Le documentaire ‘Tantura’ raconte le massacre perpétré par une unité d’élite israélienne dans le village palestinien éponyme le 23 mai 1948

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Tantura est un film documentaire israélien réalisé par Alon Schwarz et sorti en 2022. Il raconte le massacre qu’aurait perpétré la brigade Alexandroni, une unité d’élite de la toute nouvelle armée israélienne, dans le village palestinien éponyme le 23 mai 1948. Le documentaire se base essentiellement sur le travail de Theodore Katz, qui, tout au long des années 1990 alors qu’il était étudiant en master d’histoire à l’université de Haïfa (nord), a recueilli dans le cadre de sa thèse, des témoignages de soldats israéliens et de résidents palestiniens assurant que des troupes avaient massacré des habitants non armés dans ce village du nord d’Israël. Il a d’abord été célébré pour son travail révolutionnaire. Mais bientôt, il fut déchu de ses diplômes et fut publiquement qualifié de traître frauduleux. Des décennies plus tard, de nouvelles preuves incendiaires émergent pour corroborer les conclusions initiales de Teddy, non seulement le justifiant, mais soulevant de profondes questions sur la manière dont les Israéliens – et nous tous – traitons les chapitres les plus sombres de l’histoire. Le film réinterroge ces soldats. Certains nient fermement que des civils ont été tués en dehors des combats et parlent d’un “mythe”. D’autres confirment que les forces israéliennes ont abattu des habitants alors même que la bataille était terminée, parfois à bout portant sur la plage.

Dans son documentaire, le cinéaste revient sur un massacre de Palestiniens par l’armée israélienne en mai 1948. Ce faisant, il remet en question le mythe fondateur de la création d’Israël et dénonce l’incapacité de sa société à accepter son sombre passé. « Je suis sioniste, je pense que les Juifs doivent avoir leur propre État mais il est essentiel que nous comprenions notre histoire », explique-t-il ; « Que nous nous racontions qu’il n’y avait personne ici avant nous, ça n’aide pas. C’est le mythe fondateur de la nation mais je pense que nous devons mûrir en tant que société ». Il lance un pavé dans la mare, persuadé que la nouvelle génération est prête à parler des épisodes les plus sombres survenus en 1948. Pour rappel, outre les milliers de morts des deux côtés, plus de 760.000 Palestiniens ont été poussés à l’exode par l’avancée des forces sionistes.

« Concernant le nombre de Palestiniens tués à Tantura, le film s’appuie sur des témoignages, principalement de Palestiniens, mais aussi l’analyse d’un géomètre-expert qui, avec des cartes historiques et actuelles, suggère le possible creusement de fosses communes, concluant que des Palestiniens ont probablement été enterrés sous ce qui est aujourd’hui un parking près de la plage Dor Beach ». note la Ligue des droits de l’Homme.

Près de 400 villages palestiniens ont été dépeuplés et rasés en 1948. Pour les Israéliens, c’était la guerre d’indépendance, pour les Palestiniens, c’était “la Nakba” — la Catastrophe. Le réalisateur Alon Schwarz s’entretient avec d’anciens soldats israéliens et des résidents palestiniens afin de réexaminer ce qui s’est passé à Tantura, lieu d’un massacre présumé perpétré par les Israéliens, et de comprendre pourquoi “Al Nakba” est toujours tabou dans la société israélienne. Comme l’écrit Jake Shields, 5 fois champion du monde d’arts martiaux mixtes : « Voici quelques-uns des hommes qui ont fondé Israël. Écoutez avec leurs propres mots ce qu’ils ont fait et peut-être comprendrez-vous enfin. » [Voir les extraits ci-haut]

Alon Schwarz est un réalisateur et producteur de documentaires primé. Après une carrière de 15 ans en tant qu’entrepreneur en logiciels de haute technologie en Israël et à New York, Alon a rejoint son frère Shaul en tant que scénariste et consultant éditorial pour le film “Narco Cultura” en 2013, qui a été présenté en première à Sundance 2013 et projeté à la Berlinale et dans d’autres grands festivals de films et distribué en salles aux États-Unis, au Mexique et au Japon.

En 2017, il a réalisé et produit le long métrage documentaire “Aida’s Secrets”, présenté en première à Hot Docs, qui a remporté le prix du public au festival Docaviv de Tel Aviv et qui a été distribué en salles aux États-Unis et en Israël.

