En 2014, le Times of Israël publiait le plan secret de migration inversée vers l’Ukraine, confirmant que Israël admet que les Juifs sont des Khazars

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Pour faire suite à mon précédent article au sujet du dossier des Khazars, du Khazar Khaganate (ou « Empire khazar ») et de la Nouvelle Khazarie, c’est-à-dire le plan subversif pour l’instauration d’un nouvel Israël en Ukraine, je partage avec vous la traduction d’une publication du quotidien israélien, The Times of Israël, qui précise que Israël reconnaît les Juifs comme des Khazars et qui confirme la réalité d’une Nouvelle Khazarie en territoire ukrainien. « Le successeur à petite échelle de l’empire médiéval de Khazaria (comme on appelait autrefois la péninsule) s’appellerait, en yiddish, Chazerai. » Je tiens à faire remarquer qu’une note de l’éditeur a été ajoutée en rouge au-dessus de cette publication, affirmant que « ce billet de blog est une œuvre de satire ». Curieusement, cette note a été ajoutée le 28 février 2022, quatre jours très exactement après le déclenchement de l’opération militaire spéciale par ordre du président russe Vladimir Poutine. Du 18 mars 2014 au 27 février 2022, cette note de l’éditeur n’apparaissait nulle part. On tente donc de camoufler la vérité en faisant croire que cet article est une « œuvre de satire ».

Comment, après 8 ans, cet article aurait-il pu soudainement devenir une « œuvre de satire » ? Je rappelle que son auteur, James Wald, est titulaire d’une licence de l’université du Wisconsin, d’une maîtrise et d’un doctorat de l’université de Princeton. Il est professeur au Hampshire College, où il enseigne l’histoire de l’Europe moderne, et plus particulièrement sur l’histoire culturelle du XVIIIe au XXe siècle, la Révolution française, l’Europe centrale, le fascisme et le nazisme, ainsi que l’Europe des débuts de l’ère moderne. Ses recherches portent plus particulièrement sur l’histoire des intellectuels et de la vie littéraire. N’étant pas un romancier ni un fabulateur, il est inconcevable que James Wald ait perdu son temps à écrire une « œuvre de satire ». Comme le mentionnait un lecteur du Times of Israël, Philippe Ventresca III, le 18 février 2015 : « Peu de vérité dans chaque blague… beaucoup de vérité dans celle-ci… »

➤ « Le peuple juif a participé directement à la création de l’État ukrainien. »

Le 23 décembre 2015, le président ukrainien de l’époque, Petro Porochenko, a déclaré que « le peuple juif a participé directement à la création de l’État ukrainien » lors d’un discours au parlement israélien (Knesset). Le rabbin et ancien vice-président du Congrès des communautés et organisations religieuses juives de Russie (КЕРООР), Zinoviy L. Kogan, a eu du mal à répondre à ce que Porochenko voulait dire dans le contexte historique. « Les chroniques russes parlent, par exemple, du Khazar Khaganate, qui existait jusqu’à la fin du Xe siècle, et dont le sommet professait le judaïsme. Lorsque l’actuel patriarche de Moscou et de toute la Russie Kirill, alors encore métropolitain, a participé à la définition des religions traditionnelles, la décision suivante a été prise : considérer comme telles celles qui existaient sur le territoire de l’État russe avant même sa formation. Ainsi, le judaïsme, avec le christianisme orthodoxe, l’islam et le bouddhisme, est considéré comme l’une de ces religions en Russie », a-t-il déclaré. [SOURCE — НСН: Национальная Служба Новостей]

Petro Porochenko, devant la Knesset, le 23 décembre 2015

➽ Fuite d’un rapport : Israël reconnaît les Juifs comme des Khazars ; Plan secret de migration inversée vers l’Ukraine

Par James Wald, The Times of Israël, 18 mars 2014

Les adeptes des affaires du Moyen-Orient savent deux choses : il faut toujours s’attendre à l’inattendu et ne jamais laisser de côté le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a plus de vie politique que le chat proverbial. Hier encore, on a appris que les rebelles syriens envisageaient de céder à Israël le plateau du Golan en échange de la création d’une zone d’exclusion aérienne contre le régime d’Assad. Dans une démarche encore plus audacieuse, il est désormais révélé qu’Israël retirera ses colons des communautés situées au-delà des blocs de colonies — et les relocalisera au moins temporairement en Ukraine. L’Ukraine a conclu cet arrangement sur la base de liens historiques et en échange d’une assistance militaire désespérément nécessaire contre la Russie. Cette tournure surprenante des événements a une origine encore plus surprenante : la génétique, un domaine dans lequel les universitaires israéliens excellent depuis longtemps.

