Une nouvelle entrevue de Reiner Fuellmich pour le site “Transition News” : « Nous ne devons pas le succès … nous devons le travail correct »

Reiner Fuellmich n'est plus le co-animateur de Viviane Fischer depuis la 120e réunion du Comité Corona, diffusée le 9 septembre 2022. Beaucoup de gens s'inquiètent de la séparation, car ils associent quelque chose d'essentiel au Comité Corona et à ses protagonistes lorsqu'il s'agit de critiquer la politique Corona.

Transition News en a rendu compte dans plusieurs articles, d'abord le 9 septembre. Avant-hier, Viviane Fischer a publié un communiqué titré "Reiner Fuellmich, où sont les cacahuètes ?". Elle y explique également ce que Reiner Fuellmich a dit dans une interview publiée par Transition News, et reproduite le 23 octobre 2022.

En ce qui concerne le comité Corona, le total est supérieur à 1 million d'euros. Pas moins d'argent aurait été versé à Reiner Fuellmich et à son entourage pour la mise en œuvre de ses poursuites — poursuites qu'il a annoncées publiquement en septembre 2020 en déclarant qu'il savait qu'elles « fonctionnaient » et qu'elles avaient le potentiel « des milliards ». Dans l'entrevue accordée à Transition News et reproduite ci-dessous, Reiner Fuellmich a commenté l'accusation selon laquelle il aurait retenu à tort 700 000 euros dans les fonds du comité, et aussi sur la question de la substance des poursuites qu'il a annoncées comme prometteuses — des poursuites dans lesquelles « jusqu'à présent rien n'en est sorti », comme il le dit lui-même.

Reiner Fuellmich répond aux questions de Lena Kuder et Torsten Engelbrecht

Transition News : Comment vous sentez-vous maintenant que vous avez quitté le Comité Corona, qui est après tout votre « bébé » ?

Reiner Fuellmich : Je me sens très bien et je suis content que ce soit fini. Je l’ai dit à plusieurs reprises, car dès le départ, il a été extrêmement difficile de faire en sorte que ces réunions aient lieu à temps, de manière bien coordonnée et bien structurée. Toujours travaillé parce que nous les avons préparées en petite équipe lors des réunions stratégiques du lundi. Maintenant, je peux promouvoir ma version du Comité Corona : le Comité d’enquête sur les crimes internationaux, ICIC en abrégé, qui élargit considérablement la vision au-delà du Corona et propose également des solutions possibles. L’équipe que j’ai maintenant est composée en partie de personnes âgées, en partie de personnes qui nous ont rejoints. Cette équipe est super.

Vous avez déclaré dans une précédente interview de Transition News que vous et votre équipe « avez répondu à 360 000 e-mails, des centaines de lettres et des centaines d’appels téléphoniques en deux ans ». À quels e-mails faisiez-vous référence ? Selon Viviane, vous « n’aviez pas du tout accès au compte de messagerie officiel… ou ne le maintenez pas ». Et l’adresse e-mail kontakt@corona-ausschuss.de n’aurait jamais dû être prise en charge par vous non plus. Plutôt, les activités liées à la boîte aux lettres d’un avocat. Est-ce exact ?

Non, c’est un mensonge, comme tout le reste. Cependant, il est vrai que je n’avais pas accès à ce compte. Ce sont les manœuvres de diversion. Il n’a jamais été affirmé que nous avions accédé à cette boîte aux lettres, mais comme les gens n’avaient pas reçu de réponse, ils nous ont finalement contactés.

Bon, mais alors ce que dit Viviane est exact, que vous n’aviez pas accès à l’adresse e-mail kontakt@corona-ausschuss.de, mais que les activités liées à la boîte aux lettres de votre avocat.

Oui, mais il est également vrai que la terre n’est pas plate mais une sphère. Et, c’est une réponse que vous donnez quand vous ne voulez pas répondre à la première question. Et la première question est : avez-vous fait votre travail ? Et la réponse est : Non, ils ne l’ont pas fait.

Mais est-il vérifiable que la boîte aux lettres de votre avocat a reçu 360 000 e-mails en deux ans et qu’ils ont tous renvoyé au Comité Corona ?

