Les enquêtes d’Al Jazeera — Le documentaire de Richard Sanders, “October 7”, est la seule vidéo qu’Israël ne veut VRAIMENT pas que vous voyiez

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

L’incursion du Hamas en Israël le 7 octobre 2023 a transformé la politique du Moyen-Orient. L’unité d’enquête d’Al Jazeera (I-Unit) a procédé à une analyse médico-légale des événements de cette journée, en examinant sept heures d’images de vidéosurveillance, de caméras de tableau de bord, de téléphones personnels et de caméras frontales de combattants du Hamas morts, et en dressant une liste complète des personnes tuées. L’I-Unit révèle des violations généralisées des droits de l’homme commises par des combattants du Hamas et d’autres personnes qui les ont suivis à travers la barrière de Gaza vers Israël. Mais l’enquête a également révélé que bon nombre des pires informations publiées dans les jours qui ont suivi l’attaque étaient fausses. Cela était particulièrement vrai des atrocités qui ont été utilisées à plusieurs reprises par les hommes politiques en Israël et en Occident pour justifier la férocité des bombardements sur la bande de Gaza, comme le massacre de bébés et les allégations de viols généralisés et systématiques.

Le Hamas (en arabe : حَمَاس) est un mouvement islamiste et nationaliste palestinien constitué d’une branche politique et d’une branche armée, les brigades Izz al-Din al-Qassam. Il a été fondé en 1987 après la première intifada en tant que branche politique et militante des Frères musulmans palestiniens pour lutter contre l’occupation israélienne. Selon sa Charte fondatrice (1988) et les Principes Généraux et Politiques qui la remplacent en 2017, le Hamas se définit comme un groupe de résistance fondé pour libérer la Palestine de l’occupation israélienne. Le Hamas est principalement actif dans la bande de Gaza qu’il administre seul depuis juin 2007, après sa victoire aux élections législatives de 2006 et l’éviction de l’Autorité palestinienne à la suite d’une brève guerre civile, et faute d’élections depuis.

Plusieurs personnalités et certains médias internationaux ont accusé le gouvernement israélien d’avoir créé et de soutenir le Hamas, notamment en autorisant le financement de Gaza par le Qatar. C’est le cas du chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, qui a déclaré le 19 janvier 2024 qu’Israël avait financé la création du groupe militant palestinien Hamas, contredisant publiquement le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a nié ces allégations. « Oui, le Hamas a été financé par le gouvernement israélien dans le but d’affaiblir l’Autorité palestinienne dirigée par le Fatah », a déclaré Borrell dans un discours à l’Université de Valladolid en Espagne, sans plus de détails. C’est ce qu’admettait aussi Avi Primor, ex-ambassadeur d’Israël en Allemagne, en Belgique et au Luxembourg, ancien porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères dans le gouvernement d’Yitzhak Rabin, sur la chaîne i24news en 2015. Il disait à ce moment : « C’est le gouvernement israélien, c’est nous qui avons créé le Hamas, afin de créer un poids contre le Fatah à l’époque. Et nous avons pensé que ce serait une organisation de prière qui va se chamailler avec le Fatah , on n’a pas pu prévoir ce que ça allait devenir, mais c’est notre création, alors d’abord les faits. Ensuite conquérir Gaza, détruire le Hamas, à quel prix? »

Je vous invite à visionner ci-dessous le documentaire “October 7”, réalisé par Richard Sanders dans le cadre des enquêtes d’Al Jazeera. Richard Sanders est un réalisateur primé avec plus de 25 ans d’expérience. Il a été producteur principal sur les dossiers du travail et a réalisé le deuxième film, sur l’antisémitisme. Un producteur de télévision primé spécialisé dans l’histoire, l’actualité et l’actualité. Il a réalisé plus de 50 films, principalement pour Channel 4. Il a écrit pour de nombreuses publications, dont le Daily Telegraph et le Boston Globe, et est également l’auteur de deux livres d’histoire.

Le film “7 octobre” est une plongée en profondeur dans les événements qui ont entraîné la mort de dizaines de milliers de personnes et dont l’importance se répercutera pendant des décennies.

➽ Les enquêtes d’Al Jazeera : “October 7” de Richard Sanders

L’unité d’enquête d’Al Jazeera (I-Unit) a procédé à une analyse médico-légale des événements du 7 octobre 2023, lorsque les combattants du Hamas ont lancé une incursion en Israël qui a transformé la politique du Moyen-Orient.

Le film “7 octobre” révèle les violations généralisées des droits de l’homme perpétrées par les combattants du Hamas et d’autres personnes qui les ont suivis à travers la barrière depuis la bande de Gaza et dresse une liste complète des personnes tuées. Mais l’enquête menée par l’I-Unit, qui a examiné des heures d’images de vidéosurveillance, de caméras de tableau de bord, de téléphones personnels et de caméras frontales de combattants du Hamas tués, a également révélé que bon nombre des histoires diffusées dans les jours qui ont suivi l’attaque étaient fausses.

