Des extrémistes d’extrême droite dans l’armée ukrainienne se sont vantés de l’entraînement canadien, selon un rapport publié en 2021

Une photo publiée en 2019 sur le Telegram de Centuria montre un groupe d’hommes en uniforme posant à côté de l’un des bâtiments de l’Académie de l’armée nationale ukrainienne. Le bâtiment fait partie du campus de la NAA à Lviv. Il est possible que la manipulation par Centuria de la photo originale ait inclus une modification qui a changé la bannière dans l’image résultante pour présenter un Sonnenkreuz par opposition à un symbole rappelant un réticule sur une cible, selon le rapport. (Oleksiy Kuzmenko/IERE de l’Université George Washington/Ordre militaire Centuria/Telegram)
Je reproduis ci-dessous la transcription en français d'un article de la productrice associée des nouvelles nationales de CTV, Christy Somos, intitulé : "Far-right extremists in Ukrainian military bragged about Canadian training, report says". Paru le 20 octobre 2021 sur le site Web de CTV, cet article est une suite logique à l'article que j'ai moi-même publié un peu plus tôt, et aux articles précédents sur le même sujet.

Un rapport explorant l’extrême droite dans l’armée ukrainienne a révélé que des néonazis et des partisans de groupes d’extrême droite dans les rangs se vantaient en ligne d’avoir reçu une formation du Canada et d’autres pays de l’OTAN, suscitant la promesse d’un examen approfondi par le ministère de la Défense nationale. Le rapport, intitulé “Le groupe d’extrême droite s’est installé dans le principal centre d’entraînement militaire occidental de l’Ukraine” [HTML et PDF] et publié par l’Institut d’études européennes, russes et eurasiennes de l’Université George Washington, détaille un groupe au sein de l’Académie nationale de l’armée ukrainienne (NAA) connu sous le nom de le “Military Order Centuria” ou simplement “Centuria”.

Le groupe est dirigé par des personnes ayant des liens avec le mouvement d’extrême droite Azov, actif au niveau international, indique le rapport. Le mouvement Azov a attaqué des manifestations antifascistes, des réunions du conseil municipal, des médias, des expositions d’art, des étudiants étrangers, la communauté LGBTQ2S+ et des Roms.

Un rapport publié en 2016 [PDF] par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme détaille les accusations portées contre la milice du mouvement Azov, connue sous le nom de “Bataillon Azov”, de torture et d’autres crimes de guerre dans le conflit qui a suivi l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. La Garde nationale ukrainienne plus tard a pris le bataillon Azov dans ses rangs — où il est maintenant connu sous le nom de régiment Azov. « J’ai découvert des preuves qu’un groupe d’extrême droite composé de militaires, d’officiers et d’élèves-officiers avec un programme international clairement défini et apparemment des dizaines de membres a pu opérer dans une académie militaire prestigieuse et soutenue par l’Occident en Ukraine, faisant du prosélytisme auprès des élèves-officiers de l’académie. depuis 2018 », a déclaré l’auteur du rapport et journaliste d’investigation basé à Washington, D.C. Oleksiy Kuzmenko dans une série de courriels à CTVNews.ca.

Malgré un avertissement des Forces canadiennes selon lequel des membres du bataillon ukrainien Azov ont été identifiés comme des nazis, des diplomates et des soldats canadiens les ont quand même rencontrés – et les paramilitaires affirment que des représentants canadiens ont dit à Azov qu’ils espéraient une coopération plus poussée. (CityNews, 10 novembre 2021)

Kuzmenko a déclaré que l’Ordre militaire Centuria a des liens avec le mouvement international Azov, qu’il décrit comme « une grande organisation d’extrême droite avec des milliers de membres qui s’étend d’un régiment Azov hautement compétent et politisé de la Garde nationale ukrainienne à un parti politique d’extrême droite National Corp. Le rapport indique que les membres de l’Ordre militaire Centuria se décrivent comme un « ordre d’officiers militaires “traditionalistes européens” » qui partagent l’objectif de remodeler l’armée ukrainienne avec des idéologies de droite et de défendre ce qu’ils appellent « l’identité culturelle et ethnique des peuples européens ».

