Des scientifiques britanniques découvrent du graphène dans les vaccins Covid-19 et pensent que les vaccinés le passent aux non vaccinés

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Les vaccins Covid-19 ont été examinés médico-légalement au Royaume-Uni et un rapport de laboratoire confirme qu’ils contiennent des nanomatériaux de graphène qui peuvent pénétrer les barrières naturelles du corps et endommager le système nerveux central, et de l’oxyde de graphène qui peut endommager les organes internes, détruire la santé du sang, déclencher le cancer et provoquer des modifications dans la fonction des gènes parmi une foule d’autres effets néfastes. Malheureusement, une analyse plus approfondie du Dr Phillipe van Welbergen a conclu que le graphène se transmet des personnes vaccinées aux personnes non vaccinées, détruisant les globules rouges et provoquant de dangereux caillots sanguins. Ce rapport qui a été commandé par EbMCsquared CiC et préparé et publié par UNIT, concerne les premières découvertes et constitue un argument solide pour la poursuite des recherches scientifiques.

Le gouvernement britannique a commencé à déployer ce que l’on appelle désormais les « vaccins contre la COVID-19 » début 2021. Lesdits « vaccins » ont reçu une autorisation d’urgence temporaire en vertu du règlement 174 de la loi sur la réglementation des médicaments humains (2012).

Tous les essais de phase 3 du vaccin contre la COVID-19 sont en cours et ne devraient pas se terminer avant fin 2022/début 2023. Les traitements sont actuellement expérimentaux avec seulement 1 an de données à court terme et aucune donnée de sécurité humaine à long terme disponible. Il est désormais largement admis qu’aucun des traitements expérimentaux contre le COVID-19 n’interdit l’infection par le COVID-19 ni n’interdit la transmission d’une quelconque maladie. Les scientifiques du monde entier ont signalé des résultats inhabituels lors de l’examen du contenu des flacons d’injection de COVID-19 dans le but de déterminer la cause des décès, des blessures et des effets indésirables signalés.

Le 20 septembre 2021, à l’institut pathologique de Reutlingen, en Allemagne, les résultats des autopsies de huit personnes décédées après un traitement expérimental contre le COVID19 ont été présentés. Les analyses des tissus fins ont été réalisées par les pathologistes Prof. Dr. Arne Burkhardt et Prof. Dr. Walter Lang. Les résultats confirment le rapport précédent du professeur Peter Schirmacher. Sur plus de 40 cadavres qu’il a autopsiés, décédés dans les deux semaines suivant le traitement expérimental du COVID-19, environ un tiers de ces décès ont été causés par le traitement expérimental lui-même.

En novembre 2020, le Dr Andreas Noack, chimiste allemand et l’un des plus grands experts européens en graphène, a publié une vidéo expliquant qu’il avait découvert l’hydroxyde de graphène contenu dans les traitements expérimentaux contre le COVID-19. Il a décrit comment les nanostructures d’hydroxyde de graphène injectées dans le corps humain agissent comme des « lames de rasoir » dans les veines des receveurs et comment elles n’apparaîtraient pas lors d’une autopsie ou de tests toxicologiques normaux étant donné leur taille atomique. Durant la diffusion, on frappe fort, quelqu’un crie à la porte. Andreas Noack est visiblement irrité et déclare : « La police est là en ce moment. Je ne sais pas ce qui se passe. » Plusieurs policiers lourdement armés ont alors fait irruption dans l’appartement. Le YouTuber est invité à lever la main, à s’allonger et à prononcer son nom, le tout devant la caméra.

Le 26 novembre 2021, quelques heures seulement après avoir publié sa dernière vidéo sur l’hydroxyde de graphène, il est décédé dans des circonstances suspectes. La compagne de Noack fit des déclarations dans une vidéo de 4 minutes dans laquelle elle assurait qu’il avait été « brutalement attaqué » lors d’une agression, faisant référence à la “technologie des faisceaux” (armes biologiques présumées), et qu’il « n’a pas survécu ». La même femme a précisé le 29 novembre 2021, dans une autre vidéo, que le pharmacien était décédé d’une « crise cardiaque ». La seconde femme se trouvant derrière la caméra conclut en disant : « Certaines personnes disent que des gens sont venus l’attaquer. Je ne suis pas au courant de ces choses, mais il a toujours dit qu’ils avaient cette technologie de faisceaux. »

Le professeur Dr Pablo Campra, de l’Université d’Almeria, en Espagne, a également examiné les traitements expérimentaux du Covid-19 en novembre 2021 en utilisant la spectroscopie micro-Raman, l’étude des fréquences. Lui aussi a confirmé la présence de graphène.