Monnaie khazare (yarmaq) trouvée dans le trésor de Spillings.

Un peuple turc belliqueux et un mystère

Il est bien connu qu’aux VIIIe et IXe siècles, les Khazars, un peuple turc guerrier, se sont convertis au judaïsme et ont régné sur un vaste domaine dans ce qui est devenu le sud de la Russie et de l’Ukraine. Ce qui leur est arrivé après la destruction de cet empire par les Russes vers le XIe siècle reste un mystère. Beaucoup ont émis l’hypothèse que les Khazars seraient devenus les ancêtres des Juifs ashkénazes.

L’Empire Khazar. Carte de Schnitzler de L’Empire de Charlemagne et celui des Arabes (Strasbourg, 1857).

Les Arabes ont longtemps cité l’hypothèse Khazar pour tenter de nier une revendication historique juive sur la terre d’Israël. Lors du débat de l’ONU sur la partition de la Palestine, Chaim Weizmann a répondu sarcastiquement : « C’est très étrange. Toute ma vie, j’ai été juif, je me suis senti juif, et j’apprends maintenant que je suis Khazar. » Dans une veine plus populaire, la Première ministre Golda Meir a déclaré : « Khazar, Schmazar. Il n’y a pas de peuple Khazar. Je ne connaissais aucun Khazar à Kiev. Ou Milwaukee. Montre-moi ces Khazars dont tu parles. »

Un peuple guerrier : hache de combat Khazar, v. 7e-9e siècles.

L’ex-communiste et scientifique hongrois à contre-courant Arthur Koestler a présenté l’hypothèse khazare à un public plus large avec La treizième tribu (1976), dans l’espoir que la réfutation d’une identité « raciale » juive commune mettrait fin à l’antisémitisme. De toute évidence, cet espoir ne s’est pas réalisé. Plus récemment, l’historien israélien de gauche Shlomo Sand, dans Comment le peuple juif fut inventé, a orienté la thèse de Koestler dans une direction qu’il n’avait pas envisagée, en soutenant que, parce que les Juifs sont une communauté religieuse issue de convertis, ils ne constituent pas une nation et n’ont pas besoin d’un État qui leur soit propre. Les scientifiques ont toutefois rejeté l’hypothèse khazare car les preuves génétiques ne concordaient pas. Jusqu’à aujourd’hui. En 2012, le chercheur israélien Eran Elhaik a publié une étude qui prétend prouver que l’ascendance khazare est l’élément le plus important du patrimoine génétique ashkénaze. Sand s’est déclaré justifié, et des organes progressistes tels que Haaretz et The Forward ont claironné les résultats.

Israël semble avoir finalement jeté l’éponge. Une équipe d’universitaires issus d’institutions de recherche et de musées de premier plan vient de publier un rapport secret au gouvernement, reconnaissant que les Juifs européens sont en fait des Khazars. (Il reste à voir si cela aboutirait à une nouvelle proposition visant à réviser les mots en « Hatikvah ».) À première vue, cela semble être la pire nouvelle possible, compte tenu de l’insistance incessante du Premier ministre sur la nécessité d’une reconnaissance palestinienne de Israël en tant qu’« État juif » et la stagnation des pourparlers de paix. Mais d’autres l’ont sous-estimé, à leurs risques et périls. Un assistant a plaisanté en disant que lorsque la vie vous tend une étrog, vous construisez une souccah.