Des preuves détaillées dans le rapport, y compris des photos prises sur les réseaux sociaux et des messages de plateformes de messagerie, montrent des membres de Centuria exécutant des saluts nazis. Ils se sont également vantés en ligne d’avoir reçu une formation de forces militaires étrangères, notamment celles du Canada, de l’Allemagne, des États-Unis et du Royaume-Uni. Le rapport indique que la NAA a nié que Centuria opérait au sein de l’académie. Kuzmenko a déclaré que plusieurs photos et vidéos de membres présumés avaient été supprimées de divers comptes et sites Web de médias sociaux après avoir contacté le groupe pour le rapport.

Kuzmenko a détaillé un exemple de ses recherches passées sur Twitter qui montre la proximité des extrémistes de l’armée ukrainienne avec les Forces armées canadiennes, où un homme qu’il décrit comme un “néo-nazi en face” est diplômé d’un programme médical tactique en 2018 dirigé par les Forces armées canadiennes et l’armée américaine et a ensuite formé d’autres cadets. Le soldat, qui ne fait pas partie de Centuria, dit Kuzmenko, apparaît sur plusieurs messages de médias sociaux tenant des drapeaux nazis et sur d’autres posant avec des instructeurs canadiens. CTVNews.ca n’a pas vérifié de manière indépendante les photos ou les allégations de Kuzmenko.

Photo publiée sur la page Facebook des Forces armées canadiennes en Ukraine montrant la cérémonie de remise des diplômes de l’ANA 2020 au Centre international de maintien de la paix et de la sécurité à Yavoriv.

Notant que l’Ukrainien en question portait des vêtements qui montraient clairement ses affiliations, Kuzmenko a déclaré que les membres de Centuria et d’autres groupes d’extrême droite dans l’armée « crient pratiquement qui ils sont avec la façon dont ils opèrent au grand jour ».

Un membre de Centuria a reçu une formation d’officier en 2020 à l’Académie royale militaire de Sandhurst au Royaume-Uni, selon le rapport, et un autre a fréquenté l’Académie des officiers de l’armée allemande à Dresde en 2019. « Je crois que mon rapport montre que malgré le manque de succès électoral de l’extrême droite, ils continuent de renforcer leur influence en Ukraine, en particulier dans l’armée qui semble tolérer une activité manifeste d’extrême droite dans ses rangs », a déclaré Kuzmenko par courriel. « Pour être clair, je ne suggère pas que l’Ukraine est dirigée par des néo-nazis, ou que l’armée ukrainienne est dominée par l’extrême droite… ce que je dis, c’est qu’il y a de fortes indications que l’Ukraine ignore un problème évident, tout comme ses alliés occidentaux. »

Kuzmenko a déclaré que le ministère ukrainien de la Défense avait nié les allégations concernant Centuria faites dans les médias avant son rapport, mais avait annoncé plus tard une enquête après sa publication. Plusieurs agences ukrainiennes n’ont pas répondu à la demande de commentaires de CTVNews.ca au moment de la publication. Christian Leuprecht, analyste en sécurité et professeur au Collège militaire royal et à l’Université Queens et chercheur principal à l’Institut Macdonald-Laurier, affirme que le rapport de Kuzmenko devrait donner au Canada et à ses alliés une “pause” concernant leurs missions en cours en Ukraine. « C’est en fin de compte à l’Ukraine de contrôler ses propres soldats, mais lorsqu’ils ne font pas attention à recruter des soldats qui ne correspondent pas fondamentalement à nos valeurs et à nos intérêts, cela augmente le risque que les alliés fassent simplement leurs bagages », a déclaré Leuprecht dans une interview téléphonique avec CTVNews.ca.

Leuprecht a déclaré qu’il croyait que les Canadiens « s’attendraient à plus » de l’Ukraine, qui a reçu une telle quantité de ressources, de temps et d’énergie au fil des ans du Canada. « C’est un pays qui veut rejoindre l’UE et veut finalement rejoindre l’OTAN, et quand vous courtisez et tolérez ouvertement et activement des éléments anti-démocratiques dans les institutions mêmes qui [sont] là pour défendre votre mode de vie… ça va soulever des questions au Canada si cette mission en vaut la chandelle », a-t-il déclaré.

QUE FAIT LE CANADA EN UKRAINE ?

Le Canada est présent en Ukraine depuis 2015 dans le cadre de l’opération UNIFIER, en soutien aux forces de sécurité ukrainiennes – qui comprend une formation militaire, selon le site Web du ministère de la Défense nationale.

