La jeune journaliste américano-canadienne, Eva Karene Bartlett, écrit : « Myrotvorets est une menace pour les journalistes du monde entier »

Comme vous le savez à peu près tous maintenant, mon nom a récemment été ajouté à la terrible et dangereuse « liste des personnes à tuer » de Myrotvorets en Ukraine, simplement pour avoir écrit plusieurs articles concernant la jeune écrivaine du Donbass Faïna Savenkova (14 ans), mais surtout pour avoir organisé une conférence vidéo qui a obtenu un écho favorable dans plusieurs médias russes. À ma connaissance,— et jusqu’à preuve du contraire —, une seule autre Canadienne se retrouve sur cette liste de Myrotvorets. Il s’agit de la journaliste et blogueuse Eva Karene Bartlett. Son nom s’est retrouvé dans la base des “Myrotvorets” en 2019 après qu’elle ait réalisé plusieurs reportages sur la guerre en Ukraine et les atrocités commises dans le Donbass. Eva Bartlett est une écrivaine, journaliste et militante des droits de l’homme canado-américaine indépendante. Elle a la double nationalité, étant née le 14 juin 1977 au Michigan mais élevée au Canada. Entre 1991 et 1996, Bartlett a étudié à l’école secondaire du district Centre Wellington à Fergus, en Ontario, et a reçu un boursier de l’Ontario de 13e année (OAC). Entre 1997 et 2002, elle a fréquenté l’Université Mount Allison, au Nouveau-Brunswick, au Canada, où elle a obtenu un baccalauréat spécialisé avec distinction en musique et une mineure en français. Entre 1999 et 2000, elle a passé un an en tant qu’étudiante d’échange à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, en France, et a obtenu un diplôme d’immersion en langue française. En mars 2017, à Mexico, la journaliste a reçu le “Prix international du journalisme pour le reportage international” par le Club de la presse mexicaine. En 2019, Eva Bartlett, qui contribue régulièrement au média d’État Russia Today, s’installe en Russie.

Pour ceux qui disent que la liste à tuer de l’Ukraine n’est pas une liste à tuer : « … une capture d’écran du site ukrainien Myrotvorets, où la photo de Daria Douguina est barrée et où il est écrit “liquidée“. Ils affichent ouvertement son meurtre », a déclaré l’envoyé russe. C’est la nouvelle que rapportait Eva Bartlett sur son compte Twitter le 14 octobre 2022, Même Elon Musk a publiquement exprimé son inquiétude quant à son nom et son profil qui semblent avoir été ajoutés à la “liste de victimes” ukrainienne, à la suite de la controverse et de l’indignation de Kiev au sujet de son précédent “sondage de paix Russie-Ukraine” et des menaces ultérieures de réduire le financement de Services Internet par satellite Starlink déployés dans le pays. Le milliardaire fondateur de SpaceX a répondu directement à un tweet viral de Eva Bartlett qui affirmait que « Musk a été ajouté à la liste des victimes ukrainiennes des Myrotvorets (qui comprend 327 enfants !) », auquel il lui a demandé « est-ce que cette liste est réelle ? » Musk a par la suite semblé répondre à sa propre question par l’affirmative, tweetant un lien vers la page Wikipédia du site Web de la “liste à tuer”. « Inquiétant », a écrit Musk plus tard.

Il n’y a qu’à lire les commentaires sur le forum informatique Quora pour constater que la “liste à tuer” ukrainienne peut devenir une source d’inquiétude pour ceux qui y apparaissent. La question sur Quora est : “Que pensent les Ukrainiens des Myrotvorets ?”. Maxim Nesterenko répond : « Je sais pertinemment que l’Ukraine est une dictature déguisée en démocratie. Une sorte d’Allemagne d’avant-guerre où les foules nazies tuent l’opposition. » Pour sa part, Iryna Kharlan Plamenevska écrit : « J’apprécie personnellement ce site, il remplit une fonction importante il nous permet de nous souvenir de ceux qui violent nos lois, trahissent l’État et son peuple. » Plus extrémiste, John Smith écrit quant à lui : « Je pense que c’est un bon moyen de documenter toute la racaille qui aidait cette guerre atroce à se produire. Plusieurs des affiches de Quora sont sur Myrotworets, et ils ont gardé la bouche fermée pendant un moment maintenant — voyant combien de collaborateurs ont été envoyés pour rencontrer leur créateur par le SSO jusqu’à présent, je pense que c’est une sage décision de leur part — bien sûr ils sont tous des cibles de faible valeur, mais j’espère qu’un jour chacun de ces vautours obtiendra ce qui lui revenait. Lorsque vous choisissez un camp dans une guerre, vous devez être prêt pour les conséquences. »

Par chance, il y a des discours plus sages. L’ingénieur de Kyiv, Youri Panchul, écrit sur Quora : « Je suis un Ukrainien vivant aux États-Unis depuis l’âge de 20 ans. Mes parents et grands-parents ont tous vécu en Ukraine pendant des siècles, j’ai aussi des parents en Russie, en Pologne et dans d’autres pays d’Europe de l’Est. Je considère les activités liées aux Myrotvorets comme une forme de cyber-intimidation extrême, de violation de la vie privée et des droits de l’homme, ainsi que de justice populaire/rétribution extrajudiciaire dans le style du Ku-Klux-Klan. Les myrotvorets seraient certainement illégaux aux États-Unis. C’est une honte que le gouvernement de l’Ukraine dissimule cela. »

