Pétition de l’Institut Schiller et de la Fondation pour combattre l’injustice appelant l’ONU à faire fermer la liste des Myrotvorets en Ukraine

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

La Fondation pour combattre l’injustice (FBI) a appelé l’ONU avec une lettre ouverte à fermer la liste des Myrotvorets en Ukraine, qui cible 4000 journalistes internationaux et autres personnes institutionnelles pour assassinat (“liquidation”), et exige une enquête criminelle sur le contexte de cette opération. Beaucoup de ces journalistes figurent sur cette liste, car leur couverture n’était pas conforme au « récit officiel autorisé » de l’OTAN sur la situation en Ukraine. Mais d’autres sont sur cette liste parce qu’ils exigent une solution diplomatique avant que la guerre ne devienne incontrôlable.

Nous atteignons rapidement ce point de non-retour. La dernière réunion du Groupe de contact pour la défense de l’Ukraine à la base aérienne de Ramstein en Allemagne a fait passer la guerre à la vitesse supérieure en demandant aux pays membres de l’OTAN d’envoyer des armes de précision et de plus longue portée toujours plus sophistiquées à l’Ukraine. Il devient évident qu’il s’agit déjà d’une guerre entre l’OTAN et la Russie. Le chef de la défense ukrainien, Valery Zaluzhnyi, affirme que la Russie est sur le point d’utiliser des armes nucléaires tactiques et exige que l’Occident déploie de manière préventive « tout l’arsenal de moyens à sa disposition » contre la Russie. Le « Pacte de sécurité de Kiev » du gouvernement ukrainien exige de facto l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et à l’UE, offrant une protection de type article 5, que le chef adjoint du Conseil de sécurité russe, Medvedev, a qualifié de « prologue à la Troisième Guerre mondiale ».

La véritable raison du danger de guerre et de cette escalade réside dans le fait que le système financier néolibéral transatlantique se dirige vers une crise d’effondrement hyperinflationniste, comme cela s’est produit à Weimar en Allemagne en 1923, qui a été causée par les politiques monétaristes d’une décennie de maximisation des profits et pompage des liquidités. La crise de ce système touche déjà le monde entier, mais surtout les pays en développement avec l’explosion des prix des denrées alimentaires et de l’énergie.

La seule façon d’éliminer le danger de la Troisième Guerre mondiale, qui menace d’anéantir l’espèce humaine tout entière, est le remplacement du système actuel désespérément en faillite par un nouveau système de crédit, un New Bretton Woods, qui relance l’économie mondiale et fournit des lignes de crédit à long terme pour un véritable développement économique des pays du Sud. Étant donné que le danger de guerre et la menace de l’effondrement imminent du système financier affectent le monde entier, l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) est le lieu approprié pour initier la création d’un nouvel ordre économique mondial juste, qui doit agir en ce sens maintenant.

Nous appelons donc l’AGNU à garantir un débat ouvert et libre sur la nécessité d’établir une nouvelle architecture internationale de sécurité et de développement, qui tienne compte de l’intérêt de chaque pays de la planète, non seulement pour tous les journalistes et individus qui sont sur la liste Myrotvorets, mais pour toutes les personnes qui contribuent à des concepts pour faire du monde un endroit sûr et meilleur.

Nous appelons donc l’AGNU à convoquer une conférence d’urgence spéciale pour mettre en œuvre une telle nouvelle architecture internationale de sécurité et de développement, et à adopter une résolution exprimant cette intention. Nous vous invitons à signer la lettre ouverte en cliquant ici.


Appel à une enquête sur la liste noire ukrainienne du Centre de lutte contre la désinformation

Je soutiens pleinement la déclaration conjointe (voir ci-dessous) publiée en réponse à la publication du 14 juillet du Centre ukrainien de lutte contre la désinformation accusant 72 personnalités du monde entier d’être de supposés promoteurs de la “propagande russe”. Le responsable du centre, au moment de la publication de la liste, qualifiait ces individus, ainsi que tous ceux qui appellent à une solution négociée à la crise, de “terroristes de l’information” qu’il convient de traiter comme des “criminels de guerre”. Ce n’est pas seulement une menace directe pour la sécurité des personnes nommées, mais c’est aussi une menace pour la liberté d’expression et le discours civilisé partout dans le monde parmi ceux qui recherchent des solutions aux crises mondiales qui ne coïncident pas avec les « récits » dominants.

C’est pourquoi j’appelle le pouvoir législatif et les autres représentants élus du peuple de mon pays à ouvrir une enquête sur ces menaces et sur celles qui se cachent derrière.