➽ Rapports sur les décès et les blessures après la vaccination

Il est possible de vous orienter vers de nombreux rapports de décès et de blessures établis au moyen de déclarations à la police et aux avocats du Royaume-Uni. Il incombe au personnel médical du Royaume-Uni de signaler toute blessure, réaction indésirable ou décès suite à l’injection de ces traitements expérimentaux. La MHRA (Medicines & Healthcare products Regulatory Agency) a mis en place le système de carte jaune à cet effet et encourage la déclaration des effets secondaires suspectés de COVID-19 liés aux médicaments et aux vaccins ou aux dispositifs médicaux et aux incidents de diagnostic indésirables utilisés dans le traitement du coronavirus.

Au 5 janvier 2022, ce système montre que le décès a été répertorié comme une conséquence liée aux traitements expérimentaux contre le COVID-19 au moins 1 932 fois, ainsi que près d’un million et demi d’effets indésirables aux traitements expérimentaux (1 414 293).

Aux États-Unis, les rapports VAERS (Vaccine Adverse Events Reporting System) faisant état de décès ont été répertoriés comme résultat lié aux traitements expérimentaux contre le COVID-19 au moins 21 745 fois au 7 janvier 2022 et 38 000 personnes sont handicapées de façon permanente.

Dans la base de données européenne Euro eudraVigilance, le décès a été répertorié comme une conséquence liée aux traitements expérimentaux contre le COVID-19 au moins 34 337 fois au 18 décembre 2021. 3,1 millions de blessures ont également été signalées.

Il s’ensuit que les taux d’augmentation des décès et des dommages importants augmentent à mesure que le programme de traitement expérimental est déployé.

➽ Enquête

Suite à sa propre expérience avec des patients qui avaient subi des lésions et des effets indésirables apparents dus au vaccin, un médecin britannique s’est manifesté en décembre 2021 en proposant de contribuer à une enquête visant à déterminer si les résultats découverts par les Drs Noack et Campra pouvaient être reproduits au Royaume-Uni et également. pour examiner les flacons d’injection de COVID-19 à la recherche de toxines ou de contenus inattendus.

Le médecin a saisi un flacon d’injection dans le réfrigérateur du cabinet dans lequel elle travaille et l’a remis à un enquêteur indépendant qui l’aide à enquêter sur les cas liés aux blessures subies à la suite des injections administrées dans le cadre du déploiement. Depuis, d’autres flacons ont été obtenus et couvrent les trois principaux fabricants du Royaume-Uni : Pfizer, Moderna et AstraZeneca.

Le contenu des flacons d’injection a été examiné de manière médico-légale et un rapport de laboratoire est joint à ce dossier. Un résumé des résultats se trouve ci-dessous. Un bref résumé d’un rapport de toxicologie se trouve également ci-dessous, le document complet est joint. Un article scientifique complet évalué par des pairs devrait être fourni en temps utile.

Dès que nous avons eu la confirmation du rapport de laboratoire et de toxicologie. Ian Clayton a contacté la police, conformément à son devoir de diligence envers le public, pour demander l’arrêt immédiat du déploiement du traitement expérimental et pour prendre rendez-vous pour présenter ces preuves en personne à la police.

