La quête secrète de la CIA pour le contrôle de l’esprit : torture, LSD et un « empoisonneur en chef ». Entrevues avec l’auteur Stephen Kinzer

Pour faire suite à l’article que j’ai récemment publié concernant la traduction et la publication en français du document secret rédigé en 1953 par le magicien John Mulholland (1898-1970) sous le nom de code “Subproject 4” (Sous-projet 4), je partage maintenant avec vous deux entrevues que le journaliste et universitaire américain Stephen Kinzer donna pour le National Public Radio (NPR) et pour Yahoo News en 2019 et 2020. Ce dernier est l’auteur du livre “Poisoner in Chief: Sidney Gottlieb and the CIA Search for Mind Control” (Empoisonneur en chef : Sidney Gottlieb et la recherche de contrôle mental de la CIA), publié par la maison d’édition Henry Holt and Co. Sidney Gottlieb était un chimiste et maître espion américain qui a dirigé dans les années 1950 et 1960 des tentatives d’assassinat et le programme de recherches sur le contrôle de l’esprit, nommé Projet MK-ULTRA, et qui fut lancé par la Central Intelligence Agency (CIA) dans le contexte de la guerre froide. C’est lui qui embaucha John Mulholland pour 3 000 $ afin d’élaborer les différents aspects de l’art des magiciens qui pourraient être utiles dans le cadre d’opérations secrètes.

Stephen Kinzer (né le 4 août 1951) est un auteur, journaliste et universitaire américain. Ancien correspondant du New York Times ayant publié plusieurs livres et écrit pour plusieurs journaux et agences de presse, il est un correspondant étranger primé qui a couvert plus de 50 pays sur les cinq continents. Ses articles et ses livres ont conduit le Washington Post à le placer « parmi les meilleurs en matière de narration populaire de politique étrangère ». Kinzer a passé plus de 20 ans à travailler pour le New York Times , la plupart en tant que correspondant étranger. Ses affectations à l’étranger le placent au centre des événements historiques et, parfois, dans la ligne de mire.

De 1983 à 1989, Kinzer était le chef du bureau du New York Times au Nicaragua. À ce poste, il a couvert la guerre et les bouleversements en Amérique centrale. Il a également écrit deux livres sur la région. L’un d’eux, co-écrit avec Stephen Schlesinger, est “Bitter Fruit: The Untold Story of the American Coup in Guatemala”. L’autre, “Blood of Brothers : Life and War in Nicaragua”, est un portrait social et politique que le New Yorker a qualifié d’« impressionnant par le raffinement de son écriture et aussi par l’étendue de son sujet ». L’Université Columbia a décerné à Kinzer son prix Maria Moors Cabot pour sa couverture exceptionnelle de l’Amérique latine.

De 1990 à 1996, Kinzer a été affecté en Allemagne. Il a été chef du bureau du New York Times à Bonn et, après l’unification allemande, est devenu chef du bureau de Berlin. De là, il a couvert l’émergence de l’Europe post-communiste, y compris les guerres dans l’ex-Yougoslavie. En 1996, il a été nommé chef du nouveau bureau du New York Times à Istanbul, en Turquie. Il y passa quatre ans, voyageant beaucoup en Turquie et dans les nouvelles nations d’Asie centrale et du Caucase. Après avoir terminé cette mission, Kinzer a publié “Crescent and Star: Turkey Between Two Worlds”.

En 2006, Kinzer a publié “Overthrow: America’s Century of Regime Change from Hawaii to Iraq”. Il raconte les 14 fois où les États-Unis ont renversé des gouvernements étrangers. Kinzer cherche à expliquer pourquoi ces interventions ont été menées et quels ont été leurs effets à long terme. Il a effectué plusieurs voyages en Iran et est l’auteur de “All the Shah’s Men: An American Coup and the Roots of Middle East Terror”. Il raconte comment la CIA a renversé le gouvernement nationaliste iranien en 1953. Kinzer a écrit sur l’Afrique dans son livre “A Thousand Hills: Rwanda’s Rebirth and the Man Who Dreamed It”. L’archevêque Desmond Tutu d’Afrique du Sud l’a qualifié de « récit fascinant d’un quasi-miracle qui se déroule sous nos yeux ». En 2010, Kinzer a publié “Reset: Iran, Turkey, and America’s Future”, que le Huffington Post a qualifié d’« exercice audacieux pour réinventer les grands liens des États-Unis au Moyen-Orient ».