Avec l’aide de notre équipe informatique, nous pouvons prouver que 360 ​​000 e-mails ont été reçus. Accessoirement, nous avons dû agrandir cette équipe, sinon nous n’aurions pas pu le faire. Mon collègue, qui organise tout ici, s’est levé à 5 heures du matin et s’est assuré que les e-mails étaient distribués de manière à ce que personne ne meure à cause de la surpression. J’ai dû payer un autre collègue pour faire mon vrai travail d’avocat.

Le vrai point de discorde, cependant, c’est que 23 500 euros nets par mois, selon Viviane 25 000 euros, vous sont allés. La question est de savoir si ce montant est justifié. Pour l’argent, vous pouvez embaucher sept bons parajuristes ou trois avocats à part entière. Les autres membres du comité Corona ont également reçu un grand nombre d’e-mails — et au début des travaux du comité, il est dit qu’il a été convenu que le comité ne fournirait aucun soutien pour le traitement de leurs propres comptes. Viviane Fischer explique également que la boîte mail du Comité a été entretenue et éditée pendant deux ans par un de ses amis, ainsi que par Martin Schwab et Wolfgang Wodarg, gratuitement. Selon votre déclaration, environ 500 e-mails « arrivent » chaque jour. Son amie s’en occupe actuellement pour environ 800 euros par mois.

Le montant de 23 500 euros nets par mois se justifie dans la mesure où nous avons répondu à des e-mails et passé des centaines d’appels téléphoniques et également traité du courrier. J’appellerais ça « le travail de la relation client ». Wolfgang Wodarg et Martin Schwab ont également aidé à répondre aux e-mails. Martin avait quelqu’un qui aidait à répondre aux e-mails et était payé par le comité Corona. Mais ça n’a jamais été la taille que nous avions.

Bien sûr, nous avons également transmis des choses, par exemple à Wolfgang [Wodarg], lorsqu’il s’agissait de questions médicales. Et c’est complètement aberrant de penser qu’une des camarades de classe de Viviane réponde à 500 mails par jour. De plus, Viviane ne fait confiance à personne et n’engage que des personnes qu’elle connaît bien et ne veut rien payer si possible.

Mais si vous distribuez maintenant 500 e-mails à votre petite amie, Wodarg et Schwab et considérez qu’ils les ont traités gratuitement, alors il y a un écart considérable avec les 23 500 euros nets que vous avez reçus par mois.

Chacun devrait juste se faire sa propre opinion. L’un peut dire, vous les avez tous fait bouillir, et l’autre peut dire : cette approche est très étrange.

Cependant, Viviane dit aussi qu’elle n’aurait jamais accepté que 23 500 euros par mois soient payés pour ce travail.

C’est aussi un mensonge plat. Viviane savait exactement ce qui se passait. Fin 2021, elle a signé les comptes annuels 2020. Tout y est indiqué. Et elle a vu les mouvements de compte elle-même et a parfois aussi géré le compte elle-même. Nous avons toujours dit que nous devrions créer un compte séparé pour le Comité Corona. Mais cela n’est jamais arrivé. Cela montre aussi le chaos et le manque de professionnalisme.

De plus, il y a un message texte de l’été de cette année dans lequel elle m’écrit que le comité ne peut plus payer mon cabinet d’avocats pour ce travail. Que retenez-vous de cette formulation si vous avez toujours un pouls et un cerveau qui fonctionne bien ? Cela signifie probablement que le travail était payé jusque-là et qu’elle le savait aussi. Selon Viviane, le comité ne peut plus payer le cabinet d’avocats et a besoin d’argent pour des projets importants.

La fin de l’année viendra plus tard. En fait, cela aurait dû être l’inverse, à savoir de manière à ce qu’il soit établi par écrit avant que les honoraires ne soient payés à un employé du Comité Corona. Est-ce arrivé ?

