Le Dictionnaire Khazar et une ancienne pièce byzantine du 8e siècle représentant Léon IV le Khazar, Constantin V et l’empereur Léon III

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Vers la fin de l’année 2022, j’ai fait l’acquisition du roman-lexique de l’écrivain serbe Milorad Pavić, intitulé “Le Dictionnaire Khazar – Exemplaire masculin”, et d’une ancienne pièce de monnaie byzantine datant du VIIIe siècle représentant Constantin V, Léon IV le Khazar et l’empereur Léon III l’Isaurien, père de Constantin V. Évidemment, en tant que collectionneur amateur avisé, j’ai fait ces deux acquisitions aux meilleurs prix possibles. Imaginez : le président de TrustedCoins.com Ilya Zlobin, expert et marchand de renommée mondiale dans le domaine de la numismatique ancienne, « m’a fait une offre que je ne pouvais refuser ». Il m’a proposé une réduction de 80 % sur la pièce de monnaie byzantine. J’ai donc pu faire l’acquisition de cette pièce originale et authentique à un prix plus qu’abordable. Cet achat était accompagné d’un certificat d’authenticité professionnel sur du papier blanc pur sans acide de qualité supérieure en couleur, avec la signature de M. Zlobin et une garantie d’authenticité à vie.

Concernant le livre de l’écrivain serbe Milorad Pavić, “Le Dictionnaire Khazar”, il s’agit de la première traduction en français publiée en 1988 par les éditions Belfond (texte sur deux colonnes avec une couverture contrepliée recouverte d’un film plastique transparent. 15,5 x 24 x 3cm).

Le “Dictionnaire Khazar : un roman-lexique” (Hazarski rečnik, en cyrillique Хазарски речник) est le premier roman de l’écrivain serbe Milorad Pavić, publié en 1984. Initialement écrit en serbe, le roman a été traduit dans de nombreuses langues. Il a été publié pour la première fois en anglais par Knopf, New York en 1988, et traduit en français en 1988.

Il n’y a pas d’intrigue facile à discerner au sens conventionnel, mais la question centrale du livre (la conversion religieuse massive du peuple Khazar) est basée sur un événement historique généralement daté des dernières décennies du 8ème siècle ou du début du 9ème siècle quand la royauté et la noblesse Khazar se sont converties au judaïsme, et une partie de la population générale a suivi. Il y a plus ou moins trois périodes significatives différentes qui se déroulent dans le roman. La première période se situe entre le VIIe et le XIe siècle et est principalement composée des récits de la polémique, de ses représentants et des Khazars eux-mêmes. La deuxième période se déroule au 17ème siècle et comprend des histoires sur la vie des compilateurs du dictionnaire khazar dans l’univers et de leurs contemporains. Le troisième se déroule brièvement dans les années 1960 et 1970, mais surtout dans les années 1980, et comprend des histoires d’universitaires de régions qui ont en quelque sorte à voir avec les Khazars. Il y a aussi des mentions de choses qui se sont produites en dehors de ces périodes, comme le discours d’êtres primordiaux comme Adam Ruhani et Adam Cadmon. La plupart des personnages et des événements décrits dans le roman sont entièrement fictifs, tout comme la culture attribuée aux Khazars dans le livre, qui ressemble peu à des preuves littéraires ou archéologiques.

Le roman prend la forme de trois mini-encyclopédies croisées, parfois contradictoires, chacune compilée à partir des sources d’une des grandes religions abrahamiques (christianisme, islam et judaïsme). Dans son introduction à l’œuvre, Pavić a écrit : « Aucune chronologie ne sera observée ici, et aucune n’est nécessaire. Ainsi chaque lecteur composera le livre pour lui-même, comme dans un jeu de dominos ou de cartes, et, comme dans un miroir, il tirera de ce dictionnaire autant qu’il y mettra, car vous ne pouvez […] tirer plus de la vérité que ce que vous y mettez. »

Le livre est disponible en deux éditions différentes, une “masculine” et une “féminine”, qui ne diffèrent que par un passage critique dans un seul paragraphe et qui se trouve dans la dernière lettre du livre (Le Livre Jaune, entrées SCHULTZ, DR. DOROTHEA, 11. lettre), après la phrase : « Et il m’a donné quelques-unes des feuilles de papier Xerox qui traînaient sur la table devant lui. »

