L’Ukraine deviendra bientôt membre de l’OTAN. « C’est littéralement ainsi que commence le film sur l’apocalypse nucléaire », écrit Elon Musk

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

La guerre sans fin de Poutine va se terminer par un Armageddon nucléaire. Le gouvernement américain, s’exprimant par la bouche du secrétaire d’État Blinken, a défié cette semaine tous les avertissements de la Russie avec cette déclaration : « L’Ukraine deviendra membre de l’OTAN. Notre objectif lors du sommet est d’aider à construire un pont vers cette adhésion. » En refusant de recourir à la force nécessaire pour faire face à une situation dangereuse et en continuant à insister sur le fait que le conflit n’est rien d’autre qu’une opération limitée visant à chasser les forces ukrainiennes des provinces russes, et non une invasion de l’Ukraine, la Russie se retrouvera bientôt guerre avec l’OTAN. [Lire : ZeroHedge]

J’ai constamment mis en garde sans effet, pour ensuite être dénoncé par des idiots comme étant « assoiffés de sang », que l’irréalisme de Poutine à l’égard du conflit, tout comme son irréalisme précédent à l’égard de l’accord de Minsk et son irréalisme à l’égard du renversement du gouvernement ukrainien lors de la soi-disant révolution de Maïdan, est une voie directe vers la Troisième Guerre mondiale.

Dès que l’Ukraine deviendra membre de l’OTAN, Poutine se retrouvera en guerre contre l’OTAN. La Russie n’a que peu de temps pour éliminer l’Ukraine, détruire le gouvernement, occuper le pays et construire un mur autour de lui. L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN « est littéralement le début du film sur l’apocalypse nucléaire », déclare Elon Musk, l’un des rares Américains encore intelligents.

L’« opération militaire limitée » de Poutine n’a rien donné, si ce n’est deux nouveaux membres de l’OTAN — la Finlande et la Suède — des attaques contre des civils russes à l’intérieur de la Russie, un nombre croissant de morts dus aux systèmes d’armes occidentaux fournis à l’Ukraine les uns après les autres, ainsi qu’au personnel militaire de l’OTAN chargé de les faire fonctionner et aux services de renseignement occidentaux chargés de les cibler. Pendant tout ce temps, Poutine a été incapable de comprendre que la Russie était en guerre. L’absence de réponse de Poutine aux provocations croissantes a convaincu Washington que les avertissements de Poutine sont dénués de sens. L’incapacité de Poutine à faire respecter ses lignes rouges a fait perdre à Washington la conviction que Poutine avait des lignes rouges.

Tout comme Poutine a été contraint de lancer son « opération militaire limitée » en raison de la froideur insultante avec laquelle Washington a accueilli son appel à un pacte de sécurité mutuelle, la Russie sera contrainte d’entrer dans une guerre plus large avec l’OTAN en raison de la défiance de Washington à l’égard de l’avertissement de Poutine selon lequel la Russie n’autorisera pas l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Poutine a quelques mois pour mettre fin à l’existence de l’Ukraine, un pays qui n’a jamais existé avant que Washington ne le crée, avant que l’incapacité de Poutine à agir ne déclenche la Troisième Guerre mondiale. Malgré la situation désastreuse, Poutine reste incapable de faire face à la réalité. Le gouvernement russe continue de démontrer à Washington sa faiblesse et son irrésolution en répétant qu’il est prêt à négocier. C’est là que l’on constate l’échec de Poutine en tant que chef de guerre. C’est Washington et l’OTAN qui devraient implorer Poutine de négocier.

Nous sommes sur la voie de l’Armageddon, exactement comme je l’avais prédit. Une provocation ignorée en entraîne une autre, la pire, puis une autre et encore une autre, et nous avons maintenant atteint la ligne rouge que Poutine ne peut ignorer. À ce stade, le seul moyen pour Poutine d’éviter la Troisième Guerre mondiale est de se rendre ou de mettre fin à l’existence de l’Ukraine avant que Washington n’élève l’Ukraine au rang de membre de l’OTAN. Il n’y a pas d’autre choix.

— Institut d’économie politique


À propos de Paul Craig Roberts

Paul Craig Roberts (né le 3 avril 1939) est un économiste et auteur américain. Il a auparavant occupé un poste au sein du gouvernement fédéral des États-Unis ainsi que des postes d’enseignant dans plusieurs universités américaines. Il est un partisan de l’économie de l’offre et un opposant à la récente politique étrangère américaine. Roberts a obtenu un doctorat de l’Université de Virginie où il a étudié sous la direction de G. Warren Nutter. Il a travaillé comme analyste et conseiller au Congrès des États-Unis, où il a été reconnu comme l’auteur principal du projet original de l’Economic Recovery Tax Act de 1981.