Vous pouvez aussi le dire verbalement, c’est ce qui s’est passé. Dès le début, un collègue qui était sous une pression extrême a essayé de répartir le travail pour que nous ne soyons pas tous noyés. On a dit à Viviane dès le départ que ça ne marcherait pas comme ça et qu’on serait paralysés. Nous avons exigé une solution et demandé qu’ils embauchent quelqu’un. Viviane ne voulait pas ça. Il était clair dès le départ que nous serions payés. Vous n’avez peut-être pas remarqué la hauteur à laquelle cela s’est produit.

Peu importe ce que vous en pensez, le fait est que ce qui s’est passé est également critiqué par des personnes au sein du mouvement. Je voudrais citer ici l’avocat Gordon Pankalla, qui a écrit : « Si répondre aux e-mails s’appelle aujourd’hui la relation client et coûte près de 30 000 euros [brut] par mois, alors quelque chose ne va vraiment pas et cela détruit non seulement la confiance dans les gens qui se sont blessés avec ça, mais aussi la confiance en toutes les personnes qui ont été critiques et qui doivent maintenant endurer les moqueries du courant dominant à propos de ce marécage de dons ! » Pouvez-vous comprendre la frustration qui peut être entendue là-bas ?

Il y a plus de ce genre là-bas. Les suspects habituels arrivent alors bien sûr tous et sautent dans le train en marche et en profitent pour s’en prendre un peu. Malheureusement, Gordon est l’un d’entre eux. Mais en fin de compte, cela n’a pas vraiment d’importance pour moi et pour nous, car il s’agit d’une minorité de personnes. Je me demande pourquoi aucune action en justice n’est entreprise dans un tel cas. Peut-être parce que vous n’avez aucune chance ? En tant qu’avocat, je sais comment cela se passe.

Eh bien, il serait également possible d’essayer de parvenir à un accord à l’amiable.

Oui, si vous le rendez public d’abord…

Viviane a peut-être fait cela parce qu’elle se sentait coincée.

Peut-être voulez-vous nuire délibérément à la résistance ou au parti, peut-être avez-vous une mission. C’est de la spéculation, mais il est possible, tout comme la possibilité que vous avez mentionnée, que j’aie fourni une aide excessive à mon cabinet d’avocats ici. Les deux sont possibles. Vous devez penser à ce qui est le plus probable.

Qu’en est-il de la réserve de liquidité de 700 000 euros que vous avez prélevée sur la « cagnotte » du Comité Corona ?

J’ai utilisé les 700 000 euros comme réserve de valeur pour ma propriété. Celle-ci vient d’être vendue 1,4 million d’euros ; l’argent est toujours là. A cette époque, Viviane avait prélevé 100 000 euros sur la cagnotte du Comité Corona. Je l’ai retiré car il y avait des rumeurs à l’époque selon lesquelles la troupe de Sucharit Bhakdi, Physicians and Scientists for Health, Freedom and Democracy, s’était vu confisquer son compte. Nous pensions que si cela nous arrivait, nous ne serions plus en mesure de payer nos factures comme celles de l’informatique coûteuse.

Et il n’y avait aucun doute que l’argent reviendrait au comité. Viviane a toujours dit que le comité n’a pas besoin d’argent et que nous vivons d’air, d’humeur et d’amour. Mais soudain, elle avait besoin d’argent. L’argent a été retiré et maintenant il semble être de retour.

Mais n’avez-vous pas utilisé les 700 000 euros pour rembourser un prêt ?

Nous ne l’avons pas utilisé pour payer quoi que ce soit de privé. L’argent est dans la propriété en tant que « réserve de valeur ». La maison a été vendue, donc l’argent n’est pas parti, il est là.

Alors pourquoi ne remboursez-vous pas les 700 000 euros ?

Pourquoi ne me rembourse-t-elle pas une partie de l’or pour ma participation au comité ? C’est la même question. L’une des raisons est le droit de rétention en raison des taxes. Deuxièmement, il reste encore un certain nombre de factures ouvertes, notamment des factures d’hôtel de Viviane et Robert, que nous paierons également avec cet argent. Rien de tout cela n’est dépensé pour une Ferrari ou quoi que ce soit, mais tout cela à des fins de ferraille d’origine. Ce n’est pas que Viviane soit le comité, c’est qu’elle est à 50% et que je suis à 50%, toujours d’ailleurs.