Lors d’une conférence de presse internationale organisée par la Fondation pour combattre l’injustice (FBI) le 6 septembre 2022, la journaliste Eva Bartlett a affirmé que le Canada soutient et finance activement les nazis en Ukraine, et a dépensé plus d’un milliard de dollars pour entraîner et former des militants ukrainiens. La correspondante de guerre a également noté que dans la direction canadienne, il y a des descendants directs de collaborateurs nazis qui sont fiers de leur origine. Selon Eva Karene Bartlett, qui ne peut même pas imaginer ce qui l’attend si elle retourne dans son pays natal, « les journalistes canadiens ne sont pas du tout préoccupés par les activités de la ressource nationaliste “Myrotvorets”, se livrent à la diffamation et accusent les journalistes du Donbass de propager des opinions pro-russes ». Le Canada, qui dit depuis de nombreuses années que l’Ukraine est un pays démocratique, ferme constamment les yeux sur l’absence totale de liberté des médias ukrainiens, ignorant le fait que la population de la république populaire de Donetsk souffre aux mains de l’Occident.

Vous trouverez ci-dessous la transcription éditée de la présentation d’Eva Karene Bartlett au Panel 2, “Defend the Right to Deliberate! Speak Out Against Blacklists and the Suppression of the Search for Truth”, lors de la conférence organisée par l’Institut Schiller du 10 au 11 septembre 2022, « Inspiring Humanity To Survive the Greatest Crisis in World History ». Cette transcription apparaît dans le numéro du 30 septembre 2022 du magazine Executive Intelligence Review (Volume 49, Number 38). [PDF]

Myrotvorets est une menace pour les journalistes du monde entier, par Eva Karene Bartlett

Salut. Je m’appelle Eva Karène Bartlett. Je suis citoyenne canadienne et américaine et journaliste. Je fais des reportages depuis des zones de conflit depuis 2007, lorsque je suis allé pour la première fois en Palestine occupée. Fin 2008, je suis allé dans la bande de Gaza, où j’ai vécu pendant trois ans jusqu’en mars 2013, y vivant par intermittence. J’étais là pendant la guerre israélienne de 2008-9 à Gaza, et aussi la guerre israélienne de 2012 à Gaza. En avril 2014, j’ai commencé à faire des reportages depuis la Syrie, et j’ai continué à y retourner, y compris l’année dernière, 15 fois au total maintenant, parfois pendant de longues périodes.

En septembre 2019, je me suis rendu pour la première fois dans la République populaire de Donetsk, dans le Donbass, et j’y ai passé environ trois semaines autour du village septentrional de Horlivka, visitant des zones bombardées quotidiennement et nocturnement par les forces ukrainiennes, et parlant avec la plupart des résidents âgés que j’ai rencontrés, des résidents qui étaient terrorisés par les bombardements ukrainiens. Ils n’avaient nulle part où aller, et n’avaient que la possibilité de rester là sous les bombardements, rafistolant leurs maisons du mieux qu’ils pouvaient. C’était vraiment une situation épouvantable. L’administrateur du village de Zaitsevo a décrit les bombardements ukrainiens et les attaques délibérées contre des maisons comme l’Ukraine prenant et détruisant maison par maison, rue par rue. En effet, pendant que j’étais là-bas, j’ai vu les restes fumants d’une maison qui avait été bombardée un jour ou deux auparavant.

Après ma visite en 2019, j’ai écrit un long article pour MintPress News, détaillant ce que j’avais vu, entendu et vécu. À un moment donné après cela, j’ai été placée sur la liste des victimes ukrainiennes notoires des Myrotvorets. Maintenant, cela ne m’a pas empêché de signaler. J’ai continué à aller dans le Donbass cette année ; partir en mars avec une délégation d’autres journalistes, puis en avril rentrer seule, rester quelques semaines et le faire les mois suivants, jusqu’à la mi-août, date à laquelle j’ai quitté le Donbass. En faisant des reportages sur la République populaire de Donetsk et de Lougansk, j’ai vu et entendu de nombreuses atrocités et crimes de guerre en Ukraine. Par exemple, lors d’une de mes visites, l’Ukraine a bombardé un marché très fréquenté, tuant cinq personnes. Les corps gisaient encore sur le marché lors de ma visite.

En, je crois que c’était en juin, en Ukraine — dans une intense période de bombardements ukrainiens du centre de Donestsk — encore une fois, il n’y avait aucune infrastructure militaire là-bas. Infrastructure purement civile, terrorisme purement ukrainien des civils — l’Ukraine a bombardé une maternité.