Signez ici s’il vous plait

Trente-sept personnalités éminentes dénoncent le fait d’être ciblées comme agents de Poutine par l’Ukraine, les États-Unis et l’OTAN

Ce qui suit est une déclaration conjointe des signataires initiaux, énumérés ci-dessous, en réponse à la publication du 14 juillet du Centre ukrainien de lutte contre la désinformation accusant 72 personnalités du monde entier d’être les promoteurs de la “propagande russe”.

Réponse à la liste noire ukrainienne

Nous, les participants à diverses conférences de l’Institut Schiller, et d’autres personnes nommées dans la liste ukrainienne, sommes accusés de promouvoir la « propagande russe » sur une liste publiée par le « Centre ukrainien de lutte contre la désinformation », qui fait officiellement partie du Conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine, opérant sous l’autorité du Président.

En temps de guerre, publier une telle liste revient à viser des individus. Il est d’autant plus inacceptable que la liste agglomère les noms de nombreux orateurs, représentant des institutions de premier plan du monde entier, aux opinions diverses, qui sont engagés dans un dialogue, cherchant à parvenir à la paix dans l’intérêt de tous.

Supposer qu’un si large éventail d’orateurs sont tous des « agents de Poutine » et ne peuvent pas penser par eux-mêmes, ne peut s’expliquer que par une croyance dans les théories du complot, ou comme une simple propagande vulgaire, ou les deux. La question clé est de savoir si les orateurs cités promeuvent des points de vue conformes à la vérité.

Normalement, ce serait à un public de décider. Mais les efforts des États-Unis et de l’OTAN pour mettre sur liste noire ceux qui offriraient un “récit alternatif” sur l’Ukraine, jusqu’à présent, restent incontestés.

Alors, chapeau à l’Ukraine pour avoir fourni une liste pratique d’orateurs qui expriment des idées différentes.

Ceux qui souhaitent découvrir la vérité seront désormais mieux à même de comparer l’histoire officielle – le “récit” – avec une critique sans compromis, de déterminer laquelle peut supporter un examen minutieux et de décider par eux-mêmes quelle analyse est la plus proche de la vérité.

Signataires :

(Les conférenciers de l’Institut Schiller sont mis en évidence et leurs présentations sont liées ci-dessous)

1) Ray McGovern: (U.S.), Analyst, Central Intelligence Agency (CIA-ret.), founding member of the Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS)
2) Kirk Wiebe: (U.S.), Member of the Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS), and a former senior analyst with the National Security Agency. He’s also a partner in the prevention of crimes of the intelligence community with Bill Binney.
3) Sam Pitroda: (U.S./India), Innovator, entrepreneur and policy-maker, former advisor to Indian Prime Minister Rajiv Gandhi
4) Col. Richard H. Black (ret.): (U.S.), Former Marine, former head of the U.S. Army’s Criminal Law Division at the Pentagon and former Virginia State Senator
5) Dr. Clifford Kiracofe: (U.S.), Former Senior Staff Member, U.S. Senate Committee on Foreign Relations, and President, Washington Institute for Peace and Development
6) Geoff Young: (U.S.), Democratic Party nominee for U.S. Congress from Kentucky, CD 6
7) Diane Sare: (U.S.), LaRouche independent candidate for U.S. Senator from New York
8) David T. Pyne: (U.S.), Deputy Director of National Operations for the EMP Task Force on National and Homeland Security
9) Alessia Ruggeri: (Italy), Spokeswoman of the Comitato per la Repubblica, trade unionist
10) Lt-Gen Leonardo Tricarico (ret.): (Italy), former Chief of Staff of the Italian Air Force
11) Dr. jur. Wolfgang Bittner: (Germany), Author
12) Jan Øberg, PhD: (Sweden), Co-founder and director of the Transnational Foundation for Peace and Future Research, art photographer, peace and future researcher.
13) Jens Jørgen Nielsen: (Denmark), former Moscow correspondent for the Danish daily newspaper Politiken, author of several books about Russia and Ukraine, a leader of the Russian-Danish Dialogue organization, Associate professor of communication and cultural differences at the Niels Brock Business College in Denmark.
14) Prof. Li Xing, PhD: (Denmark), Professor of Development and International Relations in the Department of Politics and Society, Faculty of Humanities and Social Sciences, and researcher at the Research Center on Development and International Relations, at Aalborg University in Denmark.
15) Ulf Sandmark: (Sweden), Chairman of the Schiller Institute in Sweden
16) Jacques Cheminade: (France), President, Solidarité & Progrès, political party in France
17) Dr. George Koo: (U.S.), Retired business consultant specializing in U.S.-China Trade and Chairman, Burlingame Foundation
18) Helga Zepp-LaRouche: (Germany), Founder, Schiller Institute
19) Jason Ross: (U.S.), Secretary-Treasurer, The LaRouche Organization and Science Adviser to Lyndon LaRouche)
20) Harley Schlanger: (U.S.) former spokesman for Lyndon H. LaRouche, spokesman for the Schiller Institute and the LaRouche Organization
21) Earl Rasmussen: (U.S.) Executive Vice President, Eurasia Center
22) James Jatras: (U.S.), former diplomat, former advisor to U.S. Senate Republican leadership
23) Pedro Rubio: (Colombia), President, Association of Officials of the General Accounting Office of the Republic
24) Graham Fuller: (U.S.) former vice chairman of the National Intelligence Council, CIA, 25-year CIA operations officer, author of numerous books
25) Nebojsa Malic: (U.S.) Serbian-American, wrote for Antiwar.com for 15 years, and for RT America until it was closed down in March 2022
26) J. Michael Springmann (US), served in the United States government as a diplomat with the State Department’s Foreign Service, with postings in Germany, India, and Saudi Arabia. He left federal service and currently practices law in the Washington, DC, area.
27) Mike Robinson (UK), co-editor of “UK Column”
28) Mike Callicrate (US), Kansas; Owner Ranch Foods Direct
29) Tony Magliano (US), internationally Syndicated Catholic social justice and peace columnist
30) Daniel Estulin (Russia) Author and investigative journalist
31) Jeremy Kuzmarov (U.S.), Journalist and Author of Four Books on U.S. Foreign Policy
32) Dragana Trifković (Serbia), general director of the Center for Strategic Studies
33) Carlos Gallardo Neyra (Peru), President, Christian Democratic Party of Peru
34) Adrián Flores Konja (Peru), Former Dean of the Department of Administrative and Accounting Sciences, and Director of the Post-Graduate Program, National University of San Marcos, Peru
35) Caleb Maupin (U.S.), journalist, founder and director of the Center for Political Innovation
36) Kim Dotcom: (Germany), Entrepreneur and Innovator
37) Bradley Blankenship: (U.S.), Journalist and columnist