Existe-t-il un accord sur la manière de parvenir à un accord ?

Jusqu’à présent, j’ai toujours dit à Viviane : « Prends l’or, alors tu n’as pas à te plaindre au public que tu n’as pas d’argent. » Mais elle ne le veut pas. Le gardien de l’or a également dit qu’il est là, ils peuvent le liquider. Et elle pourrait facilement le déposer sur le compte du comité.

Cependant, si je comprends bien, il est prévu que la réserve de liquidité soit remboursée sur demande. L’inverse ne devrait-il pas être le cas, c’est-à-dire que vous remboursez l’argent au comité et que les membres du comité décident ensuite quoi en faire, par exemple quelles factures doivent être payées avec ?

En ce moment, il y a un comité dans lequel Viviane et moi sommes actifs. Cela signifie que nous sommes dans une impasse. Pourtant, j’ai dit à Viviane de prendre l’or.

Pourquoi une transparence totale n’a-t-elle pas été assurée dès le départ et tout divulgué, y compris pour les donateurs — et pas seulement sur les 23 500 euros ou 25 000 euros nets par mois, mais généralement sur tous les revenus et dépenses, même si vous ne vous sentez pas légalement obligé faire cela ? Le “AG MSG – Constitutional Complaint Measles Protection Act and Human Rights Complaint Corona Partial Vaccination”, par exemple, divulgue régulièrement tout sur sa chaîne Telegram, à savoir les revenus et les dépenses.

C’est une bonne question. Mais cela devrait être adressé à beaucoup d’autres aussi. Parce qu’il y a beaucoup de gens, dont Pankalla, dont vous parliez tout à l’heure, qui acceptent les dons. Qui révèle tout cela ?

Ce n’est pas parce que Gordon Pankalla et d’autres personnes ne divulguent pas tout que c’est une bonne chose. Je pense que cela aurait certainement eu du sens, d’autant plus que le Comité Corona n’est pas n’importe quoi. Elle a plutôt sa pertinence, son importance et sa notoriété. Alors tout aurait été clair.

Je posais parfois la même question à Viviane, car elle a toujours eu la souveraineté sur tout à Berlin. C’est elle qui a la main sur tout car elle aime tout contrôler.

Recours collectif de mot-clé : T-Online cite un montant de 1,44 million d’euros qui a été envoyé en factures à ceux qui sont prêts à poursuivre. Était-ce en réalité 1,44 million d’euros que vous avez perçus pour la réalisation de votre “procès d’un milliard” ?

Non, cela aussi est un non-sens fictif. Je ne sais pas combien c’était, mais je pense que c’est 800 ou 900 clients. Je n’ai pas reçu les sommes, elles sont allées au collègue qui avait tout géré jusque-là. Pour le travail administratif, nous avons payé une personne extérieure un forfait de 75 euros par personne pour tenir la comptabilité et enregistrer les faits. Soit dit en passant, la plupart de l’argent est toujours là. Cela n’a pas été foutu. Il s’agissait d’honoraires d’avocats destinés à payer les frais de ces poursuites.

La critique, cependant, est que les avocats dans les procès au Canada et en Afrique du Sud ont travaillé gratuitement. Les experts Bhakdi, Wodarg et Kämmerer auraient également travaillé bénévolement. Il y a aussi des déclarations des avocats Dexter Reynefeldt et Michael Swinwood. Harald Walach a également commenté cela. Ils ont tous voyagé gratuitement.

Oui, mais cela ne signifie pas que tout le monde était sur la route sans frais. Mais je ne vous dirai pas qui a eu quoi, ça me rendrait assez stupide, parce qu’il y a un devoir de confidentialité de l’avocat. Et je voudrais me répéter : la majeure partie de l’argent devrait encore être là, car beaucoup ont en fait travaillé pour rien, mais pas tous.

Sur Bittel.tv le 9 septembre 2022, vous avez déclaré que ces poursuites au Canada et en Afrique du Sud n’étaient « pas vraiment bon marché ». Des tentatives ont été faites pour intenter des recours collectifs contre les tests PCR, etc. Mais si la plupart des avocats s’impliquent et travaillent bénévolement, cela n’a pas dû coûter si cher.

