Elon Musk, faisant écho à l’ADL, déclare que la nouvelle politique de Twitter est « la liberté d’expression, mais pas la liberté d’accès »

Elon Musk est-il l’homme que l’on croit ou que l’on serait tenté de croire ? Est-il un homme épris de liberté ? Est-il un homme prêt à protéger les intérêts du peuple ? Le 25 avril 2022, il écrivait sur son compte Twitter : « La liberté d’expression est le fondement d’une démocratie qui fonctionne, et Twitter est la place publique numérique où sont débattues des questions vitales pour l’avenir de l’humanité ». Or, moins de sept mois plus tard, il publiait des propos quelque peu discordants : « La nouvelle politique de Twitter est la liberté d’expression, mais pas la liberté d’accès. Les tweets négatifs / haineux seront déboostés et démonétisés au maximum. (…) Vous ne trouverez pas le tweet à moins que vous ne le recherchiez spécifiquement. » Mais qu’est-ce qu’un tweet « négatif » et qu’est-ce qu’un tweet « haineux » ? Elon Musk semble toujours jouer sur les deux tableaux, un peu comme un joker que l’on tire au bon moment pour protéger son propre jeu. On a récemment vu que Twitter a maintenu le documentaire de Stew Peters, “Died Suddenly”, hors des tendances, bien qu’il ait recueilli plus d’un million de vues sur cette seule plateforme en moins de 24 heures. Mais suite au mécontentement général, Musk s’est ravisé et a rapidement décidé de lever la censure du film.

Ce n’est pas le première fois que Musk retourne sa veste. Celui-ci a réussi à faire retirer son nom de la « liste des personnes à tuer » de Myrotvorets. En effet, douze jours après avoir proposé un plan de paix pour la guerre russo-ukrainienne, il affirma lâchement : « Au diable… même si Starlink continue de perdre de l’argent et que d’autres entreprises reçoivent des milliards de dollars des contribuables, nous continuerons à financer gratuitement le gouvernement ukrainien. » Comme je l’ai écrit, « nous voyons clairement qu’il aura agi comme une véritable girouette sans ossature et qu’il n’aura démontré aucun courage. » Rien à voir donc avec le courage et le combat de la jeune écrivaine de 14 ans. Faïna Savenkova. Elon Musk joue véritablement sur les deux tableaux puisque le 5 mars dernier, alors que son service haut débit par satellite Starlink avait été invité par certains gouvernements à bloquer les sources d’information russes, il répondit du tac au tac« Nous ne le ferons que sous la menace d’une arme ».

Elon Musk est un homme contradictoire et difficile à cerner. Lors d’un discours au symposium du centenaire du département d’aéronautique et d’astronautique du MIT le 24 octobre 2014, il affirma : « Je pense qu’il faut faire très attention à l’intelligence artificielle. Si je devais deviner quelle est notre plus grande menace existentielle, c’est probablement ça. Nous devons donc être très prudents avec l’intelligence artificielle. De plus en plus de scientifiques pensent qu’il devrait y avoir une certaine surveillance réglementaire peut-être au niveau national et international, juste pour s’assurer que nous ne faisons pas quelque chose de très stupide. Avec l’intelligence artificielle, nous invoquons le démon. Dans toutes ces histoires où il y a le gars avec le pentagramme et l’eau bénite, c’est comme ouais il est sûr qu’il peut contrôler le démon. » Elon Musk, avait déjà mis en garde contre l’intelligence artificielle, tweetant qu’elle pourrait être plus dangereuse que les armes nucléaires. Ce sont là des propos contradictoires pour cet homme qui possède l’entreprise OpenAI (« AI » pour Artificial Intelligence, ou Intelligence artificielle), située dans le même édifice qui abrite son autre entreprise, Neuralink, qui vise à développer des composants électroniques pouvant être intégrés dans le cerveau, par exemple pour augmenter la mémoire ou piloter des terminaux, et éventuellement pour mieux marier le cerveau et l’intelligence artificielle. La question qui demeure : « Pouvons-nous vraiment faire confiance en cet homme ? »

Je vous laisse donc ci-dessous avec la traduction en français d’un article de Chris Menahan, intitulé “Elon Musk, echoing ADL talking points, says new Twitter policy is ‘freedom of speech, but not freedom of reach’” (Elon Musk, faisant écho aux points de discussion de l’ADL, déclare que la nouvelle politique de Twitter est “la liberté d’expression, mais pas la liberté d’accès”). Cet article fut publié sur le site Web InformationLiberation le 19 novembre 2022. Je vous souhaite donc une bonne lecture.


La nouvelle politique de Twitter est « la liberté d’expression, mais pas la liberté d’accès », par Chris Menahan

Le PDG de Twitter, Elon Musk, a annoncé le 18 novembre 2022 que la nouvelle politique de Twitter était « la liberté d’expression, mais pas la liberté d’accès », ce qui est un mème idiot qui a été répété jusqu’à la nausée par le PDG de l’Anti-Defamation League, Jonathan Greenblatt.

« La nouvelle politique de Twitter est la liberté d’expression, mais pas la liberté d’accès », a déclaré Musk. « Les tweets négatifs / haineux seront déboostés et démonétisés au maximum, donc pas de publicités ou d’autres revenus pour Twitter. Vous ne trouverez pas le tweet à moins que vous ne le recherchiez spécifiquement, ce qui n’est pas différent du reste d’Internet. »

« Notez que cela s’applique uniquement au tweet individuel, pas à l’ensemble du compte », a-t-il ajouté.

« La liberté d’expression ne signifie pas la liberté d’accès » est un mème idiot publié par Jonathan Greenblatt (qui a rencontré Musk immédiatement après sa prise de contrôle de Twitter).