➽ Chaîne de preuves :

  1. Flacon d’injection livré au cabinet du médecin généraliste
  2. Flacon d’injection récupéré dans le réfrigérateur du cabinet du médecin généraliste
  3. Flacon d’injection livré à l’équipe d’enquête
  4. Flacon d’injection livré au Laboratoire
  5. Flacon d’injection examiné par des experts médico-légaux
  6. Flacon d’injection conservé à des fins de divulgation

➽ Résumé du rapport de toxicologie :

Un résumé des résultats détaillés dans le rapport toxicologique ci-joint est le suivant :

  • Les nanomatériaux de graphène (GFN) peuvent pénétrer les barrières naturelles du corps et endommager le système nerveux central.
  • Oxyde de graphène (GO) :

a. peut endommager les organes internes
b. endommage le système de reproduction et de développement
c. détruit la santé du sang
d. endommage et détruit les cellules
e. peut déclencher le cancer et accélérer le vieillissement
F. endommage les mitochondries et l’ADN
g. déclenche une réponse inflammatoire et trois types différents de mort cellulaire
h. provoque des changements dans la fonction des gènes

➽ Présentation à la police

Avec les informations qui vous ont été fournies aujourd’hui, il existe suffisamment de soupçons raisonnables selon lesquels des actes criminels graves ont été commis. Il existe également des raisons plus que suffisantes pour que la police demande un mandat d’arrêt et saisisse les flacons d’injection pour elle-même et soumette ces flacons à un laboratoire du ministère de l’Intérieur en vue de reproduire nos conclusions. Après avoir répété les examens, la police sera en possession de ses propres preuves tangibles pour étayer les actes criminels graves. Le premier devoir de la police est la protection de la vie. Il incombe donc à la police de prendre des mesures pour arrêter immédiatement le déploiement de ces traitements expérimentaux et jusqu’à ce que ses propres enquêtes médico-légales soient terminées. Encore une fois, il existe des motifs raisonnables pour procéder ainsi. Les principaux accusés potentiels dans cette affaire, tels qu’énumérés ci-dessus, les empêchent de mener eux-mêmes une enquête. C’est une affaire qui relève uniquement de la police.

Ian Clayton est co-fondateur d’un collectif de personnes appelé UKCitizen2021, lui-même créé par un petit groupe de personnes ayant travaillé auparavant dans la profession juridique. C’est lui qui vous signale ce problème et qui sera votre point de contact pour l’avenir. Au cours de son implication dans UKCitizen2021, Ian Clayton a accumulé une pléthore de contacts, d’informations et un accès direct à divers experts dans de nombreux domaines. Il se fera un plaisir d’aider la police à les signaler.

Étant donné que la police a le devoir de procéder elle-même aux examens médico-légaux nécessaires, il n’est pas nécessaire de mentionner les noms des personnes impliquées dans cette affaire. En raison du fait que le Dr Andreas Noack est décédé dans des circonstances suspectes à la suite de la diffusion de sa vidéo sur la présence d’hydroxyde de graphène ; l’identité des personnes impliquées dans cette enquête médico-légale privée n’est pas divulguée pour des raisons de sécurité.

⇶ Un rapport d’un laboratoire britannique découvre du graphène dans les vaccins Covid-19 et les scientifiques pensent que les vaccinés le transmettent aux non vaccinés.

The Exposé, samedi le 10 septembre 2022
Différentes parties du processus de scellage du flacon. Le flacon présenté ici est le flacon AstraZeneca. Les trois mêmes composants de sceau étaient présents pour les flacons Moderna et Pfizer.

Suite à sa propre expérience avec des patients qui avaient subi des lésions apparentes et des effets indésirables liés au vaccin, un médecin britannique s’est manifesté en décembre 2021 en proposant de contribuer à une enquête visant à déterminer si les résultats découverts par les Drs Noack et Campra pouvaient être reproduits au Royaume-Uni et également. pour examiner les flacons d’injection de COVID-19 pour détecter la découverte de toxines ou de contenus inattendus.

Le médecin a saisi un flacon d’injection dans le réfrigérateur du cabinet dans lequel elle travaille et l’a remis à un enquêteur indépendant qui l’aide à enquêter sur des cas liés à une blessure subie à la suite d’injections administrées dans le cadre du déploiement.

Depuis, d’autres flacons ont été obtenus, couvrant les trois principaux fabricants du Royaume-Uni: Pfizer, Moderna et AstraZeneca. Le contenu des flacons d’injection a été examiné de manière médico-légale et un rapport de laboratoire a été officiellement publié.