Pourtant, je ne vais pas vous dire qui a eu quoi et qui n’a rien eu. Qu’attendez-vous d’un avocat tenu par une obligation de confidentialité ? Pour vous dire maintenant qui a reçu combien ? Ce n’est pas possible. Les clients y ont droit, mais personne de l’extérieur.

Mais la différence est que des fonds publics ont été collectés ici.

Ce n’est pas vrai du tout. Pourquoi dites-vous de telles bêtises ? Ce sont des clients et tous des entrepreneurs. Ils n’ont pas fait l’objet d’une publicité publique. Nous avons établi une relation client respectif.

C’est vrai, mais dès septembre 2020 vous disiez à Martin Lejeune : « On ira directement là où on sait que ça marche. Je sais que des recours collectifs ont maintenant été lancés à plusieurs endroits aux États-Unis et au Canada à propos des tests PCR. » Ensuite, vous avez parlé de “milliards” qui sont en perspective. Ainsi, contrairement à ce qui est normalement le cas lors de l’initiation des relations avec les clients, de grandes attentes ont été soulevées dans la sphère publique. Cela a déjà motivé les gens à le rejoindre. Le sujet du recours collectif a même fait le tour du monde.

La question a été débattue publiquement. Vous n’obtenez pas de clients en vous asseyant dans votre placard et en vous parlant à vous-même. Mais il est également vrai qu’aucun d’entre nous ne supposait que le système judiciaire était aussi gravement endommagé qu’il s’est avéré l’être. Ou auriez-vous pu imaginer qu’un juge de Weimar ne faisant que son travail devrait passer par une perquisition et une confiscation de domicile par la suite ? Le pouvoir judiciaire est mort ici. Seuls quelques-uns tentent de faire respecter l’État de droit. Je le craignais mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit si grave.

C’est pourquoi j’ai dit dès le début, faisons ces réclamations aux États-Unis et au Canada, car tout d’abord, il y a des recours collectifs là-bas. Chez nous, il n’y a pas de tels recours collectifs en raison du puissant lobby, car le lobby a le contrôle total de la politique et réglemente la politique devant les tribunaux. En outre, il existe une loi sur la preuve qui fonctionne aux États-Unis, mais pas dans notre pays. De plus, il y a des dommages-intérêts punitifs si vous pouvez prouver l’intention — et nous pouvons le faire avec le test PCR. Ensuite, il y a en plus des 50 000 euros que l’individu est indemnisé à titre de dommage, peut-être les dix, cent ou mille fois plus comme une punition pour ceux qui ont intentionnellement causé des dommages.

La question est cependant de savoir si des attentes extrêmement élevées n’ont pas été suscitées ici. Vous avez également déclaré dans une interview avec Martin Lejeune : « Choisir le bon cabinet d’avocats est la chose la plus importante. C’est alors un succès assuré. Je suppose trois ou quatre semaines, puis nous devrions pouvoir commencer. » Cela ne s’est pas produit.

Quel genre d’absurdité est-ce ? Bien sûr, nous avons dit ce qui pouvait être fait et bien sûr cela a pris plus de temps, mais vous ne pouvez pas dire qu’il ne s’est rien passé. C’est un non-sens complet. Premièrement, si nous parlons de Michael Swinwood et de son procès, pourquoi dites-vous qu’il ne s’est rien passé ? Je ne comprends pas cela.

Il a été annoncé encore et encore : maintenant quelque chose se passe, maintenant quelque chose se passe…

Encore une fois, la poursuite a-t-elle été déposée ou non ? Je sais que c’était établi. Aussi : Y avait-il un rendez-vous ? Je sais qu’ils existaient. Comment peux-tu dire qu’il ne s’est rien passé ?

Eh bien, en fait, on parlait toujours des États-Unis. En septembre 2020, comme mentionné, vous avez dit à Martin Lejeune : « Je sais que des class actions ont été initiées à plusieurs endroits aux États-Unis, et au Canada aussi. Quelque chose s’est-il déjà passé pour ceux qui vous ont rejoint ?