Le Canada fait partie d’une commission mixte multinationale qui comprend le Royaume-Uni, les États-Unis, le Danemark, la Pologne, la Suède, la Lituanie et l’Ukraine, et envoie environ 200 membres des Forces armées canadiennes dans le pays tous les six mois et fournit des équipements « non létaux » et des équipements tels que des lunettes de vision nocturne et des kits médicaux.

Selon les Forces armées canadiennes (FAC), au 30 septembre 2021, plus de 30 000 candidats des Forces de sécurité ukrainiennes ont participé à la formation depuis le début de la mission, les FAC affirmant avoir dispensé une formation à 1 951 membres de la Garde nationale ukrainienne. La mission doit expirer en mars 2023, à moins qu’elle ne soit à nouveau prolongée par le gouvernement fédéral.

Photo publiée sur la page Facebook des Forces armées canadiennes en Ukraine montrant le lieutenant-colonel (Lcol) Ryan Stimpson, alors commandant de l’opération UNIFIER du Canada, s’exprimant lors de la cérémonie de remise des diplômes de l’ANA 2020 au Centre international de maintien de la paix et de la sécurité à Yavoriv.

QUELLE EST LA RÉPONSE DU CANADA AU RAPPORT ?

Dans une déclaration envoyée par courriel à CTVNews.ca, les Forces armées canadiennes se sont dites « très préoccupées » par les conclusions de l’étude. « À la lumière de ces conclusions, le MDN procédera à un examen approfondi du rapport, notamment pour déterminer si les politiques et procédures actuelles en place sont suffisamment strictes pour signaler et empêcher les FAC d’aider involontairement ceux dont les opinions s’opposent fondamentalement », lit-on dans le communiqué.

La déclaration indique que le Canada compte sur le ministère ukrainien de la Défense pour contrôler ses membres, mais si les soldats canadiens soupçonnent que leurs homologues ou stagiaires ukrainiens ont des opinions racistes, ils sont renvoyés immédiatement. « Il n’y a pas de charge de la preuve sur les FAC pour démontrer cela au-delà de tout doute raisonnable », poursuit le communiqué. « Lorsque des officiers militaires ukrainiens sont sélectionnés pour saisir des opportunités au Canada, il est impératif que les membres n’aient pas de valeurs contraires à celles de leurs hôtes canadiens du gouvernement ukrainien. »

CTVNews.ca a contacté le bureau du premier ministre et a reçu une déclaration par courriel d’un porte-parole du ministère de la Défense nationale, qui a répondu au nom du gouvernement que « le ministre est profondément préoccupé par ces informations et il a demandé que les fonctionnaires examinent cette question. Notre gouvernement et les Forces armées canadiennes ne tolèrent pas les opinions antisémites, racistes ou haineuses. » Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a qualifié le rapport d’« alarmant » dans une déclaration envoyée par courrier électronique à CTVNews.ca, ajoutant que le parti prévoyait « d’examiner le rapport plus en profondeur au cours des prochaines semaines ».

« Nos forces armées ne devraient former ou soutenir aucun groupe d’extrême droite où que ce soit dans le monde. Les libéraux ont promis de faire de l’engagement du Canada envers la démocratie et les droits de la personne une priorité stratégique fondamentale de leur nouveau gouvernement. Le nouveau ministre de la Défense devrait se pencher sur la question et mettre en place des mécanismes pour éviter une telle situation à l’avenir », indique le communiqué. CTVNews.ca a contacté la chef conservatrice Erin O’Toole, mais n’a pas reçu de réponse au moment de la publication.

Et bien que la vérification des soldats étrangers incombe à leur pays d’origine, des questions concernant la responsabilité pourraient survenir pour le Canada à l’avenir, a déclaré Leuprecht.