Le prochain livre de Kinzer, “The Brothers: John Foster Dulles, Allen Dulles, and Their Secret World War”, a été largement salué. Les critiques l’ont qualifié de pétillant, captivant, vivifiant et dérangeant. Le Wall Street Journal l’a qualifié d’« ouvrage d’histoire populaire à l’écriture fluide, aux recherches ingénieuses et à suspense ». En 2017, Kinzer a publié “The True Flag: Theodore Roosevelt, Mark Twain, and the Birth of American Empire”. Il décrit le premier grand débat américain sur une intervention militaire à l’étranger.

Après avoir quitté le Times en 2005, Kinzer a enseigné le journalisme, les sciences politiques et les relations internationales à la Northwestern University et à la Boston University. Il est maintenant chercheur principal au Watson Institute for International and Public Affairs de l’Université Brown et rédige une chronique sur les affaires mondiales pour le Boston Globe. En poste en Turquie, Kinzer a animé la première émission de radio du pays consacrée à la musique blues. Il est l’auteur de l’article sur Jelly Roll Morton dans le New York Times Guide to Essential Knowledge.

En 2008, Kinzer a reçu un doctorat honorifique de l’Université dominicaine de River Forest, Illinois. La citation disait que « ceux d’entre nous qui ont eu le plaisir d’entendre ses conférences ou de lui parler de manière informelle ne verront probablement plus jamais le monde de la même manière ». L’Université de Scranton a décerné à Kinzer un doctorat honorifique en 2010. « Là où il y a eu des troubles dans le monde et où l’histoire a changé, Stephen Kinzer a été là », indique la citation. « Ni les balles, ni les bombes, ni les coups ne pourraient émousser sa détermination à mettre en lumière l’injustice et les conflits. »


La quête secrète de la CIA pour le contrôle de l’esprit : torture, LSD et un « empoisonneur en chef »

Entrevue par Terry Gross, 9 septembre 2019

Au début de la guerre froide, la CIA est devenue convaincue que les communistes avaient découvert une drogue ou une technique qui leur permettrait de contrôler les esprits humains. En réponse, la CIA a lancé son propre programme secret, appelé MK-ULTRA, pour rechercher un médicament de contrôle de l’esprit qui pourrait être utilisé comme arme contre les ennemis. MK-ULTRA, qui a fonctionné des années 50 jusqu’au début des années 60, a été créé et dirigé par un chimiste nommé Sidney Gottlieb. Le journaliste Stephen Kinzer, qui a passé plusieurs années à enquêter sur le programme, qualifie l’opération de « recherche la plus soutenue de l’histoire pour les techniques de contrôle de l’esprit ».

Certaines des expériences de Gottlieb ont été secrètement financées dans des universités et des centres de recherche, dit Kinzer, tandis que d’autres ont été menées dans des prisons américaines et dans des centres de détention au Japon, en Allemagne et aux Philippines. Beaucoup de ses sujets involontaires ont enduré des tortures psychologiques allant de l’électrochoc à de fortes doses de LSD, selon les recherches de Kinzer. « Gottlieb voulait créer un moyen de prendre le contrôle de l’esprit des gens, et il s’est rendu compte que c’était un processus en deux parties », explique Kinzer. « D’abord, vous deviez faire sauter l’esprit existant. Deuxièmement, vous deviez trouver un moyen d’insérer un nouvel esprit dans ce vide résultant. Nous ne sommes pas allés trop loin sur le numéro deux, mais il a beaucoup travaillé sur le numéro un ».

Kinzer note que la nature top-secrète du travail de Gottlieb rend impossible la mesure du coût humain de ses expériences. « Nous ne savons pas combien de personnes sont mortes, mais un certain nombre l’ont fait et de nombreuses vies ont été définitivement détruites », dit-il. En fin de compte, Gottlieb a conclu que le contrôle mental n’était pas possible. Après la fermeture de MK-ULTRA, il a continué à diriger un programme de la CIA qui a créé des poisons et des gadgets de haute technologie pour les espions. Kinzer écrit sur Gottlieb et MK-ULTRA dans son nouveau livre, “Poisoner in Chief”.

  1. Torture, LSD et un « empoisonneur en chef » La quête secrète de la CIA pour le contrôle de l'esprit 37:31

Faits saillants de l’entrevue

Comment la CIA a introduit le LSD en Amérique

Dans le cadre de la recherche de médicaments qui permettraient aux gens de contrôler l’esprit humain, les scientifiques de la CIA ont pris conscience de l’existence du LSD, et cela est devenu une obsession pour les premiers directeurs de MK-ULTRA. En fait, le directeur de MK-ULTRA, Sidney Gottlieb, peut maintenant être considéré comme l’homme qui a apporté le LSD en Amérique. Il était le parrain involontaire de toute la contre-culture du LSD.

