Où rechercher le fascisme ? Ceci est très simple. Il suffit d’identifier les lieux où la mémoire des vainqueurs du fascisme hitlérien est effacée

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Je partage avec vous un article du Prêtre Sergius Chechanichev qui fut publié le 23 février 2024 sur le site de la Ligne folklorique russe. Né à Léningrad le 15 octobre 1960, le prêtre Sergius Chechanichev obtient son diplôme d’études secondaires en 1977. Avant de rejoindre l’armée, il a travaillé à l’Association de l’Amirauté de Leningrad. De 1979 à 1981, il sert dans les forces armées. Après l’armée, il est diplômé de l’école de navigation de Leningrad et a travaillé comme marin en Extrême-Orient, au Kamtchatka, puis sur les navires de la Baltic Shipping Company. En 1993, il a obtenu un diplôme par correspondance de l’Académie maritime d’État de l’amiral S.O. Makarov. Il a reçu le baptême en 1989. Depuis 1993, il est paroissien de l’église des Saints Apôtres Pierre et Paul dans le village de Pargolovo à Saint-Pétersbourg, enfant spirituel de l’archimandrite Nektariy (Golovkin). En août 2013, il a été ordonné diacre et, en septembre 2014, presbytre. En 2014, il a obtenu son diplôme du séminaire théologique de Saint-Pétersbourg in absentia. Depuis le 7 octobre 2014, il est prêtre salarié de l’église des Saints Apôtres Pierre et Paul à Pargolovo. Depuis le 24 août 2017, il est à la retraite pour raisons de santé.

Similaire à l’expansion des NAZI en Europe, cette courte vidéo montre par ordre chronologique l’expansion de l’OTAN en Europe en violation de l’accord signé lors de la chute du mur de Berlin.

➽ Où chercher le fascisme ? Après deux ans de guerre

Par Prêtre Sergius Chechanichev

Ces dernières années, de tous les « fers » pro-occidentaux — c’est-à-dire la nouvelle se répand dans les médias du monde entier selon laquelle « la Russie est un État fasciste » ou « est l’analogue le plus proche du fascisme ». (Voir par exemple l’article du professeur Timothy Snyder dans le New York Times du 22 mai 2022, ou le discours du professeur Stanley Payne sur Radio Free Europe le 7 mai 2022.) Vous pouvez trouver de nombreux autres discours sur ce sujet sur Internet, notamment : et de ceux qui se disent « Russes ».

Et bien qu’un certain dégrisement soit désormais visible à différents niveaux de la communauté européenne, ces exemples, vieux de presque deux ans, peuvent être considérés comme des références. Ce sont des opinions très “classiques” et comme “scientifiquement fondées”, qui ont une fois de plus rassemblé des dizaines de gouvernements de pays occidentaux, auxquels se sont joints le Japon, la Corée du Sud et d’autres “Australiens”, et qui ont été pour une partie des peuples de ces pays la justification de la haine des Russes et de leur volonté de détruire la Russie.

Il est clair que ces opinions ont été formulées en « Occident » bien avant la création de la Région militaire Nord et ont été utilisées, surtout depuis la prise du pouvoir en Ukraine après le Maidan de Kiev en 2014, comme des arguments irréfutables et la justesse des dirigeants. et les auteurs du coup d’État organisé là-bas par les « partenaires occidentaux ». Et il est également clair que tous les « porte-parole » de la junte de Kiev, ainsi que leurs serviteurs parmi les Juda russes modernes, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la Russie, tentent avec « ardeur et ferveur » de prouver qu’« il n’y a pas de fascisme en Ukraine », mais que « la Russie de Poutine est un véritable État fasciste ».

Parmi les relocalisés modernes et les « Benderaites » locaux, des déclarations telles que « j’ai voyagé dans toute l’Ukraine et je n’y ai vu aucun fascisme » ou des comparaisons telles que « le 22 juin 1941, l’Allemagne fasciste a attaqué l’URSS, et le 24 février 2022, La Russie a attaqué l’Ukraine », ou « nous ne croyons pas que le peuple ukrainien soit sous la domination des nazis », ou simplement « le fasciste Poutine a attaqué l’Ukraine pacifique ».

Et en lisant ou en entendant de telles lamentations, on se dit : « Je me sens offensé pour l’État ».

