Les descendants d’Aaron de la tribu de Lévi forment la prêtrise juive. Les kohanim, ou prêtres, comme on les appelle, administraient les enseignements de Dieu et présidaient le Temple. Aujourd’hui, ils sont les premiers à être appelés à la Torah. Dans les synagogues de la diaspora qui respectent la loi juive, ils bénissent l’assemblée les jours saints. Dans l’État d’Israël, la bénédiction est administrée quotidiennement. La bénédiction sacerdotale biblique (Nombres 6:24-26) que Dieu a ordonné à Aaron et à ses fils d’administrer à Israël est la suivante :

Que l’Eternel te bénisse, et qu’il te garde!
Que l’Eternel fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce!
Que l’Eternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix!

Les “rabbins” du mouvement réformé, qui étaient en réalité des prêtres du gnosticisme néoplatonicien, ont entrepris de détruire le sacerdoce dans la communauté juive. C’est ainsi que, réunis à Berlin en 1845, ils commencèrent à usurper les pouvoirs du sacerdoce. Cette prêtrise gnostique réformée commença à réciter les bénédictions sacerdotales à leurs fidèles, la nouvelle prêtrise ayant usurpé l’ancienne. Ils ont également aboli les lois relatives aux descendants d’Aaron, telles que l’interdiction biblique pour un prêtre d’épouser une divorcée (Lev. 21:7), ainsi que les lois concernant l’impureté sacerdotale, selon lesquelles un prêtre n’est pas autorisé à s’approcher des cadavres et n’est autorisé à assister qu’aux funérailles de parents proches (v. 1-2). Le mouvement réformé a en effet exprimé son désir de détruire le sacerdoce juif et, en 1889, il l’a adopté et incorporé dans une résolution qui a fait partie de la fameuse plate-forme de Pittsburgh de la Conférence centrale réformée :

« Quatrièmement — Nous estimons que toutes les lois mosaïques et rabbiniques qui régissent le régime alimentaire, la pureté sacerdotale et la tenue vestimentaire sont nées à des époques et sous l’influence d’idées tout à fait étrangères à notre état mental et spirituel actuel. Elles ne parviennent pas à imprégner le Juif moderne d’un esprit de sainteté sacerdotale ; leur observation de nos jours risque plutôt d’entraver que de favoriser l’élévation spirituelle moderne.

« Cinquièmement — Nous reconnaissons, dans l’ère moderne de la culture universelle du coeur et de l’intellect, l’approche de la réalisation du grand espoir messianique d’Israël pour l’établissement du royaume de la vérité, de la justice et de la paix parmi tous les hommes. Nous ne nous considérons plus comme une nation, mais comme une communauté religieuse et, par conséquent, nous n’attendons ni un retour en Palestine, ni un culte sacrificiel sous les fils d’Aaron, ni la restauration d’aucune des lois concernant l’Etat juif. »

Le double visage de Jacob Schiff, d’ailleurs, respectait les lois sacerdotales de l’enterrement. En conséquence, il assistait aux funérailles en attendant à l’extérieur des cimetières, tout en rendant un culte idolâtre à sa congrégation réformée de la ville de New York.

La prêtrise gnostique travaillait main dans la main avec les philanthropes gnostiques. Leurs lieux de culte supplantaient la synagogue et établissaient des temples gnostiques à leur place. Il suffit d’ouvrir les pages jaunes de n’importe quelle grande ville américaine et de consulter la rubrique “Synagogues” pour constater qu’il existe deux types d’inscriptions : Les congrégations, qui sont généralement les synagogues authentiques, et les listes précédées du mot “temple”. Ce mot employé par les mouvements conservateur et réformé symbolise le remplacement de la synagogue par un temple individuel. Le concept d’unité d’un seul temple pour les juifs est ainsi détruit. Il existe quelques exceptions, à savoir les synagogues proprement dites avec le préfixe “temple”.