Pavić a déclaré que les Khazars étaient une métaphore d’un petit peuple survivant entre les grandes puissances et les grandes religions. En Yougoslavie, les Serbes ont reconnu leur propre destin ; c’était pareil en Slovénie et ailleurs, un livre scolaire sur la survie. La même chose en Hongrie et en Tchécoslovaquie, et ainsi de suite. Un critique français a déclaré : « Nous sommes tous des Khazars à l’ère de la menace nucléaire et de l’environnement empoisonné. » Une adaptation en ballet du Dictionnaire des Khazars a été mise en scène au Madlenianum Opera and Theatre en 2018.


Pièce de monnaie byzantine datant du VIIIe siècle représentant Constantin V, Léon IV le Khazar et l’empereur Léon III Léon III l’Isaurien

Concernant la pièce de monnaie byzantine du VIIIe siècle que j’ai acquise auprès de TrustedCoins.com et de son président Ilya Zlobin, expert et marchand de renommée mondiale dans le domaine de la numismatique ancienne, elle représente l’empereur byzantin Constantin V (718 – 775), son fils Léon IV le Khazar (750 – 780) et l’empereur byzantin Léon III l’Isaurien (v. 680 – 741), père de Constantin V. Il s’agit d’un petit bronze follis 19 mm (2,43 grammes) de l’atelier de Syracuse : 751-775 après J.-C. (référence : Sear 1569 ; Beurk 864; Spahr 335; Anastasi 437 ; DO III 19). D’un côté de la pièce on voit Constantin V, barbu (à gauche) et Léon IV, imberbe (à droite) debout de face, portant chacun une couronne et une chlamyde, et tenant de l’akakia. Entre leurs têtes, croix; à gauche, K ; à droite, les lettres Λ / Є / W / N. Sur l’autre côté de la pièce on voit Léon III, barbu, debout de face, portant couronne et chlamyde, et tenant une croix potencée ; à gauche, les lettres Λ / Є / O / N; à droite, les lettres Δ / Є / C / Π.

Léon IV le Khazar (750 – 780)

Léon IV le Khazar (en grec : Λέων ὁ Χάζαρος) est né le 25 janvier 750 après JC, de l’empereur Constantin V et de sa première épouse, l’impératrice Tzitzak (fille du khagan Bihar des Khazars, un important allié byzantin). Parce que sa mère était une Khazar, Léon a reçu l’épithète « le Khazar ». Léon a été élevé au rang de co-empereur en 751, alors qu’il était encore enfant, et marié à Irène d’Athènes en 768. Lorsque Constantin V mourut en septembre 775, alors qu’il faisait campagne contre les Bulgares, Léon IV devint empereur principal. En 778, Léon a attaqué la Syrie abbasside, battant de manière décisive l’armée abbasside à l’extérieur de la Germanie.

Léon souffrait à ce stade de la tuberculose, qui, combinée à l’enfance de son fils, Constantin VI, a donné à deux des demi-frères de Léon, les césar Nikephoros et Christopher, l’espoir d’accéder au trône. Ces espoirs furent anéantis lorsque, en 776, Léon éleva Constantin au rang de césar, le déclarant son successeur. Peu de temps après, Nikephoros et Christopher ont été découverts en train de conspirer contre Léon. Malgré l’opinion publique soutenant l’exécution du couple, Léon a plutôt choisi de leur pardonner, bien qu’il ait exilé plusieurs autres comploteurs à Cherson.

Léon mourut d’une fièvre violente, due à sa tuberculose, le 8 septembre 780. Constantin, alors âgé de neuf ans seulement, devint le nouvel empereur, avec Irène comme régente.

Évolution territoriale de l’Empire byzantin de la division de l’Empire romain à la chute de Constantinople.