À propos de l’Institut Schiller

L’Institut Schiller est un groupe de réflexion politique et économique basé en Allemagne fondé par Helga Zepp-LaRouche, avec des membres déclarés dans 50 pays. Elle fait partie des principales organisations du mouvement LaRouche. L’objectif déclaré de l’institut est d’appliquer les idées du poète et philosophe Friedrich Schiller à ce qu’il appelle la « crise mondiale contemporaine ». Leur constitution, adoptée en 1984, dénonce les institutions financières internationales et autres organismes supranationaux, sans en nommer aucun, pour avoir provoqué un état de tyrannie dans le monde, en particulier parmi les pays en développement.

Le site Web de l’Institut Schiller comprend des transcriptions de conférences que l’institut a parrainées, à travers l’Amérique du Nord et du Sud, l’Europe, l’Asie, l’Afrique et l’Australie, pour promouvoir l’idée de ce qu’il appelle « la paix par le développement ». La discussion lors de ces conférences est centrée sur les propositions de LaRouche pour des projets d’infrastructure tels que le “pont terrestre eurasien” et le “plan Oasis”, un accord de paix au Moyen-Orient basé sur la collaboration arabo-israélienne sur de grands projets d’eau, ainsi que des propositions de dette, de soulagement et une réorganisation radicale du système monétaire mondial. L’Institut s’oppose fermement à la thèse du “choc des civilisations” de Samuel Huntington, opposant ce qu’il appelle un “dialogue des cultures”. Ils manifestent leur soutien au président Trump, qui, selon eux, est en train d’être renversé par un “coup d’État séditieux”, ainsi qu’au dirigeant chinois Xi Jinping et aux initiatives de la nouvelle route de la soie et de la ceinture et de la route, qu’ils considèrent comme « un développement partagé, mutuellement bénéfique et équilibré ».

Ils publient également des magazines trimestriels, tels que Fidelio, qui est décrit comme un “Journal of Poetry, Science, and Statecraft”, et Ibykus, nommé d’après le poème de Schiller “Les grues d’Ibykus”.

Le 26 novembre 1984, l’institut a publié une “Déclaration des droits inaliénables de l’homme”, qu’il décrit comme “la base du travail et des efforts de l’Institut dans le monde”. Il déclare en partie : « Nous, par conséquent, les représentants des peuples du monde, faisant appel au juge suprême du monde, publions et déclarons solennellement que tous les pays du monde sont et de droit doivent être libres et indépendants États. Que tous les êtres humains sur cette planète ont des droits inaliénables, qui leur garantissent la vie, la liberté, des conditions matérielles dignes de l’homme, et le droit de développer pleinement toutes les potentialités de leur intellect et de leur âme. Que, par conséquent, un changement dans l’ordre économique et monétaire actuel est nécessaire et urgent pour établir la justice entre les peuples du monde. »

Parmi les membres passés et actuels du conseil d’administration de l’institut figurent Helga Zepp-LaRouche, Webster Tarpley, la leader des droits civiques Amelia Boynton Robinson, l’ancien membre de l’Assemblée de l’État de Caroline du Sud Theo Mitchell, le chanteur classique William Warfield, l’ancien ministre guyanais des Affaires étrangères Frederick Wills, le physicien Winston H. Bostick et l’ancien président de l’arrondissement de Manhattan Hulan Jack. Parmi les membres fondateurs de l’institut figuraient Hulan Jack et la chef de la Résistance française Marie-Madeleine Fourcade.

