Patriarche Cyrille de Moscou : « Le mondialisme est un projet d’unité universelle, mais sans tenir compte de la véritable intention du Créateur »

Le 25 octobre 2022, dans la salle des conseils d’église de l’église cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, Sa Sainteté le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a dirigé la session plénière du XXIV Conseil populaire mondial russe sur le thème “Orthodoxie et paix au 21ème siècle”. Le Conseil a réuni des hiérarques et des membres du clergé de l’Église orthodoxe russe, des représentants des autorités de l’État, des dirigeants de factions de partis politiques et des députés de la Douma d’État de l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie, des membres du Bureau du Présidium de l’ARNS, le plus haut clergé des religions traditionnelles, des scientifiques, de l’éducation et de la culture, des représentants du public. Le Conseil mondial du peuple russe (VRNS) est une organisation publique internationale fondée en mai 1993 sous les auspices de l’Église orthodoxe russe. Selon la charte du VRNS, son chef est le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, avec la bénédiction et sous la présidence duquel se tiennent des réunions conciliaires annuelles. Des représentants de toutes les branches du gouvernement, des dirigeants d’associations publiques, le plus haut clergé des religions traditionnelles de Russie, des enseignants et des étudiants des plus grands établissements d’enseignement du pays, des scientifiques et des personnalités culturelles, des délégués des communautés russes de l’étranger proche et lointain et de nombreux représentants de la jeunesse traditionnellement y prennent part.

Le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine, le président du gouvernement de la Fédération de Russie Mikhail Vladimirovich Mishustin, le président du Conseil de la Fédération de l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie Valentina Ivanovna Matvienko et le maire de Moscou Sergei Semenovich Sobyanin ont envoyé leurs salutations aux participants de la cathédrale. L’allocution de Poutine a été présentée par le premier directeur adjoint de l’administration du président de la Russie Sergueï Kirienko : « Aujourd’hui, alors que nous sommes confrontés à de sérieux défis, les questions de consolidation de notre peuple autour des tâches importantes et à grande échelle de renforcement de la souveraineté spirituelle, culturelle et économique acquièrent une signification particulière et fatidique. À cet égard, je noterai l’énorme et colossale contribution de l’Église orthodoxe russe, des représentants de toutes les religions traditionnelles de Russie et, bien sûr, des organisations patriotiques telles que le Conseil populaire mondial russe », indique le discours du président.

Tous les participants au forum ont souligné l’importance du dialogue entre l’Église, l’État et la société : ce n’est que lorsque toutes les forces seront consolidées que la Russie pourra résister à la période des défis mondiaux. Comme l’a noté le président dans son discours de bienvenue, de nombreux membres du Conseil soutiennent généreusement les habitants des régions du Donbass, de Kherson et de Zaporozhye, prouvant par leurs actes que seul un peuple uni par des objectifs communs est en mesure de répondre de manière adéquate à une pression extérieure sans précédent et atteindre tous les objectifs stratégiques fixés.

Concluant le forum, Sa Sainteté le Patriarche Cyrille a rappelé qu’au cours des dernières années, la cathédrale est devenue une plate-forme de réflexion sérieuse et profonde sur le sort du pays, sur le sort de notre peuple, ouverte non seulement aux orthodoxes. Il a également exprimé l’espoir que les pensées et les idées exprimées au Conseil populaire mondial russe seront diffusées dans le discours politique, spirituel et intellectuel, qui, bien sûr, devrait accompagner le développement ultérieur de notre pays.


« Du point de vue de l’eschatologie chrétienne, nous savons ce que signifie l’universalisme global, et nous savons que sans cet universalisme global, il n’y aura personne qui revendiquera le pouvoir global et dont le nom sera associé à la fin du monde. » — Le Patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies

Discours de Sa Sainteté le Patriarche Cyrille à l’ouverture du XXIVe Conseil populaire mondial de Russie

Prononcé le 25 octobre 2022

Chers participants, délégués et invités de la Cathédrale du Peuple Russe du Monde !

Je vous salue tous cordialement. Notre forum représentatif se réunit pour la vingt-quatrième fois. Je me souviens bien de l’atmosphère générale à l’époque où se tenait le premier forum, y compris des critiques sur l’initiative d’une certaine partie de notre société. Personne à ce moment-là n’aurait sûrement pu imaginer que, par la grâce de Dieu, nous vivrions pour voir le 24e Congrès. Nous espérons que ces congrès dureront exactement aussi longtemps que notre travail avec vous, notre travail sera nécessaire à notre peuple.

