Les Juifs peuvent vivre sur le territoire, là où ils habitaient historiquement, en tant que peuple souverain… Ce sera sur les rives de la mer Noire

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Comme vous l’avez sans doute remarqué, je publie une série d’articles qui abordent le sujet des Khazars, du Khazar Khaganate (ou « Empire khazar ») et de la Nouvelle Khazarie, c’est-à-dire le plan subversif pour l’instauration d’un nouvel Israël en Ukraine, autrement connu sous le nom de « Jérusalem Céleste ». Ces articles visent à mieux faire comprendre aux lecteurs les enjeux réels qui se cachent derrière le conflit entre l’Ukraine, la Russie et l’OTAN depuis 2014 et bien au-delà. Les enjeux de ce conflit sont beaucoup plus complexes et profonds que ce que les gens croient ordinairement. Je partage maintenant un article qui fut publié le 24 octobre 2014 par la communauté “Siècle russe” (Русский Век), intitulé “L’Ukraine ou la Nouvelle Khazarie”.

Or, l’article du “Siècle russe” cite une publication du quotidien israélien, The Times of Israël, qui précise que Israël reconnaît les Juifs comme des Khazars et qui confirme la réalité d’une Nouvelle Khazarie en territoire ukrainien. « Le successeur à petite échelle de l’empire médiéval de Khazaria (comme on appelait autrefois la péninsule) s’appellerait, en yiddish, Chazerai. » Je tiens à faire remarquer qu’une note de l’éditeur a été ajoutée en rouge au-dessus de cette publication, affirmant que « ce billet de blog est une œuvre de satire ». Curieusement, cette note a été ajoutée le 28 février 2022, quatre jours très exactement après le déclenchement de l’opération militaire spéciale par ordre du président russe Vladimir Poutine. Du 18 mars 2014 au 27 février 2022, cette note de l’éditeur n’apparaissait nulle part. On tente donc de camoufler la vérité en faisant croire que cet article est une « œuvre de satire ».◾


Le président du Conseil central du parti politique « Grande Ukraine », Igor Vitalievich Gekko (mieux connu sous le nom d’Igor Berkut ou Harry Ber-Kut), lors d’une entrevue pour l’une des chaînes de télévision locales ukrainienne en 2014.

➽ L’Ukraine ou la Nouvelle Khazarie

Igor Vitalievitch Gekko (Igor Berkut)

La population de l’ex-Ukraine ne devrait pas dépasser cinq millions de personnes parlant l’hébreu. Le reste est éliminé. Igor Berkut a parlé des projets que les autorités actuelles de « l’Indépendance » élaborent pour l’avenir. Dans son interview pour l’une des chaînes de télévision locales, le représentant du peuple qualifie les Ukrainiens de serviteurs du pouvoir actuel et explique qui contrôle les habitants de l’ex-Ukraine.

« Il est grand temps que tout le monde comprenne que l’Ukraine soviétique et l’Ukraine d’aujourd’hui sont des pays différents. L’espoir que l’État arrange votre vie pour votre travail est vain. Aujourd’hui, le pays appartient à un cercle restreint de personnes, milliardaires et multimillionnaires, et tous sont au pouvoir ou le contrôlent. Qui vit mal aujourd’hui ? Ceux qui n’ont pas pu entrer au service de cet État. Ils ne peuvent que se plaindre de leur vie sans valeur, car les propriétaires de notre pays ne sont pas obligés de s’occuper de quatorze millions de retraités, d’enfants et de personnes handicapées. »

Le président du Conseil central du parti politique “Grande Ukraine” a rappelé les données de recherche de l’institut politique de Berlin : « En particulier, pour que le système existant s’équilibre, il suffit de quatre à cinq millions de personnes en Ukraine. Tout excédent doit être éliminé. Et pour qu’il n’y ait plus d’enseignants et de médecins pauvres qui ont constamment faim, il faut les expulser de la société et faire en sorte qu’ils ne vivent pas jusqu’à la retraite… »

Tout cela concorde terriblement avec les informations des députés du Parlement. le Parti ukrainien des régions a déclaré que la deuxième langue officielle de l’ex-Ukraine serait l’hébreu (l’hébreu, la langue du Talmud, la langue officielle d’Israël) — la langue maternelle de ses “maîtres” actuels Waltsman-Porochenko et Kolomoisky. La loi sur le bilinguisme est en préparation au sein de la Présidence.

Selon cette loi, à partir de la prochaine année scolaire, l’apprentissage obligatoire de l’hébreu sera introduit dans les écoles des classes inférieures. À cette fin, il est prévu d’inviter dans un premier temps jusqu’à deux mille enseignants israéliens ainsi que leurs familles.