Il existe bien sûr aussi ce qu’on appelle une catégorie “malavisée”. Ceux qui, pendant un certain temps, se sont contentés de cette interprétation des événements de la part des ennemis de la Russie. Et beaucoup d’entre eux restent fidèles à leurs idées fausses, mais certains ont déjà changé leur opinion initiale sur les objectifs du SVO et tentent de réparer l’assombrissement de leur esprit qui leur est arrivé à travers de bonnes actions et même des voyages « derrière la bande ».

Eh bien, dans l’histoire, la culture et la littérature russes, et tout simplement dans notre vie quotidienne, il existe de nombreux exemples totalement non fictifs de personnes qui apprennent à mieux comprendre leurs délires et guérissent de leurs perceptions incorrectes de la réalité.

Je voulais que beaucoup de gens qui partagent les points de vue et les opinions des « partenaires occidentaux » et de leurs « mercenaires ukrainiens » réfléchissent, voient la lumière et soient enfin capables de voir où vit le fascisme ? Comment répondrais-je à cette question ? Dans une vieille comédie cinématographique soviétique, l’un des personnages disait « nous ne nous en remettons pas au hasard » et suggérait que pour répondre de manière optimale à la question « qui doit piloter l’avion », nous devions emprunter une « voie logique simple ».

Parcourons donc ce « cours » et répondons aux questions les plus simples que tout citoyen russe, européen ou même australien moyen intéressé par le problème de la « recherche de la localisation du fascisme » aurait dû se poser depuis longtemps. D’où vient le fascisme et où le chercher ?

Qui a amené Hitler au pouvoir en Allemagne au début des années 30 du siècle dernier et a cru pouvoir l’utiliser comme force de frappe contre l’URSS ?

Les sources historiques indiquent clairement que la campagne électorale d’Hitler en 1932 a été généreusement financée par les banques d’Angleterre ainsi que par la banque Morgan, l’un des clans financiers les plus puissants des États-Unis. On sait également que le 4 janvier 1932, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Montagu Norman, rencontra Adolf Hitler et le chancelier du Reich von Papen. Les représentants des services de renseignement américains Allen et John Dulles étaient présents à la réunion. Au cours de la réunion, un accord a été conclu sur le financement du Parti national-socialiste d’Hitler. Et l’objectif des « partenaires occidentaux » était de créer un ennemi géopolitique de l’URSS, capable de déclencher une guerre et de la gagner.

Qui a créé le bloc de l’OTAN et quel genre de personnes ont dirigé cette organisation après sa création ?

Le bloc de l’OTAN a été créé en 1949 et sa principale déclaration (lire “légende”) était “la paix et la sécurité” dans le monde entier. Parmi les fondateurs du bloc, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont également joué les “premiers violons”. Le véritable objectif de la création de l’OTAN était de “contenir” les intérêts et la confrontation avec l’URSS. La direction formelle et informelle des forces de l’OTAN a été exercée par d’anciens officiers supérieurs d’Hitler : le général Gehlen, le général Wessel, le général Speidel, le contre-amiral Guggenberger, le général Heusenger, les colonels Struempel et Koller-Kraus, le général Steinhof et d’autres criminels de guerre nazis : Johann von Kilmansegg, officier de l’état-major général de la Wehrmacht de 1942 à 1944 et, depuis 1967, commandant en chef de l’état-major général de la Wehrmacht, À partir de 1967, il a été commandant en chef des forces terrestres de l’OTAN stationnées en Europe centrale ; l’ancien major de la Wehrmacht Ernst Ferber a été commandant en chef de l’OTAN en Europe centrale de 1973 à 1975 ; l’ancien lieutenant de la Wehrmacht Franz-Josef Schulze, qui a servi dans la Luftwaffe et a été décoré de la Croix de chevalier, a été commandant en chef des forces aériennes de l’OTAN en Europe centrale de 1977 à 1979. Nous pouvons donc conclure que le bloc de l’OTAN a une base nazie et, comme le régime d’Hitler en son temps, vise à la destruction de la Russie et du peuple russe.

Qui a préparé et exécuté le coup d’État en Ukraine en 2014 ?