Les personnes qui font partie du groupe de victimes que nous avons constitué n’ont pas avancé jusqu’à présent. Vous devez également comprendre le fonctionnement d’un tel recours collectif. Une plainte est déposée. Étant donné que plusieurs personnes ont été lésées de la même façon, le demandeur soumet que le tout devrait être admis en tant que recours collectif. C’est exactement ce qui s’est passé au Canada. Quatre ou cinq groupes de plaignants s’y étaient déjà constitués. À la sixième ou septième place, il y avait un espace réservé pour notre peuple. Ce n’est que si le procès n’est pas du tout admis en tant que recours collectif, mais est aplani immédiatement, alors nous en serons là où nous en sommes maintenant. Mais cela ne signifie toujours pas que rien n’a été fait.

L’avocat hambourgeois Thorsten Bölck l’a critiqué en ces termes : « Il faut mettre un terme à cette activité et secouer les gens. Je trouve moralement répréhensible qu’une personne exerçant une profession hautement fiable dise toutes sortes de choses aux gens. » Que dites-vous ?

J’ai vu Thorsten Bölck une fois et je ne pensais pas qu’il était possible que quelqu’un qui ressemblait à ça soit un avocat. Il a essayé de contacter mes clients. Je ne pense pas qu’il comprenne quoi que ce soit à la loi américaine. Autant que je sache, il n’a ni étudié et n’a ni licence. Quoi qu’il dise, vous n’avez pas vraiment à le prendre au sérieux.

Mais il y a aussi des critiques sur l’ensemble de la construction du procès. Les critiques disent que c’est à moitié cuit. Quiconque est prêt à poursuivre devrait vous transférer environ 800 euros ou à votre environnement direct, c’est-à-dire les procureurs du port, et ainsi participer au “pari” que quelqu’un intenterait un procès et vous vous impliqueriez alors dans un tel procès. Mais les critiques ont estimé qu’il était presque impossible qu’un tel “pari” ait un sens juridique, dans le but de poursuivre aux États-Unis, puis de blâmer Christian Drosten ou Lothar Wieler pour les dommages de verrouillage subis par les personnes concernées. Et même si cela réussissait, selon les critiques, cela ne signifierait pas que les Allemands en Allemagne pourraient obtenir l’argent correspondant. Que dites-vous ?

Absurdité. J’aimerais savoir qui sont les critiques — et en fait je ne veux pas le savoir non plus. D’après ce que vous venez de citer, on ne peut en fait que déduire que quelqu’un n’a aucune idée de quoi que ce soit. Les systèmes juridiques américain et canadien offrent trois avantages majeurs. Premièrement à cause des recours collectifs, que nous n’avons pas, deuxièmement à cause du droit réel de la preuve et troisièmement à cause des dommages-intérêts punitifs. C’est toujours mélangé, mais les dommages-intérêts punitifs n’ont en fait rien à voir avec le recours collectif. Mais ce que vous venez de citer est un tel mélange. Il est vrai que si des dommages-intérêts punitifs sont accordés aux États-Unis, ils ne peuvent pas être appliqués ici en Allemagne.

Donc, si j’attrape un Allemand devant un tribunal aux États-Unis parce que, par exemple, la société Biontech, parce qu’elle a un siège aux États-Unis, est poursuivie et perd finalement parce que le test PCR a en fait créé les cas par fraude, sur lesquels toutes les mesures ont été fondées, alors ces dommages-intérêts punitifs ne peuvent pas être appliqués en Allemagne car ils violent le soi-disant “ordre public” [= les principes fondamentaux des valeurs nationales]. Aux États-Unis, il peut très bien être étiré. Si l’entreprise y a des actifs, elle les y démantèlera si nécessaire.

Soit dit en passant, cela a toujours été le but du recours collectif : le voir en combinaison avec les dommages intentionnels et ainsi appliquer des dommages-intérêts punitifs et donc toutes les entreprises qui ont suivi cette voie mortelle et économiquement destructrice, pour le dire très, très prudemment, impliquées dans le démantèlement et leur récupérer ce qu’ils nous ont volé pendant des décennies. C’est l’un des grands objectifs d’un tel recours collectif. Le prérequis est qu’on arrive à atteindre le niveau des dommages-intérêts punitifs.

