Le DOJ américain veut faire taire Kim “Dotcom” Schmitz — « Parlez quand ils viennent pour moi parce qu’ils viendront pour vous ensuite », dit-il

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Selon les informations fournies par le principal concerné, il semble bien que le département de la Justice des États-Unis (DOJ) et le gouvernement néo-zélandais veulent à tout prix faire taire et enlever sa liberté à Kim Schmitz, alias Kim Dotcom. C’est en tout cas ce qu’il déclarait le 26 avril 2024 sur le réseau social ✘ (anciennement Twitter). « Quelle que soit cette nouvelle action du DOJ américain, elle sera malveillante, sale et sans substance. Je n’ai rien fait de mal. Je suis libre de m’exprimer sur X (grâce à Elon) et je continuerai à défendre ma cause et à dénoncer la corruption qui l’a créée. », dit-il. Dans l’introduction de son texte, il prend soin de prévenir ses lecteurs, en déclarant : « Parlez quand ils viennent pour moi parce qu’ils viendront pour vous ensuite » Né le 21 janvier 1974, Kim Dotcom est un entrepreneur Internet et activiste politique germano-finlandais qui vit à Glenorchy, en Nouvelle-Zélande.

Dotcom est le fondateur et ancien PDG du défunt service d’hébergement de fichiers Megaupload (2005-2012). En 2012, le ministère de la Justice des États-Unis a saisi son site Web et a porté plainte contre Dotcom, notamment pour violation du droit d’auteur, blanchiment d’argent, racket et fraude électronique. Dotcom résidait alors en Nouvelle-Zélande ; à la demande des autorités américaines, la police néo-zélandaise a perquisitionné son domicile en 2012 et l’a arrêté. Dotcom a versé une caution et engagé une procédure judiciaire afin d’empêcher son extradition vers les États-Unis.

En 2017, un tribunal néo-zélandais a décidé que Dotcom pouvait être extradé vers les États-Unis pour fraude liée à Megaupload. Dotcom a nié tout acte répréhensible et a accusé les autorités américaines de mener une vendetta contre lui au nom de studios hollywoodiens politiquement influents. En 2018, la Cour d’appel de Nouvelle-Zélande a confirmé la décision du tribunal inférieur. Dotcom a fait appel devant la Cour suprême de Nouvelle-Zélande, qui a statué en 2020 que Dotcom pouvait être extradé vers les États-Unis, mais qu’il pouvait contester la décision par le biais d’un contrôle judiciaire.

En 2013, Dotcom a lancé un autre service de stockage cloud appelé Mega, bien qu’il ait rompu tous liens avec le service en 2015. Il a également lancé et financé l’Internet Party. Le parti a contesté les élections générales néo-zélandaises de 2014 dans le cadre d’une alliance électorale avec le Mouvement Mana et a contesté les élections générales de 2017 de manière indépendante, mais n’a remporté aucun siège lors des deux élections. Je partage donc ci-dessous la communication de Kim Dotcom du 26 avril 2024.


« Lorsque l’IA prendra le relais, elle saura tout sur vous, car la surveillance de masse du gouvernement américain a volé toutes vos données, tous vos e-mails, messages texte, photos sur vos appareils, historique de navigation et mouvements via le suivi de localisation. Tout cela en violation de votre droit humain à la vie privée. Mais je suis le pirate. » Kim Schmitz, alias Kim Dotcom (27 avril 2024)


➽ Kim Dotcom : « Dites-le lorsqu’ils viennent me chercher, car ils viendront ensuite vous chercher. »

Nouveau développement dans mon affaire :

Le département de la Justice des États-Unis (DOJ) a déposé aujourd’hui de nouvelles requêtes ex parte sous scellés dans mon cas, après 8 ans d’inactivité, demandant au tribunal américain de rendre des ordonnances en secret sans que mes avocats puissent répondre.

Le nouveau gouvernement national de Nouvelle-Zélande est fier d’être méchant et agressif envers le gouvernement américain et s’est probablement coordonné avec le ministère de la Justice américain pour obtenir de nouvelles ordonnances du tribunal américain qui lui permettent de m’attaquer à nouveau.

Ce n’est pas une surprise. C’est ce que je vous ai dit qui se produirait après que National ait récemment remporté les élections en Nouvelle-Zélande. La nouvelle procureure générale, Judith Collins, est une « sale politique » au possible et, il y a de nombreuses années, elle a déclaré ouvertement au Parlement : « J’espère que Kim Dotcom sera bientôt extradé. » Le fait qu’elle soit désormais en position de pouvoir sur mon cas ne pourrait pas constituer un plus grand conflit d’intérêts après cette déclaration. Mais c’est là que nous en sommes.

Je suis une nuisance pour Joe Biden, qui est personnellement responsable de la destruction de Megaupload et du raid antiterroriste contre ma famille pour le compte de ses donateurs hollywoodiens. Biden a nommé son avocat personnel, un lobbyiste du droit d’auteur, auprès du DOJ pour intenter contre moi « la plus grande affaire pénale de droit d’auteur au monde ».

Depuis lors, j’ai battu les gouvernements américain et néo-zélandais devant les tribunaux, dénoncé l’espionnage illégal dont j’ai fait l’objet de la part de la NSA et du GCSB, pour lequel le Premier ministre néo-zélandais a dû s’excuser, ainsi que de nombreuses autres actions gouvernementales illégales, comme la rétention de documents dans mon affaire, pour laquelle le gouvernement néo-zélandais a dû verser des dommages-intérêts. À ce jour, la Nouvelle-Zélande ne m’a pas fourni les documents auxquels j’ai légalement droit, en dépit d’une décision de la plus haute cour indiquant que la rétention de ces documents était contraire à la législation néo-zélandaise.

Je dénonce fréquemment les mensonges et les malversations du gouvernement américain sur ✘, en particulier lorsqu’il s’agit de la politique étrangère toxique des États-Unis, comme la guerre par procuration menée par les États-Unis en Ukraine. J’informe également mes lecteurs sur le désastre économique auquel le gouvernement américain est confronté en raison d’une dette insurmontable et d’une impression monétaire insoutenable. Mes réponses aux hauts fonctionnaires du gouvernement américain sont souvent en rapport avec leurs propres messages et les font passer pour des menteurs et des imbéciles (parce qu’ils le sont).

Quelle que soit cette nouvelle action du DOJ américain, elle sera malveillante, sale et sans substance. Je n’ai rien fait de mal. Je suis libre de m’exprimer sur X (grâce à Elon) et je continuerai à défendre ma cause et à dénoncer la corruption qui l’a créée.

Ils veulent me réduire au silence et me priver de ma liberté. Je m’attends à une nouvelle descente, à la saisie de mes appareils et à une arrestation dans le but de faire révoquer ma caution et de m’empêcher de dénoncer avec succès la corruption qui a ruiné les États-Unis et transformé la Nouvelle-Zélande en une nation qui détourne ses propres lois pour plaire à ses maîtres américains.

Il ne faudra pas longtemps avant qu’ils agissent. Le juge américain donnera au DOJ ce qu’il demande et le gouvernement néo-zélandais est prêt à agir pour les malfaiteurs qui veulent me détruire.

Restez à l’écoute.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Olivier Magdelonnette
5

« Merci beaucoup Mr Boulianne. car vous êtes un pont de redistribution stratégique pour les francophones. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.