S’exprimant officieusement, il a expliqué : « Nous avons d’abord pensé que le fait d’admettre que nous sommes vraiment des Khazars était un moyen de contourner l’insistance d’Abbas sur le fait qu’aucun Juif ne peut rester dans un État palestinien. Nous étions peut-être en train de nous raccrocher à une paille. Mais lorsqu’il a refusé de l’accepter, nous avons été contraints de réfléchir à des solutions plus créatives. L’invitation ukrainienne au retour des Juifs a été une aubaine. Il serait difficile, pour des raisons logistiques et économiques, de réinstaller tous les colons en Israël dans un court laps de temps. Nous ne voulons certainement pas d’un autre fashlan comme l’expulsion des colons lors du Hitnatkut [désengagement] de Gaza. » S’exprimant en profondeur, une source bien placée dans les cercles du renseignement a déclaré : « Nous ne parlons pas du retour de tous les Juifs ashkénazes en Ukraine. Ce n’est évidemment pas pratique. La presse, comme à son habitude, exagère et fait du sensationnalisme ; c’est pourquoi nous avons besoin d’une censure militaire. »

Khazarie 2.0 ?

Tous les Juifs qui souhaitent revenir seraient accueillis sans condition en tant que citoyens, d’autant plus s’ils participaient à l’infusion promise d’une assistance militaire israélienne massive, comprenant des troupes, du matériel et la construction de nouvelles bases. Si le transfert initial fonctionne, d’autres colons de Cisjordanie seraient également encouragés à s’installer en Ukraine. Une fois que l’Ukraine, soutenue par ce soutien, aura rétabli le contrôle sur l’ensemble de son territoire, l’actuelle République autonome de Crimée redeviendra un domaine juif autonome. Le successeur à petite échelle de l’empire médiéval de Khazaria (comme on appelait autrefois la péninsule) s’appellerait, en yiddish, Chazerai.

L’Empire Khazar, carte de l’Europe à l’époque de Charles le Grand, de Karl von Spruner, Historisch-geographischer Hand-Atlas (Gotha, 1854).

« Comme vous le savez », a poursuivi le porte-parole, le « Premier ministre a répété à maintes reprises que nous sommes un peuple fier et ancien dont l’histoire remonte à 4 000 ans. Il en va de même pour les Khazars : ils sont juste derrière en Europe et leur histoire n’est pas aussi longue. Mais regardez la carte : les Khazars n’ont pas eu à vivre à l’intérieur des “frontières d’Auschwitz”. »

L’étendue de l’empire Khazar (en rose, à droite) apparaît clairement sur cette carte de l’Europe vers 800, réalisée par Monin (Paris, 1841). Comparez avec l’empire de Charlemagne (rose, à gauche).

« Comme l’a dit le Premier ministre, personne ne dira aux Juifs où ils peuvent ou non vivre sur le territoire historique de leur existence en tant que peuple souverain. Il est prêt à faire de douloureux sacrifices pour la paix, même si cela signifie abandonner une partie de notre patrie biblique en Judée et Samarie. Mais il faut alors s’attendre à ce que nous exercions nos droits historiques ailleurs. Nous avons décidé que ce serait sur les rives de la mer Noire, où nous étions un peuple autochtone depuis plus de 2000 ans. Même le grand historien non sioniste Simon Dubnow a déclaré que nous avions le droit de coloniser la Crimée. C’est dans tous les livres d’histoire. Vous pouvez le rechercher. »

Mer Noire, montrant la présence des Khazars en Crimée et dans les régions côtières : Rigobert Bonne, Imperii Romani Distracta. Pars Orientalis, (Paris, 1780). Notez l’Ukraine et Kiev en haut à gauche. À droite : la mer Caspienne, également appelée, comme c’était la coutume, la mer des Khazars.

« Nous aimerions le considérer comme une sorte de patrie loin de chez nous », a ajouté la source anonyme des renseignements. « Ou celui d’origine », dit-il avec un clin d’œil. « Après tout, Herzl a écrit sur la Vieille Nouvelle Terre, n’est-ce pas ? Et la transition ne devrait pas être trop difficile pour les colons car, vous savez, ils auront quand même le sentiment d’être des pionniers : ils affrontent le danger, construisent de nouveaux logements, portent des armes. Les femmes pourront continuer à porter le foulard sur la tête et la nourriture ne sera pas très différente de ce qu’elles mangent déjà. »

Rétrospectivement, nous aurions dû voir cela venir, a déclaré un vénérable arabiste du Département d’État, en cochant les signes sur ses doigts : un rapport peu remarqué selon lequel la Russie réprimait la contrebande israélienne d’objets Khazars, les décisions de l’Espagne et du Portugal de donner la citoyenneté aux descendants de leurs Juifs expulsés, ainsi que la preuve que d’anciens soldats de Tsahal dirigeaient déjà des milices de soutien au gouvernement ukrainien. Et maintenant, peut-être aussi la possibilité que l’avion malaisien disparu ait été détourné vers l’Asie centrale.

