The Intercept enquête sur Ron DeSantis. « Soit les électeurs américains voteront Bleu, soit ils plongeront directement dans le fascisme »

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Quelques minutes après qu’un grand jury de New York a inculpé l’ancien président Donald Trump par un procureur de New York soutenu par George Soros, un projet de loi a été déposé au Sénat de Floride pour modifier la loi électorale. Cela a conduit certains organes de presse à signaler qu’il avait été déposé pour permettre au gouverneur Ron DeSantis de se présenter à la présidence sans avoir à démissionner. WESH NBC 2 News a suggéré que le projet de loi permettrait aux dirigeants républicains « de réécrire la loi comme ils l’ont fait pour les anciens gouverneurs [Rick] Scott et [Charlie] Crist pour leur permettre de se présenter aux élections fédérales tout en conservant la flexibilité d’être gouverneur ». D’autres organes de presse ont rapporté que le projet de loi SB 7050 abrogerait la loi de l’État sur la « démission pour se présenter ».

Mais lors d’une conférence de presse le 30 mars dernier, la présidente du Sénat Kathleen Passidomo, R-Naples, a déclaré que le projet de loi ne traitait pas de la loi « démissionner pour se présenter », qui oblige un titulaire actuel à démissionner de son siège s’il se présente à un poste élu au niveau fédéral.

Le Comité sénatorial sur l’éthique et les élections a déposé le SB 7050 à 18h08 le 30 mars 2023, quelques minutes après l’annonce de l’inculpation de l’ancien président. Le projet de loi n’a ni auteur ni titre. Qualifié de « projet de loi coquille », il reste ambigu et permettra aux législateurs d’ajouter un libellé plus tard. Il indique qu’il s’agit d’un “projet de loi intitulé” et d’un “avant-projet” et se rapporte “aux élections ; fournir l’intention législative; fournir une date d’entrée en vigueur” : « Que ce soit promulgué par la législature de l’État de Floride : Section 1. La législature a l’intention de réviser les lois relatives aux élections. Section 2. La présente loi entrera en vigueur le 1er juillet 2023 », indiquait le projet de loi.

Lors d’une conférence de presse le 30 mars dernier en soirée, lorsqu’on lui a demandé : « Qu’y a-t-il dans la loi ? » La présidente du Sénat, Kathleen Passidomo, a déclaré aux journalistes : « Nous avons une myriade de choses sur lesquelles nous nous sommes penchés. Ça va être assez robuste. Je pense que c’est bien rédigé et le sénateur Danny Burgess a travaillé très dur dessus. Ce sera une bonne loi. » Lorsqu’on lui a demandé : « Est-ce que la composante “démissionner pour se présenter” sera dans le projet de loi ? », elle a répondu : « Non, je ne pense pas. Nous cherchons toujours à savoir si nous en avons vraiment besoin ou non. Nous n’avons tout simplement pas eu le temps de le faire. Je ne peux faire qu’une seule chose à la fois. Nous ferons cela ensuite. Je fais en quelque sorte mes propres recherches. »

La loi actuelle de l’État, connue sous le nom de « démission pour se présenter », exige qu’un élu en exercice en Floride qui se qualifie pour un bureau fédéral démissionne de son poste afin de se présenter. Le chapitre 99 (4) (a) de la loi de Floride stipule que « tout fonctionnaire qui se qualifie pour une fonction publique fédérale doit démissionner de la fonction qu’il occupe actuellement si les mandats, ou une partie de ceux-ci, se succèdent ». (b) « La démission est irrévocable ».

La loi n’a pas toujours été dans les livres et a été récemment rétablie en 2018. Quand c’était dans les livres, en 2007 par exemple, la législature contrôlée par les républicains a changé la loi pour permettre au gouverneur de l’époque, Crist, de se présenter à un autre poste. À l’époque, il était considéré comme le possible candidat à la vice-présidence du sénateur républicain John McCain. Ce dernier continuerait à choisir l’ancienne gouverneure républicaine de l’Alaska Sarah Palin à la place, et ils perdraient contre les démocrates de l’époque, Barack Obama et Joe Biden en 2008. Crist a ensuite changé de parti pour devenir démocrate et s’est présenté contre DeSantis l’année dernière pour gouverneur et il a perdu.