Au début des années 1950, il s’est arrangé pour que la CIA paie 240 000 $ pour acheter la totalité de l’approvisionnement mondial en LSD. Il l’a apporté aux États-Unis, et il a commencé à le répandre dans les hôpitaux, les cliniques, les prisons et d’autres institutions, leur demandant, par le biais de fausses fondations, de mener des projets de recherche et de découvrir ce qu’était le LSD, comment les gens y réagissaient et comment il pourrait être utilisé comme un outil de contrôle de l’esprit.

Maintenant, les personnes qui se sont portées volontaires pour ces expériences et ont commencé à prendre du LSD, dans de nombreux cas, ont trouvé cela très agréable. Ils en ont parlé à leurs amis. Qui étaient ces gens ? Ken Kesey , l’auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou , a obtenu son LSD dans une expérience sponsorisée par la CIA par MK-ULTRA, par Sidney Gottlieb. Tout comme Robert Hunter, le parolier des Grateful Dead, qui est devenu un grand pourvoyeur de la culture LSD. Allen Ginsberg , le poète qui a prêché la valeur de la grande aventure personnelle de l’utilisation du LSD, a obtenu son premier LSD de Sidney Gottlieb. Bien que, bien sûr, il n’ait jamais connu ce nom.

Ainsi, la CIA a introduit le LSD en Amérique sans le vouloir, et en fait, c’est une énorme ironie que la drogue que la CIA espérait être sa clé pour contrôler l’humanité ait fini par alimenter une rébellion générationnelle qui se consacrait à détruire tout ce que la CIA tenait à cœur et défendait.

Sur la façon dont MK-ULTRA a expérimenté des prisonniers, y compris le chef du crime Whitey Bulger

Whitey Bulger était l’un des prisonniers qui s’est porté volontaire pour ce qu’on lui a dit être une expérience visant à trouver un remède contre la schizophrénie. Dans le cadre de cette expérience, il a reçu du LSD tous les jours pendant plus d’un an. Il s’est rendu compte plus tard que cela n’avait rien à voir avec la schizophrénie et il a été le cobaye d’une expérience gouvernementale visant à voir quelles étaient les réactions à long terme des gens au LSD. En gros, pourrait-on faire perdre la tête à une personne en lui donnant du LSD tous les jours pendant une si longue période ?

Bulger a écrit par la suite sur ses expériences, qu’il a décrites comme assez horribles. Il pensait qu’il devenait fou. Il a écrit : « J’étais en prison pour avoir commis un crime, mais ils ont commis un crime plus grave contre moi. » Et vers la fin de sa vie, Bulger a réalisé la vérité sur ce qui lui était arrivé, et il a en fait dit à ses amis qu’il allait trouver ce médecin à Atlanta qui était à la tête de ce programme expérimental au pénitencier et qu’il allait le tuer.

Sur la CIA engageant des médecins nazis et des tortionnaires japonais pour apprendre des méthodes

Le projet de contrôle mental de la CIA, MK-ULTRA, était essentiellement une continuation du travail qui avait commencé dans les camps de concentration japonais et nazis. Non seulement c’était à peu près basé sur ces expériences, mais la CIA a en fait engagé les vivisectionnistes et les tortionnaires qui avaient travaillé au Japon et dans les camps de concentration nazis pour venir expliquer ce qu’ils avaient découvert afin que nous puissions tirer parti de leurs recherches.

Par exemple, les médecins nazis avaient mené des expériences approfondies avec la mescaline dans le camp de concentration de Dachau, et la CIA était très intéressée à déterminer si la mescaline pouvait être la clé du contrôle de l’esprit qui était l’une de leurs grandes pistes d’investigation. Ils ont donc embauché les médecins nazis qui avaient été impliqués dans ce projet pour les conseiller.

Une autre chose que les nazis ont fournie était des informations sur les gaz toxiques comme le sarin, qui est toujours utilisé. Des médecins nazis sont venus en Amérique à Fort Detrick dans le Maryland, qui était au centre de ce projet, pour donner des conférences aux officiers de la CIA pour leur dire combien de temps il a fallu pour que les gens meurent du sarin.