Un journaliste chevronné du Moyen-Orient a déclaré : « C’est problématique, mais d’une manière perverse, brillante. D’un seul coup, Bibi a réussi à confondre amis et ennemis. Il a remis la balle dans le camp des Palestiniens et a relâché la pression américaine sans pour autant faire de réelles concessions. Parallèlement, en s’alignant aux côtés des rebelles syriens et de l’Ukraine, mais aussi de la Géorgie et de l’Azerbaïdjan, il compense la perte de l’alliance turque et exerce une pression à la fois sur Assad et sur l’Iran. Et le nouvel accord gazier chypriote-israélien soutient l’Ukraine et affaiblit le levier économique de la Russie et des États pétroliers du Golfe. Tout simplement génial. »

Des réactions du monde entier

Compte tenu de la confluence du week-end et des jours fériés de Pourim et de la Saint-Patrick, les journalistes se sont précipités pour obtenir des réponses. Les réactions du monde entier se sont multipliées.

● Les membres du Conseil des colons de YESHA, certains d’entre eux visiblement les plus mal en point après trop de festival de slivovitz, ont été pris complètement par surprise. Toujours méfiants à l’égard de Netanyahu, qu’ils considèrent comme un opportuniste habile plutôt que comme un allié idéologique fiable, ils ont refusé de commenter jusqu’à ce qu’ils aient évalué la situation de manière plus approfondie.

La plupart des réactions proposées à la hâte tombaient dans les catégories prévisibles.

● Les groupes antisémites de droite se sont emparés de cette histoire pour justifier leurs théories du complot, affirmant qu’il s’agissait de l’aboutissement du plan séculaire des Juifs pour venger la défaite de la Khazarie par les Russes au Moyen-Âge, une reprise du soutien d’Israël à la Géorgie en 2008. « Les Juifs ont une mémoire aussi longue que leur nez », a déclaré l’un d’eux.

Un continuum de conquête et de cruauté ?

● Depuis Ramallah, un porte-parole du Fatah a déclaré que l’offre était un début mais qu’elle n’allait pas assez loin pour satisfaire les demandes palestiniennes. Montrant l’image d’un guerrier Khazar provenant d’un artefact archéologique, il expliqua :

Il existe un continuum de conquête et de cruauté. C’est très simple, la génétique ne ment pas. Nous voyons les résultats aujourd’hui : le régime sioniste et les forces d’occupation brutales descendent de barbares guerriers. Les Palestiniens descendent de pasteurs pacifiques, en fait, des anciens Israélites que vous avez faussement revendiqués comme vos ancêtres. À propos, il n’est pas vrai que vos ancêtres aient jamais eu un temple à Jérusalem.

Guerrier khazar avec un prisonnier, représentation de Norman Finkelshteyn d’après une aiguière du VIIIe siècle, trouvée en Roumanie.

● Le célèbre site de renseignements non officiel DAFTKAfile a admis :

Garçon, nos visages sont-ils rouges. Nous avons été pris au dépourvu et avons pensé que le retour en Espagne et au Portugal était la véritable histoire. De toute évidence, il s’agissait d’une feinte impeccablement planifiée et intelligente pour détourner l’attention de la révolution à venir en Ukraine. Bien joué, Mossad.

● Le blogueur prolifique Richard Sliverstein, dont la connaissance de la culture juive et l’étrange capacité à dénicher des secrets militaires provoquent régulièrement l’étonnement même parmi ses détracteurs, a commenté :

Franchement, je suis surpris que mes sources du Mossad ne m’aient pas informé de cette histoire en premier. Mais j’ai été confronté à une date limite pour rédiger un essai sur la signification kabbalistique des graines de sésame, l’ingrédient principal du houmous, donc je n’ai pas rattrapé mon courrier électronique. Mais est-ce que je me sens justifié ? Eh bien, oui, mais ce n’est pas une grande satisfaction. Je dis depuis des années que les Juifs descendent des Khazars mongols-tatars, mais cela n’a pratiquement pas entamé l’armure de propagande de ces idiots hasbaroïdes sionistes.

