Publication prochaine du livre de l’archéologue et historienne russe Svetlana Pletnyova, lauréat du Prix d’État de l’URSS en 1986 : « KHAZARS »

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

J’ai le plaisir de vous annoncer que je publierai prochainement la traduction française du livre de l’archéologue et historienne russe Svetlana Alexandrovna Pletneva, intitulé « KHAZARS ». Née le 20 avril 1926 à Viatka et décédée le 20 novembre 2008 à Moscou, Svetlana A. Pletnyova est docteur en sciences historiques, professeur, spécialiste d’archéologie, d’histoire et de culture des civilisations nomades eurasiennes du Moyen Âge, sur lesquelles elle a publié de nombreux ouvrages. Elle est aussi l’une des figures de la recherche sur la question, dans le champ universitaire russe. Elle a remporté le Prix d’État d’URSS en 1986. Son livre, « KHAZARS », parle de l’un des empires semi-nomades du Moyen-Âge, le Khaganat khazar. Formé dans la première moitié du VIIe siècle, il occupait au VIIIe siècle les vastes étendues steppiques de la région du Don, du Caucase et de la région d’Azov. Les tribus et les peuples réunis par les Khazars ont réussi à créer une culture unique, brillante et distinctive. L’auteur évoque les différents aspects de la vie en Khazarie : les longues guerres avec les Arabes, les duels diplomatiques avec Byzance, la construction de villes, l’invasion à la fin du IXe siècle du pays affaibli par les luttes intestines, les hordes nomades de Pechenegs et, enfin, la campagne victorieuse du prince Svyatoslav, qui conduisit le Khaganat à sa destruction finale.

L’histoire du Khaganat khazar est l’un des thèmes centraux de l’histoire médiévale de l’Europe de l’Est. Occupant un vaste territoire habité par divers peuples de niveaux économiques et culturels différents, la Khazarie a existé pendant environ 300 ans — de la seconde moitié du VIIe siècle au milieu du Xe siècle — et a été la première formation d’un État féodal en Europe de l’Est.

Comme toute autre grande puissance multilingue, le Khaganat a connu une longue préhistoire. Les tribus et les unions tribales qui en faisaient partie sont mentionnées dans les pages des anciennes chroniques du milieu du IVe siècle après J.-C. Il s’agissait de nombreux peuples nomades et semi-nomades, vestiges des Huns qui ont traversé les steppes de la Russie méridionale.

L’histoire de ces peuples, des Khazars eux-mêmes et du Khaganat khazar en Russie a commencé à être étudiée à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle et, dans les années 30 du XIXe siècle, plusieurs excellents articles d’un jeune orientaliste, V. V. Grigoriev, ont été publiés et sont restés pendant longtemps les comptes rendus les plus complets de l’histoire politique des Khazars, de leurs relations sociales et de la structure de leur État.

L’intérêt pour les Khazars dans l’historiographie russe et ouest-européenne ne s’est pas démenti au cours des années suivantes, mais, en règle générale, aucune étude spéciale n’a été rédigée à leur sujet (seuls des articles sur des questions spécifiques de l’histoire et de la culture khazars ont été publiés occasionnellement), bien qu’ils aient souvent été mentionnés dans des commentaires sur des sources nouvellement découvertes ou dans des ouvrages sur l’histoire d’autres peuples d’Europe de l’Est au début du Moyen-Âge. Ce n’est qu’en 1954 qu’a été publié aux États-Unis un ouvrage fondamental de D. M. Dunlop intitulé “The history of the Jewish Khazars” (L’histoire des Khazars juifs), qui résume les résultats de plus d’un siècle d’étude des documents relatifs aux Khazars.

Le grand-duc Sviatoslav Igorevich tue un juif khazar. Monument du sculpteur Viatcheslav Mikhaïlovitch Klykov dans le village de Kholki, région de Belgorod.