Sur les expériences les plus extrêmes que Gottlieb a menées à l’étranger

Gottlieb et la CIA ont établi des centres de détention secrets dans toute l’Europe et l’Asie de l’Est, en particulier au Japon, en Allemagne et aux Philippines, qui étaient largement sous contrôle américain au début des années 50, et donc Gottlieb n’a pas eu à s’inquiéter d’enchevêtrements juridiques dans ces endroits. …

Des officiers de la CIA en Europe et en Asie capturaient des agents ennemis et d’autres qu’ils pensaient être des personnes suspectes ou autrement ce qu’ils qualifiaient de “consommables”. Ils attrapaient ces gens et les jetaient dans des cellules, puis testaient toutes sortes de potions médicamenteuses, mais aussi d’autres techniques, comme l’électrochoc, les températures extrêmes, l’isolement sensoriel — tout en les bombardant de questions, essayant de voir s’ils pouvaient briser la résistance et trouver un moyen de détruire l’ego humain. Il s’agissait donc de projets conçus non seulement pour comprendre l’esprit humain, mais aussi pour trouver comment le détruire. Et cela a fait de Gottlieb, bien qu’à certains égards une personne très compatissante, certainement le tortionnaire le plus prolifique de sa génération.

Sur la façon dont ces expériences n’étaient pas supervisées

[Gottlieb] a opéré presque complètement sans supervision. Il avait une sorte de cotisation de son patron titulaire et de son vrai patron, Richard Helms, et du directeur de la CIA, Allen Dulles. Mais aucun d’eux ne voulait vraiment savoir ce qu’il faisait. Ce type avait un permis de tuer. Il a été autorisé à réquisitionner des sujets humains à travers les États-Unis et dans le monde et à les soumettre à tous les types d’abus qu’il voulait, même jusqu’à ce qu’ils soient morts — mais personne ne regardait par-dessus son épaule. Il n’a jamais eu à déposer de rapports sérieux à qui que ce soit. Je pense que la mentalité doit avoir été [que] ce projet est si important – le contrôle de l’esprit, s’il peut être maîtrisé, est la clé de la puissance mondiale.

Sur la façon dont Gottlieb a détruit les preuves de ses expériences lorsqu’il a quitté la CIA

La fin de la carrière de Gottlieb est survenue en [1973], lorsque son patron, Richard Helms, qui était alors directeur de la CIA, a été démis de ses fonctions par [le président Richard] Nixon. Une fois Helms parti, ce n’était qu’une question de temps avant le départ de Gottlieb, et le plus important était que Helms était vraiment la seule personne à la CIA qui avait une idée de ce que Gottlieb avait fait. Donc, comme ils étaient tous les deux sur le point de quitter la CIA, ils ont convenu de détruire tous les dossiers de MK-ULTRA. Gottlieb s’est en fait rendu au centre des archives de la CIA et a ordonné aux archives de détruire des boîtes pleines d’enregistrements MK-ULTRA. … Cependant, il s’avère qu’il y avait des [documents] trouvés dans d’autres endroits ; il y avait un dépôt pour les notes de frais qui n’avait pas été détruit, et divers autres morceaux de papier subsistent. Il y en a donc assez pour reconstruire une partie de ce qu’il a fait.


Guy Boulianne - Podcast général - Radio Impact
Guy Boulianne – Podcast général – Radio Impact
La folie du LSD de la CIA
Loading
/

Le célèbre programme de contrôle mental de la CIA a-t-il créé un tueur infâme ?

Entrevue par Michael Isikoff et Daniel Klaidman, 2 mars 2020

MK-Ultra était le nom de code d’un programme gouvernemental notoire de contrôle de l’esprit mené dans les années 1950 et 1960 dans lequel la CIA ordonnait aux scientifiques de doser des cobayes humains sans méfiance avec du LSD et d’autres drogues. L’émission a récemment fait les manchettes lorsque l’une des 12 jurés dans l’affaire de l’un de ces cobayes — le défunt gangster de Boston Whitey Bulger, à qui la CIA avait injecté du LSD lorsqu’il était un jeune détenu — a déclaré qu’elle n’aurait pas voté pour le condamner pour 11 meurtres si elle avait su ce que le gouvernement américain lui avait fait. Bulger, qui a reçu du LSD plus de 50 fois, continuerait à terroriser South Boston en tant que chef notoirement violent du Winter Hill Gang.