Près de trente ans se sont écoulés depuis le premier congrès. Mais chaque fois que nous nous réunissons, nous avons la possibilité de soulever des questions d’actualité, d’en discuter et de formuler des réponses – ces réponses qui sont acceptables pour les représentants des religions traditionnelles, des groupes ethniques, des groupes sociaux, y compris des groupes sociaux qui, dans leur vie quotidienne, ne sont pas toujours d’accord les uns avec les autres lors de la discussion d’un problème particulier.

Je suis convaincu que le service du Conseil populaire mondial russe doit être déterminé, avant tout, par la nature même du Conseil. Une cathédrale est une assemblée, une cathédrale est ce qui unit. Et la cathédrale du peuple russe devrait, sans aucun doute, être un instrument de consolidation, d’unité de notre peuple au-delà des frontières qui surgissent naturellement dans chaque société.

Le thème auquel est consacrée notre rencontre sonne très impressionnant et de grande envergure : “L’orthodoxie et le monde au 21e siècle“. Une grande partie de ce dont nous avons discuté au cours des dernières décennies est liée à son contenu.

Non seulement en tant que Président du VRNS, mais aussi en tant que Primat de l’Église russe, je voudrais m’adresser d’abord aux participants à notre rencontre qui appartiennent à d’autres traditions spirituelles. Je suis très heureux de vous saluer, frères, et je suis sûr qu’en tant que personnes enracinées dans la culture russe, vous êtes conscients de la signification particulière de l’orthodoxie dans la formation de l’identité nationale et de l’identité spirituelle de la Russie. Je me réjouis de votre participation personnelle et active aux travaux du forum. Je suis convaincu que votre disposition constructive inhérente au dialogue et votre disponibilité à une interaction fructueuse aideront à formuler des décisions conciliaires communes.

Pour chaque enfant fidèle de l’Église russe, la relation entre les termes « orthodoxie » et « le monde » est remplie d’un contenu théologique important. Pour nous, l’orthodoxie est inextricablement liée à l’héritage spirituel et culturel chrétien oriental vieux de deux mille ans. Après tout, cette tradition monte directement au Seigneur Jésus-Christ lui-même et se reflète dans les Saintes Écritures et dans la totalité des actions de l’Esprit divin, manifestées dans le monde avec la participation humaine. Nous appelons tout cela Tradition Divine, Tradition Divine, car le mot très latin “tradition” signifie littéralement “transférer, transmettre, léguer”. La tradition est vraiment un mécanisme, une manière de se transmettre de génération en génération. Quoi ? Pas des ordures, pas des strates de la vie publique qui sont pertinentes aujourd’hui, mais qui mourront demain. La tradition transmet de la valeur. C’est pourquoi un coup porté à la tradition est toujours un coup porté à l’originalité, selon les valeurs du peuple. Et pourquoi l’Église est-elle traditionnelle ? Pourquoi l’Église oriente-t-elle sa prédication vers la préservation des traditions ? Parce qu’elle est responsable devant Dieu et devant l’histoire de la préservation des valeurs nécessaires à la vie et au développement du peuple.

Conformément au texte de l’Ecriture Sainte, nous confessons l’immuabilité de Dieu, « chez qui il n’y a ni variation ni ombre de changement » (Jacques 1:17). Ceci est en plein accord avec les enseignements des autres religions monothéistes, dont les représentants sont ici présents et à qui je voudrais exprimer mon respect. Dieu est toujours fidèle à ses promesses et attend la même chose de l’homme. Bien sûr, la relation entre le Créateur et le monde n’est pas un sujet facile, ne serait-ce que parce qu’une personne ne peut pas juger les voies de Dieu. Cependant, il faut d’abord répondre honnêtement à la question de savoir dans quelle mesure l’humanité est aujourd’hui prête à écouter la voix divine et à suivre l’appel du Créateur, dans quelle mesure elle est prête à percevoir la volonté divine comme une ligne directrice déterminante dans ses actions.

Et ici, bien sûr, il y a beaucoup de questions et beaucoup de doutes. Avec regret, nous devons admettre qu’au 21e siècle, l’humanité ne montre pas beaucoup de volonté de suivre le “chemin de vie” proposé par le Créateur : « Choisissez la vie, afin que vous et votre progéniture puissiez vivre » (Deut. 30:19). Aujourd’hui, face au danger mondial d’une catastrophe nucléaire, ces mots sont à nouveau entendus avec une intensité et une force particulières.

