John Kennedy Jr. écrit : « Je ne sais pas combien de temps il me reste à vivre, mais vous devez connaître la vérité avant que je ne meure » …

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Comme chacun le sait, j’ai débuté une série d’articles concernant le citoyen américain David Keith Quigley qui clame sur tous les toits qu’il est le véritable John F. Kennedy Jr., fils du 35e président des États-Unis assassiné en 1963. Un premier reportage a été publié le 14 janvier 2024, jetant un regard d’ensemble sur cette curieuse et fascinante histoire. Deux semaines plus tard, j’ai publié un second article qui tente de démontrer que la façon la plus sûre de soulever les doutes quant à la filiation de JFK avec M. Quigley est de procéder à un test ADN de paternité légal dans un laboratoire accrédité. Finalement, le 17 février dernier, j’ai publié un troisième article qui apporte une preuve potentielle que l’imposteur « John-John » est le fils de Maria Callas et d’Aristote Onassis plutôt que celui de Jacqueline et John F. Kennedy. Mon objectif en partageant l’histoire de David Keith Quigley (alias JFK Jr) n’est pas d’imposer une vue de l’esprit, mais bien d’offrir au lecteur une perspective qu’il ne doit pas rejeter du revers de la main. C’est pourquoi, avant de porter un jugement trop hâtif, il faut au moins avoir lu son livre “Stolen Identity: Unveiling the Real John Kennedy Jr.” (Identité volée : révéler le vrai John Kennedy Jr.). Albert Einstein disait : « C’est la théorie qui décide de ce que nous pouvons observer. » Pour sa part, Pierre Joliot écrivait dans son livre : « Le chercheur doit être libre de tenter des expériences audacieuses, de soutenir des théories révolutionnaires, voire paradoxales. Il doit disposer du droit à l’erreur. » (La Recherche passionnément, Odile Jacob, 2014.)

Je suis très heureux car le véritable John F. Kennedy Jr. (selon toute vraisemblance) a eu la très grande gentillesse de m’offrir son livre en cadeau. Voici ce qu’il m’écrit dans sa lettre manuscrite :

Cher Guy,

Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi en m’aidant à faire connaître la VÉRITÉ. Je suis désolé pour l’usurpation d’identité dont j’ai été victime en me faisant passer pour moi. Je vous remercie d’avoir attiré mon attention sur ce problème. Malheureusement, cela a duré toute ma vie. Je voulais vous envoyer une copie rigide du livre, mais Amazon met tellement de temps à l’envoyer que je vous envoie ce livre. J’espère avoir l’occasion de faire une interview avec vous dans un avenir proche.

Beaucoup d’amour,
John Kennedy Jr.

Plusieurs personnes se demandent pourquoi David Keith Quigley (JFK Jr) a attendu si longtemps pour raconter son histoire si celle-ci est véridique comme il le prétend. Voici ce qu’il répond dans son livre :

Je n’ai aucun revenu depuis 2008 et aujourd’hui, je souffre de diabète, d’insuffisance cardiaque, de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), d’arthrite et de lésions nerveuses. Mais il y a longtemps, j’étais un petit garçon battu et enfermé dans une cage à chien. Je me suis dit alors et je me dis maintenant : « Sortir des ténèbres et entrer dans la lumière ».

Il y a environ cinq ans, j’ai reçu un téléphone gouvernemental gratuit, ce qui m’a permis de créer des vidéos pour Facebook et Twitter. Après avoir reçu la lettre niant mon handicap, j’emmenais Brenda dans ma voiture. C’est à ce moment-là que Hail Caesar d’AC/DC est passé à la radio. J’ai commencé à chanter et elle a réalisé avec surprise que c’était moi sur l’album. Nous avons tous les deux ri, puis je suis resté silencieux pendant un moment. J’ai dit : « Tu sais, je pense que je suis prêt à raconter mon histoire. » Elle m’a dit : « Pourquoi ? Tu es fou ? Pourquoi voudrais-tu recommencer toute cette merde dans ta vie ? Tout va bien maintenant. Pourquoi ne pas laisser tomber ? » Parce que je ne peux pas. Je dois raconter mon histoire. Certaines personnes ont tout fait pour me tuer et me faire taire ; d’autres ont risqué et même donné leur vie pour que je sois en sécurité. Je ne sais pas combien de temps il me reste à vivre, mais vous devez connaître la vérité avant que je ne meure.

