Un tribunal allemand ordonne qu’une rescapée de l’Holocauste soit placée dans une institution psychiatrique pour des injections COVID forcées

La compositrice Inna Zhvanetskaya serait entrée dans la clandestinité pour empêcher les autorités de l’emprisonner de force et de la vacciner.

La célèbre compositrice d’origine soviétique Inna Zhvanetskaya se cacherait des autorités allemandes après que celles-ci aient tenté de faire interner cette femme de 85 ans dans un établissement psychiatrique et de lui inoculer contre son gré l’injection de Covid-19, selon le média allemand Report24, qui a été en contact personnel avec elle. Mme Zhvanetskaya est née à Vinnytsia, en Ukraine, le 20 janvier 1937 et a survécu, enfant, à l’holocauste nazi. Elle a étudié la composition sous la direction de Nikolay Peyko à l’école Gnessin où elle a obtenu son diplôme en 1964. Elle devient membre de l’Union des compositeurs de l’URSS et consacre sa vie presque exclusivement à la musique. Elle a enseigné le piano et, en 1965, est devenue maître de conférences en lecture de partitions et en instrumentation à l’École de Gnessin (aujourd’hui le Collège musical d’État de Gnessin). Des politiciens et des experts juridiques, dont Martin Sich, du parti “Alternative pour l’Allemagne” (AfD), ont dénoncé la décision de justice prise à l’encontre de la compositrice comme une violation de la loi fondamentale allemande.

Alors qu’une décision de justice avait autorisé l’enlèvement forcé de Mme Zhvanetskaya de son domicile à Stuttgart le 11 janvier afin de l’institutionnaliser « pour son propre bien », elle aurait été secourue avant leur visite par des “militants amis” qui voulaient empêcher son arrestation. Dans une vidéo enregistrée depuis sa cachette, la compositrice a déclaré à Report24 que « la musique est ma vie, et s’ils me privent de musique, ils me privent de vie ». Report24 a également reçu une copie de l’ordonnance du tribunal, qui l’autorise à être transférée de force dans un établissement psychiatrique et à lui injecter de force les injections de COVID-19. L’ordonnance du tribunal a été officiellement nommée par son tuteur professionnel, ce qui semble quelque peu contradictoire étant donné que la fédération nationale allemande des tuteurs professionnels est strictement contre les vaccinations forcées de patients contre leur gré, selon des déclarations faites sur leur site internet.

L’avocat de Mme Zhvanetskaya a fait appel et a convaincu le 12 janvier le tribunal de district de Stuttgart-Bad Cannstatt de suspendre la partie de l’ordonnance relative à la vaccination obligatoire jusqu’à ce qu’elle soit résolue. Il a toutefois averti qu’elle pouvait encore être placée en institution à tout moment. Publiée le mois dernier, l’ordonnance autorise le tuteur et le personnel médical de Mme Zhvanetskaya à pénétrer de force dans son domicile, en faisant appel à la police si nécessaire, puis à l’enfermer dans un établissement psychiatrique jusqu’en décembre 2024 au plus tard, afin de lui administrer deux injections du vaccin Covid-19, dont elle a maintes fois répété qu’elle ne voulait pas.

Ce traitement non consensuel serait justifié par les maladies mentales et physiques dont souffrirait la compositrice, à savoir la démence, des troubles délirants, une “image de soi grandiose” narcissique, l’égocentrisme, la logorrhée, l’obésité sévère, les maladies cardiaques et l’obsession de la musique. « Elle est complètement prise dans ses compositions et tellement occupée par la musique qu’il est impossible d’avoir une conversation sérieuse avec elle », indique le document. Cependant, bon nombre de ces diagnostics ont été remis en question par les critiques après que l’histoire ait fait le tour des médias alternatifs. Le journaliste de Report24, Will Huber, a souligné que Mme Zhvanetskaya ne semble pas être extrêmement en surpoids dans la vidéo qu’elle a envoyée, ce qui semble contredire l’affirmation selon laquelle elle est gravement obèse.