Il est significatif que tout cela se déroule dans le contexte, d’une part, de la multiplication constante des capacités techniques de l’homme, et, d’autre part, de la croissance de l’ancien et de l’apparition de nouveaux dangers. Je n’en énumérerai que quelques-uns. C’est l’épuisement des ressources naturelles et la pollution de l’environnement, l’émergence de nouvelles infections, l’immersion d’une partie importante de nos contemporains dans le monde virtuel et la séparation associée de la réalité, le perfectionnement de méthodes sophistiquées de manipulation à la fois personnelle et de masse de la conscience, la création de systèmes qui peuvent fournir un contrôle total sur une personne et, ce que nous ressentons le plus vivement aujourd’hui, la multiplication des affrontements armés et des conflits sur Terre.

Je voudrais particulièrement attirer votre attention sur les défis qui ne doivent pas être considérés comme des effets secondaires du développement technologique, tels que ceux énumérés ci-dessus. Ces nouveaux défis sont en eux-mêmes les fruits d’un impact délibéré sur la nature humaine et la personne humaine. Je pense à la question à laquelle renvoie le terme général de « transhumanisme ». En fait, il s’agit d’une doctrine radicalement nouvelle qui propose et, je dirais même, pousse agressivement à travers une vision fondamentalement différente de l’homme et nie ces idées anthropologiques qui existent depuis des millénaires.

Déjà du point de vue du progrès technologique, cet enseignement avec une vigueur renouvelée nous pose la vieille question : qu’est-ce qu’une personne ? Cette question est aussi ancienne que le sujet lui-même. Nous rencontrons cette question dans le texte biblique. Et là, il a une suite, l’incluant harmonieusement dans le concept religieux général de l’existence du monde et de Dieu comme son commencement. C’est pourquoi le texte de la Bible contient la réponse dans la question elle-même. Même la question elle-même s’adresse à la Source de l’être : « Eternel, qu’est-ce que l’homme, pour que tu le connaisses ? Le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui ? » (Ps. 144:3).

Il découle directement du libellé lui-même qu’une personne est si importante pour le Créateur qu’il se souvient constamment d’elle et se soucie d’elle. De plus, la Révélation biblique nous dit que, selon le plan du Créateur, l’homme s’élève au-dessus de toute la création, puisqu’il a été créé “à l’image” et “à la ressemblance” de Dieu (Genèse 1:26).

Tout ce dont je parle appartient maintenant à la sphère religieuse. Cependant, l’homme moderne est contraint de vivre dans un monde communément appelé séculier. Dans le monde séculier, dans la plupart des cas, les idées religieuses sont constamment repoussées à la périphérie de la vie, ce qui conduit souvent à un conflit entre différentes formes de vision du monde : croyances spirituelles personnelles et approche laïque imposée de l’extérieur. Pour comprendre comment défendre le sens des valeurs spirituelles pérennes face à un monde laïc non religieux, il est nécessaire de comprendre clairement et distinctement la nature et les origines de cette idéologie.

L’idée de créer une société laïque est l’un des principes de base les plus importants de la nouvelle culture de l’Europe occidentale et de l’Occident en général. Formater la société selon un modèle laïc signifie en effet expulser la religion de l’espace public et la placer dans un « ghetto ». Ainsi, les institutions religieuses et les communautés de croyants, composées de citoyens ayant les mêmes droits que leurs compatriotes non religieux, se voient refuser la prise en compte de leurs positions religieuses lors de la prise de décisions importantes pour tous. Si vous appelez un chat un chat, alors il faut dire qu’en termes de vision du monde, les gens se voient proposer une approche athée du monde et de l’homme, y compris une éthique athée et des normes de comportement social largement basées sur cette éthique. Aujourd’hui, le terme “athéisme” est évité, parce qu’il a été compromis à l’époque soviétique par l’idéologie communiste, mais en fait il s’agit d’athéisme. La conséquence logique est l’interdiction de la manifestation individuelle de la religiosité dans la société : il est indécent de faire preuve de religiosité, bien connue des personnes qui voyagent dans les pays occidentaux.