Au début de la guerre en Ukraine, l’Institut Schiller a plaidé pour que la Russie soit levée des sanctions économiques, pour que d’autres pays cessent de soutenir l’Ukraine et pour que l’Ukraine abandonne son territoire et accède aux demandes de la Russie. Le Centre gouvernemental ukrainien pour la lutte contre la désinformation a désigné l’Institut Schiller comme l’une des nombreuses entités qui, selon lui, ont conspiré avec la Russie pour faire avancer les efforts de propagande en faveur de la guerre.


Conférence de presse : Arrêtez la liste noire ukrainienne ciblant les Américains et les voix internationales de l’opposition

Le mercredi 7 septembre à 11 h HAE, l’Executive Intelligence Review (EIR) a organisé une conférence de presse internationale sur ses rapports qui ont été publiés, « Liste des “info-terroristes” de Kiev : les problèmes de “l’OTAN dans le monde” frappent les partisans de la paix », et l’article de suivi, « Base de données de la liste des morts de l’Ukraine : myrotvorets.center », par une équipe d’enquête de l’EIR.

Scott Ritter, Ray McGovern, le colonel Richard Black (retraité), Diane Sare, candidate au Sénat américain, et d’autres Américains ciblés par le Centre ukrainien de lutte contre la désinformation (CCD), qui ont également exigé une action du Congrès pour arrêter le financement américain du CCD, était disponible pour parler aux médias. L’interprétation simultanée sera disponible pour plusieurs langues (pour plus d’informations concernant l’interprétation, contactez l’Institut par courriel).

Le rapport de l’EIR indique qu’« une action internationale rapide et décisive est nécessaire pour forcer la fermeture du Centre de lutte contre la désinformation (CCD), qui opère sous et répond au Conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine. Une liste noire publiée par le CCD le 14 juillet 2022, nommant plus de 70 journalistes, universitaires, politiciens, militaires et autres professionnels de 22 pays, en tant que « propagandistes du Kremlin », est une liste noire, posant une grave menace pour la sécurité personnelle de ceux qui y sont nommés.

Et ce rapport de l’EIR indique en outre qu’il a maintenant confirmé qu’au moins cinq des personnes identifiées par le CCD sont incluses dans la liste des “criminels à éliminer” publiée par le gang ouvertement fasciste des “Myrotvorets” en Ukraine : le fondateur et dirigeant de l’Institut Schiller Helga Zepp-LaRouche; le porte-parole de l’Institut Schiller, Harley Schlanger ; l’ancien officier de la CIA et militant anti-guerre actif Ray McGovern, co-fondateur de Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS), qui a participé à des conférences de l’Institut Schiller ; l’ancien inspecteur des armes de l’ONU, Scott Ritter ; et l’ancienne membre du Congrès américain et pré-candidat démocrate à la présidentielle Tulsi Gabbard. La liste des Myrotvorets aurait accumulé près de 200 000 noms depuis son lancement en 2014 et, compte tenu des difficultés d’utilisation de son moteur de recherche, d’autres de la liste noire du CCD pourraient également figurer sur la liste des Myrotvorets.

Le rapport documente que « bien que le CCD opère sous le Bureau de la Présidence, ce n’est pas le “Ministère de la Vérité” de l’Ukraine ; il s’agit plutôt de l’OTAN mondiale. Il est financé et étroitement conseillé à chaque étape par le département d’État américain, les services de renseignement britanniques et l’OTAN. » La responsabilité des attaques du CCD/Myrotvorets, à la fois celles qui se sont produites et celles qui sont menacées, reposera entièrement sur ces sponsors internationaux, y compris les membres du Congrès américain qui votent en faveur du financement continu de l’opération du CCD.


Lettre ouverte à l’ONU par la Fondation pour combattre l’injustice


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

LTC Royston E. Potter
5

« Il est facile de s’apitoyer sur son sort et de penser que je suis seul. Ensuite, je vois ce que vous faites et je réalise que l’Esprit de Dieu est sur beaucoup comme vous. J’ai la chance d’avoir votre amitié. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
770000cookie-checkPétition de l’Institut Schiller et de la Fondation pour combattre l’injustice appelant l’ONU à faire fermer la liste des Myrotvorets en Ukraine
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x