Dans un nouvel épisode de « Buried Treasure », une fonctionnalité régulière du podcast Yahoo News « Skullduggery », Michael Isikoff et Daniel Klaidman interviewent l’historien et journaliste Stephen Kinzer, l’auteur du nouveau livre Poisoner in Chief: Sidney Gottlieb and the CIA Search for Mind Control (Empoisonneur en chef : Sidney Gottlieb et la recherche de contrôle mental de la CIA). C’est une biographie de l’homme derrière MK-Ultra, un chimiste nommé Sidney Gottlieb, qui a également conçu des poisons que l’agence a utilisés pour tenter d’assassiner des dirigeants étrangers tels que Fidel Castro et Patrice Lumumba. Ce qui suit est une transcription éditée de l’interview.

Yahoo News : Commençons par parler de Sidney Gottlieb à nos auditeurs. Qui était-il ?

Stephen Kinzer : J’ai consacré une grande partie de ma carrière à essayer de découvrir ce qui se passe derrière la façade de la politique publique et de la diplomatie publique que nous pouvons voir. J’ai découvert beaucoup de choses au cours de cette recherche. … C’est la première fois que je suis choqué. Je n’arrive toujours pas à croire que cela se soit produit, qu’il y ait eu une chose telle que MK-Ultra et qu’il y ait eu une personne telle que Sidney Gottlieb. Il vivait dans une totale invisibilité. Donc, dans un sens, mon livre est la biographie d’un homme qui n’était pas là.

Vous avez approché un ancien directeur de la CIA, qui a affirmé ne pas savoir qui était Sidney Gottlieb.

Gottlieb s’est presque entièrement évanoui, et c’était son désir. Il menait les expériences les plus extrêmes sur des êtres humains qui aient jamais été menées par une agence ou un officier du gouvernement américain. Il avait ce qui était, en fait, un permis de tuer. … Gottlieb était probablement l’Américain inconnu le plus puissant du XXe siècle.

Est-il possible qu’une des raisons pour lesquelles Sidney Gottlieb ait échappé à l’attention soit parce que la CIA n’a jamais été confrontée… aux choses horribles qu’il faisait ?

Ils ont finalement dit, essentiellement, que Gottlieb était une sorte de fou. Il n’a pas été bien encadré, ça a déraillé, le projet a dérapé, il y a eu des problèmes d’encadrement. … Tout était de la faute de Sidney. C’est une façon d’éliminer toute responsabilité institutionnelle de la part de la CIA.

Comment s’est-il intégré à la CIA ?

Sidney Gottlieb a rejoint la CIA dans ses premières années, en 1951. … Presque tous les officiers supérieurs de la CIA venaient d’une classe sociale particulière. C’étaient des cuillères en argent de l’aristocratie américaine, qui se connaissaient depuis l’école préparatoire, les mêmes collèges, les banques d’investissement et les cabinets d’avocats. Sidney Gottlieb était complètement différent… des autres. Il était le fils d’immigrants juifs. Il a grandi dans le Bronx. Il a bégayé. Il boitait. Il était donc très étranger. … [Les responsables de l’agence] savaient que ce qu’il faisait était brutal, sanglant et causait un nombre indéterminé de morts. Ils ne voulaient pas mettre quelqu’un de leur propre classe sociale dans la position de devoir superviser ce projet qu’ils savaient très horrible.

Ce que dirigeait Sidney Gottlieb était un programme secret visant à contrôler l’esprit [et] expérimentant le LSD sur certains des Américains les plus vulnérables sans aucun consentement.

L’idée derrière MK-Ultra était de trouver une substance qui permettrait à la CIA de contrôler l’esprit des gens, de les manipuler et de leur faire faire des choses qu’ils ne feraient jamais autrement. Et puis, si vous avez eu de la chance, oubliez simplement qu’ils les avaient déjà faites. … [Gottlieb] a décidé qu’avant de pouvoir trouver un moyen d’insérer un nouvel esprit dans le cerveau de quelqu’un, il fallait d’abord trouver un moyen de faire exploser l’esprit qui s’y trouvait.

… Il a utilisé toutes les combinaisons de drogues qu’il pouvait imaginer, ainsi que la privation sensorielle, l’hypnose, les électrochocs et toutes sortes d’autres techniques, toutes visant à essayer de trouver un moyen de détruire un esprit humain. … Derrière lui, il a laissé une traînée de blessés et de morts en nombre que personne ne peut même estimer car les dossiers ont tous été détruits lorsque Gottlieb a quitté la CIA.