En même temps, il est d’usage de distinguer deux termes similaires issus de la même racine : “sécularisation” comme processus de diffusion des idées de laïcité au sens le plus large du terme, et “laïcité” – outil idéologique avec lequel les forces intéressées répandent la vision du monde spécifiée.

Les idées laïques ont commencé à se développer particulièrement activement à l’époque moderne. Pendant cette période, des changements économiques radicaux se produisaient en Europe. Un nouveau type de société était en train de se créer, dont l’économie était axée sur la création des conditions d’une consommation croissante de biens matériels.

Cette époque est aussi marquée par des tentatives de création d’un espace de vie, d’un milieu social, étranger à toute influence religieuse. Portée à son terme logique, l’idée devait conduire à l’éloignement de la religion de la société. Nous savons par expérience que la religion dans une société laïque était présentée comme un attribut d’arriération qui entravait le progrès, d’où des conclusions ont été tirées sur la nécessité de la surmonter en tant que « relique » du passé, et cela s’est manifesté le plus clairement dans l’idéologie et la pratique communistes.

De plus, une autre manière de s’opposer à la religion était de tenter de lui donner la place la plus modeste possible dans la sphère des expériences psychologiques subjectives de chaque individu. À première vue, les arguments naïfs, qui sont encore souvent entendus aujourd’hui, selon lesquels « la foi en Dieu devrait être dans l’âme », ne sont rien de plus que les fruits d’une idée laïque née du désir de retirer la religion de la vie publique : croire, si l’on veut, en n’importe qui et de n’importe quelle manière, mais sans aucune influence sur la vie sociale, qui doit être dégagée du savoir religieux et de la religiosité en tant que telle.

Depuis plusieurs siècles, la vision du monde laïque fait appel à l’autorité de la connaissance scientifique. La conséquence en fut la convergence des concepts de « profane » et de « scientifique » dans l’esprit du profane. Il y avait un désir évident de transférer les modèles identifiés par les chercheurs en sciences naturelles à la sphère de la vie spirituelle. Dans la conscience publique, imprégnée de l’idéologie de la laïcité, le désir d’abolir les frontières entre les catégories les plus importantes de la vision du monde : la vérité et le mensonge, le bien et le mal, est devenu de plus en plus distinct.

Arguant qu’« il y a plusieurs vérités », la laïcité a détruit le fondement de valeur unique de l’existence humaine et a créé son propre universalisme artificiel fondé sur l’idée d’équidistance de tous les cadres de valeurs traditionnels et sur l’exigence de “neutralité”, pensée comme une qualité qui garantit l’impartialité dans la prise de tout type de jugements.

Formée sur les fondations d’une nouvelle vision du monde, la culture laïque, de par sa nature même, s’oppose à la vision religieuse du monde. Dans certains cas, ses représentants passent désormais d’un respect prudent d’une distance prudente à des actions ouvertement anti-religieuses qui foulent aux pieds les symboles sacrés les plus importants et offensent les sentiments des croyants. Nous nous souvenons tous des actes de vandalisme commis contre des symboles religieux sous couvert de revendications pour la liberté de l’art.

Une autre façon de supprimer la conscience religieuse est le désir de placer la religion dans le « lit de Procuste » des exigences strictes d’une société laïque, qui exige un refus de suivre les normes morales établies par Dieu et un témoignage ouvert à la Vérité. Au lieu de cela, il est proposé de fournir un statut juridique dans la société. En fait, cela signifie que la sécularisation oblige à un certain stade la société à reconnaître le péché comme une vertu et cherche à rendre les communautés religieuses complices de ce crime moral. Il n’y a pas de concept de péché – il y a le concept de « variabilité du comportement humain ». Il existe un concept de « respect ou non-respect de la loi », mais le concept de péché est absent de la conscience séculière. Aujourd’hui, malheureusement, il existe de nombreux exemples de cela. Qu’il suffise de rappeler les faits de reconnaissance de l’état civil pour les couples homosexuels, l’introduction dans le système médical de la pratique de l’euthanasie, contenant des risques injustifiés et des conséquences imprévisibles d’expérimentations avec du matériel génétique. Je pense que nous pouvons continuer cette triste série. Cependant, notre tâche commune est de résister à de tels phénomènes.

L’avenir de l’humanité dépend directement de ce qu’elle choisit : les valeurs traditionnelles et l’expérience spirituelle de nombreuses générations, reflétées dans la matrice culturelle, ou l’universalisme séculier du New Age, basé sur l’indulgence des passions humaines.