La prêtrise des “temples” gnostiques n’est pas concernée par la promesse de restauration d’Israël et de rétablissement du culte du Temple. C’est pourquoi le “rabbinat” gnostique a supprimé toute mention de ces aspirations dans les livres de prières hébraïques, comme on peut les trouver aujourd’hui dans les services et les livres de prières hérétiques des congrégations réformées et conservatrices. Une fois de plus, le fidèle moyen de ces congrégations a été exploité parce qu’il ne se rend pas compte qu’il fait partie d’un service hérétique païen, qu’il est un membre involontaire d’une conspiration gnostique. Ceux qui sont mieux informés croient que ces innovations sont progressives et modernes, et font partie du changement ; ils ne contemplent guère la vérité, à savoir que le service n’est qu’une illusion du judaïsme et sent l’ancien paganisme gnostique, malgré les apparences extérieures des symboles religieux. La même chose s’est produite dans la société chrétienne, par exemple, les Témoins de Jéhovah. Ainsi, la malédiction du gnosticisme insipide envahit la sainte maison d’Israël et existe en son sein comme une cinquième colonne de destruction.

Nous avons vu comment la Torah gnostique a été transmise et le secret mystique du Sinaï et de l’œil. Cependant, il existe un document peu connu, qui ne se trouve que dans quelques bibliothèques du monde, que je recherchais et dont je soupçonnais l’existence. Il s’agit du certificat d’ordination de Moses Mendelssohn. Il est mentionné en passant dans “Out of the Ghetto” de Jacob Katz. Le certificat figure en hébreu dans la correspondance de Mendelssohn, dont nous sommes redevables de la préservation à nul autre que Nicholai des Illuminati, collègue et libraire de Mendelssohn. Il est intéressant de noter que ce document se trouve dans la collection Schiff de la bibliothèque publique de New York. La ligne d’ordination se déroule comme suit :

1. Shabbetai Tzvi (1626-1676)
2. Nathan de Gaza (1643-1680)
3. Solomon Ayllon (1655-1728)
4. Nechemiah Chiyon (1655-1729)
5. Judah Leib Prossnitz (1670-1730)
6. Jonathan Eybeschutz (1690-1764)
7. Moses Mendelssohn (1729-1786)

Nathan de Gaza était un prophète oint par Shabbetai Tzvi. Ayllon fut son disciple, et fut successivement un soi-disant rabbin à Londres et à Amsterdam où il essaya de cacher ses penchants sabbatéens. Nechemiah Chiyon, kabbaliste patenté, était un sabbatéen secret et réussit même, pendant un certain temps, à convaincre de sa sincérité les principaux rabbins de son époque. C’était un génie et il publia des livres qui, à première vue, semblaient innocemment ésotériques, mais qui étaient remplis de doctrines sabbatéennes.

En juin 1713, Chiyon rendit visite à Ayllon à Amsterdam. Cependant, il fut démasqué par les rabbins Tzvi Ashkenazi (le père de Rabbi Jacob Emden) et Moses Chagiz, qui dénoncèrent également les hérésies cachées de ses écrits. Après cela, Chiyon a été excommunié dans plusieurs communautés et a erré en Europe et en Afrique du Nord. C’est au cours de son errance qu’il ordonna Judah Leib Prossnitz, alors qu’il lui rendait visite à Prossnitz, en Moravie. Judah Leib était auparavant connu comme un guérisseur sabbatéen, kabbaliste et charlatan qui avait sacrifié au diable et aux démons. Il l’a avoué publiquement au cours d’une période de pénitence forcée dans la principale synagogue de Prossnitz, le jour du sabbat, avant de lire la portion hebdomadaire de la Torah, après quoi il a été publiquement banni en exil pendant plusieurs mois.

Après avoir reçu son ordination, Judah Leib se proclama le Messie, fils de Joseph, qui, selon une légende largement acceptée, devait annoncer le Messie, fils de David. Judah Leib proclama Eybeschutz comme Messie (voir Vol. I, p. 102).