Tatiana B., une femme politique ukrainienne qui a demandé à ne pas divulguer son nom de famille, commente : « Cette loi, offensante pour ma patrie, fait l’objet de chuchotements dans les couloirs de la Verkhovna Rada depuis plusieurs jours. Porochenko l’aurait dispersée parce que même les dirigeants des partis qui ont obtenu la majorité après la victoire du Maïdan ont refusé de voter en faveur de cette loi. Des consultations approfondies sont en cours avec les futurs députés, qui n’entreront pas dans le nouveau parlement s’ils ne donnent pas leur accord à cette loi. En outre, les “patriotes” les plus ardents, tels que Yarosh, Lyashko, Turchynov et Yatsenyuk, ont été parmi les premiers à signer la liste de ceux qui acceptent d’adopter cette loi au plus tard en février prochain (note : 2014). »

Selon un homme politique de Kiev, Kolomoisky envisage depuis longtemps de créer un « aérodrome de réserve » pour Israël en Ukraine au cas où une guerre à grande échelle éclaterait au Moyen-Orient. Étant désormais le véritable maître de l’Ukraine, sous le nom de Porochenko, il construit une nouvelle « terre promise » pour les Israéliens. « Cet homme extrêmement ambitieux prépare un deuxième exode, une deuxième grande migration des Juifs, en se plaçant dans le rôle d’un deuxième Moïse. »

Selon le plan de Kolomoisky, la population indigène de l’ex-Ukraine devrait être considérablement réduite et servir le peuple élu. Dans ce but, lui et son armée privée alimentent par tous les moyens possibles la guerre civile en Ukraine. En attendant, il serait injuste de rejeter toute la faute sur Kolomoisky seul. Le coup d’État dans l’ex-Ukraine a été réalisé grâce au financement direct, à la couverture médiatique et à l’organisation d’un certain nombre d’hommes politiques juifs, d’organisations sionistes, de banques et de forces de sécurité d’Israël, des États-Unis et de l’Union européenne.

La justification idéologique de la destruction de la population indigène a déjà été avancée. Ainsi, le Times of Israel a publié un article selon lequel, en mars 2014, cet État du Moyen-Orient a reconnu les Juifs Ashekenazes européens comme Khazars, ce qui leur donnerait le « droit légal » d’exiger « le retour de leurs territoires » en Ukraine. L’article faisait référence aux propos du Premier ministre israélien selon lesquels « les Juifs peuvent vivre sur n’importe quel territoire de leur résidence historique en tant que peuple souverain…. Nous avons décidé que ce serait les rives de la mer Noire, où nous vivons en tant que peuple autochtone depuis plus de deux mille ans. »

Le Times of Israel estime que « tous les Juifs qui souhaitent revenir seront accueillis comme des citoyens sans conditions, surtout s’ils participent à l’aide militaire massive promise, comprenant des soldats, des armes et la construction de nouvelles bases. Si la première vague de réinstallation se déroule bien, d’autres colons de Cisjordanie seront invités à se réinstaller en Ukraine…. une fois que l’Ukraine aura repris le contrôle de l’ensemble de son territoire grâce à ce soutien, l’actuelle République autonome de Crimée redeviendra une entité juive autonome ». Et « une copie réduite de l’empire médiéval khazar (la péninsule s’appelait aussi ainsi à l’époque) sera appelée ‘Hazerai’ en hébreu » (Khazeraï).

Cela explique en grande partie le fait que les Juifs provoquent une guerre civile entre Russes non seulement sur le territoire de la “Nouvelle Khazarie” elle-même, opposant les “Svidomites” enragés aux “Kolorads”, mais aussi dans les médias russes et sur Internet, où l’agence sioniste ne cesse de parler chaque jour d’une sorte de “fascisme ukrainien”.

Et ce ne sont pas seulement Vladimir Solovyov, membre du conseil d’administration du Congrès juif russe, Evgeny Satanovsky, directeur de l’Institut du Moyen-Orient, le fanatique religieux et nazi déclaré Evigdor Eskin et d’autres “sionistes de droite” (qui ont été compris depuis longtemps) qui s’engagent dans cette voie, mais aussi des “gauchistes”. En particulier, la célèbre “communiste” Daria Mitina, qui montre avec un plaisir évident des photos de soldats tués et blessés de l’ancienne Ukraine, mais refuse catégoriquement de discuter de l’identité des dirigeants de la junte khazar d’occupation. Cela ne peut être considéré autrement que comme une provocation délibérée de l’hostilité entre les peuples unis et divisés de l’ancienne Ukraine et de la Russie.

Nous avons déjà fait état de l’implication du personnel militaire israélien des deux camps dans les combats. Nous avons notamment évoqué le coup de relations publiques impliquant le bataillon Aliya, même si les dirigeants du Secteur droit ont également été formés au sein de l’IDF, comme ils l’ont eux-mêmes franchement déclaré lors d’une interview télévisée. Les soldats des FDI ont non seulement participé au massacre de l’Euromaïdan, où ils ont été personnellement invités par le grand rabbin de Kiev, Moshe-Reuven Asman, mais ils ont également préparé du poison et des mélanges incendiaires pour le massacre d’Odessa.