Notre pays a eu la chance de traverser une période difficile de persécution athée. Au XXe siècle, les exploits du martyre et de la confession pour la foi ont été réalisés dans le contexte de la diffusion massive et de l’introduction méthodique d’idées laïques radicales dans la conscience des gens. Du point de vue des dernières décennies, le drame de l’abandon d’une personne à sa haute vocation et du rejet des normes traditionnelles de la morale, qui s’est produit dans le contexte de la montée des tendances laïcistes dans la société, prenant parfois la forme d’un refus pur et simple théomachisme, peut être vu particulièrement clairement.

Je suis sincèrement convaincu que l’une des tâches les plus importantes auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui est d’empêcher la répétition d’une telle folie de répressions athées contre les manifestations de la foi religieuse et de la pratique religieuse. C’est pourquoi aucune référence à la nature laïque de l’État ne peut être un argument raisonnable pour promouvoir les idées d’extrémisme laïc, pour restreindre les droits et libertés des croyants et des communautés religieuses, pour créer un médiastin artificiel entre les institutions religieuses et la société.

Une autre étape importante au milieu du XXe siècle dans le développement de l’idéologie laïque à l’échelle mondiale a été l’émergence de la soi-disant théorie de la sécularisation. Son essence peut être exprimée par la thèse de l’extinction progressive de la religiosité dans toute société au fur et à mesure qu’elle avance sur la voie des transformations démocratiques, ainsi que de la modernisation des institutions sociales, économiques et politiques et du progrès scientifique. Cependant, au début du 21e siècle, quelque chose de complètement opposé a été découvert de manière inattendue.

Premièrement, il s’est avéré que les processus migratoires en Europe occidentale conduisent au fait que les modèles religieux d’organisation sociale sont exportés vers les pays de culture européenne, où l’importance des institutions religieuses a diminué au cours des derniers siècles. Ainsi, malgré les processus de modernisation qui se déroulent activement dans ces États, la proportion de religions y augmente, et ce fait ne peut être indifférent à la vie religieuse des Européens. Les temples sont transformés en mosquées, les églises se vident et les personnes venues du “tiers monde” en Europe développent activement leur vie religieuse. N’est-ce pas un défi pour les Européens, pour la culture européenne, et finalement, n’est-ce pas un défi pour la laïcité européenne ?

Deuxièmement, dans le contexte de la diffusion des idées libérales dans le monde moderne, appelant à une révision des valeurs morales traditionnelles, pour un nombre important de personnes, les mécanismes de préservation de leur identité culturelle et de recours à la tradition restent toujours en demande. Et puisque la religion est d’une importance capitale dans ce domaine, les conditions préalables sont créées pour que la religion redevienne demandée. Je crois que l’exemple de la Russie, un État moderne doté d’une science, d’une technologie et d’une éducation avancées, dirigé par un président qui témoigne ouvertement de sa foi, fait que de nombreux Occidentaux se posent la question : « Pourquoi n’en est-il pas ainsi chez nous ? »

La lutte spirituelle continue, et comme nouvelle contre-mesure à la résurgence de la religiosité, la laïcité aujourd’hui n’utilise pas de rhétorique athée directe. Les chrétiens sont invités à réformer les positions doctrinales ou éthiques incompatibles avec les positions libérales laïques, à les adapter pour justifier les projets politiques et idéologiques actuels. Par exemple, organiser des manifestations contrôlées ou promouvoir des expériences anthropologiques visant à déformer les relations familiales, le contrôle des naissances, l’ingérence transhumaniste dans la nature humaine, etc.

Soit dit en passant, je voudrais dire un mot spécial à propos de ce dernier.

Le transhumanisme est une idéologie d’un changement radical de la nature humaine, qui implique la réalisation de l’immortalité réelle, le transfert de la conscience humaine au-delà des limites du corps biologique, vers une plate-forme matérielle différente. Cela ressemble à un fantasme, mais cette doctrine est dangereuse et inacceptable, car elle vise la société à créer un substitut d’une personne qui peut, en fin de compte, remplacer complètement une personne réelle. En même temps, la connexion même de cet androïde technogénique avec son prototype est conditionnelle. En fait, cette idéologie pousse au remplacement systémique de la personnalité humaine par l’intelligence artificielle. Nous sommes au tout début du voyage, mais le voyage a déjà commencé.