Le rapport intitulé « Évaluation qualitative des inclusions dans les vaccins Moderna, AstraZeneca et Pfizer Covid-19 » a été présenté à la police impliquée dans l’affaire pénale britannique, 6029679/21, qui est censée leur fournir des soupçons plus que suffisants raisonnables selon lesquels de graves des actes criminels ont été commis concernant l’administration de traitements expérimentaux.

Le rapport contient les rapports toxicologiques des flacons d’injection qui ont été examinés par des experts médico-légaux, avec des résultats qui fournissent « des motifs plus que suffisants » pour que la police demande un mandat d’arrêt en vertu de la loi de 1984 sur la police et les preuves criminelles et saisisse les flacons d’injection pour elle-même. La police pourra alors les soumettre à un laboratoire du ministère de l’Intérieur en vue de reproduire les conclusions et leur permettra de posséder leurs propres preuves concrètes pour étayer des délits graves.

De plus, conformément à son devoir de diligence envers le public, il a été demandé à la police de demander l’arrêt immédiat du déploiement du traitement expérimental.

Le rapport : Évaluation qualitative des inclusions dans les vaccins Moderna, AstraZeneca et Pfizer Covid-19 – par UNIT

Quatre flacons de vaccin ont fait l’objet de l’enquête.

Deux échantillons de Moderna, 1 échantillon d’AstraZeneca et 1 échantillon de Pfizer ont été collectés pour examen afin d’analyser le contenu et d’identifier si des composants non déclarés y étaient présents.

Voici la liste des ingrédients déclarés dans chaque vaccin par les fabricants –

Les inclusions qui ne sont pas déclarées par les fabricants ont été au centre de cette analyse particulière, principalement le graphène et les nanostructures liées au carbone sous forme de composites de carbone ou de graphène, le graphène en association avec le polyéthylène glycol, l’oxyde de graphène, les composés d’oxyde de fer et la calcite.

Les quatre flacons

L’analyse du contenu des quatre flacons a identifié des objets similaires et qui ont été définis et illustrés individuellement dans le rapport.

Les inclusions identifiées étaient :

  • Nanorubans de graphène recouverts de polyéthylène glycol
  • Forme composite de graphène 1.
  • Forme composite de graphène 2.
  • Calcite microcristalline avec inclusions carbonées.
  • Graphène Nano Form avec et sans fluorescence
  • Objets nano en graphène
  • Nano-parchemins en graphène

Moderna 01

Le premier échantillon évalué était le Moderna 01 qui a été examiné par spectroscopie Raman. L’enquête a clairement montré que toutes les inclusions du vaccin ont un fort signal carbone avec des compositions de graphène confirmées de certaines formes représentatives.

Deux signaux clairs ont été obtenus à partir de deux objets. Les inclusions plates en forme de ruban présentaient des spectres de graphène clairs intégrés au spectre du glycol et d’autres composés mineurs. L’autre signal clair a été obtenu à partir d’une forme microcristalline de calcite et les formes composites de carbone avaient également un signal clair de graphène.

Il est important de souligner que certaines formes de carbone nano-amorphe présentaient un signal clair de graphène. Cependant, ces formes présentaient également une fluorescence qui masquait le pic de graphène.

Moderna 02

Les particules qui portent la charge d’ARNm étaient clairement visibles et le composite de graphène 01 était bien présent même à basse résolution et les objets graphène nano étaient présents en « grande abondance » dans l’échantillon du flacon.

AstraZeneca

AstraZeneca était le troisième vaccin évalué pour son inclusion, et comme il était presque transparent, il rendait « légèrement plus facile la détection des couleurs inhérentes ». Sous observation microscopique humide, la solution présentait un mouvement instantané de particules nanoscopiques qui, observées de près, semblaient être entraînées par un courant de convection.

Une fois sèches, les particules présentaient un mouvement de traction. Dans la figure ci-dessous la forme microscopique est clairement visible car elle repose sur le film solide tandis que les nanoparticules sont toujours en mouvement à l’arrière-plan, comme le montre la position changeante de l’ombre. Un résultat clair de ce mécanisme était qu’à mesure que le milieu se solidifiait, il devenait plus difficile pour les nanoparticules de naviguer à travers le matériau visqueux.