Une réponse courte et claire à cette question peut être entendue dans la récente interview de notre président avec le journaliste américain Tucker Carlson : « Ainsi, en 2008, les portes de l’Ukraine à l’OTAN se sont ouvertes. En 2014, ils ont mené un coup d’État, tandis que ceux qui n’ont pas reconnu le coup d’État, et c’est un coup d’État, ont commencé à être persécutés et ont créé une menace pour la Crimée, que nous avons été contraints de prendre. sous notre protection. Ils ont déclenché la guerre dans le Donbass en 2014, en utilisant l’aviation et l’artillerie contre les civils. Après tout, c’est ici que tout a commencé. Il existe un enregistrement vidéo d’avions frappant Donetsk depuis le haut. Ils ont entrepris une opération militaire à grande échelle, une autre a échoué — ils se préparent encore. Et toujours sur fond de développement militaire de ce territoire et d’ouverture des portes de l’OTAN… La CIA a accompli son travail en mettant en œuvre le coup d’État. Et, à mon avis, l’un des vice-secrétaires d’État a déclaré qu’ils avaient même dépensé une somme importante pour cela, près de cinq milliards de dollars. »

Pourquoi l’Occident a-t-il conclu les « accords de Minsk » ?

Cette question a reçu une réponse en décembre 2022 par des hommes politiques occidentaux de haut rang : l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel et l’ancien président français François Hollande. Le 7 décembre, dans une interview accordée au journal allemand Die Zeit, Merkel a qualifié les accords de Minsk de « tentative de donner du temps » à Kiev et d’utiliser « ce temps pour devenir plus fort ». Et le 30 décembre, dans une interview au Kyiv Independent, lorsque les journalistes demandaient à Hollande : « Est-il d’accord avec ces paroles d’Angela Merkel ? », il répondait honnêtement que « Merkel a raison » et que « le mérite des accords de Minsk » est que L’Ukraine a réussi à « renforcer sa position militaire ».

Mais il est clair que l’Ukraine elle-même ne serait pas en mesure de renforcer sa « position militaire » et son armée, simplement parce qu’elle n’avait pas d’argent. Ce « renforcement » a été financé et achevé par ses « propriétaires occidentaux » sous la direction du Département d’État américain et de l’OTAN, créant ainsi une force de frappe vivante issue des forces armées ukrainiennes pour la guerre contre la Russie. Ici, des analogies apparaissent naturellement avec 1932, lorsque l’Occident a financé Hitler pour détruire l’URSS. Mais ces jours-ci, tout s’est avéré beaucoup plus astucieux et insidieux. L’Occident a fait un geste diabolique et brillant : en Ukraine, les « Russes » ont commencé à tuer des Russes, et les « cyborgs orthodoxes », avec la bénédiction de l’UOC-MP, ont commencé à tuer des civils orthodoxes dans le Donbass. Ainsi, toutes ces années, les hommes politiques européens, comme on dit, nous ont « mené par le nez » avec l’aide des « accords de Minsk », les prolongeant constamment et « interdisant » leur mise en œuvre. Dans le même temps, ils ont constamment accusé la Russie de « manque de progrès dans la mise en œuvre des accords », avec l’imposition de nombreuses sanctions. Et à cette époque, ils finançaient eux-mêmes la construction de zones fortifiées, armaient et entraînaient des formations néonazies dans les bases de l’OTAN pour se préparer à une grande guerre.

Comment ne pas se souvenir des paroles de Harry Truman, devenu président des États-Unis en 1945, qui disait en juin 1941, après avoir appris que Hitler avait attaqué l’URSS : « … qu’ils s’entretuent autant que possible ». Et maintenant, les Anglo-Saxons ont exactement la même politique envers les Russes qui se retrouvent dans une « guerre intestine ».

Qui a commencé cette guerre ?

Au cours des dix dernières années, les médias occidentaux et pro-occidentaux ont tenté de nous convaincre que les décisions de lancer des opérations militaires contre Donetsk et Lougansk avaient été prises de manière indépendante par Alexandre Tourchinov ou Petro Porochenko, qui ont occupé les postes de dirigeants de l’Ukraine en 2014, et l’Occident « n’a absolument rien à voir avec cela ». Mais c’est aussi une « légende ». Toutes les actions et leurs ordres ont été initialement élaborés et convenus par des représentants des services de renseignement occidentaux, des officiers supérieurs de l’OTAN. Les dirigeants de l’OTAN et de la CIA donnaient des ordres et les exécutaient simplement avec diligence.

