Justin Trudeau est sur le point de prendre le contrôle d’Internet au Canada et de censurer tout ce qui s’oppose au récit de l’establishment

Le projet de loi Trudeau C-11 est une loi autoritaire qui dira aux Canadiens ce qu’ils peuvent regarder sur Internet. Il réglemente le contenu des utilisateurs et masque le contenu qu’il n’aime pas sur YouTube, Rumble et d’autres plateformes. Cela oblige les services de streaming à diffuser du contenu que le gouvernement aime et des services d’interdiction fantôme qu’il n’aime pas. Chaque service devient Radio-Canada. Ces règles s’appliqueront également à Facebook. Les non-éligibles et les irresponsables auraient un pouvoir sans précédent. C’est la dernière chance de l’arrêter et de continuer la liberté d’expression sur Internet. Si le Canada perd la liberté d’expression, cela enhardira la gauche qui piétine actuellement les droits constitutionnels américains, à commencer par les 1er et 2e amendements.

COUPER LA PAROLE SUR INTERNET

La loi a été présentée comme protégeant les créateurs de contenu, mais comme un Mussolini, Trudeau fait taire la parole. Winnepeg Free Press prévient : « Il est clair que le premier ministre Justin Trudeau ne se soucie pas des créateurs de contenu canadiens. Si le projet de loi est adopté, il violerait la vie privée des Canadiens et réduirait notre capacité en tant que citoyens à demander des comptes au gouvernement en influençant ce que nous pouvons dire et voir en ligne. Mais même au-delà de ces préoccupations, la justification du gouvernement pour l’introduction de cette législation a été complètement démystifiée. »

C-11 nourrit de force les téléspectateurs nationaux du contenu de YouTube et de Tiktok pour lesquels ils n’ont peut-être aucun intérêt et réduit les taux de clics, ce qui conduit les plateformes à déprioriser le contenu canadien au-delà du Canada. Les étrangers profitent de plus de 80 % du contenu canadien sur des plateformes comme YouTube. Le contenu pourrait s’en tirer un peu mieux au Canada, mais il échouera dans le monde entier, déclare le Free Press.

Le gouvernement Trudeau affirme que le projet de loi C-11 sur la censure aidera les créateurs de contenu canadiens et préservera leur rôle pour l’avenir. Le Toronto Sun note que des Canadiens de tous horizons demandent au Sénat de bloquer le projet de loi sur la censure du gouvernement Trudeau.

DES DIZAINES DE MILLIERS ÉCRIVENT DES LETTRES

La semaine dernière, une lettre de plus de 40 000 créateurs de contenu canadiens exhortait les sénateurs à rejeter le projet de loi C-11 dans sa forme actuelle. Ils y voient une mesure législative très dangereuse. Digital First Canada, un groupe représentant des dizaines de milliers de petits créateurs de contenu canadien, a envoyé une lettre à chaque sénateur, avertissant que le projet de loi C-11 pourrait tuer la carrière des artistes que le gouvernement Trudeau prétend vouloir aider.

« En ce moment, nos moyens de subsistance sont en danger », lit-on dans la lettre. Et il note que le gouvernement a fait adopter à toute vapeur le projet de loi C-11 à la Chambre des communes sans aucune possibilité de débat ou d’amendements. « Plus tôt cette année, plus de 40 000 créateurs et utilisateurs ont fait entendre notre voix à la Chambre et par courrier pour défendre nos entreprises numériques contre ces changements. Nous avons été ignorés. »

Trudeau, un prince du Forum économique mondial, veut s’assurer que les Canadiens croient comme lui. Comme les États-Unis, les Canadiens se dirigent vers un paysage infernal de totalitarisme. Les gens n’ont pas besoin que le gouvernement choisisse ce qu’ils peuvent voir.

Le projet de loi C-11 nuira, n’aidera pas les créateurs de contenu

Il est clair que le premier ministre Justin Trudeau ne se soucie pas des créateurs de contenu canadiens. Lorsque le ministre du Patrimoine, Pablo Rodriquez, a déposé pour la première fois le projet de loi C-11, le projet de loi sur la censure en ligne du gouvernement Trudeau, la principale justification qu’il a donnée pour élaborer la législation était de promouvoir les intérêts des créateurs de contenu canadien. Le projet de loi C-11 «contribuera à renforcer notre secteur culturel et à soutenir la prochaine génération d’artistes et de créateurs dans ce pays.», a déclaré Rodriguez.