Il s’agit notamment d’allégations d’atrocités telles que le massacre et la décapitation de bébés, ainsi que d’allégations de viols généralisés et systématiques – des histoires qui ont été utilisées à plusieurs reprises par des politiciens en Israël et en Occident pour justifier la férocité des bombardements ultérieurs sur la bande de Gaza, qui a jusqu’à présent tué plus de 32 000 personnes.

« Je ne peux pas dire s’il s’agit d’hommes armés ou d’otages »

Après une analyse approfondie de toutes les données disponibles, l’I-Unit a conclu que les affirmations de l’armée israélienne selon lesquelles elle aurait trouvé huit bébés brûlés dans une maison du kibboutz Be’eri étaient fausses. L’analyse a révélé qu’il n’y avait pas de bébés dans la maison et que les 12 personnes à l’intérieur ont presque certainement été tuées par les forces israéliennes lorsqu’elles ont pris d’assaut le bâtiment.

Il s’agit d’un des nombreux incidents au cours desquels la police et l’armée semblent avoir tué des citoyens israéliens. L’I-Unit a identifié 19 de ces victimes, mais le chiffre réel est probablement plus élevé. Il a également identifié 27 captifs morts entre leurs maisons et la barrière de Gaza dans des circonstances qui n’ont pas été expliquées.

Les images des caméras des armes à feu des hélicoptères Apache israéliens montrent de nombreuses frappes contre des véhicules et des individus retournant à Gaza.

« Ce qui m’inquiète avec ces images, c’est que nous ne pouvons pas dire s’il s’agit d’hommes armés du Hamas ou…. des otages. Et je ne crois pas que le pilote de l’hélicoptère ou l’opérateur de la mitrailleuse seraient en mesure de le dire non plus », a déclaré Chris Cobb-Smith, vétéran de l’armée britannique et chercheur en droits de l’homme.

Le film présente une interview de Yossi Landau, le commandant sud de Zaka, une organisation bénévole chargée de collecter les corps après les violences du 7 octobre. L’I-Unit confronte Landau avec des preuves selon lesquelles bon nombre des récits d’atrocités que Zaka a relayés aux médias étaient hautement discutables. L’I-Unit a également examiné les allégations selon lesquelles des violences sexuelles généralisées auraient eu lieu le 7 octobre. Elle a conclu que même si des viols isolés pouvaient avoir eu lieu, les preuves étaient insuffisantes pour étayer les allégations selon lesquelles les viols avaient été « généralisés et systématiques ».

« Pour démontrer que cette pratique était répandue et systématique, nous aurions besoin de beaucoup plus de preuves que ce qui a été découvert jusqu’à présent et de beaucoup plus de preuves corroborantes que celles qui sont disponibles », déclare Madeleine Rees, secrétaire générale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez newsletter@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Serguei Kitayevskii
5

« Il est plaisant d’être reconnu à sa juste valeur. Chapeau bas, Boss. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1109070cookie-checkLes enquêtes d’Al Jazeera — Le documentaire de Richard Sanders, “October 7”, est la seule vidéo qu’Israël ne veut VRAIMENT pas que vous voyiez
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Dominique Michel

Le Hamas a été créé par Israel et il est proche des Frères Musulmans, une entité proche de la CIA (pour des raisons historiques qui remontent à l’Egypte de Nasser) et de l’Angleterre. Mais avec son élection en tant que responsable politique de Gaza, le Hamas a fait ce que tout responsable politique d’une pareille prison à ciel ouvert aurait fait, il est parti en mode guerre contre l’occupant. Ce qui a provoqué une scission au sein du Hamas, une partie de ses dirigeants sont restés proches de la Confrérie, une autre partie à cessé de faire le jeu des sionistes et est entrée véritablement en résistance. Thierry Meyssan l’explique dans cette vidéo: Odysee.com.

Quand au Fatah, ils sont les pires collabos de l’occupation qui utilise des escadrons de la mort pour tuer les résistants palestiniens quand ils ne les remettent pas aux forces d’occupation. Voir un témoignage de Gaza à ce sujet:

Gaza s’enfonce inexorablement

La gauche occidentale nous refait le coup d’imposer de l’extérieur une solution à 2 états. Ainsi elle ignore totalement le droit international et la résolution de l’ONU sur le plan de partage qui prévoit que, pour que ce partage se fasse, il doit être accepter en votation par les habitants de la Palestine. Pour ce faire, il faudrait que l’ONU se donne les moyens de ses prétentions et impose un véritable cessez-le-feu, pour ensuite juger les crimes des uns et des autres. Cela permettrai de ramener la paix et de calmer les tensions, préalable indispensable à toute solution négociée par les premiers concernés, les habitants de Palestine. Surtout qu’ils ont tous la même revendication: De la rivière à la mer, ce qui les condamne à s’entendre.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
2
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x