Le Dr Sidney Gottlieb, ancien chef scientifique de la CIA, s’entretient avec son avocat, Terry Lenzner, avant de témoigner devant un sous-comité sénatorial de la santé le 21 septembre 1977 à Washington.
Il s’agissait donc d’un programme de guerre froide lancé au début des années 1950. Et comme beaucoup d’autres choses de l’ère de la guerre froide, cela est né de la peur que les Soviétiques et le communisme international fassent quelque chose comme ça, et donc nous ne pouvions pas avoir un écart de contrôle de l’esprit, pour ainsi dire. Que savons-nous de ce que les Soviétiques faisaient et de ce que les services de renseignement américains pensaient que les Soviétiques faisaient ?

Ce sont deux choses très différentes : ce que faisaient les Soviétiques et ce que nous pensions que les Soviétiques faisaient. Alors je me suis posé la même question. … Qu’est-ce qui a amené les premiers directeurs de la CIA, et en particulier Allen Dulles, puis la personne qu’il a embauchée pour diriger ce projet MK-Ultra, Sidney Gottlieb, à croire qu’il existait une chose telle que le contrôle de l’esprit ? En fin de compte, après 10 ans, Sidney Gottlieb a finalement conclu qu’il n’y avait pas de contrôle mental. … Mais qu’est-ce qui leur a fait croire que c’était possible ? … Je pense que cela a à voir avec le conditionnement culturel avec lequel ils ont été élevés. Pensez à tous les livres, et les histoires, et les films, sur le contrôle de l’esprit. … Il y a des histoires d’Edgar Allan Poe, des histoires de Sherlock Holmes et des films comme “Le cabinet du Dr Caligari” et “Gaslight”. Ces gars ont grandi en regardant ces films et en lisant ces histoires, et je pense qu’ils croyaient que puisque la fiction pouvait l’imaginer, il y avait probablement un élément de vérité là-dedans. Cela a aussi nourri leur envie de se plonger dans ce projet.

Il y avait “The Manchurian Candidate”, un roman puis un film, sorti au début des années 1960, qui parlait d’un contrôle mental coréen programmant un Américain pour assassiner un candidat à la présidentielle. Et ironiquement, c’est le livre “La recherche du candidat mandchou”, de John Marks, dans les années 1970, qui, je crois, a révélé pour la première fois l’existence de MK-Ultra ?

Vous avez raison. Lorsque Sidney Gottlieb a quitté la CIA en 1973, avec son mentor de longue date, Richard Helms, qui était à l’époque le directeur de la CIA, les deux se sont assis et ont rapidement décidé que tous les fichiers de MK-Ultra devaient être détruits. Gottlieb a en fait dû se rendre au centre des archives de la CIA à Wharton, en Virginie, et superviser la destruction de sept caisses de documents. … Une archive inestimable a été perdue.

Plus tard, au milieu des années 1970, ce chercheur, John Marks, a décidé de déposer une demande de Freedom of Information Act auprès de la CIA, demandant s’il y avait d’autres documents. … Cette demande a atterri à un moment où la CIA était sous les ordres d’un nouveau président, Jimmy Carter, de s’ouvrir et d’être plus honnête. … [Une] recherche a révélé … un ensemble de documents répertoriant les comptes de dépenses de nombreuses personnes impliquées dans MK-Ultra. À partir de ces dossiers, nous avons pu développer une idée de ce qu’étaient ces 149 sous-projets. … “La recherche du candidat mandchou” est la base de recherches ultérieures qui ont approfondi notre compréhension de ce projet.

Les expériences de la CIA et de Sidney Gottlieb utilisant du LSD sur des personnes sans méfiance, d’une certaine manière, qui se sont infiltrées et ont aidé… est-il exagéré de dire qu’elles ont aidé à créer la contre-culture dans les années 1960, en particulier à San Francisco ? [Est-ce que] des gens comme Timothy Leary et Ken Kesey… expérimentaient et consommaient du LSD à cause de ce programme ?

Sidney Gottlieb était fasciné par le LSD. C’était un médicament récemment découvert. Il n’avait été découvert que dans les années 1940. Il était incolore, inodore et avait des effets étonnants en très petites quantités. Gottlieb lui-même a consommé du LSD, selon ses propres estimations, au moins 200 fois.

Lui et les gens autour de lui ont commencé à penser que peut-être cette drogue pourrait être ce que l’un d’eux a appelé « la clé qui pourrait déverrouiller l’univers ». En d’autres termes, cela pourrait être la réponse à la question de savoir quelle est la substance qui peut ouvrir l’esprit des gens à un contrôle extérieur ? Ainsi, en 1953, Gottlieb a persuadé la CIA d’acheter la totalité de l’approvisionnement mondial en LSD. Il était alors fabriqué… par une entreprise en Suisse, la société Sandoz. Tout ce LSD est venu aux États-Unis et à la CIA. Gottlieb l’a utilisé pour deux types d’expériences. Certains ont été horriblement brutaux, exécutés dans des prisons aux États-Unis et dans des refuges en Europe et en Asie de l’Est. De nombreuses personnes ont été nourries avec des surdoses sans qu’on leur dise ce qu’elles recevaient.