Joao Santos écrit à propos du documentaire d’Alon Schwarz sur l’Internet Movie Database (IMDb) :

« Un récit puissant d’atrocités qui n’auraient jamais dû se produire, c’est dur à regarder mais ça explique beaucoup de choses. Il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec ce qu’ont fait les nazis, c’est la même chose. Imaginez qu’à peine 3 ans après avoir été chassés par les nazis, les mêmes personnes ont décidé, vous savez ce qui est une bonne idée, de faire la même chose à quelqu’un d’autre. Et pour couronner le tout, ils rassemblaient, poursuivaient et jugeaient les nazis tout en faisant exactement la même chose. C’est de la folie et c’est vraiment difficile de voir des gens raconter ces crimes en riant, ce ne sont pas des gens, ce sont des animaux. »



➽ Concernant le massacre de Tantura, par Wikipédia

➦ Dernière modification de l’article : le 27 octobre 2023

Carte détaillée de Tantura en 1942.

Le massacre de Tantura a eu lieu dans la nuit du 22 au 23 mai 1948, pendant la guerre israélo-arabe de 1948, lorsqu’environ 40 à 200 villageois arabes palestiniens de Tantura ont été massacrés par la brigade Alexandroni de l’armée de défense d’Israël. Le massacre a eu lieu après la capitulation de Tantura, un village d’environ 1 500 habitants en 1945 situé près de Haïfa. Les victimes ont été enterrées dans une fosse commune, qui sert aujourd’hui de parking pour la plage de Tel Dor voisine. Les témoignages oraux des Palestiniens survivants ont été accueillis avec scepticisme. Une thèse de 1988 corroborative réalisée par Theodore Katz, diplômé de l’Université de Haïfa, qui a interrogé des survivants, a également été confrontée au déni.

En 2022, un documentaire israélien intitulé “Tantura” a été publié, dans lequel plusieurs anciens combattants israéliens ont déclaré avoir été témoins d’un massacre à Tantura après la reddition du village. En 2023, Forensic Architecture a publié son enquête commandée sur la région et a conclu qu’il y avait trois sites de sépulture potentiels dans la région de la plage de Tel Dor liés à un massacre.

Contexte entourant les événements

Tantura était un village palestinien situé dans le territoire attribué à un État juif dans le plan de partage de la Palestine des Nations Unies de 1947. Dans le cadre du Plan Dalet, formulé en mars 1948, en préparation de la Déclaration d’indépendance israélienne du 14 mai 1948, la Haganah a assigné la Brigade Alexandroni à « l’occupation d’al-Tantura et d’al-Furaydis ». Parmi les quatre bataillons de la brigade, le 33e a été assigné à Tantura.

Commandée par le Centre juridique Adalah pour les droits des minorités arabes en Israël, cette enquête qui fut publiée en 2023 par Forensic Architecture révèle de nouvelles preuves sur les massacres perpétrés dans le village palestinien de Tantura par les forces israéliennes après son occupation les 22 et 23 mai 1948 et le dépeuplement qui a suivi. Lancé à l’occasion du 75e anniversaire de la Nakba, il rassemble des témoignages et des preuves photographiques pour localiser plusieurs charniers dans lesquels les victimes ont été enterrées, dont un jusqu’alors non identifié.

Les événements

Dans la nuit du 22 au 23 mai 1948, Tantura fut attaquée par le 33e bataillon de la brigade Alexandroni. Au lendemain de cette attaque, à partir des témoignages des villageois de Tantura, l’historien Walid Khalidi a estimé que 40 jeunes hommes de Tantura avaient été abattus et enterrés dans une fosse commune. Il a publié ces résultats dans le cadre d’une correspondance dans The Spectator avec Erskine Barton Childers, Jon Kimche (publié du 12 mai au 4 août 1961 et republié en 1988 dans le Journal of Palestine Studies). Les témoignages, bien que décrits comme « inévitablement fragmentés » et provenant d’individus pris dans des événements « au-delà de leur capacité à comprendre », ont été complétés par d’autres témoignages dans la thèse de 1998 intitulée « L’exode des Arabes des villages au pied du mont Carmel », présentée par le chercheur post-doctoral Theodore Katz à l’Université de Haïfa.