Depuis le milieu des années 20 du XXe siècle, le professeur Mikhaïl Illarionovitch Artamonov a commencé à s’intéresser à l’archéologie, puis à l’histoire des Khazars. En 1934, il a entamé des fouilles sur la rive gauche du village de Tsimlyansky, qu’il avait déjà identifié à l’une des célèbres villes khazares, Sarkel. En 1936, M.I. Artamonov a publié un livre intitulé “Очерки по древнейшей истории хазар” (Essais sur l’histoire ancienne des Khazars). L’expédition de M. I. Artamonov a poursuivi ses travaux sur le Don inférieur en 1949-1951. La ville et la nécropole située à proximité ont été fouillées presque entièrement. Les découvertes faites à Sarkel ont fourni une énorme quantité de matériel. En 1962, l’ouvrage capital de M.I. Artamonov intitulé “История хазар” (Histoire des Khazars) a été publié. Ce livre est consacré non seulement à l’histoire du Khaganat khazar, mais aussi à l’histoire de toute l’Europe du Sud-Est au cours d’une longue période mouvementée.

Comme toute grande œuvre, qui soulève et résout les problèmes les plus importants de la science historique, le livre, bien sûr, n’est pas dépourvu d’hypothèses, qui ne sont pas étayées par un nombre suffisant de sources. Le temps et les recherches ultérieures montreront où l’auteur avait raison et où il avait tort. Aujourd’hui, nous pouvons à juste titre considérer cet ouvrage comme une encyclopédie sur l’histoire des peuples de l’Europe du Sud-Est au premier millénaire de notre ère.

Le livre de M. I. Artamonov n’est pas dépassé à ce jour, et il a donc été extrêmement difficile à Svetlana A. Pletneva de prendre la liberté d’écrire un nouvel ouvrage sur les Khazars, mais au cours des dernières décennies, les découvertes les plus intéressantes ont été faites, de nouveaux monuments ont été fouillés, ce qui lui a permis de jeter un nouveau regard sur certains problèmes de l’histoire des Khazars.

➽ À propos de Svetlana Alexandrovna Pletneva (1926-2008)

Svetlana Alexandrovna Pletneva est une personne merveilleuse, une éminente scientifique-archéologue, docteur en sciences historiques, professeur, lauréate du Prix d’État de l’URSS. Elle est née le 1er avril 1926 dans l’ancienne Viatka. La famille était active et intelligente : le père était biologiste, disciple de Vladimir Ivanovitch Vavilov, la mère était professeur de littérature. L’enfance s’est avérée difficile, mais les intérêts et les traditions de la famille ont façonné le caractère de la jeune fille dès son plus jeune âge. À l’école, elle a développé une capacité de travail et un grand intérêt pour de nombreux sujets, et surtout, le désir d’accomplir n’importe quelle tâche, qu’il s’agisse d’écrire ou de concevoir un journal (elle était alors déjà une artiste de premier ordre).

En 1945, Svetlana Alexandrovna Pletneva entre à l’Université de Moscou et, en 1949, elle obtient son diplôme et est recommandée pour les études supérieures à l’Institut des sciences humaines et mathématiques de l’Académie des sciences de l’URSS. Sous la direction de son professeur, l’académicien B.A. Rybakova a soutenu sa thèse « Nomades des steppes du sud de la Russie » en 1952. À partir de ce moment, son activité scientifique a commencé dans les murs de l’Institut des sciences humaines et mathématiques de l’Académie des sciences de l’URSS (plus tard l’Institut de l’Académie des sciences de l’URSS, l’Institut moderne de l’Académie des sciences de l’Académie des sciences de Russie), où elle a parcouru un long chemin, passant de chercheuse junior (depuis 1952) à chercheuse en chef et chef de département.

Svetlana Alexandrovna Pletneva a acquis de l’expérience dans la recherche sur le terrain lors d’expéditions de sommités scientifiques telles que A.V. Artsikhovsky (Novgorod), B.A. Rybakov (Taman, Tchernigov, Lyubech), M.I. Artamonov (Sarkel-Belaya Vezha). Depuis 1954, elle mène des travaux indépendants : reconnaissances et fouilles stationnaires visant à étudier la culture, l’habitat et l’ethnicité des habitants de la steppe des VIIIe-Xe siècles. Elle a mené 30 expéditions (la dernière saison sur le terrain remonte à 1982). Les résultats de ces études sont devenus la base de ses publications, travaux analytiques et généralisants.

