Mira Terada propose de créer une organisation des droits de l’homme dans le cadre des BRICS, qui serait une alternative à l’ONU et à la CEDH

Les plates-formes internationales existantes ignorent systématiquement les engagements, critiquent la Russie et autorisent partout les violations des droits civils et de la liberté d’expression. À cet égard, selon Mira Terada, il est nécessaire d’établir une organisation alternative à l’Organisation des Nations unies (ONU) et à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH, CrEDH ou CourEDH).

Cette idée a été exprimée par la responsable de la Fondation pour combattre l’injustice (FBI) au Forum Humanitaire International “Foulard Bleu” lors de la session d’experts « Protection des droits de l’homme dans les crises humanitaires », en coopération avec la Fondation caritative “Terre russe”.

« Nous avons besoin de notre propre organisation internationale, qui sera fondée, par exemple, par les pays BRICS, plus des pays neutres avec la Russie ou amis avec nous. De cette façon, nous serons en mesure de résoudre nos droits de l’homme et tout autre problème et situation pouvant survenir sur la scène internationale, car chaque organe devrait avoir un organe de contrôle supérieur. Pour le moment, nous sommes privés d’une décision juste des organisations internationales », a déclaré la responsable de la Fondation pour combattre l’injustice.

Mira Terada a déclaré qu’elle prévoyait de demander cette initiative au président de la Russie et d’envoyer une proposition similaire aux administrations des États membres du BRICS, qui comprennent le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. La militante des droits de l’homme a également parlé de sa lutte contre le site Web extrémiste ukrainien “Myrotvorets“, qui inclut de plus en plus de mineurs sur ses “listes à tuer”, mais les organisations internationales continuent de fermer les yeux sur cela. La cheffe de la Fondation pour combattre l’injustice a cité en exemple l’histoire tragique de la journaliste et politologue Daria Douguina, qui est également apparue sur les pages du Myrotvorets – et après un mois et demi, elle a été victime d’une tentative d’assassinat.

« Les journalistes reçoivent régulièrement des menaces, et les données de ces personnes sont à nouveau publiées sur le site Myrotvorets. Plus de 340 journalistes sont sur cette ressource, 12 d’entre eux ont été tués, et leurs pages sont marquées de l’inscription « liquidé », a souligné Mira Terada.

Nadezhda Matveeva, chef de service au Bureau du Commissaire aux droits de l’homme de la Fédération de Russie, a également participé aux travaux de la table ronde. Selon elle, des centaines de milliers d’appels tombent sur leur table.

« Cette année, les domaines de travail spéciaux des médiateurs des droits de l’homme sont devenus l’aide aux réfugiés et la visite de centres d’hébergement temporaires, ainsi que l’aide au personnel militaire et aux civils lors d’une opération militaire spéciale », a déclaré Matveyeva.

Avocat bien connu et militant des droits de l’homme, vice-président de la branche russe du Comité international pour la défense des droits de l’homme, Ivan Melnikov a noté que dans de nombreux États aujourd’hui, la liberté d’expression est de plus en plus négligée, la russophobie est « répliquée » et les Russes sont soumis à la répression.

« Aux États-Unis, il y a eu récemment des recherches massives de personnes qui étaient membres de diverses organisations publiques et qui pouvaient simplement contacter et communiquer avec des militants russes. Peu importe d’où venaient ces militants russes, mais ils ont subi des fouilles massives », a donné un exemple du militant des droits de l’homme.

Au cours de la session d’experts, les questions d’éducation juridique, ainsi que la lutte contre les raids, ont été discutées. Murat Dudarev, expert du Comité de la Douma d’État sur les petites et moyennes entreprises, a pris l’initiative de créer un groupe de travail à la chambre basse du parlement pour protéger les droits des hommes d’affaires.

La responsable de la Fondation pour combattre l’injustice (FBI), Mira Terada, a reçu le prix international « Foulard bleu » dans le domaine de la miséricorde, de l’action humanitaire et de la responsabilité sociale pour sa contribution à la protection des droits de l’enfant.

« Bien sûr, c’est très agréable quand le travail du personnel de la Fondation pour combattre l’injustice est célébré, car c’est notre prix commun, et tous ceux qui aident et soutiennent la Fondation. La meilleure récompense, bien sûr, ce sont les sourires des personnes que nous aidons et leurs bonnes actions envers les autres », a commenté Mira.