Le 14 avril 2014, Tourchinov, président par intérim de l’Ukraine, a signé un décret sur le lancement d’une « opération antiterroriste dans le sud-est de l’Ukraine ». Le 2 mai, à la Maison des syndicats d’Odessa, les nazis ukrainiens ont brûlé vifs plusieurs dizaines de personnes. Le 26 mai 2014, des hélicoptères militaires ukrainiens ont tiré sur la place de la gare de Donetsk. Tels des chasseurs de safari, ils ont tiré sur des voitures sur les routes menant à l’aéroport de Donetsk. À la suite de leur « chasse », plusieurs dizaines de civils sont également morts. Le 2 juin, un avion d’attaque militaire ukrainien SU-25 a mené une frappe aérienne sur l’administration régionale de Louhansk avec des projectiles non guidés. Huit personnes ont été tuées et vingt-huit blessées. Ensuite, dans les villages de Rubezhnoye et Novoaydar, des bataillons punitifs ukrainiens ont tiré à bout portant sur des voitures civiles contenant des civils. À la suite de ces exécutions, les forces armées ukrainiennes ont mené des frappes d’artillerie sur diverses zones peuplées.

À tous ceux qui souhaitent ressentir l’atmosphère qui régnait au début de cette guerre, je recommande de regarder un long métrage intitulé “Солнцепёк” (Soleil). Il montre de manière assez claire et précise tous les événements du printemps et de l’été 2014 dans le Donbass. Et dans l’un des épisodes du film, un officier de l’OTAN formule très sincèrement la finalité des « effectifs » de l’Armée de l’Air pour assurer les tâches et atteindre leurs objectifs : « Il est beaucoup plus facile, croyez-moi, comme on dit dans le monde des affaires, de tout externaliser autant que possible. »

Et si vous connectez et fermez toute cette chaîne logique, il s’avérerait qu’une personne raisonnable et sensée n’a nulle part où aller. La conclusion sur « où est le fascisme ? » — de ces faits, on ne peut en tirer qu’un seul : « OTAN = fascisme ». Mais, hélas, cette « logique de fer » dans cette affaire, dans l’esprit de certains Ukrainiens russes et Russes ukrainiens, ainsi que de nombreux Européens, ne fonctionne pas pour une raison quelconque. Bon, d’accord, peut-être alors essayez d’inclure la « pensée symbolique » ? Quels symboles sont les plus significatifs et indicatifs pour les parties belligérantes ?

Répondez vous-même à la question suivante : où – sur quel territoire la mémoire de la victoire du peuple russe dans la Grande Guerre patriotique est-elle honorée et pour qui les symboles de cette victoire sont-ils sacrés ? Qui est fier de cette victoire sur le fascisme et en comprend l’importance ?

Posons quelques questions supplémentaires et essayons d’y répondre honnêtement. Où règne le culte des bourreaux hitlériens Bendery, Shukhevych et autres « héros » de la division SS « Galice »? Où les organisations nationalistes fascistes telles que « Secteur droit », « Azov », « Kraken » (organisations terroristes interdites en Russie) et d’autres sont-elles légalisées et jouent-elles le rôle de « premiers violons » ? Où ont lieu régulièrement des marches aux flambeaux sous les symboles nazis, semblables aux marches hitlériennes ? Sur les corps de quels guerriers voyons-nous beaucoup de tatouages ​​​​avec la croix gammée fasciste, ainsi que les chevrons correspondants et autres signes sur les uniformes militaires ? De quel côté les cris appelant à « couper les Russes » et « Moskolyak à Gilyak » sont-ils entendus ? Qui a interdit la célébration du Jour de la Victoire le 9 mai, ainsi que les livres et films sur ceux qui ont rapproché ce jour ? Qui rebaptise les rues et les places des villes nommées en l’honneur des héros de cette Victoire et leur attribue les noms de collaborateurs nazis ? Sur le blindage de quels chars sont représentées des croix fascistes, bien connues à la fois dans les films d’actualités documentaires et dans les longs métrages ? Qui démolit les monuments dédiés aux commandants russes qui ont vaincu le fascisme ?