Rappelons-nous que la question de la nature de l’homme et de sa personnalité n’est pas du tout une question technique. C’est un problème de l’ordre mondial de la vision du monde, qu’il serait extrêmement dangereux d’ignorer.

À l’époque moderne, le processus de sécularisation s’est avéré être lié à un autre processus non moins important pour la vie de toute l’humanité – la mondialisation. Nous avons l’habitude d’entendre par ce terme l’unification externe des modèles de vie des différents pays et peuples selon le modèle occidental. C’est devenu pour nous synonyme d’« occidentalisation », mais en réalité le processus est plus complexe. Les mécanismes du marché sont le principal moteur de la mondialisation. En d’autres termes, elle repose principalement sur des raisons économiques. Dans le même temps, les intérêts économiques mondiaux sont soutenus et protégés à l’aide de ressources militaires, politiques, culturelles et autres possibles. Tout comme nous avons parlé de sécularisation et de laïcité, les concepts de mondialisation et de globalisme doivent être séparés. La mondialisation est le processus de formation d’un monde moderne ordonné selon certaines normes universelles. Et le globalisme est l’idéologie qui justifie et inspire ce processus.

Pour les idéologues de la mondialisation, le monde entier apparaît comme une arène d’acquisition d’argent, un marché unique fonctionnant dans le cadre de règles communes. Cela a notamment pour conséquence l’utilisation active par les pays économiquement développés et riches des ressources des pays pauvres. Dans de nombreux cas, il ne s’agit pas seulement de ressources naturelles, mais aussi intellectuelles : attirer des spécialistes hautement qualifiés renforce le leadership scientifique et technique (et donc économique et politique) des pays riches. Le centre, en revanche, et là la situation n’a pas beaucoup changé depuis l’ère des grandes découvertes géographiques, vend des biens de haute technologie prêts à l’emploi aux pays de la périphérie et cherche à maintenir son monopole sur la technologie de leurs production, afin de ne pas perdre de profits et de domination mondiale. Ainsi, la mondialisation devient inévitablement source de croissance des revenus pour les uns et de baisse du niveau de vie des autres et, au final, d’une stratification encore plus grande des peuples, d’une distance encore plus grande entre les riches et les pauvres, qui se transforme sans doute en un tension dangereuse à l’échelle mondiale.

Un processus similaire se déroule dans le domaine de la culture. La transformation mondialiste de l’espace culturel est également étroitement liée aux processus marchands, puisque les produits de la culture de masse (cinéma, musique, jeux vidéo, mode) dans le monde moderne sont produits, exportés et vendus selon les mêmes règles que les autres produits et biens de haute technologiques. Et l’origine de tout cela est la même. La mondialisation, cependant, ne rend pas le monde plus cohérent. L’unification externe du mode de vie dans différentes parties du globe s’accompagne de l’aliénation des gens les uns des autres, de l’effondrement des communautés, des familles et d’une pandémie de solitude.

La mondialisation a souvent un impact négatif sur la vie spirituelle de la société, car elle détruit des fondements culturels séculaires et cherche à neutraliser le rôle des principes moraux traditionnels dans la vie de la société, mais personne ne peut offrir un remplacement complet à ces principes moraux.

Les institutions traditionnelles, y compris religieuses, qui tentent de s’insérer dans le processus de mondialisation, de « s’adapter » à la nouvelle réalité dans l’espoir de rester ou d’en tirer profit, sont tôt ou tard confrontées à la menace de perdre leur propre identité, ce que nous observons dans l’exemple de certaines confessions qui étaient autrefois traditionnelles pour l’Occident.

Au cours de la dernière décennie, les systèmes financiers et politiques mondiaux ont connu de graves surcharges, et il existe des conditions préalables évidentes à un ralentissement du projet mondialiste. Actuellement, le problème des “limites de la mondialisation” est activement débattu dans l’espace scientifique et public. Ce n’est pas du tout accidentel. Il y a un affaiblissement du rôle des principales organisations mondiales axées sur la domination des pays occidentaux.

Parallèlement, le rôle des projets religieux, politiques et économiques alternatifs se renforce et le développement de la coopération bilatérale entre les pays se poursuit. Le monde globalisé, aussi appelé unipolaire, a récemment observé un processus inverse dans son développement. Les tendances à la multipolarité et à l’orientation multivectorielle deviennent de plus en plus distinctes.

