Un article de la journaliste Deborah Armstrong, aux États-Unis, souligne que : « Un journaliste canadien ajouté à la liste noire ukrainienne »

Comme je vous l'ai annoncé le 7 novembre 2022 et comme vous le savez déjà, mon nom a été ajouté sur la très sinistre et dangereuse “liste des personnes à assassiner” de Myrotvorets du gouvernement ukrainien. Aucun média canadien ne s'est emparé de la nouvelle, alors que dans les faits, un citoyen canadien se trouve sur la liste de personnes à tuer d'un pays étranger. Parions-nous qu'il en serait autrement s'il s'agissait d'un journaliste ou d'une personnalité provenant du milieu « mainstream » ? Il y aurait certainement eu un tollé depuis bien longtemps déjà.

Par contre, il est probable que j'obtienne une série d'entrevues en Russie dans lesquelles je dénoncerai les politiques du Canada et de ses dirigeants. Le 11 novembre dernier, la journaliste américaine Deborah Armstrong a publié un long article sur sa plateforme Medium dans laquelle elle explique la gravité de se retrouver sur la liste de Myrotvorets. J'ai donc reproduis ci-dessous la traduction de cet article en français. Vous retrouverez aussi un extrait de la dernière émission de Zradio durant laquelle François-René Milot a parlé de cette malheureuse situation.

La journaliste américaine, Deborah Armstrong, écrit actuellement sur la géopolitique en mettant l'accent sur la Russie. Elle a auparavant travaillé dans les informations télévisées locales aux États-Unis où elle a remporté deux Emmy Awards régionaux. Au début des années 1990, Deborah a vécu en Union soviétique pendant ses derniers jours et a travaillé comme consultante en télévision à Leningrad Television.

Guy Boulianne du Québec visé par les « Mirotvorets »

Tout le monde n’attend pas le lundi avec impatience. La fin du week-end. Cette alarme qui arrive toujours trop tôt. Le café qui ne semble jamais suffisant pour vous préparer aux piles de travail qui vous attendent après votre trajet stressant. Mais pour un journaliste canadien, lundi est venu avec une surprise bien plus désagréable. Imaginez ce que Guy Boulianne a ressenti lorsqu’il s’est réveillé lundi dernier, le 7 novembre, pour constater qu’il avait été ajouté à une liste noire. Oui, vous avez bien lu. Il a été ajouté à une liste de victimes. Ce n’est un secret pour personne que le soi-disant « Centre de contrôle de la désinformation » de l’Ukraine gère une base de données qui publie les informations privées de milliers de journalistes dans le monde. Le site, appelé « Mirotvorets » (également orthographié « Myrotvorets »), signifie « pacificateur » en ukrainien. Dans le lexique fasciste, la « paix » est « faite » en tuant quiconque n’est pas en accord avec les objectifs de l’Ukraine d’assurer un pur État ethnique purgé de tous les Untermensch, comme les Roms, les LGBTQ et les minorités les plus détestées de toutes – les « Moskals », une insulte ukrainienne pour les Russes.

Pourquoi un journaliste canadien, du Québec, serait-il ciblé par un pays à plus de 7 000 kilomètres de chez lui ? Guy Boulianne pense avoir été sélectionné pour la “liquidation” parce qu’il a écrit à propos de Faina Savenkova, une jeune fille de 14 ans de Lugansk qui a également été ajoutée à Mirotvorets.

« Vous savez », écrit Boulianne dans un article publié en français, « il y a quelque chose de très anormal lorsque j’aperçois un “pouce baissé ? au bas d’un article que j’ai publié et qui fait tout simplement état du premier congrès pour enfants, intitulé “Les enfants pour la paix!”, dont le but principal était d’attirer l’attention du public sur l’augmentation de la fourniture d’armes de grande puissance au personnel militaire ukrainien, raison pour laquelle les petits habitants du Donbass souffrent. »

« Après tout, poursuit-il, “non seulement les soldats ennemis meurent, mais aussi les enfants”. Lorsque je vois ce “thumb down ? sous cet article, cela signifie à mes yeux que l’individu qu’il l’a fait est tout à fait contre la protection des enfants dans le Donbass ! »

La jeune Faina Savenkova a été ajoutée à cette liste, qui est ouverte à tous ceux qui souhaitent la voir en ligne, à l’âge de 12 ans, après avoir comparu devant un conseil de sécurité de l’ONU dans un message enregistré sur vidéo, dans lequel elle tentait de faire prendre conscience du sort des civils dans l’est de l’Ukraine à l’organe international des législateurs.