La chercheuse a consacré toute sa vie à la problématique du « Champ sauvage » (Дикого поля) évoquée dans sa thèse de doctorat. Elle est particulièrement tombée amoureuse des chroniques russes, qu’elle connaissait parfaitement et qui étaient très souvent attirées, par exemple dans les ouvrages « Pechenegs, Torci et Polovtsiens dans les steppes du sud de la Russie », « Antiquités des capots noirs », « Sculptures en pierre polovtsiennes ». Dans le cadre d’une approche intégrée de l’étude des peuples nomades, elle a utilisé des données des sciences humaines et naturelles, ainsi que des rapports d’historiens anciens sur les peuples des steppes d’Asie. Un rôle important a également été joué par le talent artistique né de l’enfance, qu’elle a largement utilisé.

En 1967, Svetlana Aleksandrovna Pletneva a soutenu sa thèse de doctorat sur “L’histoire socio-économique et la culture de la population des steppes européennes aux VIIIe-Xe siècles”, basée sur le livre “От кочевий к городам. Салтово-маяцкая культура” (Des nomades aux villes. Culture Saltovo-Maïatskaïa). Ce livre est très populaire en Russie et à l’étranger. L’étude des nomades des steppes du sud de la Russie au Moyen Âge a permis à Svetlana Aleksandrovna Pletneva de dresser un tableau à grande échelle de l’histoire des ethnies nomades, de leur transition vers la semi-sédentarisation et la sédentarisation, ainsi que de la formation de leur État et de leur culture.

Sceau découvert lors des fouilles sur les sites khazars. Cependant, plutôt que d’avoir été fabriqués par des Juifs, ceux-ci semblent être des disques solaires chamaniques.

Svetlana Aleksandrovna Pletneva était une archéologue historique authentique et vraiment sophistiquée. Peut-on dire qu’elle s’est consacrée à un seul thème ? Seulement si l’on entend par là une époque. Le Moyen Âge est l’époque la plus complexe et la plus mouvementée. Et le champ d’activité de la chercheuse s’est avéré être l’ensemble du domaine — une véritable grande zone de steppe et de forêt-steppe de l’Eurasie, d’abord et surtout — de l’Europe, mais aussi de l’Asie frontale, moyenne et centrale. Il s’agit de développer une vision unifiée des modèles de développement des Huns d’Asie centrale et des Turcs du Kaganat, des Khazars et des Bulgares, des Pechenegs et des Guzes, des Kipchaks et des Polovtsiens, des Mongols, tous universels dans leur répartition, et de résoudre cette tâche.

Ce thème est reflété de manière particulièrement brillante et intéressante dans le livre “Кочевники средневековья. Поиски исторических закономерностей” (Les nomades du Moyen Âge. Recherche de modèles historiques).

Les reconstructions historiques proposées par S.A. Pletneva, qu’il s’agisse de la caractérisation de la culture Saltovo-Mayak comme culture d’État du Khaganat khazar ou de l’identification de la tendance principale du développement des sociétés nomades dans le sud de la Russie (“des nomades aux villes”), restent pertinentes et donnent encore lieu à des polémiques scientifiques, bien qu’elles soient largement acceptées dans l’historiographie moderne.

Une particularité de Svetlana Alexandrovna Pletneva est l’affection, le dévouement sincère envers le matériel obtenu lors des fouilles et la responsabilité exceptionnelle à son égard. En général, sa qualité caractéristique était l’amour de l’ordre et de la précision, la propreté en tout. Elle n’était jamais satisfaite de ses rapports ; elle estimait qu’ils ne reflétaient pas pleinement les données obtenues. C’est pourquoi elle a eu l’idée de ​​créer son propre fonds d’archives, sur lequel elle a travaillé pendant plus de 10 ans à titre récréatif, pendant ses moments libres. En conséquence, un fichier de sculptures en pierre polovtsiennes a été créé, qu’elle a collecté dans les musées d’Ukraine et de la région de Rostov, Krasnodar et Stavropol, Piatigorsk et Saratov, Belgorod et Crimée, ainsi que dans les villages, domaines, dans les rues et juste dans les champs.

Le livre “Половецкие каменные изваяния” (Sculptures en pierre polovtsiennes) contient des dessins de 300 découvertes, et le fichier contient des données sur plus de 700 sculptures et leurs fragments informatifs. Les dessins sont pour la plupart réalisés par S.A. Pletneva elle-même. Ce catalogue sera utile aux chercheurs qui s’intéressent aux nomades tardifs des steppes européennes, ainsi qu’aux universitaires qui travaillent sur les problèmes des beaux-arts turcs.