● Un responsable d’une importante ONG de défense des droits de l’homme a déclaré :

L’évacuation des colonies illégales doit faire partie de tout accord de paix, mais le fait de forcer les colons à quitter la Palestine pour les réinstaller ensuite en Ukraine pourrait constituer une violation de la quatrième convention de Genève. Nous verrons ce que la CPI a à dire à ce sujet. Et s’ils pensent qu’ils peuvent avoir la gâchette encore plus facile en Ukraine qu’en Cisjordanie, ils ne sont pas au bout de leurs peines.

● Le porte-parole ultra-ultra-orthodoxe Menuchem Yontef (anciennement d’Inowraclaw) a salué la nouvelle :

Nous rejetons l’État sioniste, qui est illégitime jusqu’à l’arrivée du Machia’h. Peu nous importe où nous vivons tant que nous pouvons étudier la Torah et obéir pleinement à ses commandements. Cependant, nous refusons de servir dans l’armée là-bas comme ici. Et nous voulons aussi des subventions. C’est la volonté de Dieu.

● La porte-parole d’une délégation de militants épiscopaliens pour la paix, jointe après la conférence “Christ at the Checkpoint” à Bethléem, a déclaré, les larmes aux yeux :

Nous saluons cette cohérence de principe. Si seulement tous les Juifs pensaient comme Menuchem Yontef – en fait, j’aimerais les appeler « Juifs de Menuchem Yontef » : « MES Juifs », en abrégé – alors l’antisémitisme disparaîtrait et les membres des trois confessions abrahamiques vivraient à nouveau ensemble en paix. ici comme ils le faisaient avant l’avènement du sionisme. L’État-nation est une relique du XIXe siècle qui a causé des souffrances indicibles. La tâche la plus urgente pour la paix mondiale est la création immédiate d’une Palestine libre et souveraine.

● La célèbre universitaire et théoricienne Judith Buntler a réfléchi :

Il peut paraître paradoxal d’établir l’altérité ou « l’interruption » au cœur des relations éthiques. Mais pour savoir cela, nous devons d’abord considérer ce que signifient ces termes. On pourrait soutenir que le trait distinctif de l’identité khazarienne est qu’elle est interrompue par l’altérité, que la relation aux gentils définit non seulement sa situation diasporique, mais l’une de ses relations éthiques les plus fondamentales. Bien qu’un tel énoncé puisse très bien être vrai (c’est-à-dire qu’il appartient à un ensemble d’énoncés vrais), il parvient à réserver l’altérité comme prédicat d’un sujet antérieur. La relation à l’altérité devient l’un des prédicats de « l’être Khazarien ». C’est une tout autre chose de comprendre cette relation comme remettant en question l’idée du « Khazarian » en tant qu’être statique, décrit de manière adéquate comme un sujet… les projets de coexistence ne peuvent commencer qu’avec le démantèlement du sionisme politique.

Pas la « solution à deux États » à laquelle ils s’attendaient ?

● Le leader anti-israélien du BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), Ali Abubinomial, l’a exprimé plus simplement. Frappant son bureau, il fulminait : « Alors, Israël et Khazarie ? C’est ce que les sionistes entendent par “solution à deux États” ?! Faire le calcul! Personne n’a lu mon livre ? »

● Les étudiants pour la justice en Palestine (SJP) ont convoqué une réunion d’urgence pour établir des liens avec l’Organisation de libération des Petchenegs (OLP), affirmant que « les Petchenegs ne devraient pas payer le prix de l’antisémitisme européen ». Le nouveau groupe de solidarité « Étudiants pour les Petchenègues d’Ukraine » (SPUK) a proclamé sa devise : « De la mer Noire à la mer Caspienne, nous trouverons quelqu’un à libérer ! »