Pour avoir un peu plus de clarté : y a-t-il un aperçu des procès qui, comme vous l’avez dit en septembre 2020, « sont d’environ des milliards que vous avez entamés ou dans lesquels vous êtes impliqués » — y compris le tri des pays et les numéros de dossier ?

Les clients du recours collectif ont payé des redevances destinées à engager ces poursuites. Je sais que de nombreuses personnes de l’extérieur ont demandé le numéro de référence. Je peux seulement dire : « What the fuck », c’est ton affaire. Si vous ne pouvez pas bouger votre cul parce que vous êtes vous-même trop lâche ou trop paresseux, alors vous ne pouvez pas essayer de vous introduire dans les mandats. Nos clients ont été régulièrement informés par nous avec des soi-disant lettres d’information sur l’endroit où se trouvent les poursuites et sous quel numéro de dossier elles sont en cours. Nous avons même inclus des liens pour que n’importe qui puisse lire le procès, comme celui de Michael Swinwood, ainsi que la déclaration d’appel. Mais les soi-disant critiques là-bas s’en fichent, et les médias grand public e fichent de tout.

Mais encore une fois : ce n’est pas une relation avocat-client normale. Parce que tu es devenu public. Le recours collectif a fait le tour du monde et devrait renverser tout le système corona. Un numéro de dossier n’a rien de secret non plus. Et cela ne peut être que dans l’intérêt du peuple ou dans votre intérêt si vous faites savoir où ce qui se passe. Qu’est-ce qui s’y oppose ?

Rien ne s’oppose à cela, seulement nous avons parlé de ces cas et en particulier du procès canadien. Michael Swinwood a comparu devant notre comité. Et nos clients ont été informés. À l’origine, ils n’étaient même pas mes clients, ils étaient soignés à Berlin. Je n’ai repris les mandats qu’il y a quelques mois car quelque chose s’est mal passé et les clients qui s’occupaient jusqu’alors à Berlin m’ont donné procuration pour résilier les mandats à Berlin et agir moi-même. Ils étaient déjà pris en charge par moi car j’avais des contacts aux États-Unis et au Canada. Toutes ces lettres d’information viennent de moi depuis le début. Mais cela ne change rien au fait que cela ne concerne pas ceux qui sont là-bas. Mais si quelqu’un veut les numéros de dossier, nous pouvons aussi les lui donner.

Il ne s’agit pas seulement du numéro de dossier, mais en fin de compte de savoir si des succès ont déjà été obtenus.

Oh s’il vous plait. N’aviez-vous pas, Torsten, un père médecin ? Et quelqu’un lui a-t-il dit : « Oh, tu ne m’as pas guéri, maintenant rends-moi le charbon? » Non, nous ne devons aucun succès. Nous devons un travail décent.

Mon père était en effet chirurgien. Et quand il a mis une articulation de la hanche, vous avez vérifié si elle se développait bien ou si elle était enflammée. Vous pouvez donc déjà signaler le succès là-bas. Donc, la question pour vous est la suivante : avez-vous gagné de l’argent pour quelqu’un dans le cadre d’un tel recours collectif à ce jour – ou est-ce en attente ?

Encore une fois, nous y travaillons toujours. Cela a juste pris un peu plus de temps que prévu. Nous avons également intenté des poursuites en Allemagne. Ils y sont toujours en attente. Ici non plus, rien n’a été fait, car les tribunaux essaient d’éviter de recueillir des preuves. Ici, il est alors dit qu’on ne peut pas poursuivre le Wieler. Au lieu de cela, vous auriez à poursuivre le RKI ou le gouvernement fédéral. Dans une autre affaire à Berlin, nous avons poursuivi Drosten. Il s’agissait du test PCR comme base de toutes les mesures, y compris les masques et les confinements. Puis les juges sont apparus, entièrement masqués. Cela a ensuite conduit à une demande de partialité. Rien n’en est ressorti non plus. Jusqu’à présent, nous n’avons pas réussi

Avec le recul, communiqueriez-vous différemment et ne promettez-vous peut-être pas publiquement que ce recours collectif sera couronné de succès ?