Le gouvernement Trudeau veut que les Canadiens pensent que ce projet de loi rendra simplement le contenu canadien plus accessible et stimulera la présence en ligne des artistes canadiens. Mais les créateurs de contenu disent que le gouvernement a tort. Et le gouvernement s’en moque.

Le projet de loi C-11 a toujours été un mauvais projet de loi. S’il est adopté, il violerait la vie privée des Canadiens et réduirait notre capacité en tant que citoyens à demander des comptes au gouvernement en influençant ce que nous pouvons dire et voir en ligne. Mais même au-delà de ces préoccupations, la justification du gouvernement pour l’introduction de cette législation a été complètement démystifiée. Les créateurs de contenu canadiens affirment que la législation pourrait porter un coup dur à leur capacité à atteindre des publics du monde entier. Sur des plateformes telles que YouTube et TikTok, le projet de loi C-11 forcerait les téléspectateurs nationaux à consommer du contenu canadien, même si les téléspectateurs ne sont pas intéressés par le contenu du matériel. Cela conduirait à des taux de clics inférieurs, car les Canadiens qui ne sont pas intéressés par le sujet de la vidéo choisissent de ne pas cliquer dessus. Cela signale ensuite aux plateformes que le contenu n’est pas populaire auprès des téléspectateurs, ce qui conduit les algorithmes des plateformes à déprioriser le contenu canadien pour les téléspectateurs au-delà de nos frontières.

Ne me croyez pas sur parole. La sensation pour le musicien de Regina, Hitesh Sharma (Tesher), est née sur TikTok. Il dit que sa carrière n’aurait jamais décollé si le projet de loi C-11 avait été en place lorsqu’il a partagé sa musique pour la première fois. C’est parce que Tesher a d’abord gagné en popularité à l’extérieur des frontières du Canada et n’est devenu populaire au Canada que plus tard. Si le contenu de Tesher avait été dépriorisé à l’étranger avant d’être découvert par des fans de langue hindi et punjabi à l’échelle internationale, Tesher ne pense pas qu’il aurait trouvé le succès. Comme le note Tesher, « C-11 limiterait cette portée en obligeant les créateurs à donner la priorité aux critères gouvernementaux pour la distribution nationale plutôt qu’à l’optimisation du contenu pour un public mondial ».

La star canadienne de YouTube JJ McCullough est d’accord. « Du jour au lendemain, les créateurs vont se réveiller et découvrir que le type de contenu qui a déjà réussi dans un YouTube non réglementé ne réussit plus dans un YouTube réglementé », a déclaré McCullough. Le contenu s’en tirera peut-être un peu mieux au Canada, mais il sera lésé partout dans le monde.

La principale porte-parole canadien de YouTube a livré à peu près le même message au comité sénatorial des transports et des communications, notant qu’aucun autre pays au monde n’impose ce genre d’exigences. Le projet de loi C-11 « met vraiment les auditoires internationaux des créateurs en danger, parce que si la France devait faire quelque chose comme ça, ou l’Inde devait faire quelque chose comme ça, où ils avaient besoin de proéminence pour leurs artistes locaux, les Canadiens iraient à l’arrière de la ligne », a déclaré Jeanette Patell de YouTube. Patell a également noté que pour de nombreux YouTubers canadiens, 90% de leur audience provient de l’extérieur du Canada. Les YouTubers canadiens risquent donc de perdre la grande majorité de leur audience.

De toute évidence, le projet de loi C-11 nuira beaucoup plus aux petits créateurs de contenu canadien qu’il ne les aidera. Le projet de loi C-11 soulève également d’énormes préoccupations en matière de protection de la vie privée. Actuellement, YouTube et d’autres plateformes ne suivent pas d’où viennent les téléspectateurs. Mais le projet de loi C-11 obligerait les plateformes à suivre d’où viennent les téléspectateurs pour décider du type de contenu à proposer aux téléspectateurs. Cela met la vie privée des Canadiens en jeu.

La dernière chose que les Canadiens veulent, c’est d’être suivi par des plateformes en ligne et un grand frère à Ottawa. Si le projet de loi C-11 vise à aider les créateurs de contenu canadien, des témoignages récents suggèrent que le projet de loi devrait être déchiré, car il fait exactement le contraire de ce que le gouvernement prétend vouloir faire.

Il est temps d’enfin abandonner ce projet de loi dangereux.

Paul Philippe
5

« Il est bien fondamental de toujours sauvegarder et lire tout article et bien prendre connaissance de toute informations que vous mettez à notre disposition pour être informé. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.