Eybeschutz est né en 1690 et a perdu son père dans sa jeunesse. Lorsque Eybeschutz grandit, sa mère l’envoya à Prossnitz pour étudier dans la yeshiva de Rabbi Meir Eisenstadt, un sympathisant sabbatéen secret. C’est là qu’il étudie sous la tutelle de Judah Leib Prossnitz, qui l’initie au sabbatianisme. Il est intéressant de noter une autre coïncidence. La mère de Jonathan Eybeschutz, aujourd’hui orphelin de père, qui a envoyé son fils en toute connaissance de cause dans des études sabbatéennes, était membre de la famille Schiff. Le professeur Judah Leibes, dans son livre “Sabbatian Secrets” (en hébreu), citant le rabbin-professeur S.Z. Leiman, cite un document (p. 214) qui indique que la famille d’Eybeschutz l’a fait baptiser secrètement par un ecclésiastique chrétien du nom de Maysinger le jour de sa circoncision.

Il serait intéressant d’en savoir plus sur les Schiffs à ce stade de l’histoire. Des membres de cette illustre famille ont-ils fait défection vers le sabbatianisme ? Nous pourrions le savoir, si ce n’est que de mystérieuses disparitions se sont produites en même temps que d’autres “coïncidences” intéressantes qui nous empêchent de pénétrer plus avant dans le sujet. C’est ainsi que Scholem nous informe :

« L’important dossier sur les Frankistes dans les Archives de la Communauté de Prague a été retiré par le président de la communauté à la fin du 19ème siècle, par respect pour les familles qui y étaient impliquées.

« Jellinek possédait divers écrits frankistes en allemand, mais ils ont disparu après sa mort.

« Après l’éclatement de la secte, des messagers ont été envoyés pour rassembler les différents écrits des familles dispersées. Cette dissimulation délibérée de la littérature frankiste est l’une des principales raisons de l’ignorance concernant son histoire éternelle, alliée à la réticence décidée de la plupart des descendants des sectaires à promouvoir toute enquête sur leurs affaires. »

Le sabbatéen frankiste Adolf Jellinek, révolutionnaire communiste, lui aussi “par hasard” originaire de Prossnitz, fut le mentor de Solomon Schechter, qui obtint son poste de directeur du Jewish Theological Seminary of America par l’intermédiaire de Jacob Schiff. C’est dans cette perspective que nous allons maintenant aborder le certificat d’ordination de Moses Mendelssohn, publié ici pour la première fois en langue anglaise. Dans le texte, certains passages ont été mis en majuscules pour l’accentuation et l’analyse, y compris certaines expressions hébraïques entre parenthèses.

Avant de procéder au décryptage de cette “ordination”, dont le langage est extrêmement étrange, puisqu’il ne se lit pas comme la s’micha (ordination) rabbinique traditionnelle, nous examinerons deux amulettes sabbatiques que le même Jonathan Eybeschutz a écrites pour protéger les malades et les femmes enceintes contre les mauvais esprits. Ces amulettes ont été écrites en code ATBaSH crypté, dont le décryptage est présenté ci-après :

AMULET METZ I – pour Madame J. Cohen
Au nom du Seigneur Dieu d’Israël qui réside (shochen) dans les confins de la gloire (tifferet) de sa force, le Seigneur de son Messie, son homme de confiance (neeman) Shabbetai Tzvi qui, avec l’esprit de son souffle, détruira un méchant, seigneur de tout l’univers…. que la femme qui porte cette amulette ne subisse aucun mal, aucune douleur ni aucun travail, afin que le nom du Dieu d’Israël et le nom (shem) de Tzvi, Shabbetai dans l’univers (olam) soient magnifiés et sanctifiés.

METZ AMULET II – Pour Moshe Feivish Spier
indique également : « Au nom du Seigneur Dieu d’Israël qui réside dans la beauté (tifferet) et qui se termine par Shabbetai, mémoire bénie, Tzvi, la beauté (tifferet) du Dieu d’Israël ».