Constantin V (718 – 775)

Le père de Léon IV le Khazar, Constantin V (en grec : Κωνσταντίνος Ε′) est né à Constantinople, fils et successeur de l’empereur Léon III et de sa femme Maria. À Pâques 720, à l’âge de deux ans, il fut associé à son père sur le trône et couronné co-empereur par le patriarche Germanus I. Dans la théorie politique byzantine, plus d’un empereur pouvait partager le trône; cependant, bien que tous aient reçu le même statut cérémoniel, un seul empereur exerçait le pouvoir ultime. Comme la position d’empereur était en théorie, et parfois en pratique, élective plutôt que strictement héréditaire, un empereur au pouvoir associait souvent un fils ou un autre successeur choisi à lui-même en tant que co-empereur pour assurer la succession éventuelle. Pour célébrer le couronnement de son fils, Léon III a introduit une nouvelle pièce d’argent, la miliaresion ; valant un douzième de nomisma d’or, elle devint rapidement partie intégrante de l’économie byzantine. En 726, le père de Constantin a publié l’Ecloga; un code juridique révisé, il a été attribué conjointement au père et au fils. À la mort de son père, Constantin succéda comme seul empereur le 18 juin 741.

Les conflits religieux et la controverse étaient une caractéristique importante de son règne. Son fervent soutien de l’iconoclasme et son opposition au monachisme ont conduit à sa diffamation par les historiens et écrivains byzantins ultérieurs, qui l’ont dénigré du surnom principal de “Copronyme” (littéralement, « au nom de merde ») à partir d’une anecdote ridicule colportée par des chroniqueurs malveillants : au cours de son baptême par le patriarche Germain Ier de Constantinople, il aurait déféqué dans les fonts baptismaux, répandant une odeur infecte, et le patriarche aurait alors eu ce mot “prophétique” : « Cet enfant remplira l’Église de sa puanteur ». Son autre surnom usuel de “Caballinos”, guère plus aimable (« le chevalin »), renvoie à son prétendu goût effréné pour les chevaux et les courses de chars dans l’hippodrome. Il est aussi souvent accusé, dans la littérature monastique, de débauche et d’homosexualité (bien qu’il se soit marié trois fois et ait eu six enfants de sa troisième femme, mais cela aussi lui est reproché, les troisièmes mariages étant en principe interdits).

Cependant, l’Empire byzantin a connu une période de prospérité interne croissante sous le règne de Constantin. Il était également responsable d’importantes innovations et réformes militaires et administratives. Les récits historiques de Constantin font référence à une maladie chronique, peut-être l’épilepsie ou la lèpre ; au début de son règne, cela a peut-être été utilisé par ceux qui se sont rebellés contre lui pour remettre en question son aptitude à être empereur.

Léon III l’Isaurien (v. 680 – 741)

Le père de Constantin V, Léon III l’Isaurien (en grec Λέων Γʹ ό Ίσαυρος) est né vers 680 à Germanicia (aujourd’hui Kahramanmaraş, dans le sud-est de la Turquie) et mort le 18 juin 741. Son nom d’origine était Konon (en grec : Κόνων ; latin : Conon ou Cononus ), il est également connu sous le nom de Syrien. Il fut empereur byzantin de 717 jusqu’à sa mort en 741 et fondateur de la dynastie isaurienne. Il met fin à l’Anarchie de Vingt Ans, période de grande instabilité dans l’Empire byzantin entre 695 et 717, marquée par la succession rapide de plusieurs empereurs au trône. Il a également défendu avec succès l’Empire contre les envahisseurs Omeyyades et a interdit la vénération des icônes.

Certains, dont le chroniqueur byzantin Théophane, ont affirmé que la famille de Konon avait été réinstallée en Thrace, où il entra au service de l’empereur Justinien II, alors que ce dernier avançait sur Constantinople avec une armée de partisans loyalistes et des cavaliers fournis par Tervel de Bulgarie. en 705. Léon était probablement un chrétien jacobite, mais se serait converti au credo chalcédonien en rejoignant la hiérarchie byzantine. Léon parlait couramment l’arabe, peut-être comme langue maternelle, et a été décrit par Théophane comme “l’esprit sarrasin”.