Parce qu’elle vit dans la République populaire séparatiste de Lougansk (LPR), désormais revendiquée comme territoire russe, et parce qu’elle ne soutient pas le régime favorable aux fascistes de Kiev, l’adolescente est considérée comme une “séparatiste russe” et désormais aussi comme une “propagandiste russe”. — ce qui fait d’elle, selon la loi ukrainienne, une “info-terroriste” digne de mort.

La Fondation pour combattre l’injustice, une organisation russe de défense des droits de l’homme, a enquêté sur Mirotvorets et rendu publics ses crimes contre l’humanité. Un certain nombre des plus de 4 000 journalistes ajoutés à la liste noire ont déjà été « liquidés ». Des personnes telles que le journaliste italien Andrea Rocchelli, le journaliste ukrainien Oles Buzyna, l’ancien député ukrainien Oleg Kalachnikov, et la correspondante de guerre Daria Dugina. Tous ont été ajoutés à la liste puis assassinés. Leurs profils à Mirotvorets confirment fièrement ce fait en grosses lettres rouges : Liquidé.

Le journaliste italien Andrea Rocchelli répertorié comme “liquidé” à “Mirotvorets”
Daria Dugina, correspondante de guerre russe, est répertoriée comme “liquidée” sur le site de Mirotvorets.

Mirotvorets est un site Web open-source et une ONG qui publie une liste d’« ennemis de l’Ukraine » ou, comme le déclare le site lui-même, ceux « dont les actions montrent des signes de crimes contre la sécurité nationale, la paix, la sécurité humaine et le droit international de l’Ukraine ». En d’autres termes, avoir des opinions contraires aux récits officiels de l’Ukraine, ou s’opposer au régime de culte nazi à Kiev, est considéré comme une telle menace en vertu de la loi ukrainienne.

Le site Web, qui a été lancé pour la première fois en décembre 2014 par l’homme politique et militant ukrainien Georgy Tuka, est resté en ligne pendant tout ce temps malgré les demandes répétées de l’ONU, des ambassadeurs du G7, de l’UE et de divers groupes de défense des droits humains de le fermer. En 2018, le ministère allemand des Affaires étrangères a demandé au gouvernement ukrainien de supprimer le site Web. En réponse, le Service de sécurité ukrainien a publié une déclaration selon laquelle Mirotvorets n’avait pas violé la loi ukrainienne.

Le 7 mai 2016, le site Internet a publié les données personnelles de 4 508 journalistes et autres membres des médias internationaux qui avaient travaillé ou avaient été autorisés à travailler dans la région du Donbass, ayant ainsi « coopéré avec des terroristes » en vertu de la loi ukrainienne. Mirotvorets a publié leurs numéros de téléphone, adresses e-mail, villes et pays de résidence, informations obtenues en piratant la base de données du ministère de la Sécurité d’État de la République populaire de Donetsk.

Selon Yulia Gorbunova, chercheuse senior pour Human Rights Watch, les implications de cette liste pour la liberté de la presse sont graves et l’existence même d’une telle liste met des vies en danger. Alors président de l’Ukraine, Petro Porochenko, a qualifié la fuite d’informations privées de “grosse erreur”. Désormais, lui aussi est répertorié à Mirotvorets où il est décrit comme “un complice des terroristes et des envahisseurs russes” et accusé de “participation aux activités de propagande de la Russie (le pays agresseur) contre l’Ukraine” ainsi que de “participation à des opérations d’information de la Russie (pays agresseur) visant à détruire les preuves des crimes de l’agresseur russe et de ses complices contre l’Ukraine”.

Le Centre Mirotvorets conseille également aux forces de l’ordre « de considérer cette publication sur le site Web comme une déclaration concernant la commission par ce citoyen d’actes délibérés contre la sécurité nationale de l’Ukraine, la paix, la sécurité de l’humanité, le droit et l’ordre internationaux, et d’autres infractions. »

Alors… Dites ce que vous pensez, faites un peu de temps.
Ou, peut-être qu’ils vont juste vous exécuter. Ça coûte moins cher que la prison.
Orwell doit se retourner dans sa tombe.