Les expressions sabbatéennes suivantes dans le document d’ordination sont également importantes pour notre compréhension :

MOTTRADUCTIONCONNOTATION
YideiMains deInceste, adultère, révolution
ProzdorCorridorCouloir vaginal
HeichalTempleInitiation gnostique
ChederChambreConfidence secrète
YekarimCher, précieuxDestruction d’Israël

Et maintenant, le certificat d’ordination :

Altona, 4 mai 1761 (1 Iyar 5521)

Voici que l’homme Moses est venu en ma présence afin que nous sachions ce qui lui est arrivé, car les mains (yidei) de Moses sont lourdes et chères (yekarim). Il a conservé toutes les connaissances savantes et naturelles, les concepts pouvant faire l’objet d’une recherche, la philosophie et l’allégorie. Sa bouche nage dans les cieux et sa langue parcourt la terre. Il a donné l’illumination en haut, où elle demeurera (bamromin yishkon). Des racines (shorashim) et des branches suivront ses jeunes pousses. Sa beauté (tifferet) sera comme l’olive. Dans un lieu où il enseigne la droiture, dans ce centre de vie dont l’âme dépend, pour connaître sa qualité, qui jaillit et régente son orgueil, et c’est comme s’il y avait ici de nombreuses racines (shorashim) qui se trouvent dans le couloir (prozdor) pour entrer dans le Temple (heichal) de Dieu. Il s’agit de notre sainte Torah, dans laquelle reposent toutes les recherches des forces de l’esprit. Je l’ai vu, je l’ai saisi et je l’ai amené dans ma maison, la mère de l’intelligence et la salle (cheder) de mon enseignement, et j’ai constaté qu’en plus de toutes ces choses, son intelligence est complète dans la Torah, le Talmud et le raisonnement de son autorité, qui ne tombera pas sur la terre. Il se nourrit d’un ruisseau sur la route et, par conséquent, lève la tête pour donner la main (yad) à la Torah et trouver une place pour une compréhension supplémentaire dans notre Torah qui est supérieure à toutes les sagesses. Sa bannière est comme des feuilles d’amour, l’amour de Jonathan que j’ai aimé. Ses bâtons sont la bonté. C’est pourquoi j’ai dit combien je l’honorerai devant les anciens de son peuple. S’il s’agit de l’ordination d’un camarade, voici qu’il est digne d’une grandeur supérieure. Il ne fait aucun doute que d’autres rabbins de cette génération m’honorent et me glorifient, et si l’ordination rabbinique s’écarte de la coutume en vigueur qui consiste à confier le manteau rabbinique à un homme célibataire, je n’ai cependant pas su quel titre je lui donnerais. J’ai dit de faire un cadeau à cet homme (kesut ainayim) parce qu’il a tout le charme d’un verger de grenades (pardes rimonim). Il a mangé le noyau et jeté les matières étrangères (klipa), et il a récolté les lys parmi les épines. Il est le sage des secrets et des ornements de tout ce qui est préparé pour la fête. Il a mangé du pain de Dieu (milechem H’), du pain de la Torah, et Moïse sera heureux des dons de sa part. Car je l’ai appelé fiable (neeman) dans la maison du Seigneur, et une couronne (klil) de la beauté (tifferet) de la jeunesse est sur sa tête, et ce sera un signe fiable et un nom éternel (shem olam). Des mots de l’auteur… qui attend le salut de Dieu, Rosh Chodesh Iyar, comme Moïse lèverait la main (yado).

Jonathan Eybeschutz

Ce qui suit est une interprétation de certains des autres éléments énigmatiques présents dans le certificat d’ordination. Pour apprécier cette ordination et sa signification, il fallait présenter les amulettes de Metz, écrites par Eybeschutz. Ces amulettes ont été l’un des facteurs clés qui ont permis de révéler qu’Eybeschutz croyait en la divinité de Shabbetai Tzvi.

Dans la théologie sabbatique, le Dieu d’Israël habite la sphère mystique du tifféret. Dans la Kabbale mystique lurianique, Dieu étend ou contracte sa présence divine conformément aux dix s’phirot (sphères mystiques supérieures). Il suffit de dire que dans la théosophie sabbatique, le Dieu d’Israël occupe une s’phira subsidiaire de tifféret qui est auxiliaire de Shabbataï Tzvi. C’est ce blasphème de Dieu que l’on retrouve dans les amulettes messines « Au nom du Seigneur Dieu d’Israël qui habite à tifféret ».