En décembre dernier, le président de la Chambre, Paul Renner, R-Palm Coast, a déclaré aux journalistes qu’il pensait que c’était une « bonne idée » de revoir la loi. Passidomo a également déclaré que le changer serait une « bonne idée », a rapporté la WFSU Public Media. « Si un individu qui est gouverneur de Floride se présente à la présidence, je pense qu’il devrait être autorisé à le faire », a-t-elle déclaré. Le projet de loi SB 7050 a été inscrit à l’ordre du jour du Comité sénatorial sur l’éthique et les élections pour le 4 avril prochain, c’est-à-dire demain. [Source : The Center Square]

Voici maintenant ce que le chroniqueur de la plateforme Zeitgeist Pulse avait à dire à ce sujet :
Et pendant que nous étions distraits en regardant l'acte d'accusation se dérouler, le projet de loi 7050 du Sénat de Floride a été annoncé. C'est presque comme si l'acte d'accusation de Trump avait déclenché ce projet de loi. Pour les Santis, se débarrasser de Trump n'est que la première étape sur deux pour se frayer un chemin vers une course présidentielle. Et tandis que certains chapeaux rouges ont spéculé que les Santis viendraient en aide à Trump, eh bien, voici Ronald. Si des accusations sont portées contre lui, jouerez-vous un rôle dans l'extradition vers New York ?

« Nous ne sommes pas impliqués là-dedans, nous ne serons pas impliqués là-dedans. Je n'ai aucun intérêt à m'impliquer dans un certain type de cirque fabriqué par un Procureur de district de Soros. J'ai de vrais problèmes à régler ici dans l'État de Floride. J'ai tellement de choses en suspens devant la législature. Nous n'allons donc en aucun cas y participer. Je me bats pour les Floridiens et je me bats contre Biden. C'est ce que je fais tous les jours. »

Pour les Pères Noël, l'obstacle n°2 est le suivant, et il s'agit en fait d'un clip que j'ai sorti en mars.

Et puis il y a une raison légale, la loi de Floride 99.012. Ce qui suit est en fait le hold-up. Nul ne peut se qualifier comme candidat à plus d'une fonction publique, qu'elle soit fédérale, d'État, de district, de comté ou municipale, si les termes ou tout point de ceux-ci s'exécutent simultanément. De plus, aucun officier ne peut se qualifier comme candidat sans démissionner du poste qu'il occupe actuellement, et une fois soumise, la démission est irrévocable.

Et voici ce que nous attendions tous. Il va prévoir ici que les statuts 99.012 verront probablement un amendement introduit dans les semaines ou les mois à venir par un ou plusieurs des législateurs qui peaufinent actuellement les bottes SS Dessantuses. Il s'agit du projet de loi 7050 du Sénat de Floride. Dans ce document d'une page, une seule ligne compte vraiment : «La législature a l'intention de réviser les lois relatives aux élections». [À la date du 31 mars. Maintenant le texte a été élaboré.]

Ils visent clairement la loi 99.012 de la Floride. Reste à savoir s'ils ont l'intention d'accorder une attention particulière au gouverneur ou de réviser l'ensemble de la loi. Et juste au cas où quelqu'un pense qu'il peut lancer une contestation judiciaire devant le système judiciaire de Floride, l'arbitre final est le témoin de la Cour suprême Ricky Post et a démissionné après 14 ans sur le banc. Ensuite, la machinerie de l'image commencera à tourner.

Dieu a méprisé son paradis planifié et a dit.

J'ai besoin d'un protecteur, donc Dieu a fait un combattant. Dieu a dit que j'avais besoin de quelqu'un prêt à se lever avant l'aube, à dire au revoir à sa famille, à parcourir des milliers de kilomètres sans autre raison que de servir le peuple. Alors Dieu a fait un combattant. Alors Dieu a fait un combattant. Alors Dieu a fait un combattant, donc Dieu a fait un combattant.

Et même si DeSantis n'est peut-être pas très apprécié des politiciens, il est le chouchou de diverses industries. Il suffit de regarder les récentes modifications de la loi sur les assurances en Floride. Il est déjà très bien financé et il ne fera qu'attirer plus d'argent. Dans l'ensemble, Trump sera probablement très occupé à rester hors de prison. DeSantis prendra de l'ampleur et forcera le GOP (Parti républicain) à faire face à sa candidature et à sa ligne de parti. Les électeurs, eh bien, soit ils voteront Bleu (Parti démocrate), soit les électeurs plongeront directement dans le fascisme. — Propos tenus par Zeitgeist Pulse le 31 mars 2023

The Intercept enquête sur Ron DeSantis

Nous avons appris aujourd’hui même que le magazine en ligne d’investigation The Intercept mène actuellement une enquête sur Ron DeSantis. The Intercept est une organisation de presse primée qui se consacre à tenir les puissants responsables par le biais d’un journalisme intrépide et contradictoire. Ses enquêtes approfondies et ses analyses sans faille se concentrent sur la politique, la guerre, la surveillance, la corruption, l’environnement, la technologie, la justice pénale, les médias, etc.