● De son côté, Myron Benvenuti, militant pour la paix et ancien administrateur de Jérusalem-Est, a répondu avec sérénité : « Je n’ai rien à craindre : je suis sépharade et ma famille vit ici depuis des siècles. Quoi qu’il en soit, si je dois aller ailleurs, ce sera l’Espagne, pas l’Ukraine : plus de soleil, moins de coups de feu. »

Le consensus de la large majorité du « Moyen Israël », qui estime que Netanyahu n’en fait pas assez pour la paix mais remet également en question la sincérité des Palestiniens, est sceptique et désespéré. Une femme a déclaré, frustrée : « Nous aspirons tous à un accord, mais nous ne voyons tout simplement pas comment y parvenir. Pour l’instant, tout ce que nous pouvons voir, c’est ce Chazerai. »

Les derniers rapports, notamment la reconnaissance par Vladimir Poutine de la Crimée comme « État souverain et indépendant », et l’estimation selon laquelle la réinstallation des colons israéliens dans le cadre de tout accord de paix coûterait 10 milliards de dollars, confirment les détails de l’histoire ci-dessus. — JAMES WALD


VIDÉO TOURNÉE IMMÉDIATEMENT APRÈS LE MASSACRE DE L’EUROMAÏDAN, AVANT MÊME LA GUERRE — Le rédacteur de X-True.info écrit qu’il s’agit d’« une vidéo dans laquelle chaque image, chaque élément signifie bien plus qu’il n’y paraît ». Selon le commentaire sous la vidéo, celle-ci a été envoyée en Israël en tant qu’appel officiel de l’État d’Ukraine au nom des Ukrainiens ! Mais, pour une raison quelconque, nous observons dans la vidéo la référence opposée : un Juif traite un Ukrainien sur un plateau d’argent ! Or, ce clip est basé sur le poème de Nathan Alterman, “Plateau d’argent” :
« Comme ils sont fatigués ! La paix leur est inconnue — Cette croissance du jeune printemps juif. Et quand ils s’approchent, ils se figent silencieusement sur place, et on ne sait pas s’ils sont vivants ou morts. Et alors, à travers les larmes, dans une admiration douloureuse, la nation demandera : « Qui es-tu ? » Et ils diront : « Nous sommes le plateau d’argent sur lequel le peuple juif a reçu l’État. » Et cela dit, ils tombent, ils ne sont pas visibles dans le noir. Les annales du pays diront la suite. »
Plus loin, l’Ukrainien a des visions allant du passé de l’État d’Israël au passé récent de l’Ukraine, à savoir l’acquisition de la souveraineté (indépendance) par l’État d’Israël et le Maidan 2.0 en Ukraine. Dans l’intervalle, entre les visions, on retrouve encore une maxime du juif : « C’était peut-être un rêve, peut-être pas. Qui sait où se situe la frontière entre la réalité et l’imaginaire ? » On y voit donc le parallèle entre l’acquisition de la souveraineté étatique et Maidan.

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Jacinthe Martel
5

« Vous êtes un de nos meilleurs journalistes. Longue vie et courage. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1064070cookie-checkEn 2014, le Times of Israël publiait le plan secret de migration inversée vers l’Ukraine, confirmant que Israël admet que les Juifs sont des Khazars
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Benseth Henok

Les kazhars et leurs descendants n’ont pas la marque du Sinaï c’est simple ! La science perd son temps là où les mages de l’Or D’ADAM sont très rapide!

Le scanner d’Amon-Ré permet de savoir en moins d’une heure qui est Hébreux et qui ne l’est pas, car la marque du Sinaï est indélébile et touche tous les descendants des Hébreux. Si vous êtes juifs et que vous n’avez pas la marque invisible du Sinaï vous :
– N’ETES PAS HÉBREUX
– N’ETES SOUS AUCUN CULTE DES ANCÊTRES
– VOUS NE FAITES PAS PARTIE DES DESCENDANTS DES 12 TRIBUS
– VOUS N’ETES PAS SOUS L’ALLIANCE DU SINAÏ…

pouvez vous , vous ET vos cercles d’initiés, laissez les VRAIS FAIRE..ET ETRE PERTINENT ! pouvez vous arrêter de faire de l’ombre au véritable détenteur de la lumière de l’or D’ADAM…

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
4
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x