Shabbataï Tsvi, le Messie, est également mentionné « Avec l’esprit de son souffle, il détruirait le méchant » conformément au verset messianique d’Isaïe, cette partie qui commence par « Une racine sortira de la maison de Jessé ». La racine en hébreu est Shoresh, et cette « racine » désignait le Messie Shabbetai Tzvi dans les amulettes de Metz. L’expression shem olam (Ésaïe 56:5 ; 63:12) fait référence à Shabbetai Tsvi qui porte un nom éternel (Ésaïe 63). C’est aussi le titre d’un livre mystique gnostique écrit par Eybeschutz qui, étudié conjointement avec son autre ouvrage antinomien ‘Va’avo Hayom el HaAyin, présente la théosophie sabbatique. “Shem Olam” (שם עולם, c’est-à-dire « Un nom mondial ») professe des concepts tels que « l’ère du Verseau », dans lequel les interdictions de l’inceste ne sont plus valables. Quand Eybeschutz vante Moïse Mendelssohn, il fait référence aux mains de Moïse. Nous avons déjà discuté de sa théosophie en tant que connotation sexuelle. Il a également une deuxième signification tirée des écritures du livre de la Genèse : « La voix est la voix de Jacob et les mains (yedei) sont les mains d’Ésaü ». Cela s’est produit lorsque Jacob a trompé son père aveugle, pour une bénédiction et Isaac s’est exclamé : « La voix est celle de Jacob mais les mains sont celles d’Ésaü », lorsque Jacob avait les mains déguisées pour ressembler à celles de son frère Ésaü. Au fil des siècles, ce verset a acquis une signification homilétique en termes de rôle spirituel d’Israël et de rôle physique d’Ésaü, mais ici il dénote à nouveau la philosophie à double visage des Sabbatéens visant à imiter Ésaü ou Édom.

Le mot yekarim est composé des composants hébreux keri, qui désigne la destruction d’Israël, et de la lettre hébraïque Mem qui représentait Mem dans les mots hébreux signifiant « guerre » et « messie ». Par la suite, Eybeschutz loue Mendelssohn avec le verset suivant : « Sa bouche nage dans les cieux et sa langue parcourra la terre » qui est basé sur le Psaume 73:9. Le rabbin Isaac d’Aboab HaSfardi (14ème siècle), un éminent philosophe éthique, commente dans son Menorat Hamaor (un ouvrage éthique célèbre) sur ce verset, qu’il fait référence à un individu à deux visages qui utilise la ruse, la flatterie et la diplomatie, trompant son prochain. quant à sa vraie nature. C’est le Sabbatéen idéal. C’est un éloge étrange pour Moses Mendelssohn, mais on peut mieux le comprendre dans le contexte où il est un très bon Sabbatéen qui a trompé tout le monde avec sa ruse, sa flatterie et sa diplomatie. Il s’agit en fait d’une bonne et valable description de la personnalité de Moses Mendelssohn. C’est aussi un jeu de mots pour le nom illuminati de Nikolai « Lucian ». La langue est lachone en hébreu. Cela signifie que Nikolai fait les promotions de Mendelssohn.

Bamromin yishkon (habite en haut) fait à nouveau référence, en termes sabbatiques, à Shabbetai Tzvi, là où sont dirigés l’illumination et les contrats de Moses Mendelssohn, ainsi que ses racines messianiques (shorashim). Maintenant, il y a ici une référence supplémentaire au principe de fécondité sexuelle dans un langage très voilé. Si l’on examine un diagramme rabbinique classique de l’anatomie d’une femme, on constatera que le couloir vaginal est appelé prozdor, heichal et cheder comme différentes parties du vagin. Ainsi, Eybeschutz combine ces trois termes sexuels dans son ordination de Mendelssohn. Le nachal (source) vient du livre des Psaumes, mais dans ce cas, c’est une référence voilée à la source ayin du livre de la Genèse, l’œil.