Il convient de noter qu’en conséquence, même la “communauté juive d’Odessa” n’a pas pu le supporter et qu’elle enverra la semaine suivante un appel au siège du Congrès juif mondial à New York pour demander le désarmement et le démantèlement du Secteur droit. C’est ce qu’a annoncé Mikhail Maiman, l’un des dirigeants de la communauté juive d’Odessa. Ce qui en dit long sur les véritables responsables de la provocation et de la gestion du massacre sanglant dans l’ancienne Ukraine.

Entre-temps, les organisateurs de la terreur de masse sont pressés et, au cours de la semaine écoulée, les médias khazars ont fait état de la création de deux “bataillons juifs” à la fois. Le premier a commencé à former le bataillon punitif juif de Kiev “Matilan”, qui est censé recruter des “Juifs” — citoyens de l’ancienne Ukraine et d’Israël — pour poursuivre la destruction des Russes de Novorossiya. Pour soutenir ce bataillon, ils recrutent le « bataillon humanitaire tchétchène-juif du nom de Beni Krik », dans lequel des “Juifs” sont censés être recrutés. “Beni Krik” – dans lequel les Tchétchènes locaux “ukrainiens” devront apparemment se battre. Ce n’est pas pour rien que les descendants des teyps khazars ont été formés en tant que « force de frappe du judaïsme » à l’« Académie juive classique de l’État de Maïmonide ».

Le comité d’enquête de la Fédération de Russie a déjà ouvert une procédure pénale pour génocide de la “population russophone”, mais uniquement à l’encontre du ministre de la défense V. Galetei, du chef de l’état-major général V. Muzhenko, du commandant de la 25e brigade O. Mikas et des commandants de la 93e brigade, qui sont des criminels de guerre au sens de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (CPRCG) approuvé à l’unanimité le 9 décembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Selon le représentant du département principal du comité d’enquête de la Fédération de Russie, ils « ont donné l’ordre de détruire complètement les populations russophones vivant sur le territoire des républiques populaires autoproclamées de Louhansk et de Donetsk ». En conséquence, plus de trois mille civils ont été tués et cinq mille autres ont souffert. Cinq cents maisons d’habitation ont été détruites et trois cent mille habitants du Donbass ont été déplacés en Russie.

Selon le code pénal de la Fédération de Russie, l’article relatif au génocide prévoit une peine de douze à vingt ans d’emprisonnement, la réclusion à perpétuité ou la peine de mort. Toutefois, on ne sait pas combien de Russes supplémentaires seront exterminés dans l’ancienne Ukraine, de sorte que non seulement les auteurs, mais aussi les véritables organisateurs d’un crime imprescriptible, alors qu’il est prévu de ne laisser en vie que cinq millions de personnes parlant l’hébreu.


Boris A. Filatov, “Kiev juive” (6 mai 2014)
Igor Vitalievitch Gekko (Igor Berkut) s’est fait connaître comme l’auteur du projet « Jérusalem céleste », dont il a parlé en détail pendant plusieurs années dans les différents médias. Jérusalem céleste, également connue sous le nom de Nouvelle Jérusalem, Israël 2.0, Nouvel Israël, est un projet dont l’objectif est la formation d’un État juif sur les territoires des régions du sud de l’Ukraine. Igor Berkut est chef du parti « Grande Ukraine » (opposition contre-système de gauche), vétéran de la guerre en Afghanistan, officier du renseignement, spécialiste de la lutte contre le terrorisme dans le secteur financier de l’économie. Il est l’auteur du best-seller politique de 2009, le livre « Frère » (Брат), qui non seulement est devenu le livre le plus vendu immédiatement après sa publication, mais a également été réimprimé deux fois, ce qui en soi constitue un événement exceptionnel pour les livres du genre analytique. [SOURCE]

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Marie Panayotides
5

« Merci pour toutes vos recherches et les informations que vous nous donnez. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1063280cookie-checkLes Juifs peuvent vivre sur le territoire, là où ils habitaient historiquement, en tant que peuple souverain… Ce sera sur les rives de la mer Noire
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Labroy Sophie

pour moi cette idée n’a rien d’une “satire”, je la mets en lien avec l’interview donnée en 2019 par un juif ukrainien à un média alternatif israélien Igor Berkut, plus proche du mafieux d’Odessa, qui expliquait qu’ils étaient très heureux de “l’élection” de Zelenski pour faire avancer leurs plans de “Jérusalem Céleste”. Derrière lui il y avait une carte de l’Ukraine où étaient délimitées les frontières de cette Jérusalem Céleste, qui correspondaient à la région du Donbass et de la Crimée , avec une capitale au nord-est appelée New Jérusalem . La voici

[…] faire suite à mon précédent article au sujet du dossier des Khazars, du Khazar Khaganate (ou « Empire khazar ») et de la Nouvelle […]

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
4
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x