Les connaissances de Mme Zhvanetskaya ont rétorqué que la vidéo qu’elle a réalisée cette semaine prouve qu’elle est saine d’esprit et de corps. Tout en admettant que la compositrice était « introvertie et autiste », Mascha Orel, cofondatrice d’une organisation de défense des survivants de l’holocauste, a déclaré au média allemand TKP, après avoir parlé à Zhvanetskaya, qu’elle ne pouvait confirmer aucun des diagnostics allégués dans l’ordonnance du tribunal. « Je lui ai parlé au téléphone pendant une heure. C’est de la folie. Je voulais m’assurer de son état. Elle est vulnérable, effrayée et vit dans cet état depuis environ deux ans car son tuteur légal a apparemment tenté de l’internaliser à plusieurs reprises. L’épée de Damoclès de l’instruction plane depuis longtemps sur sa tête. Elle a fait une comparaison sans équivoque : “C’est comme quand papa était au front et maman a dû fuir avec moi et mon frère.” Comme beaucoup d’artistes, Inna est introvertie et apparaît “hors de ce monde” en dehors de son art. Mais quel artiste surdoué est tout à fait normal au sens conventionnel ? »

Orel a également mentionné que Mme Zhvanetskaya ne voulait pas prendre ses médicaments à un moment donné et que c’était probablement une raison pour que son tuteur légal demande qu’elle soit institutionnalisée. Le père de Zhvanetskaya, qui était médecin, « lui a probablement aussi appris à peser les avantages et les risques. Elle a une approche très consciente du sujet et c’est probablement pourquoi elle a refusé si fermement la vaccination », a déclaré Orel. Un autre détail intéressant à propos de l’ordonnance du tribunal est le fait qu’elle prétend que l’anniversaire de Mme Zhvanetskaya est le 20 janvier 1939, même si toutes les autres sources disent qu’elle est née en 1937. De nombreux avocats, militants, médecins et médias alternatifs ont pris la défense de Zhvanetskaya et ont fustigé les mesures prises par les autorités allemandes. « Cette décision est un gigantesque scandale judiciaire », a écrit l’avocate et experte en droit médical Beate Bahner dans un article de Telegram.

Le professeur Martin Haditsch, qui était l’un des critiques autrichiens les plus célèbres des mesures gouvernementales liées au COVID, a déclaré que la vaccination forcée représente une violation du code de Nuremberg, qui interdit les expériences médicales non consensuelles car les injections de COVID n’ont pas été correctement testées avant d’être introduites sur le marché. L’avocat de Zhvanetskaya, Holger Fischer, qui a fait appel de l’ordonnance du tribunal, a fait le point sur sa chaîne Telegram le 12 janvier, affirmant que le tribunal de district de Stuttgart avait accordé sa demande urgente de suspension de la vaccination obligatoire jusqu’à ce que la décision sur l’appel soit rendue. Cependant, Mme Zhvanetskaya pourrait toujours être institutionnalisée de force à tout moment, selon Fischer.

Guy Boulianne - Podcast général - Radio Impact
Guy Boulianne – Podcast général – Radio Impact
Variations on Jewish Theme for 2 violins (1986)
Loading
/

SOURCES ET RÉFÉRENCES :


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Paul Philippe
5

« Vous lire et vous suivre dans tous vos écrits c’est entrer dans le ROC de la raison et en vérité. Je me réjouirais toujours de votre courage et dévouement charitable. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
805590cookie-checkUn tribunal allemand ordonne qu’une rescapée de l’Holocauste soit placée dans une institution psychiatrique pour des injections COVID forcées
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
béatrice vojinovic vuk

On a du mal à penser que ces expérience de domination mentale et physique puissent encore s’exercer. Tout contribue au sordide! Le lieu, l’origine de la personne, le prétexte de la maladie mentale, l’expérience scientifique….Gros malaise

Paul-Emic

c’est vraiment n’importe quoi ! On dirait que les nanos particules du vaxx ont atteint le cerveau des juges !

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
2
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x