Paul Craig Roberts a été secrétaire adjoint au Trésor des États-Unis pour la politique économique sous le président Ronald Reagan. et – après avoir quitté le gouvernement – a occupé la chaire William E. Simon en économie au Centre d’études stratégiques et internationales pendant dix ans et a siégé à plusieurs conseils d’administration d’entreprises. Ancien rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, ses articles ont également été publiés dans le New York Times et dans Harper’s, et il est l’auteur de plus d’une douzaine de livres et d’un certain nombre d’articles évalués par des pairs.

Roberts a commencé sa carrière avec des missions d’enseignement au Virginia Polytechnic Institute, à l’Université du Nouveau-Mexique, à l’Université de Stanford et à l’Université de Tulane. Il a été professeur d’administration des affaires et professeur d’économie à l’Université George Mason et a été le premier titulaire de la chaire William E. Simon en économie politique à l’Université de Georgetown, pendant 12 ans. Alors qu’il était professeur invité à l’Université de Georgetown, il a été embauché comme conseiller économique du membre du Congrès américain Jack Kemp, puis a également été conseiller économique du sénateur américain Orrin Hatch, en tant qu’associé du sous-comité des crédits de défense et en tant qu’économiste en chef auprès du personnel minoritaire de la commission du budget de la Chambre des représentants des États-Unis. Il a été reconnu comme l’auteur principal du projet original de la loi sur la taxe de relance économique de 1981.

Pendant cette période, il a également rédigé des chroniques dans Harper’s et le New York Times et a été rédacteur en chef adjoint de la page d’opinion du Wall Street Journal.

En décembre 1980, avec Alan Greenspan et Herbert Stein, Roberts était l’un des trois orateurs du Forum national de deux jours sur l’emploi, l’argent et les personnes à l’Innisbrook Resort and Golf Club de Palm Harbor, en Floride. Deux mois plus tard, en 1981, il est nommé par le président des États-Unis Ronald Reagan au poste de secrétaire adjoint au Trésor chargé de la politique économique. En tant que secrétaire adjoint au Trésor, il a été l’un des moteurs de la politique économique du premier mandat de l’administration Reagan et a été salué comme la « conscience économique de Ronald Reagan ». Néanmoins, son zèle singulier pour l’économie de l’offre a provoqué l’ire de certains milieux au sein du gouvernement, Larry Kudlow – alors fonctionnaire au Bureau de la gestion et du budget – déclarant que « Craig se considérait comme le gardien de la flamme Reagan. Seul Craig savait ce qui était juste. Personne d’autre ne savait ce qui était juste ». Les inquiétudes de Roberts concernant les déficits budgétaires américains l’ont conduit à entrer en conflit avec d’autres responsables de l’ère Reagan tels que Martin Feldstein et David Stockman.

Roberts a démissionné en février 1982 pour retourner dans le monde universitaire. Il a été chercheur principal à la Hoover Institution, de 1983 à 1993, titulaire de la chaire William E. Simon en économie politique au Centre d’études stratégiques et internationales et, de 1993 à 1996, membre distingué du Cato Institute. De 1983 à 2019, Roberts a été administrateur du conseil d’administration de neuf fonds d’investissement Value Line différents. Entre 1992 et 2006, il a siégé au conseil d’administration de A. Schulman et, selon la société, il en était l’administrateur indépendant le plus ancien au moment de son départ à la retraite.

Dans les années 2000, Roberts a écrit des chroniques pour Creators Syndicate. Plus tard, il a contribué à CounterPunch, devenant ainsi l’un de ses écrivains les plus populaires. Il est régulièrement invité dans les programmes diffusés par RT (Russia Today). Depuis 2008, il fait partie du collectif éditorial du site VDARE. Il a été financé par la Fondation Unz et il contribue à la Unz Review. Ses écrits sont publiés par Veterans TodayInfoWarsPressTV et GlobalResearch, et il est fréquemment invité sur les podcasts, les émissions de radio et les chaînes vidéo du Conseil des citoyens conservateurs, de Max Keizer et Kevin Barrett. Son propre site Internet publie les travaux d’Israel Shamir et de Diana Johnstone.

Honneurs et reconnaissance

  • En 1981, le Dr Roberts a reçu le prix du service méritoire du Département du Trésor pour « sa contribution exceptionnelle à la formulation de la politique économique des États-Unis ».
  • En 1987, le gouvernement français l’a reconnu comme « l’artisan d’un renouveau de la science et de la politique économiques après un demi-siècle d’interventionnisme étatique » et l’a intronisé dans la Légion d’honneur.
  • En 2015, il a reçu le Prix international de journalisme pour l’analyse politique du Club de Periodistas de Mexico.
  • En 2017, il est répertorié dans Who’s Who in America et Who’s Who in the World. En 2017, le Dr Roberts a reçu le Marquis Who’s Who Lifetime Achievement Award.
Sébastien Martin
5

« Merci énormément pour votre travail. Merci, merci et merci. Que Dieu vous garde. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.