La recherche sur l’événement a ensuite été approfondie grâce à d’autres témoignages recueillis par Mustafa al-Wali lors de dizaines d’entretiens qui ont été publiés dans le numéro estival de l’année 2000 de Majallat al-Dirasat al-Filastiniyya, une publication trimestrielle de la Revue des Études Palestiniennes. Muhammad Abu Hana, qui était un enfant au moment des événements à Tantura et qui est aujourd’hui un déplacé vivant dans le camp de Yarmouk, a raconté :

« Au matin, les tirs s’étaient arrêtés et les assaillants ont rassemblé tout le monde […] les femmes et les enfants d’un côté, les hommes de l’autre. […] les soldats ont emmené des groupes d’hommes et on pouvait entendre des coups de feu après chaque départ. […] J’ai vu des corps empilés sur un chariot tiré par des hommes de Tantura qui ont vidé leur chargement dans une grande fosse. […] Sur la route, près des voies ferrées, d’autres corps étaient éparpillés. »

Il y a de multiples témoignages selon lesquels Yaacov, le mukhtar du village juif voisin de Zichron Yaacov et un ami du mukhtar de Tantura, a tenté d’intervenir en faveur des villageois. En 2002, The News & Observer a interviewé Jawdat Hindi, une fille du mukhtar de Tantura, qui a déclaré que Yaacov « est arrivé en criant après les soldats juifs » et, à un moment ultérieur, « il pleurait, disant que nous ne nous attendions pas à un tel jour et un tel événement arrive à nos voisins ».

Tantura pendant le mandat britannique.

Polémique Katz

En janvier 2000, le journaliste israélien Amir Gilat a publié un article sur les événements de Tantura à Ma’arivnote se concentrant sur la thèse de Katz de 1998. Suite à cette publicité, les vétérans de la Brigade Alexandroni ont protesté et Gilat a écrit un article de suivi dans lequel ils niaient qu’un massacre ait eu lieu. Les vétérans ont poursuivi Katz en justice pour diffamation (demandant 1 million de shekels, soit 321 000 dollars de dommages et intérêts).

Dans le procès qui en a résulté, après deux jours de contre-interrogatoire, Katz a accepté un règlement à l’amiable qui impliquait qu’il signe une déclaration annulant les conclusions de ses recherches, à savoir que des exécutions extrajudiciaires avaient été commises après la reddition du village. Le lendemain, au tribunal, la juge Drora Pilpel a annoncé la clôture de l’affaire. Katz a cependant tenté d’annuler sa déclaration, expliquant qu’il l’avait signée dans un « moment de faiblesse qu’il regrettait déjà profondément » et qu’elle « ne représentait pas ce qu’il ressentait réellement à propos de son travail ». Après plusieurs heures supplémentaires de délibération, la juge Pilpel a confirmé la décision de clôture « sur la base de sa conviction qu’un contrat entre les parties doit être respecté6, même si elle a souligné que sa décision ne concernait en aucune manière le contenu, l’exactitude ou véracité du procès en diffamation ». Katz a ensuite fait appel devant la Cour suprême, qui a confirmé la décision du tribunal inférieur pour les mêmes raisons.

À la suite de cette affaire, l’Université de Haïfa a suspendu le diplôme de Katz, qui avait initialement reçu une note de 97 %, l’invitant à réviser sa thèse. L’article a été envoyé à cinq examinateurs externes, dont une majorité (3 : 2) a échoué. Katz a ensuite obtenu une maîtrise « non-recherche ».

L’historien Ilan Pappé a soutenu Theodore Katz et sa thèse et a défié les anciens combattants israéliens à le poursuivre en justice, affirmant qu’il dispose de preuves que le massacre a eu lieu. Dans un article de 2001 publié dans le Journal of Palestine Studies, Pappé a défendu l’utilisation de l’histoire orale en faisant référence aux États-Unis. Il a souligné que l’histoire avait été obtenue par Katz non seulement auprès des villageois palestiniens, mais aussi auprès de soldats israéliens. Pappé a fourni de nouvelles preuves qui étaient apparues après que Katz eut présenté sa thèse, citant notamment (avec référence au dossier source de l’IDF) « dans un document de la Brigade Alexandroni adressé au quartier général de l’IDF en juin, on peut lire : “Nous avons pris soin de la fosse commune, et tout est en ordre” », et dans un autre cas, des témoignages publiés par des témoins oculaires qui avaient été localisés en Syrie. Il a également évoqué le contexte de la répudiation initiale de la thèse de Katz.

Les Israéliens ont jeté un garçon palestinien dans le four, lors du nettoyage ethnique des Palestiniens en 1948. Les Israéliens ont maintenant volé cette histoire et tentent de la fabriquer pour en faire d’autres mensonges sur l’opération Déluge d’al-Aqsa. [Source : vaudais toujours]

En 2004, l’historien israélien Benny Morris a examiné en détail la controverse entourant Tantura et en est ressorti « avec un profond sentiment de malaise ». Il a suggéré que, bien qu’il ne soit pas clair si un massacre a eu lieu ou non, il ne fait aucun doute que des crimes de guerre ont été commis par les forces juives (Haganah) et que le village a été nettoyé de force de ses habitants arabes. Morris estime qu’une femme du village a été violée, que les troupes d’Alexandroni ont peut-être exécuté des prisonniers de guerre et qu’il peut y avoir eu des actes de pillage, sur la base d’un rapport de l’armée qui utilise le mot hébreu « khabala » (sabotage).