➽ Identité volée : révéler le vrai John Kennedy Jr.

➦ Par John F. Kennedy Jr. (David Keith Quigle)

Dédicace de John F. Kennedy Jr.

Voici ce que John F. Kennedy Jr. écrit en introduction de son livre : « Je m’appelle David Keith Quigley. Je n’ai pas demandé ce nom. Il m’a été donné par des agents fédéraux après l’assassinat de mon père, le président John F. Kennedy, et j’ai été inscrit au programme de protection des témoins. Mais ce que les gens ne savent pas, c’est que les meurtres ne se sont pas arrêtés à lui. Ma mère, Jacqueline Kennedy-Onassis, et son mari, mon beau-père, Aristote Onassis, ont été assassinés en 1975. Ma mère a été remplacée par un double qui portait des lunettes de soleil noires surdimensionnées pour dissimuler son apparence. L’homme que le monde connaissait sous le nom de John Kennedy Jr. était mon double corporel. Il est arrivé à mon école quand j’avais neuf ans et s’est assis à côté de moi en classe. J’étais John et il s’appelait John-John. La mafia adore les surnoms comme celui-là : “Scarface”, “Joe Bananas”, “Jackie Nose” et “John-John”. Le surnom est un surnom qui décrit leur caractéristique d’identification ; dans ce cas, il était le double. »

Afin de vous faire comprendre la teneur et l’importance de cette histoire incroyable, je partage avec vous un long extrait très significatif de cet ouvrage de JFK Jr. :

Life Magazine (Édition spéciale, 1999) : John F. Kennedy Jr., John-John et Aristote Onassis en Grèce.

Les livres présidentiels et les magazines commémoratifs contiennent souvent des codes que les lecteurs avertis peuvent interpréter. C’est le cas par exemple d’une photographie et de la légende qui l’accompagne dans le numéro commémoratif de JFK Jr. du Life Magazine en 1999, intitulé : “John F. Kennedy Jr. Un album de photos inédites et inoubliables” (John F. Kennedy Jr. An album of Unseen and Unforgettable Pictures). On y trouve une allusion à Max Quigley [le gestionnaire, le « handler » de JFK Jr.] et à ses faux billets de cent dollars, probablement une source de moquerie au sein de la mafia.

Au milieu d’une collection de photographies artistiques et professionnelles se trouve une photo obscure et floue prise en Grèce par un photographe inconnu muni d’un téléobjectif. Elle représente Aristote [Onassis], John-John et un « ami non identifié » (John F. Kennedy Jr.). La légende est bizarre et énigmatique, indiquant qu’Aristote pouvait être très généreux et qu’à une occasion, il avait donné à John deux “Crisp” [billets] de cent dollars pour acheter des appâts de pêche [“fishing bait”].

Décodé, ce message peut être interprété comme suit : “Crisp” fait référence à la famille Crisp. (Le nom de jeune fille de Dorothy [Quigley] était Crisp, et le message implique que le garçon sur la photo se cachait avec eux). Max [Quigley] contrefait des billets de cent dollars si le lecteur averti veut savoir à quel membre de la famille Crisp il est fait référence. “Fishing bait” signifie “appât et échange”. En d’autres termes, les deux garçons de la photo ont changé d’identité.

J’ai fréquenté l’école St. David’s à New York de temps en temps dès l’âge de six ans. Mes souvenirs d’être là-bas sont sporadiques. Dans mon esprit, je n’étais pas présent plus de quelques semaines chaque année. Cependant, il est possible que j’y sois resté dans un état de transe MK-Ultra pendant de longues périodes. Je me souviens que c’est là que John-John, mon double, est apparu pour la première fois dans ma classe et s’est assis à côté de moi.

Comme mentionné, on l’appelait « John-John » parce qu’il était un double. Cependant, il n’aimait pas ce nom et chaque fois que quelqu’un l’appelait par ce nom, il lui crachait au visage. Je ne sais pas exactement d’où il vient, mais à mesure que nous vieillissions, Jackie et Aristote l’appelaient parfois mon frère. À ce moment-là, j’étais tellement bouleversé que je ne savais pas quoi penser. Mais maintenant, je me rends compte que Jean-Jean aurait pu être le fils d’Aristote et de sa maîtresse [Maria Callas], faisant de lui mon demi-frère. Quoi qu’il en soit, il devait être un enfant très conflictuel. Je me souviens qu’un jour, il m’a frappé au visage sans raison.