L’organisation de presse américaine sans but lucratif, The Intercept, a été fondée par Glenn Greenwald, Jeremy Scahill et Laura Poitras. Son éditrice est Betsy Reed. Lancé en février 2014 par l’organisation First Look Media, le magazine d’investigation est financé par le cofondateur d’eBay, Pierre Omidyar. Celui-ci avait indiqué qu’il investirait 250 millions de dollars, dont 50 pour lancer les opérations, dans ce projet qui doit permettre aux journalistes de « poursuivre la quête de la vérité ». The Intercept poursuit deux missions. À court terme, le magazine doit servir de plateforme pour présenter les documents sur la NSA révélés par Edward Snowden et ainsi poursuivre la publication d’enquêtes sur la surveillance globale par les États-Unis. À plus long terme, The Intercept vise à développer un média généraliste destiné à la pratique d’un journalisme d’investigation « courageux, combatif » et abordant des problématiques plus vastes : abus, corruption financière et politique, ou violation des libertés civiles, en recourant au nouveau potentiel numérique pour le journalisme d’enquête.

Voici le communiqué reçu aujourd’hui, le 3 avril 2023, de la part du magazine The Intercept :

Ron DeSantis est le seul candidat qui s’approche même de défier Donald Trump dans les sondages pour l’investiture présidentielle républicaine. Aucun autre candidat ne sort même des chiffres uniques. Mais alors que DeSantis s’est fait une star de droite en « possédant les libs », son bilan réel en tant que gouverneur et représentant est beaucoup moins connu — ainsi que les riches intérêts des entreprises et la machine politique derrière son ascension politique en Floride.

Notre équipe politique se rend en Floride pour fouiller dans le dossier de DeSantis, et nous ne parlons pas seulement des « 20 minutes typiques dans un restaurant » qui passent trop souvent pour des reportages politiques. Nous développons des sources, suivons des pistes et utilisons la loi Sunshine de Floride pour découvrir des documents.

The Intercept a déjà dévoilé une série d’histoires que les médias d’entreprise ont ignorées ou manquées :

► Le chef du bureau d’Intercept D.C., Ryan Grim, a découvert comment les hommes de main politiques de DeSantis ont poursuivi une vendetta politique contre deux commissaires de comté qui se sont opposés à un allégement fiscal pour les amis développeurs de DeSantis, allant jusqu’à envoyer l’un d’eux en prison.

► La journaliste politique Akela Lacy a révélé comment l’administration DeSantis a récompensé les donateurs de la campagne avec des dizaines de millions de dollars en contrats d’État.

► La chroniqueuse Natasha Lennard a rapporté comment les conseils médicaux de Floride, empilés avec des personnes nommées par Ron DeSantis, intensifient les interdictions des soins affirmant le genre pour les enfants trans.

► Lorsque DeSantis a fait voler un groupe de demandeurs d’asile dans le cadre d’une cascade conçue pour Fox News, Ken Klippenstein de The Intercept a révélé que DeSantis avait payé un donateur de campagne pour le vol avec l’argent des contribuables.

► Les reportages de Klippenstein sur les modifications proposées par DeSantis à la loi sur la diffamation en Floride ont poussé même les principaux donateurs de DeSantis et les groupes Koch à s’éloigner du projet de loi, ce qui pourrait refroidir la liberté d’expression et le journalisme.

Nous avons déjà fait plusieurs voyages dans le Sunshine State et découvert plusieurs scoops peu recommandables. Mais nous n’avons pas fini. Plutôt l’inverse. Et si vous appréciez le genre de reportage d’investigation nécessaire pour exposer les vérités gênantes que Ron DeSantis préfère garder hors de la première page, veuillez soutenir le journalisme de The Intercept et faire un don aujourd’hui.

◈ ◈ ◈ Fin du communiqué ◈ ◈ ◈



Marie Thérèse
5

« Merci pour votre travail de recherche et de traduction ! La vérité sortira, ayons la Foi…! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
870820cookie-checkThe Intercept enquête sur Ron DeSantis. « Soit les électeurs américains voteront Bleu, soit ils plongeront directement dans le fascisme »
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
4
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x