Après la victoire de Justinien II, Konon a été envoyé en mission diplomatique à Alania et Lazica pour organiser une alliance contre le califat omeyyade sous Al-Walid I. Selon la Chronique de Théophane, Justinien voulait se débarrasser de Konon et a repris l’argent. qui lui avait été donné pour aider à faire avancer les intérêts byzantins, laissant ainsi Konon bloqué à Alania. La chronique décrit la mission comme réussie et Konon retourna finalement à Justinien après avoir traversé les montagnes du Caucase en mai avec des raquettes et pris la forteresse de Sideron (associée à Tsebelda) en chemin.

Konon a été nommé commandant (stratēgos) du thème anatolique par l’empereur Anastase II. Lors de sa déposition, Konon s’est joint à son collègue Artabasdus, les stratèges du thème arménien, pour conspirer pour renverser le nouvel empereur Théodose III. Artabasdus était fiancé à Anna, fille de Léon dans le cadre de l’accord. Léon entra à Constantinople le 25 mars 717 et força l’abdication de Théodose III, devenant empereur sous le nom de Léon III.

Léon III mourut d’hydropisie le 18 juin 741 et fut inhumé dans l’église des Saints-Apôtres. Avec sa femme Maria , Léon III a eu quatre enfants connus : Constantin V, Anna, née avant 705. Elle épousa le futur empereur Artabasdos. Kosmo et Irène. Ils furent tous deux enterrés dans un sarcophage de marbre proconnésien de l’église des Apôtres.

Anthologie2020PUB007

Philippe Olivier
5

« Je vous souhaite bonne continuation et prenez garde. Courage. A un certain niveau, je vous invite à ne pas sous-estimer le risque plus personnel, mais en gardant votre âme intacte. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
798230cookie-checkLe Dictionnaire Khazar et une ancienne pièce byzantine du 8e siècle représentant Léon IV le Khazar, Constantin V et l’empereur Léon III
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

7 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Maria Bejanoska

Je viens de découvrir votre article sur le Dictionnaire khazar dont je suis la traductrice en français. Ce livre, traduit en 40 langues a fait le tour du monde et revient régulièrement en France. Une nouvelle édition vient de paraitre aux EDITIONS FLORA ainsi qu’une version interactive telle que son auteur l’avait imaginée en 1984 sans pouvoir la réaliser à l’époque. ( 

)

COUV-PAPIER-DICO-KHAZAR
Mélusine888

Et pour terminer et appuyer la thèse. J’ai vécu avec un basque forgeron qui travaillait avec le sculpteur César. Rien n’est dû au hasard. Les rencontres aux croisements de vie notre vie ne sont pas liées au hasard…

Mélusine888

Du coup, j’ai acheté le livre de Freedman. Il se fait que la personne qui m’a dit de lire Koestler était un forgeron psy du nom de Friedlingstein (Pierre de la Paix). Je vois aussi un lien avec la tribu de DAN (ADN, Arche De Noé) , tribu de DANNAH. Samson.

Mélusine888

Bonjour, très intéressant. Ayant lu Koestler, j’ai aussi eu une amie d’origine juive et russe dont le nom était Kagan. Cela me rappelle l’univers de Loreena Mc Kennit. Je verrais plutôt les Khazars comme de descendance Japhétique. Pourquoi? A cause des chevaux et la référence aux forgeron (Tubal Caïn). J’ai lu un article très intéressant sur le lien entre basques et Khazars. Origine des basques de R. MARTIAL aux Editions Persées. Lira Baron de Baye: En Abkhazie, Le culte de la Forge, le caractère sacerdotal du forgeron.

Ilya Zlobin

Dear Mr. Guy Boulianne,

Thank you for sharing that article with me. I appreciate the kind words about me and a link back to my website. I learned some great information and found your website very professionally done and easy to use with the translate button.

Best Regards,
Ilya Zlobin

=====================

TRADUCTION :

Cher Monsieur Guy Boulianne,

Merci d’avoir partagé cet article avec moi. J’apprécie les mots aimables à mon sujet et un lien vers mon site Web. J’ai appris d’excellentes informations et j’ai trouvé votre site Web très professionnel et facile à utiliser avec le bouton de traduction.

Cordialement,
Ilya Zlobine

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
7
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x