Premièrement, je n’ai jamais promis de réussir. Ce sont les idiots qui prétendent ça. Mais ce n’est pas parce que quelqu’un le dit que je l’ai réellement dit. J’ai dit que c’était le meilleur moyen parce que je ne crois pas que le système judiciaire allemand soit suffisamment puissant et indépendant pour même accorder aux clients leur droit d’être entendus dans ces affaires. Même ça n’arrive pas ici. C’est pourquoi j’ai dit que le moyen le plus sûr est d’utiliser le système juridique anglo-américain. Parce qu’au Canada et aux États-Unis, il y a des recours collectifs, un droit de la preuve qui fonctionne et, à la fin, même des dommages-intérêts punitifs. Je ne le décrirais jamais différemment de ce que je fais maintenant. Je n’ai jamais promis de réussir.

Brève contradiction : peut-être que vous n’avez pas prononcé le mot « succès », mais dans l’interview de Martin Lejeune, vous avez dit : « Nous irons directement là où nous savons que cela fonctionne. Choisir les bons cabinets d’avocats est la chose la plus importante. Alors c’est un succès assuré. » On dirait que vous êtes sûr que cela fonctionne — et vous avez en fait prononcé le mot “travaillé”. Dans ce contexte, la question était de savoir si vous feriez à nouveau une telle promesse de succès.

Je disais toujours : si c’est le cas, alors tu dois le faire aux États-Unis. Et ça reste comme ça. Bien sûr, vous devez trouver le bon lieu de juridiction, car il y a là aussi des lieux de juridiction brisés. Mais il y a aussi de très bonnes personnes qui ne sont pas intimidées et qui sont indépendantes. Bien plus qu’ici.

Vous étiez autrefois considéré comme une icône des opposants aux mesures corona. Vous êtes maintenant confronté à toutes ces allégations. Comment gerez-vous cela ? Considérez-vous votre réputation comme endommagée ?

Je traite ça de la même façon que je traite avec toi en ce moment. La plupart des allégations proviennent du courant dominant. C’est pourquoi vous n’avez pas simplement cité l’article de T-Online par hasard. Nous connaissons tous les suspects habituels qui viennent poser des questions et tentent ainsi de nuire à la résistance. Je ne me sens pas du tout endommagé par ça.

Je suis principalement international. La présence allemande est importante, mais j’ai dit dès le début que le réseautage international était la clé. Je pense que les choses vont encore bien là-bas.

Pensez-vous qu’il y aura une fin heureuse avec Viviane Fischer, Wolfgang Wodarg et le Comité Corona et que nous nous retrouverons — ou la relation restera-t-elle divisée dans un avenir prévisible ?

Nous sommes tous assez professionnels, cela vaut aussi pour Viviane, pour pouvoir mettre en scène quelque chose comme une séparation pacifique pour le public.

Est-il toujours logique alors que vous restiez au Comité Corona avec votre part de 50 % ?

Tant que les choses ne seront pas réglées ici et que des allégations farfelues seront lancées, il est hors de question que je quitte ce poste. Néanmoins, il y aura une clarification juridique quant à savoir qui est autorisé à faire partie de cette entreprise et qui a perdu la confiance nécessaire pour travailler ensemble dans une telle entreprise — peut-être aussi en violation flagrante des obligations du droit des sociétés.

Où sera basé votre nouveau projet ?

Le siège sera à Goettingen. L’entreprise a déjà été fondée. Il n’a pas encore été saisi car le préavis était trop court. L’équipe est composée de 14 personnes côté allemand, mais il y en a aussi aux États-Unis avec qui je travaille depuis longtemps et qui viendront s’ajouter. C’est pourquoi il y aura aussi des co-animateurs. Je ne mènerai donc pas les entretiens seul.

Merci, Reiner, pour cette interview perspicace.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Myriam
5

« Bonjour Monsieur Boulianne ! Toute ma gratitude et chapeau bas pour vos articles exceptionnels. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.