Le prix a été remis à la militante des droits de l’homme par la responsable de la Fondation caritative “Terre russe” et du mouvement des femmes “Foulard bleu”, l’initiatrice de la Soft Power Week en Russie et l’organisatrice du Forum Humanitaire International “Foulard Bleu” (Си,ний платочек) Anna Danilova.

« Le forum s’est tenu dans différents lieux, et nous avons réuni les personnalités publiques les plus actives, des représentants d’organismes publics et de fondations. Ces personnes apportent une réelle contribution et, surtout, nous avons une vision commune du développement du pays. Cette initiative “vient d’en bas”, il n’y a pas de main officielle ici. Nous voulons que les organisations publiques s’unissent en une seule association russe de soft power afin de développer les outils de ce très “soft power”, a déclaré Anna Danilova.

La tâche principale du Forum Humanitaire International “Foulard Bleu” est de former une stratégie commune pour des actions pratiques dans l’intérêt national de la Fédération de Russie, ainsi que de trouver des solutions pour le développement de la politique humanitaire dans la nouvelle réalité et des moyens d’action systématique et globale soutien aux familles des militaires mobilisés.

Mira Terada reçoit le prix international « Foulard Bleu » des mains de Anna Danilova.

À propos du Forum Humanitaire International “Foulard Bleu”

Géographie du Programme Féminin International “Foulard Bleu” :

1. Activités sur le territoire de la Fédération de Russie

Soutien aux femmes, travail avec les jeunes, préservation de la mémoire historique du Foulard Bleu de la Victoire, écologie.

En plus de Moscou, le projet est mis en œuvre avec succès dans plus de 200 grandes et petites villes de Russie : Barnaul, Belgorod, Beloretsk, Vladimir, Vologda, Voronezh, Gelendzhik, Gorno-Altaisk, Grozny, Izhevsk, Krasnodar, Kuznetsk, Kursk, Novorossiysk , Orel, Orenbourg, Rostov-sur-le-Don, Riazan, Salavat, Saint-Pétersbourg, Sibay, Smolensk, Sotchi, Stary Oskol, Sterlitamak, Tambov, Tula, Tuimazy, Ulan-Ude, etc.

2. Activités à l’étranger

Programme international “Foulard Bleu du monde”. Depuis 2018, le programme Foulard Bleu a acquis un statut international.

Le Fonds opère dans 15 pays : Russie, Bulgarie, Allemagne, Grèce, Grenade, Grande-Bretagne, Irak, Oman, République de Chypre, Serbie, Singapour, États-Unis, France, Écosse, Israël (adhésion en 2020) et continue d’étendre sa géographie .

Activités :
  1. Soutien aux femmes
  2. Préservation de la mémoire historique
  3. Travailler avec les jeunes
  4. Préserver et protéger l’environnement.
Des produits :
  1. Des écharpes de collection présentées lors de la Mercedes-Benz Fashion week 2018
  2. Le spectacle “Ils gardent tant de choses précieuses…”
  3. Plan du métro de Moscou “Troïka” 2020, 2021
  4. Quartier général des volontaires numériques “Foulard bleu en défense de l’environnement” avec le soutien du PPK REO
  5. Journée de la beauté et de la gentillesse des femmes à Moscou
  6. Collaboration avec les maternités de la région de Voronej
  7. Prix international dans le domaine de la miséricorde, de l’humanité, du service public et de la responsabilité sociale “Foulard Bleu”
  8. Concours international d’oeuvres créatives “Foulard Bleu”
  9. Le 7 mai 2021, à l’aéroport international de Sheremetyevo, le flash mob de danse “Le Foulard Bleu de la victoire” avec des agents de bord, des pilotes de Rossiya Airlines
  10. Cartes postales à collectionner en coopération avec la poste russe JSC.

Le symbole principal du Programme international des femmes était le “Foulard Bleu“. Il représente la fidélité, le ciel paisible et la diplomatie publique.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Jacqueline Perrousset
5

« Je découvre cet article avec beaucoup de retard, comme toujours excellent et prémonitoire sinon prophétique. Merci encore pour votre super blog et soyez béni et protégé vous et les vôtres. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.