« Le gouvernement a toujours prétendu être une question de valeurs … donc cela met vraiment l’Ukraine en contradiction avec le programme plus large que le gouvernement fédéral prétend conduire … qui devient alors un risque politique élevé », a déclaré Leuprecht. « Parce que si un ou plusieurs de ces membres ou unités commettent des crimes de guerre ou d’autres types de violations du droit des conflits armés ou du droit international — et qu’il s’avère qu’ils ont été entraînés par des Canadiens — le gouvernement devra fournir des réponses très difficiles. »


ATTENTION : IMAGES ULTRA SENSIBLES RÉSERVÉES UNIQUEMENT AUX LECTEURS AVISÉS — La loi de l’organisation néonazie “Pravy Sektor” (Secteur droit) : tu glorifies l’Ukraine, puis on te noie. La victime est ukrainienne. La vice-première ministre du Canada, Chrystia Freeland, a osé poser avec la bannière de ces infâmes criminels, ce qui vous en dit long sur sa personnalité.
Anonyme
5

« Merci M. Boulianne pour tout le travail méticuleux dans vos écrits. Je les recommande à tout ceux qui sont à la recherche de l'équilibre spirituel et matériel de notre monde soutenu par la persévérance dans la foi. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
767110cookie-checkDes extrémistes d’extrême droite dans l’armée ukrainienne se sont vantés de l’entraînement canadien, selon un rapport publié en 2021
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

6 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
lustucru

Guy, le coran est un texte fasciste (pas au sens mussolinien, mais au sens intolérant, totalitaire, impérialiste et inhumain. Ce texte est coupable de 730 millions de morts en 14 siècles et montre partout, tous les jours qu’il produit les mêmes effets qu’au 7ème siècle.
Ce texte devrait être donc interdit,comme cette pseudo-religion, au moins, dans les pays non-musulmans. Les pauvres iraniens veulent juste, ne pas être tués pour un voile mal porté ! et nous importons cette idéologie en occident !!!! Tu vois bien, Guy, que nous sommes cinglés !

lustucru

Je dois préciser ma pensée:
Non que l’islam ne soit pas une idéologie fasciste, mais précisément, elle veut dominer, soumettre ou éliminer ce qui n’est pas musulman, alors même que ces accointances entre le Canada et le nazisme laissent à penser que ce Canada se poserait en opposition avec ce qui n’est pas lui chimiquement pur. Dans le conflit en Ukraine; il s’agirait de considérer l’Ukraine dans sa pure appartenance à l’Ouest, face à un bloc ex soviétique comme les nazis haïssaient les russes slaves. Evidemment, ces positionnements sont délirants puisqu’ukrainiens et russes sont très proches voir frères, mais la peur du communisme a laissé des traces. Quand je tente de comprendre l’idéologie nazie au Canada, je ne comprends pas pourquoi elle est complaisante avec l’islam dont le texte fondateur est une déclaration de guerre à toutes les nations et peuples non-musulmans.

lustucru

Mon cher Guy, mon objet n’est pas de mettre tous les musulmans dans le même panier, mais personne de sensé attendra que tous les musulmans égorgent pour réaliser que l’islam est une menace pour les non-musulmans, partout où il a pu s’implanter. D’ailleurs, les musulmans qui s’assimilent sont éloignés de l’islam et ses commandements. Tout le monde, en occident, souhaitait que l’accueil de l’islam se passerait bien, dans les années 60. La laïcité véritable (inexistante dans les pays musulmans) a même protégé cette idéologie nourrissant le serpent dans l’oeuf. Force est de constater en 2022 l’échec catastrophique et suicidaire des sociétés occidentales à cette idéologie. Je ne dis pas que tous les ukrainiens sont des nazis, mais force est de constater que l’UKRAINE n’a pas été purgée de son nazisme omniprésent et même ou surtout, au plus haut niveau de l’état qui est plus une mafia qu’une société.

Je dois ajouter que l’occident a toujours entretenu une duplicité vis à vis du nazisme. Si, après la révolution de 17, en Russie, on peut comprendre le vent de panique qui en est résulté, les pays occidentaux favorisant le fascisme et le nazisme (anti-communistes) après avoir perdu le contrôle du monstre, ainsi créé, et voyant l’URSS et la Chine, et Cuba, rester raisonnables vis à vis du danger nucléaire, l’occident aurait pu lever le pied et dissoudre l’OTAN lors du démantèlement de l’URSS…. mais non ! et nous constatons cette idéologie présente ressurgir avec Klaus Schwab, et tout ce dont tu nous informes et je t’en remercie. Très cordialement.
.

lustucru

Comment concilier un Trudeau progressiste, mondialiste, immigrationniste, qui impose l’islam au Canada, et cette tolérance à l’idéologie nazie ?

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
6
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x