L’expression kesut ainayim vient du livre de la Genèse et fait référence à l’incident qui a eu lieu avec la femme d’Abraham, Sarah, qui était gardée par Abimélec et une malédiction et une peste ont frappé sa maison, à quel point Abimélec a fait un cadeau à Sarah : kesut ainayim, qui signifie littéralement se couvrir les yeux. Encore une fois, le symbole de l’œil est ici, mais il y a une autre signification dans l’interprétation sabbatique de l’incident. Les Sabbatéens soutenaient que ce qui s’était passé ici était que Sarah avait trompé son mari et avait couché avec Abimélec et, par conséquent, le « voilement des yeux ». Telle que l’expression est utilisée ici, l’ordination de Mendelssohn par Eybeschutz trompe le public.

Il poursuit en disant qu’il a tout le charme d’un « verger de grenades » (pardes rimonim), dans le Cantique des Cantiques. C’est aussi le nom d’un livre kabbalistique légitime et très populaire parmi les Sabbatiques, écrit par Moses Cordovera (1522-1570), une grande autorité rabbinique. C’est un triste commentaire que les Sabbatéens aient perverti ses enseignements mystiques. Pour eux, cela signifiait le jardin de l’amour incestueux.

Le terme klipa est une référence voilée à une révolution violente. Dans la kabbale lurianique classique, Dieu s’est contracté après la création du monde et ses émanations divines (atsilout) ou étincelles étaient piégées dans des coquilles appelées klipot. Le monde réel est appelé klipa, et Dieu est conçu comme y descendant. Pour les Sabbatéens et les Frankistes, le Messie est piégé dans les klipot. Il existe un processus qu’ils appellent Shevirat Hakelim, « le bris des ustensiles », c’est-à-dire les coquilles de klipa. Encore une fois, la révolution violente est appelée plus tard milechem hashem, littéralement « le pain de Dieu ». Hachem est abrégé par la lettre hébraïque Hay, qui, combinée avec milechem, donne le mot milchama, ou « guerre ».

Mendelssohn est appelé le sage du sens secret le plus profond de la théosophie sabbatique et est toujours préparé pour la visite, qui est la visite sexuelle et aussi la visite messianique du futur. Enfin, Mendelssohn est lié à tifferet et shem olam, une terminologie de nom éternel utilisée dans l’amulette sabbatique. Cependant, l’explication du klil tifferet fait partie de la prière Shacharit Shabbat Amidah qui est récitée dans la synagogue le samedi et fait référence à la couronne de beauté que Dieu a placée sur la tête de Moïse lorsqu’il se tenait au Sinaï. Cette référence est une implication au processus d’ordination parmi les Sabbatéens qui assimilent le Sinaï à l’ayin. Moïse reçut du Seigneur deux tablettes sur lesquelles étaient écrites les lois du Shabbat ; c’est aussi une référence voilée à Shabbetai Tsvi. Moïse, bien sûr, est la référence à Tzvi dans ATBaSH. Cependant, les lettres constituant klil désignent également kalil, un holocauste, une destruction totale. Ce que veut vraiment dire Eybeschutz, c’est que Kalil Tifferet a joué un rôle important dans la destruction de la Sephira de Tifferet ; ce sanctuaire céleste inférieur où habite le Seigneur d’Israël a été attribué à Moses Mendelssohn. Notez qu’avant la Seconde Guerre mondiale, l’holocauste signifiait uniquement « offrandes brûlées ». Cela peut être vérifié dans les vieux dictionnaires ! Voir chapitre XXII.

Il y a d’autres subtilités dans cette ordination, mais je me suis efforcé d’en aborder les points principaux.


« Contentez-vous de ce que Dieu a révélé aux hommes dans la Torah, et n’allez pas au-delà avec des spéculations dangereuses sur les mystères qui déroutent la compréhension. »
(Rabbin Abraham Cohen : Soncino Books of the Bible)

➽ Dr Rabbin Marvin S. Antelman en entrevue à l’émission The Tamar Yonah Show, le 20 juin 2006.

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Diane Renaud
5

« Vous allez au fonds des choses M Boulianne, vous êtes vraiment une personne d’exception. Merci. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.