Morris a souligné le fait que, dans les entretiens qu’il a menés et dans ceux menés par le journaliste d’Al-Maariv Amir Gilat, tous les réfugiés ont confirmé qu’un massacre avait eu lieu, tandis que tous les anciens combattants de l’IDF le niaient. En ce qui concerne ces derniers, Morris décrit ce qu’il appelle des « indices troublants », tels qu’un journal intime tenu par un soldat d’Alexandroni, Tulik Makovsky, dans lequel il écrivait : « … que nos garçons maîtrisent assez bien l’art du meurtre, en particulier les garçons dont les proches avaient été assassinés par les Arabes… ou ceux qui avaient été victimes d’Hitler [ce sont les mêmes fascistes]. Ils se sont vengés personnellement et ont vengé nos camarades qui étaient morts entre leurs mains, contre les tireurs embusqués. » Morris a également noté que, compte tenu de la sensibilité politique de l’époque, le mot “khabala” pourrait avoir été utilisé comme euphémisme pour un massacre.

Morris a également souligné des problèmes liés à l’évaluation de la deuxième version de la thèse de Katz, en notant que les deux rapporteurs qui avaient attribué des notes anormalement basses avaient été coauteurs d’un livre de l’IDF dans lequel il était affirmé que « … l’armée israélienne n’avait effectué qu’une “expulsion partielle” des populations des villes arabes de Lydda et Ramallah et avait rejeté l’accusation selon laquelle les troupes avaient massacré des habitants de Lydda, certains d’entre eux à l’intérieur d’une mosquée, le 12 juillet 1948 », alors que les archives de l’IDF montrent qu’une expulsion à grande échelle avait été effectuée et que les troupes de la brigade Yiftah avaient tué environ 250 habitants de la ville.

En 2004, il y avait des projets visant à exhumer des corps d’un site situé entre Nahsholim et Dor, supposé être une fosse commune, mais cela n’a pas été réalisé. En 2006, la présentation des faits par Katz a été à nouveau contestée par l’historien israélien Yoav Gelber qui a joué un rôle clé dans la discréditation de la recherche de Katz.

La fosse commune du massacre de Tantura de 1948 se trouve sous le parking derrière la plage.

Enquête sur l’architecture médico-légale

En 2023, à la demande de l’ONG palestinienne Adalah, l’unité de recherche Forensic Architecture à Goldsmiths a entrepris une enquête complète des sources historiques, des données cartographiques et photographiques aériennes, ainsi que des témoignages oraux. Ils ont produit un modèle en 3D indiquant l’existence de trois sites de sépulture sous la station balnéaire de la plage.


L’ancien Colonel de l’armée française, Alain Corvez, dit ce que vous n’entendrez jamais sur les média mainstream lors d’une entrevue sur le Canal Algérie. Alain Corvez est un ancien conseiller du Général commandant la Force des Nations unies au Sud Liban (Finul), ancien conseiller en relations internationales au ministère de l’Intérieur, actuellement conseiller en stratégie internationale. Canal Algérie, est une chaîne de télévision généraliste publique algérienne à dominante francophone, appartenant à l’Établissement public de télévision (EPTV).

Suzanne Yortal
5

« Bonjour M. Boulianne. Je lis assez régulièrement vos articles et écoute les vidéos que vous mettez en ligne et je dois vous dire que j'apprécie hautement votre honnêteté ainsi que votre intégrité. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
995531cookie-checkLe documentaire ‘Tantura’ raconte le massacre perpétré par une unité d’élite israélienne dans le village palestinien éponyme le 23 mai 1948
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

7 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Daniel38

Les vidéos ci-dessus (ou dessous) sont invraisemblables (mais réelles malheureusement). Le Talmudisme doit être probablement la seule religion au monde à être l’enseignement de la haine. Et voilà le résultat abject. Alors le pire c’est la juive qui regrette que Hitler n’ait pas exterminé ses voisins juifs. C’est la malveillance haineuse qui s’accouple à la bêtise profonde. Je comprend à présent parfaitement ce que signifie le terme “Synagogue de Satan”. Très triste au delà d’être odieux.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
7
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x