John F. Kennedy Jr., John-John et Denzel Washington au parc d’attractions Palisades, le 5 mai 1969.

Tout n’était que séance de photos dans les premières années qui ont suivi le meurtre de mon père, et ci-dessus se trouve une célèbre photo de nous deux avec d’autres enfants lors d’une sortie dans un parc d’attractions. Je me souviens de ce jour. Les services secrets m’ont obligé à porter les chaussures taille 42 de mon père, et elles étaient si grandes et inconfortables que je devais m’asseoir et regarder pendant que les autres enfants couraient, faisaient des promenades et s’amusaient.

Ils nous ont également demandé d’aller chercher un enfant noir sur le chemin pour faire de la publicité, car c’était pendant la lutte pour les droits civiques. Le nom de ce garçon était Denzel Washington, et je me souviens qu’il avait dit : « Ouais, ils vont faire de moi une star. Ils vont me faire grandir à Hollywood. » Et j’ai dit : « Oh, c’est cool. » Sur la photo, John-John me montre la bague qu’il a reçue de John Gotti, et je lui parle de ma bague que j’ai reçue de la reine d’Angleterre. John-John a reçu sa bague pour meurtre quand il avait neuf ans. C’est comme ça que fonctionne la mafia. Ils incitent les enfants à commettre des meurtres et les filment. Après cela, ils les gardent à vie. Vous jouez le jeu, ou vous êtes condamné pour meurtre. Après que John-John m’ait remplacé, il est devenu l’homme que tout le monde connaissait sous le nom de John Kennedy Jr.

Je suppose que la façon dont ils ont fait ce changement est qu’après mon départ, les enfants ont cessé de l’appeler John-John et il est devenu simplement « John ». Puis, l’année suivante, ils gardèrent les mêmes garçons dans chacune des deux classes, sauf lui. Comme il n’avait jamais été dans leur classe et qu’ils ne le connaissaient que sous le nom de John, il pourrait facilement commencer la classe suivante sous le nom de John Kennedy Jr. C’est une supposition. Je ne prétends pas comprendre les tenants et les aboutissants de ces machinations complexes ; Cependant, j’ai deux autres photographies qui montrent John et moi ensemble.

Photo de l’annuaire de la Collegiate School, classe de 6e, 1972 : John Kennedy Jr. est le troisième garçon en partant de notre gauche avec les cheveux clairs, et John-John est le quatrième garçon en partant de la droite, avec la langue tirée. Derrière eux, certains de leurs camarades de classe font des saluts fascistes.

La photo ci-dessus nous montre tous les deux en 6e année à la Collegiate School de New York. Nous en apprenions davantage sur la Seconde Guerre mondiale, les nazis et Hitler, que les garçons à l’arrière semblaient admirer de manière troublante. John-John est quatrième en partant de la droite, avec la langue tirée, et je suis troisième en partant de la gauche, avec mes cheveux teintés en blond, grâce aux Quigley qui les ont arrosés de jus de citron. Mon expression porte un vernis MK-Ultra notable.

La photo suivante a été prise lorsque John-John et moi étions à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine. J’étais, encore une fois, sous MK et je ne me souviens pas des détails autres que le fait que nous faisions du bénévolat et, d’après mes souvenirs, c’était à Bullhead City. (Cependant, un article de journal indique que la photo a été prise à Rabinal, au Guatemala.) Je déplaçais des briques depuis trois jours et j’avais presque terminé le travail lorsque John-John est arrivé, et j’ai dit : « Oh, alors maintenant vous arrivez ici ! »

Un photographe a pris notre photo, qui a été publiée dans le journal de la ville. J’ai pris une photo de nous dans le journal et je l’ai sur mon téléphone depuis des années. Un ami l’a trouvée dans un livre où il est dit que l’autre garçon est mon cousin, Timothy Shriver. Timothy Shiver n’était pas là ce jour-là ni les deux jours précédents. J’ai travaillé d’arrache-pied, et c’est moi sur cette photo. ◼

John F. Kennedy Jr. et John-John à Bullhead City en Arizona (ou Rabinal au Guatemala) le 24 juillet 1976.

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Alain Karon
5

« Je vous suis assidûment depuis plusieurs mois et j'aime beaucoup votre travail en général. Merci d'avance et continuez votre super travail. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.