Ces lignes directrices demandent étude et réflexion. Le mondialisme doit être considéré non seulement d’un point de vue économique ou géopolitique, mais aussi d’un point de vue spirituel, c’est pourquoi nous en parlons aujourd’hui.

On peut dire que le mondialisme est un projet d’unité universelle, mais sans tenir compte de la véritable intention du Créateur à propos de l’homme. Et du point de vue de l’eschatologie chrétienne, nous savons ce que signifie l’universalisme global, et nous savons que sans cet universalisme global, il n’y aura personne qui revendiquera le pouvoir global et dont le nom sera associé à la fin du monde.

Le mondialisme organise des processus d’intégration et d’unification par l’affaiblissement et la rupture des liens spirituels profonds entre les personnes, ainsi qu’entre Dieu et l’homme. Le mondialisme est une doctrine non religieuse, il n’y a pas de place pour Dieu dedans. C’est pourquoi tous les projets mondialistes sont dirigés contre l’institution de la famille en tant que structure solide qui préserve et transmet la tradition. Le mondialisme ne peut se développer sous la domination de la pensée traditionnelle, en général sous le rôle élevé des traditions dans la vie des peuples. Le mondialisme est également dirigé contre toutes les grandes communautés historiques stables, principalement nationales et religieuses. Par conséquent, il n’est pas surprenant qu’à l’heure actuelle, la lutte de diverses minorités (en règle générale, celles qui nient les valeurs traditionnelles) contre la majorité soit largement utilisée comme un outil mondialiste. Et remarquez quelle violation du principe démocratique ! Après tout, il est basé sur le fait que la majorité accède au pouvoir par le libre arbitre et exerce ce pouvoir au nom de la majorité, mais dans ce cas, la majorité n’a pas le soutien des institutions, y compris celles de propagande, qui travaillent pour soutenir le philosophie et système de valeurs des minorités.

L’Église, de par sa nature, est un obstacle aux processus mondialistes. L’Église témoigne de l’échelle verticale des valeurs, de la distinction entre le bien et le mal. À cet égard, les tentatives de déformer et de diluer l’enseignement chrétien, de priver l’Église de pouvoir et de voix ne faiblissent pas : par exemple, par le développement de divers nouveaux « concepts théologiques » qui serviraient des projets mondiaux, justifiant, en particulier, les vices, et nous y sommes déjà confrontés, sur les exemples de la théologie protestante radicale.

Il y a deux façons de répondre aux défis du mondialisme.

La première, avec laquelle il est impossible d’être d’accord, réside dans l’adaptation et la subordination de la vie spirituelle aux exigences du mondialisme, dans l’approbation et la bénédiction des vices. C’est la voie suivie par nos collègues occidentaux, y compris ceux qui se disent chrétiens. Certains représentants d’églises et de communautés chrétiennes l’ont fait afin d’éviter les critiques, afin de devenir « les leurs » dans un monde globalisé et sécularisé. Cependant, cette voie conciliante ne sauve pas la vie spirituelle du déclin, mais accélère seulement le processus et, bien sûr, ne sauve pas de telles organisations religieuses. Ils seront balayés dès que ceux qui associent le projet mondialiste à l’absence de toute religiosité auront plus de force.

Le deuxième chemin de la vie sociale peut être qualifié d’« étroit », c’est-à-dire difficile, épineux. Il exige un témoignage ouvert de la Vérité, quelles que soient la pression et la réaction négative des forces extérieures, y compris les mondialistes.

Chers participants de la cathédrale ! Aujourd’hui, les questions de choix éthique ont acquis une résonance particulière dans le monde : elles déterminent à la fois le vecteur de déplacement d’une personne particulière et le sort de pays et de peuples entiers. Et à quel point nous nous tiendrons fermement dans la Vérité, à quel point nous serons fidèles aux préceptes de nos pères, dévoués aux valeurs spirituelles et morales durables que nous avons reçues, y compris à travers la tradition de l’Église, l’avenir de notre pays, de son peuple, et globalement, je pense, l’avenir de la civilisation humaine en dépend largement. Parce que même la victoire sur le mondialisme dans un seul pays ne sera pas significative pour le monde entier, même si elle sera importante.