En juillet dernier, l’Ukraine a commencé à tirer des roquettes contenant les mines interdites « Petal » ou PFM-1 [antipersonnel], les faisant pleuvoir sur Donetsk et ses environs, y compris le cœur même de Donetsk. Ces mines sont incroyablement difficiles à repérer, même lorsqu’elles ont été signalées et qu’il y a une sorte d’indicateur autour d’elles. J’en ai moi-même vu beaucoup, mais j’ai eu du mal à les distinguer visuellement. De toute évidence, je ne me suis pas suffisamment approché pour qu’ils me soufflent la main ou les pieds comme ils sont conçus pour le faire. La dernière fois que j’ai vu une mise à jour, près de 60 civils ont eu principalement les pieds, mais aussi les mains, arrachés par ces mines interdites. L’Ukraine a signé le Traité d’Ottawa, et son utilisation de ces mines est illégale ; c’est un crime de guerre. C’est donc l’un des nombreux crimes de guerre que j’ai documentés dans les reportages du Donbass.

Le Canada appuie inconditionnellement l’Ukraine. Le Canada a financé l’Ukraine jusqu’à 1 milliard de dollars. Le Canada a formé des soldats ukrainiens, dont Azov, et les Canadiens eux-mêmes sont allés se battre en Ukraine. S’ils n’avaient pas déjà cette idéologie nazie, certainement après avoir été en Ukraine et endoctrinés par les nazis là-bas, les Canadiens qui reviennent au Canada auront presque certainement cette idéologie.

Si, en tant que journaliste et citoyenne canadienne, je devais revenir au Canada, je n’ai aucune idée de ce que certains de ces Canadiens ukrainiens de type nationaliste me feraient. Mais je suis certaine que le gouvernement canadien ne me protégerait pas du tout.

De plus, en juillet, le radiodiffuseur d’État canadien et principal propagandiste, la Société Radio-Canada, ou CBC, m’a diffamée en me décrivaient essentiellement, bien sûr, comme un propagandiste russe, sans même discuter de ce que j’avais rapporté du Donbass, blanchissant ainsi les crimes de guerre ukrainiens. CBC, au contraire, dans son reportage s’est concentré sur ma participation à un tribunal pour crimes de guerre à Moscou. Ce qu’il y a d’intéressant à ce sujet, mis à part le fait que j’aie été calomniée, c’est que la CBC affirme que ma participante à ce tribunal était en avril, alors qu’en fait c’était le 11 mars. Où la CBC a-t-elle obtenu cette information ? Eh bien, le seul endroit où ils auraient pu obtenir cette information est l’entrée de la liste de diffamation Myrotvorets de l’Ukraine sur moi, qui détaille ma participation à ce panel et la répertorie à tort comme étant en avril. Donc, je sais pertinemment que la CBC est au courant de la liste de mise à mort et qu’elle est au courant de mon entrée sur celle-ci, mais a choisi de ne pas en faire rapport. Des médias indépendants m’ont donc contacté fin mai et m’ont interviewé sur mes reportages dans le Donbass ainsi que sur l’entrée des Myrotvorets. Ils ont conclu en disant qu’ils allaient contacter les principaux médias corporatifs au Canada.

Pas une seule entité médiatique d’entreprise ne m’a contacté à propos de cette liste de victimes.

Le 4 août, alors que j’étais à Donetsk, l’Ukraine bombardait lourdement le centre même de la ville. Les trois premières bombes se trouvaient à environ 200 mètres de l’hôtel où je logeais. Les quatrième et cinquième ont atterri à 50 mètres puis juste à côté de l’hôtel. C’est peut-être une coïncidence si l’Ukraine a bombardé un hôtel plein de journalistes, ou peut-être pas, car il était bien connu que des journalistes y séjournaient. Quatre jours auparavant, Louise Mensch avait tweeté aux forces spéciales ukrainiennes que j’étais dans le Donbass. Le ton de son tweet était effectivement de me “liquider”, comme aiment à le dire les gens de Myrotvorets.

Pour en revenir à la question des Myrotvorets, il est absolument épouvantable qu’une base de données comme celle-ci existe, appelant ouvertement au meurtre de personnes comme moi, vous-mêmes, 327 enfants, simplement parce que nous parlons des crimes de guerre de l’Ukraine et nous parlons de la corruption au sein de Ukraine. Cette liste présente une menace très réelle pour les Ukrainiens eux-mêmes, non seulement pour les journalistes et les personnes qui s’expriment, mais aussi pour les Ukrainiens à l’intérieur même de l’Ukraine. Beaucoup de ces Ukrainiens ont déjà disparu ou ont été tués.

Comme je l’ai déjà dit, rien de tout cela ne m’empêchera de faire des reportages, et je me prépare à retourner dans le Donbass dans un avenir proche. Mais la liste des Myrotvorets ne devrait pas exister. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour qu’elle soit supprimée et tenir ceux qui sont derrière et ceux qui la soutiennent tacitement responsables du terrorisme.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Anne Marie Adèle Francoeur
5

« Vous êtes le seul au Québec à écrire avec autant de courage. "Your body of work" doit être imprimé pour la postérité, tout votre travail n'est pas en vain. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
765200cookie-checkLa jeune journaliste américano-canadienne, Eva Karene Bartlett, écrit : « Myrotvorets est une menace pour les journalistes du monde entier »
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x