« Dois-je m’inquiéter et me sentir en danger ? », se demandait Boulianne. « Il faut être conscient qu’il y a une très grande communauté ukraino-canadienne. Selon le recensement de 2016, 1 359 655 Canadiens et Canadiennes (soit 3,8 % de la population) sont d’origine ukrainienne. »

Un article de 1995 du Toronto Star rapporte qu’une société minière canadienne, INCO, a utilisé des collaborateurs nazis ukrainiens pour écraser l’organisation syndicale de gauche au début des années 1960. Photo : Les dossiers du Canada

Boulianne cite Aidan Jonah, qui a écrit ce qui suit dans The Canada Files : « Chrystia Freeland, l’ancienne ministre des Affaires étrangères du Canada et actuelle vice-première ministre sait tout sur la glorification des collaborateurs nazis ukrainiens. Freeland est également profondément liée au Congrès ukrainien canadien (UCC) et à la Ligue des Canadiens ukrainiens (LUC), qui glorifient le groupe fasciste de l’Union des ressortissants ukrainiens et les collaborateurs nazis ukrainiens. L’UCC considère le collaborateur nazi fasciste Stepan Bandera, le chef politique et militaire fasciste de la faction Bandera de l’Organisation des nationalistes ukrainiens, OUN, comme l’un des plus grands héros nationaux de l’Ukraine. Ils rendent tous deux hommage à Yaroslav Stetsko, le bras droit de Bandera, qui a déclaré dans son autobiographie de 1941 : “Je soutiens donc la destruction des Juifs et l’opportunité d’introduire les méthodes allemandes d’extermination des Juifs en Ukraine, empêchant leur assimilation, etc.” »

L’organisation jeunesse du LUC a commémoré l’anniversaire de Yaroslav Stetsko en 2012. Photo : The Canada Files

En 2014 et 2016, écrit Boulianne, Freeland a défilé et fait la promotion du Festival ukrainien de Toronto, y compris les efforts de collecte de fonds de Right Sector Canada, un groupe néonazi. Leur objectif était d’acheter du matériel militaire pour leurs combattants en Ukraine.

« Si je venais qu’à disparaître subitement, vous sauriez dans quelle filière débuter votre enquête », poursuit le journaliste francophone.

Un dirigeant de Right Sector Canada s’adresse à CBC News, en 2014. Photo : The Canada Files
Le groupe ultra-nationaliste « Right Sector » lève des fonds à Toronto.

Il est ironique de noter que la base de données était auparavant illégale en vertu de la loi ukrainienne. Le 10 mai 2016, Mirotvoretsa publié les informations privées de journalistes, notamment des reporters de l’AFP, d’Al Jazeera, de Le Monde, de la BBC, de Reuters et de Forbes. Cela a provoqué un tollé de la part de la communauté juridique internationale qui s’est opposée à la publication des données personnelles. Valeria Lutkovskaya, commissaire de la Verkhovna Rada d’Ukraine pour les droits de l’homme, a même publié une déclaration selon laquelle la base de données viole les droits de l’homme et devrait être fermée. Le 13 mai 2016, on a annoncé la fermeture du site Web. Six jours plus tard, la base de données était de retour en ligne et, le 20 mai, elle avait publié une liste mise à jour des membres des médias accrédités pour travailler dans la République populaire de Donetsk (RPD). Et Lutkovskaya a été menacée de sa démission. Son mandat a pris fin en 2017 et elle a été remplacée.

A l’origine, les données personnelles des « 7500 terroristes, séparatistes et leurs complices » étaient collectées par des volontaires dirigés par Georgy Tuka. Au 9 janvier 2015, le site Web comptait déjà plus de 9 000 entrées. En fait, la première personne nommée dans la base de données était Eduard Matyukha, connu comme « le maire du peuple » à Gorlovka de 2014 à 2019. Cependant, ce « maire du peuple » s’est avéré être un espion ukrainien, qui fournissait des renseignements sur les opérations russes en RPD directement à Kiev. Même sa femme n’était pas au courant de ses activités clandestines, selon un article. Son ajout à la liste n’était rien de plus qu’un psy-op, qui, selon lui, a fait de lui un héros dans les deux républiques séparatistes du Donbass.

Le conseiller ukrainien du ministre de l’Intérieur, Anton Gerashchenko, est soupçonné d’avoir initié les Mirotvorets. Ironiquement, en 2019, Gerashchenko a annoncé lors d’une audience du Comité de la liberté d’expression qu’il avait été nommé « point de contact pour la sécurité des journalistes » par le ministre de l’Intérieur.