La liberté d’expression est la liberté d’accès. Vous n’avez pas la liberté d’expression si vous n’êtes pas autorisé à parler sur la place publique. L’interdiction de l’ombre et le « déboostage » des discours considérés comme de la « haine » équivaut à enfermer quelqu’un essayant de s’exprimer sur une place de la ville dans une boîte insonorisée, puis à lui dire qu’il a la « liberté d’expression » dans la boîte. Ce n’est pas parce que « discours » et « atteindre » (“speech” and “reach”) riment que cela semble logique.

L’éditeur du site InformationLiberation, Chris Menahan, écrit : « Vous avez la liberté d’expression, mais si nous estimons que c’est “haineux”, nous allons vous mettre dans cette boîte où personne ne pourra vous entendre. Vos droits à la liberté d’expression seront entièrement protégés dans la boîte. »

Bien sûr, Jonathan Greenblatt n’a donné aucun crédit à Musk pour avoir fait écho à leur connerie et s’est plutôt plaint du fait qu’il n’en faisait pas assez pour censurer le “sentiment antisémite” sur Twitter. Il écrit : « Cela semble être une excellente idée, mais nos recherches de cette semaine montrent que non seulement vous n’avez pas les ressources, mais que vous ne priorisez pas non plus ce qui est nécessaire pour y parvenir… Nous vous suggérons de lire la suite. » Il poursuit :

« Notre Centre sur l’extrémisme a également analysé un échantillon statistiquement représentatif de plus de 529 000 tweets mentionnant “juifs” ou “judaïsme” avant et après la prise de contrôle d’Elon Musk. Ils ont constaté une augmentation notable du pourcentage de tweets épousant ou défendant des sentiments antisémites. Ces données suggèrent que dans les deux semaines qui ont suivi la prise de contrôle de Twitter par Musk, la prévalence des tweets (hors retweets) faisant référence aux “juifs” ou au “judaïsme” avec un sentiment antisémite a augmenté de 40,6 %. Quoi qu’il advienne de Twitter, les nouvelles plateformes sociales doivent être centrées sur la confiance et la sécurité dès le départ, sous peine de subir le même sort. En attendant, Elon Musk a mis Twitter sous surveillance. Cela ne devait pas être ainsi. »

L’ADL enseigne aux écoliers à travers l’Amérique que seuls les Blancs peuvent être racistes et diffuse dans les médias le mensonge selon lequel les “extrémistes blancs” de droite sont la plus grande menace terroriste de l’Amérique (les deux tentatives délibérées de créer un sentiment anti-blanc) tout en exigeant simultanément que tout “sentiment” négatif envers leur propre groupe sera censuré.

On a demandé à Musk s’il restaurerait Alex Jones sur la plate-forme et il a simplement répondu « Non ».

Un autre utilisateur lui dit : « Alex Jones est le test décisif, Elon Musk. Pas seulement sur la question de la liberté d’expression, mais sur la question de ne pas plier le genou devant l’intimidation politique et judiciaire. Si c’est un “non” dur, votre Twitter ne sera jamais plus digne de confiance que @paraga ou le twitter de @Jack », ce à quoi Musk répondit sèchement : « Tant pis ».

Le mois dernier, l’ADL a menacé Musk de “conséquences désastreuses” s’il reformait des “individus dangereux” comme Alex Jones, Nick Fuentes, Steve Bannon, Andrew Tate et David Duke.

Néanmoins, Musk a publié le 18 novembre un sondage ouvert demandant s’il devait réintégrer l’ancien président Donald Trump.

« Vox Populi, Vox Dei », a déclaré Musk (« la voix du peuple est la voix de Dieu »).

Le public a voté massivement en faveur du rétablissement du compte de Trump, mais les bots semblent maintenant fausser le sondage plus près de l’égalité.

Musk a pesé lui-même, en disant « L’attaque du bot est impressionnante à regarder! »

Selon les médias, Musk a restauré les comptes de The Babylon Bee, Kathy Griffin et Jordan Peterson.

Après avoir récupéré son compte, Peterson a immédiatement demandé que tous les utilisateurs anonymes soient empêchés de publier “avec les vraies personnes vérifiées” : « Ne laissez pas les démons trolls anonymes publier avec les vraies personnes vérifiées Elon Musk. Mettez-les dans leur propre enfer, avec d’autres comme eux : les hyper-utilisateurs de LOL LULZ BRO BRUH sont narcissiques, machiavéliques, psychopathes et sadiques. »

L’ancien PDG de Twitter, Jack Dorsey, a déclaré que ce serait une « grosse erreur ».

« La vérification via le système de paiement et les téléphones, mais autoriser les pseudonymes est la moins mauvaise solution à laquelle je puisse penser », a répondu Musk.

Les politiques de Musk sont à bien des égards pires qu’avant la prise de contrôle, mais elles ne sont apparemment pas appliquées car la plupart des employés de Twitter ont démissionné ou ont été licenciés, ce qui rend le site globalement meilleur. Le 23 novembre, Musk a publié un autre sondage sur Twitter : « Twitter devrait-il offrir une amnistie générale aux comptes suspendus, à condition qu’ils n’aient pas enfreint la loi ou se soient livrés à des spams flagrants ? »

La réponse des utilisateurs fut un « Oui » retentissant. Musk conclut : « Le peuple a parlé. L’amnistie commence la semaine prochaine. Vox Populi, Vox Dei. »



Fildariane
5

« Bonjour M. Boulianne, vous faites un travail tout à fait remarquable et je vous en remercie grandement! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
770590cookie-checkElon Musk, faisant écho à l’ADL, déclare que la nouvelle politique de Twitter est « la liberté d’expression, mais pas la liberté d’accès »
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Montréalité

Pour moi, ce monsieur fait de l’opposition contrôlée.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
3
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x