En d’autres termes, notre lutte n’est pas contre la chair et le sang, mais contre les princes des ténèbres du monde, les esprits méchants dans les hauteurs, comme l’a dit l’apôtre (voir Éphésiens 6:12). Aujourd’hui, ces mots deviennent visibles, et tout le monde peut comprendre ce qui se dit, et avec la compréhension, la possibilité de résistance s’ouvre. Et notre résistance à toutes ces tendances destructrices est une augmentation de notre foi, c’est la fidélité à nos traditions, c’est l’amour pour la Patrie, c’est le souci de son bien-être spirituel et matériel. Et tant que notre patrie restera cette île de liberté, le reste du monde aura également un certain signe d’espoir quant à l’opportunité de changer le cours de l’histoire et d’empêcher une fin apocalyptique mondiale – du moins la pousser vers cette perspective avec laquelle aucun de nous ne relie ni nos vies ni la vie de nos descendants immédiats. Et que le Seigneur nous aide dans tout cela.


Session plénière du XXIVe Conseil populaire mondial de Russie

Janet Knight
5

« Votre blog est une mine d'or. Je vous suis sur VK. Félicitation monsieur Boulianne et merci d'exister. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
842050cookie-checkPatriarche Cyrille de Moscou : « Le mondialisme est un projet d’unité universelle, mais sans tenir compte de la véritable intention du Créateur »
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Adrien

C’est étonnant le changement dans l’Eglise catholique ! On crée un nouvel Evangile !

Galates 1:9 : « … si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! 10Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. »

Justement, le Président de la Commission des Conférences épiscopales de l’Union européenne et archevêque de Luxembourg, le cardinal Jean-Claude Hollerich a déclaré qu’il pensait que l’enseignement actuel de l’Église sur l’homosexualité est erroné :

Cardinal Hollerich says church teaching on gays ‘no longer correct’

« Ce qui était condamné dans le passé, c’était la sodomie. A cette époque, on pensait que l’enfant tout entier était contenu dans le sperme de l’homme, et cela était simplement transféré aux hommes homosexuels. Mais il n’y a pas d’homosexualité dans le Nouveau Testament. (Ah bon ?) N’est que la mention d’actes homosexuels, qui étaient en partie des actes rituels païens. C’était, bien sûr, interdit. Je pense qu’il est temps de procéder à une révision fondamentale de la doctrine. »

L’évêque d’Anvers, Mgr Johan Bonny, a réaffirmé que le Pape a donné son feu vert à la bénédiction des couples homosexuels approuvée par les évêques belges. Il a fait cette déclaration durant la dernière Assemblée du Chemin synodal allemand :
https://laportelatine.org/actualite/belgique-le-pape-a-accepte-la-benediction-des-couples-de-meme-sexes
Pour le pape, « être homosexuel n’est pas un crime. C’est une condition humaine. Nous sommes tous des enfants de Dieu et Il nous aime tel que nous sommes et par la force que chacun de nous a pour lutter pour sa dignité. Il y a une distinction à faire entre un péché et un crime. Et c’est aussi un péché de manquer de charité envers quelqu’un… »
https://t.me/lemoutonenrag/23221

La pratique homosexuelle y est pourtant nommée explicitement sous la plume de l’apôtre Paul.

1 Corinthiens 6.9 : « Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, 10ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu.… »

Romains 1.22 : « Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ; 23et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en images représentant l’homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes, et des reptiles. 24C’est pourquoi Dieu les a livrés à l’impureté, selon les convoitises de leurs coeurs ; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ; 25eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen ! 26C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes : car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; 27et de même les hommes, abandonnant l’usage naturel de la femme, se sont enflammés dans leurs désirs les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes le salaire que méritait leur égarement. »

Mais on est prévenu aussi que :

2 Timothée 4:3 : « Il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine ; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, 4détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. »

En acceptant de bénir un désordre, le pape retranche des phrases du Nouveau Testament ! Conséquences pour lui et pour Rome :

Apocalypse 22. 18 : « Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ; 19et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre.… »

Le pape annonce bien un autre évangile ! Galates 1:9 : « … si quelqu’un vous annonce un autre Évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! 

qu’il soit anathème veut dire qu’il soit excommunié ! Le pape François devrait donc être excommunié ? 

Gaulois

Jamais, je n’aurais cru voir ça ! Le Chinada 1984 marxiste dystopique pis l’URSS chétienne !!! solide non prince Boulianne ? Rapelle-toi des Russes des années 70 au hockey qui avaient tous des CERNES sous les yeux, comme les enfants de l’émission de Julie Shneider où les jeunes totalement ENDOCTRINÉS avaient eux-aussi les mêmes cernes des ténèbres de l’esprit. Ça décape !

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
2
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x