S.A. Pletneva était une merveilleuse vraie enseignante. Elle s’est facilement éloignée de son propre sujet et s’est plongée profondément dans le sujet proposé à l’étudiant. Elle était constamment présente, présente à toutes les étapes du travail, avec ses étudiants, elle a connu des échecs et a trouvé une issue à des situations difficiles. Mais elle était une enseignante stricte et exigeante — aussi exigeante envers les autres qu’elle l’était envers elle-même. Elle pouvait dire l’amère vérité sans épargner la fierté du jeune homme. Parfois, cela l’aidait à se ressaisir et à poursuivre son travail, mais l’élève n’était pas toujours capable de comprendre l’enseignant, et parfois un tel employé devenait un « ancien élève ».

Une trentaine de jeunes scientifiques ont fréquenté l’école de Svetlana Alexandrovna et ont soutenu leurs thèses ; grâce à ses consultations, 8 d’entre eux sont désormais devenus docteurs en sciences. De plus, S.A. Pletneva a édité de nombreux livres d’étudiants et de collègues scientifiques travaillant sur des sujets similaires. En 1982, S.A. Pletneva a reçu le titre de professeur. Il n’y avait rien dont elle était plus fière que ça. Après tout, son père était aussi professeur.

Au tournant du millénaire, l’intérêt de Svetlana Alexandrovna Pletneva pour les problèmes khazars, qu’elle affectionnait, s’est ravivé. En 1999, elle n’a pas pris le risque de se rendre à Jérusalem pour le premier colloque international sur les Khazars, mais a participé activement à sa préparation et aux travaux du deuxième colloque à Moscou en 2002. Son article introductif précède la publication des actes de ces forums. Le bilan de la vie de Svetlana Aleksandrovna Pletneva, exprimé en chiffres secs de publications, est impressionnant : il y en a plus de 200, dont une grande partie sont des monographies ou des sections importantes de collections fondamentales.

Le travail scientifique de Svetlana Alexandrovna Pletneva a été très apprécié. En 1986, elle reçoit le Prix d’État de l’URSS. Pour le travail scientifique, administratif et pédagogique S.A. Pletneva a reçu l’Ordre de l’Insigne d’honneur et les médailles « Pour la distinction ouvrière » et « Pour la valeur du travail ». Elle a mérité ces récompenses tout au long de sa vie, dont elle a vu précisément le sens dans un travail constant, qui ne lui a jamais semblé ennuyeux.

Ses derniers efforts ont consisté à achever un article complexe « Sur les groupes familiaux dans les cimetières de Belovezhskaya à la fin des Xe et XIe siècles », que la chercheuse a néanmoins réussi à envoyer pour publication à Simferopol. Svetlana Alexandrovna Pletneva nous a quittés le 20 novembre 2008. Avec elle, toute une époque s’est écoulée.


Vladimir Poutine a pris la parole lors d’une réunion du Conseil pour le développement de la société civile et des droits de l’homme (CDH), le 10 décembre 2019 :
« Dans notre sud, au Kaganate, tout le monde était appelé juif. S’agit-il de juifs ethniques ou non ? Il existe une opinion selon laquelle les Juifs se sont déplacés en Europe, mais cela n’a rien à voir avec les Juifs du Sinaï. Il s’agit de personnes ethniques qui n’ont jamais rien eu à voir avec le judaïsme. Ils professaient simplement le judaïsme dans le Kaganate, situé sur les rives de la mer Noire et de la mer d’Azov. C’est aussi notre groupe ethnique, que le peuple russe a absorbé en lui-même. Il s’agit d’une évolution naturelle qui ne peut et ne doit pas être entravée. Il est nécessaire, sur la base de tout ce que nous avons tiré des couches de notre histoire profonde et très intéressante et significative, d’analyser, en choisissant la meilleure voie de développement pour l’avenir proche, le moyen terme et l’histoire. Et nous pouvons bien sûr le faire en comptant sur notre peuple qui traite notre patrie de manière sincère mais responsable. » (Телерадиокомпания ТНВ)

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Anne Marie Adèle Francoeur
5

« Vous êtes le seul au Québec à écrire avec autant de courage. "Your body of work" doit être imprimé pour la postérité, tout votre travail n'est pas en vain. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.