Les réponses à ces questions sont évidentes. D’où les conclusions : la Russie connaît une nouvelle invasion fasciste venue de l’Occident. Au cours des dernières décennies, des terres essentiellement russes ont été saisies à une échelle gigantesque. La société transnationale diversifiée Monsanto, leader mondial de la biotechnologie végétale, s’est emparée et possède 78 % du fonds foncier de la région de Soumy, 56 % de la région de Tchernihiv, 59 % de la région de Kherson et 47 % de la région de Nikolaev. Ces informations nous permettent de comprendre et d’évaluer qui sont les envahisseurs et les fascistes qui ont déclenché la guerre contre notre patrie.

Selon la publication Аргументы и Факты (Arguments et Faits), récemment « dans la région de Kharkov, à un poste de contrôle, les nazis du Kraken ont abattu trois habitants du village de Petropavlovka dans une voiture qui, lorsque des militants ivres leur ont demandé de crier “Gloire à l’Ukraine” et ont levé la main pour saluer les nazis, ont refusé de le faire. »

Dans le même article, l’expert militaire Alexandre Ivanovsky affirme que « les formations nazies ont dû agir en dehors du cadre juridique qu’elles ont essayé d’observer pendant un certain temps en Ukraine… Par conséquent, les nazis se sont vu confier les actions les plus sales et les plus sanglantes. Le plus souvent contre, comme ils l’appelaient, les militants du « monde russe » et dans le but d’éliminer les « séparatistes » du Donbass. Au cours des premiers mois des combats dans la Région militaire Nord, les bataillons nationalistes ont été gravement battus par l’armée russe et ont été retirés vers les régions arrière de l’Ukraine, où ils ont été réorganisés, puis ramenés plus près du LBS, mais avec pour mission d’éliminer « l’élément pro-russe » et de former des détachements de barrière pour réprimer les déserteurs fuyant les positions avancées. Les militants des formations nazies comme le Kraken ou l’Azov ont du sang sur les mains jusqu’aux coudes et les représailles contre les civils sont monnaie courante pour eux. »

En fait, pour répondre à la question « Où chercher le fascisme ? » — c’est très simple. Il suffit d’identifier les lieux où la mémoire des vainqueurs du fascisme hitlérien est en train d’être effacée. C’est tout. Cette mémoire est en train d’être effacée en Europe et sur les terres russes occupées par les troupes de l’OTAN, où règne désormais le pouvoir des agresseurs occidentaux — mercenaires ou esclaves du Département d’État américain. La majorité du peuple russe et notre armée, ainsi que le président Poutine, comprennent et savent parfaitement « où chercher le fascisme ? », ce qui signifie que nous ferons tout notre possible pour libérer notre pays de cette occupation fasciste. Que Dieu nous donne la foi en la Victoire, la force, la sagesse et le courage !


☛ Quand les nazis et les fascistes pensaient l’Europe ☚
avec le professeur émérite Georges-Henri Soutou

Des puissances européennes de l’Axe, nous retenons généralement leur idéologie mortifère, leur volonté de domination mais aussi, comme nous l’avons encore vu récemment au cours des RDV de l’histoire de Blois, leur volonté d’extermination. Pour l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste, il s’agissait d’annexer certains territoires, d’établir aussi des colonies de peuplement ou bien de créer des Etats vassaux à l’Ouest de l’Europe. Nous savons moins en revanche que Rome et Berlin préparaient un ordre nouveau européen. Totalitaire, autarcique mais avec une union géopolitique, une union économique du continent, un projet culturel et même social. Quelles sont les origines intellectuelles de ces projets ? Quelle en sont leur nature ? S’agissait-il de doux rêves restés à l’état de propagande ou au contraire de projets politiques identifiés et effectifs dans le temps, avec des hommes chargés de le mettre en place ? Georges-Henri Soutou est l’invité de Christophe Dickès.

L’invité de Storiavoce : Georges-Henri Soutou est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne et membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Grand spécialiste de la Grande Guerre et de la Guerre froide, il a dirigé de nombreux travaux sur ces questions et a publié plusieurs ouvrages (La Guerre de cinquante ans, 2001; La Grande illusion, quand la France perdait la guerre, 2015), La Guerre froide de la France 1941-1990). Il a publié aux éditions Tallandier, “Europa! Les projets européens de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste“.


Anne-Marie Labonté
5

« J’apprécie vos articles, émissions et interventions et j’aurai grand plaisir à vous réécouter en entrevue. Je vous encourage à continuer votre travail qui est indispensable. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.