… Une expérience à la prison fédérale de Lexington, Ky. … Sept détenus afro-américains ont reçu des triples doses de LSD chaque jour pendant 77 jours alors qu’ils étaient enfermés dans une pièce capitonnée. Donc, si l’objet de cette expérience était de savoir si une telle surdose pouvait détruire un esprit humain. La réponse est évidemment oui.

… [Mais] qui ont été parmi les premières personnes à s’être inscrites pour prendre du LSD dans ces expériences bénignes sur le LSD ? Eh bien, l’un d’eux était Ken Kesey, qui a ensuite écrit “One Flew Over the Cuckoo’s Nest” (Vol au-dessus d’un nid de coucou) qui est devenu une grande bible de la contre-culture. Un autre était le poète Allen Ginsberg, qui écoutait « Tristan et Isolde » sur ses écouteurs tout en prenant du LSD. Un autre était Robert Hunter, le parolier des Grateful Dead. Ces gars-là ont tous ramené du LSD chez eux. Ils se sont retournés contre tous leurs amis. C’est ainsi que le Grateful Dead a obtenu son LSD.

Il semble que nous ayons beaucoup à remercier Sidney Gottlieb pour…

Plus tard dans la vie, tous ces gens ont réalisé que leur LSD venait de la CIA. J’ai trouvé une interview de John Lennon dans laquelle il a été interrogé sur le LSD, et il a dit : « Nous devons toujours nous rappeler de remercier la CIA. » … Et bien sûr, l’ironie est … la drogue dont Gottlieb espérait qu’elle donnerait à la CIA l’outil pour contrôler l’esprit des gens a fini par alimenter une rébellion générationnelle qui visait à détruire tout ce en quoi la CIA croyait.

L’une des histoires les plus fascinantes de votre livre est celle de Whitey Bulger. Dites-nous comment il est devenu un sujet de MK-Ultra.

Whitey Bulger s’inscrit tout à fait dans la catégorie dont je viens de parler. Ainsi, sous la supervision de Gottlieb, un certain nombre de prisons fédérales ont commencé des expériences avec du LSD en utilisant des détenus. Et, bien sûr, c’est une population idéale car ces personnes sont totalement dépendantes du médecin de la prison et du gardien de la prison.

Au milieu des années 1950, lorsque MK-Ultra était à son apogée, Whitey Bulger, le célèbre gangster de Boston, était en prison en tant que pirate de camions à Atlanta, Géorgie. Il a été approché par le médecin de la prison, qui lui a dit que la prison allait participer à un grand projet visant à trouver un remède à la schizophrénie. Et si Bulger acceptait de prendre une certaine drogue sur laquelle ils enquêtaient, il pourrait avoir des considérations [telles que] un temps de prison plus court et de meilleures conditions.

Il a donc reçu du LSD pendant des mois, au moins 50 fois, sans qu’on lui dise de quoi il s’agissait. Il a écrit plus tard à quel point c’était une expérience cauchemardesque et comment… de toute sa vie, il ne s’en est jamais remis. Des années plus tard, lorsqu’il a découvert que ce médecin travaillait en fait sur un projet de la CIA et n’essayait pas de guérir la schizophrénie, il a dit aux autres membres de son gang :

« Je retourne à Atlanta. Je vais trouver ce type et je vais le tuer ».

Il n’a pas trouvé ce médecin, qui est décédé de causes apparemment naturelles peu de temps après, mais Bulger est certainement intéressant car il est l’un des rares sujets MK-Ultra qui est sorti plus tard et a expliqué ce qui lui était arrivé.

Gottlieb a été impliqué dans une autre opération très prioritaire de la CIA dans les années 1960 et c’était les complots pour assassiner Fidel Castro. Racontez-nous cette histoire.

