Gélules de chair humaine fabriquées à partir de cadavres de bébés exportées par la Chine. Non, ce n’est pas une théorie de la conspiration

Vous connaissez sans doute la société de biotechnologie américaine Senomyx, fondée en 1998 par Lubert Stryer et Paul Nevsky, qui développait des additifs alimentaires. L’entreprise prétendait avoir fait de l’« ingénierie inverse » sur les récepteurs humains du goût et de l’arôme. Le 17 septembre 2018, la société privée suisse Firmenich a finalisé l’acquisition de Senomyx. Vers l’an 2001, Senomyx a breveté plusieurs exhausteurs de goût en utilisant des “systèmes de dosage exclusifs basés sur les récepteurs du goût”, qui ont déjà été exprimés en culture de cellules humaines, dans des cellules HEK293. Les cellules rénales embryonnaires humaines 293, souvent appelées cellules HEK 293, sont une lignée cellulaire immortalisée spécifique dérivée d’un fœtus provenant d’une fausse couche ou avorté, ou de cellules rénales embryonnaires humaines cultivées en culture tissulaire prélevées sur un fœtus féminin en 1973. Les cellules HEK 293 sont largement utilisées dans la recherche en biologie cellulaire depuis de nombreuses années, en raison de leur croissance fiable et de leur propension à la transfection. Elles sont également utilisées par l’industrie de la biotechnologie pour produire des protéines et des virus thérapeutiques pour la thérapie génique ainsi que pour tester la sécurité d’une vaste gamme de produits chimiques.

Alvin Wong soutient dans son article “The Ethics of HEK 293“, que malgré l’incertitude sur l’origine du fœtus utilisé pour obtenir la lignée cellulaire, des preuves circonstancielles suggèrent fortement qu’elle provient d’un avortement volontaire. Pour certains catholiques et chrétiens orthodoxes orientaux, cela présente un dilemme éthique pour l’utilisation de HEK 293 et de produits dérivés, tels que les vaccins et de nombreux médicaments. Le 21 décembre 2020, la Congrégation catholique romaine pour la doctrine de la foi, avec l’approbation du pape, a déclaré dans une note qu’« il est moralement acceptable de recevoir des vaccins Covid-19 qui ont utilisé des lignées cellulaires de fœtus avortés dans leur processus de recherche et de production. », mais uniquement lorsque d’autres alternatives sont inexistantes (ou actuellement indisponibles), ou lorsqu’il existe un risque de danger plus grave.


VEUILLEZ ADHÉRER AU CLUB VIP POUR LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE ….

Ce contenu est uniquement réservé aux membres BRONZE ($10 mensuel), ARGENT ($25 trimestriel), PLATINE ($35 semestriel), OR ($50 annuel), DIAMANT ($500 unique à vie), EXPRESS ($5 sans abonnement), et GRATUIT (Essai + abonnement).
Se connecter S’abonner maintenant
848180cookie-checkGélules de chair humaine fabriquées à partir de cadavres de bébés exportées par la Chine. Non, ce n’est pas une théorie de la conspiration
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.