Les inclusions confirmées dans AstraZeneca concernaient la présence de graphène dans toutes les formes représentatives identifiées. Les composites de carbone se présentent sous deux formes, comme dans les vaccins Moderna. Ces deux formes présentaient des signatures de graphène distinctes. En outre, outre le graphène, le spectre est dominé par l’oxyde de fer et d’autres formes d’associations de carbone.

Pfizer

Pfizer était le quatrième flacon de vaccin évalué pour ses inclusions. L’échantillon de pipette présentait des inclusions extrêmement intéressantes. Au fur et à mesure que le matériau était aspiré dans la pipette, des feuilles distinctes, translucides à transparentes, flottaient, comme le montre cette figure.

Trois de ces échantillons présentaient des signatures composites de carbone contenant possiblement du graphène. Les signaux des matériaux amorphes de type carbone étaient extrêmement complexes avec le carbone, l’oxyde de fer et plusieurs autres composés qu’ils contiennent.

Des formes de ruban de microformes presque transparentes se trouvent en bon nombre dans la diapositive. Ceux-ci sont souvent à moitié intégrés dans la solution, une extrémité dépassant du matériau. Les composites de carbone des formes 1 et 2 sont également présents en grand nombre. La forme 1 se dépose sur le matériau tandis que la forme 2 se trouve aux niveaux intermédiaires du milieu solidifié. Les nanoformes de graphène sont présentes en nombre important dans le matériau de la diapositive, ainsi que dans certains parchemins. La figure ci-dessous présente un ensemble de diverses formes d’inclusion identifiées au sein de Pfizer.

Les signaux des matériaux amorphes de type carbone étaient extrêmement complexes, car ils contenaient du carbone, de l’oxyde de fer et plusieurs autres composés. Le complexe de graphène 1 est du graphène avec un signal de polyéthylène glycol formant la majeure partie du spectre. Cependant, pour les premières évaluations, cette étude peut confirmer la présence de graphène dans Pfizer.

Notamment, l’un des échantillons qui a été filmé présentait une assez bonne influence de fluorescence.

Pour conclure

Les trois vaccins utilisent généralement des nanoparticules lipidiques auto-assemblées comme mécanismes d’administration de médicaments. Alors que la découverte centrale de ce projet a été la confirmation de la présence de graphène dans les quatre échantillons, il est important d’évaluer cette découverte dans le contexte du sujet lui-même.

Il est également important de mentionner que la source de fluorescence dans les échantillons était inconnue au moment où les investigations étaient en cours et qu’en raison de délais serrés, il n’a pas été possible de l’étudier à ce moment-là. Une revue en libre accès mettant en évidence la toxicité des nanoparticules de la famille du graphène peut être consultée ici.

En conclusion, on peut affirmer que les quatre échantillons de vaccins (Moderna 1, Moderna 2, AstraZeneca, Pfizer) contiennent tous des quantités importantes de composites de carbone, de composés de graphène et d’oxyde de fer.

Ces ingrédients n’ont pas été déclarés par les fabricants et sont absents de la liste des ingrédients des vaccins. Cependant, des études montrent à quel point la famille du graphène est dangereuse, mais les individus n’ont pas été informés qu’on leur injectait cette substance mortelle.

Le rapport de laboratoire peut être lu dans son intégralité ici.

Une autre analyse d’échantillons de sang menée par le Dr Philippe van Welbergend a démontré que le graphène injecté à des personnes s’organise et se développe en fibres et structures plus grandes, acquérant des propriétés magnétiques ou une charge électrique et que les fibres montrent des indications de structures plus complexes avec des stries.

Malheureusement, il a également démontré que des « fragments » de graphène sont transmis des personnes « vaccinées » à des personnes sans vaccin ou non vaccinées, détruisant leurs globules rouges et provoquant des caillots sanguins chez les personnes non vaccinées.

Le rapport complet sur la « perte » de graphène peut être lu dans son intégralité ici.


Carole Lavoie
5

« Vous êtes un homme-orchestre impressionnant. Merci d'exister, vous êtes un compagnon de route important pour plusieurs d'entre nous. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.