MK-Ultra n’avait pas de fin ferme, mais il s’est en quelque sorte essoufflé vers la fin des années 50 et au début des années 60. Gottlieb, comme je l’ai dit plus tôt, s’était rendu compte… que ces drogues comme le LSD étaient trop peu fiables pour être utilisées comme outils de contrôle de l’esprit. … Mais ensuite, Gottlieb est passé à une toute nouvelle phase de sa carrière. Il était le chimiste en chef de la CIA. Ainsi, lorsque le président Eisenhower a ordonné l’assassinat de Fidel Castro à l’été 1960 et que la CIA a décidé d’utiliser du poison, il était tout à fait logique que Sidney Gottlieb obtienne la mission. Il en savait plus sur les poisons que n’importe qui à la CIA, n’importe qui aux États-Unis, et je suppose plus que n’importe qui dans le monde. Il était obsédé par la découverte de toutes sortes de poisons naturels, et il obtenait des vésicules biliaires de crocodiles d’Afrique, des écorces empoisonnées d’Asie du Sud-Est et des arbustes d’Amérique centrale. Tout ce qui pouvait être considéré comme du poison, il le rassemblait.

C’est donc Gottlieb qui a concocté tous les poisons destinés à tuer Fidel Castro. Un qui était censé lui faire tomber la barbe, et un qui le ferait paraître désorienté en public, mais aussi ceux qui étaient censés lui être fatals. C’est Gottlieb qui a fabriqué les pilules L — j’ai appris un tout nouveau vocabulaire en écrivant ce livre — qui signifie mortel. Ces autres pilules mortelles, quand vous les laissez tomber dans le thé de quelqu’un, elles meurent. Gottlieb les a fabriqués et ils ont été livrés à Cuba pour être utilisés pour tuer Castro. Gottlieb a fabriqué une combinaison empoisonnée, qui était entachée d’un virus à l’intérieur qui rongerait la peau de Castro s’il la mettait. Gottlieb a fabriqué un stylo empoisonné avec une aiguille hypodermique qui était super fine de sorte que si elle était enfoncée dans la cuisse de Castro par derrière, il ne la sentirait même pas.

Y a-t-il une quelconque indication que Gottlieb ait été tenu responsable ?

Vers la fin de sa vie, Gottlieb était confronté à deux situations différentes. L’un était interne, les gens autour de lui dans ses dernières années ont tous dit qu’il était manifestement hanté par quelque chose dont il ne voulait pas parler. Une personne qui lui a rendu visite à cette époque a déclaré qu’il était hanté par la culpabilité. Euh, c’était un homme détruit, s’il avait été catholique, il serait allé dans un monastère. Il était donc évidemment profondément troublé, mais il n’en parlerait jamais. Ensuite, un autre facteur qui a ajouté à son anxiété était qu’après de très nombreuses années, quelques poursuites semblaient se rapprocher de lui.

Quels étaient ces procès ?

L’une concernait une affaire qui découlait de l’empoisonnement au LSD d’un jeune américain qui avait rencontré un type qui boitait dans un bar à Paris et dont la vie a été détruite par la suite. Donc évidemment ce type avait été empoisonné par Gottlieb. Il a fallu 20 ans pour que cette affaire commence à cheminer dans le système judiciaire. Et finalement, une date de procès a été fixée au début de 1999. … Juste au moment où l’affaire était sur le point d’être jugée, Gottlieb est décédé. La cause du décès n’a jamais été annoncée. … J’ai trouvé quelques personnes qui soupçonnent vraiment qu’il aurait pu se suicider pour éviter d’avoir à témoigner, qu’il est tombé sur son épée plutôt que d’être mis dans une position où il devrait trahir des secrets qu’il avait juré de garder. Personne ne sait si c’est vrai, mais c’est une note de bas de page très intrigante sur la mort de Gottlieb en 1999.


MK-ULTRA : SOUS-PROJET 4, par John Mulholland

Le manuel sur les différents aspects de l’art des magiciens qui pourraient être utiles dans le cadre d’opérations secrètes.

Vous pouvez consulter un extrait du livre ici >>>

ISBN : 979-8-39-321295-7
Format : 166 pages, 5.5 x 8.5 po., broché,
papier intérieur crème #60, illustré,
couverture extérieure #100 en quatre couleurs

Disponible au format Papier – 24.00 $CA

Disponible au format PDF – 12.00 $CA

payloadz
AUSSI DISPONIBLE AU FORMAT NUMÉRIQUE (ePUB) CHEZ : Barnes & Noble | Smashwords | Kobo | Vivlio | Apple | Scribd | Thalia | Palace Marketplace | Téléchargez un extrait (ePub)

Janet Knight
5

« Votre blog est une mine d'or. Je vous suis sur VK. Félicitation monsieur Boulianne et merci d'exister. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.