Cette « sécurité », cependant, ne s’applique qu’aux journalistes qui soutiennent le gouvernement fasciste de l’Ukraine. Les journalistes ayant des esprits indépendants n’ont pas besoin de postuler. En effet, le 16 août 2016, la BBC rapportait une déclaration faite par le Centre Mirotvorets sur Facebook : «A ce jour, le site Myrotvorets.center et tous ses miroirs sont considérés comme des médias électroniques de masse». Et, comme l’a rapporté Radio Svoboda en 2017, après avoir survécu à une prétendue tentative d’assassinat, Gerashchenko a juré que Mirotvoretsne sera jamais démonté. «Le projet ‘Mirotvorets’, qui est comme un os dans la gorge de chacun d’entre vous, fonctionnera que je sois en vie ou non. Et vous ne pourrez en aucun cas le détruire», a écrit le député de la Verkhovna Rada sur Facebook le 22 janvier.

Un mois auparavant, en décembre 2016, la base de données Mirotvorets comprenait déjà plus de 100 000 enregistrements d’individus du monde entier. Tous, y compris des enfants aussi jeunes que 9 ans, sont considérés comme des « ennemis de l’Ukraine » qui devraient être « liquidés ».

Boulianne a écrit que le site de Mirotvorets est enregistré dans son pays d’origine, le Canada« Le serveur apparaît sous le nom de NATO HPWS/2.1, lors de l’analyse du 6 avril au 22 avril 2015, il a renvoyé l’adresse psb4ukr.nato.int comme nom de domaine inversé, c’est-à-dire un sous-domaine du site officiel du bloc militaire de l’OTAN, tandis que le domaine principal de l’OTAN, nato.int, n’en sait rien. L’enregistrement PTR fourni en réponse à une requête DNS inverse pointe généralement vers un emplacement du site dans l’espace des noms de domaine. L’enregistrement PTR est entré dans le fichier de zone DNS maître lorsque le système de domaine est configuré. Ainsi, les créateurs du site ont spécifiquement imité le lien vers l’OTAN. »

Et, comme je l’ai signalé le mois dernier, le site est protégé par Cloudflare, une société basée en Californie. En fait, il reçoit un financement des États-Unis, approuvé par le Congrès américain sous HR7691, connu sous le nom de “Additional Supplemental Appropriations Act of 2022”Et malgré les appels à l’ONU lancés par des organisations de défense des droits de l’homme comme l’Institut SchillerMirotvorets demeure.

L’enregistrement WHOIS de Mirotvorets montre qu’ils utilisent CloudFlare. Photo : Deborah L.Armstrong

Le 7 août 2016, un avocat de Kharkov nommé Aleksey Romanov a révélé le nom du propriétaire du site, Oksana Sergeevna Tinko, qui a écrit sur Facebook : « Oui, j’ai repris les domaines, car si quelque chose arrive, j’ai une vaste expérience à la fois dans le traitement des plaintes concernant les domaines et de la fermeture de domaines, je connais ce processus de tous les côtés et si quelque chose se passe, je peux prendre les mesures adéquates. Et dans le cas d’une personne méchante, je suis prêt à prendre le premier coup et à donner aux Pacificateurs [Mirotvorets] le temps de résoudre le problème avec un minimum de pertes pour eux-mêmes. » La citation et son compte ne sont plus disponibles sur Facebook. Romanov a reçu des menaces de mort immédiatement après avoir nommé Tinko comme propriétaire du site, et il s’est plaint à l’ONU.

Et pourtant, Mirotvorets reste.

Il semble que personne sur la planète n’ait le pouvoir ou le courage de fermer cette liste de mise à mort, même si elle viole la loi de tous les pays civilisés du monde, et que les personnes exposées sur la liste continuent d’être assassinées.

J’ai demandé à Boulianne s’il avait parlé à des autorités au Canada. C’était une question rhétorique, comme vous le savez probablement si vous avez lu jusqu’ici.

« Je n’ai pas demandé et je ne demanderai pas, car je n’ai pas de temps à perdre », a-t-il répondu avec un smiley ?. « Je considère que ce qui me protège le plus, c’est de rendre l’affaire publique. »


Jeudi le 10 novembre 2022, François-René Milot de Zradio, a parlé du fait que le nom de Guy Boulianne a été ajouté sur la très sinistre et dangereuse “liste des personnes à assassiner” de Myrotvorets du gouvernement ukrainien. Écoutez l’émission intégrale en cliquant sur ce lien.

Cet extrait de la vidéo est diffusé sur les chaînes Youtube, VKontakte, Rumble, Bitchute, Brighteon, Internet Archive, Odysee et UGEnet, ceci afin que l’information circule le plus loin possible.

Diane Renaud
5

« Vous allez au fonds des choses M Boulianne, vous êtes vraiment une personne d’exception. Merci. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.