L’essai oral de Paul Harvey, « Si j’étais le Diable » (1965), inspira l’artiste et poète Richard Williams mieux connu sous son pseudonyme “Prince Ea”

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Si j’étais le diable (If I were the Devil) est un essai oral écrit par Paul Harvey, l’une des personnalités radiophoniques les plus célèbres du XXe siècle aux États-Unis. Il a pris l’antenne pour la première fois en 1933 et, avec des émissions comme The Rest of the Story, il a été l’un des piliers de la radio américaine pendant des décennies. Publié pour la première fois en 1965, mais légèrement révisé au fil des ans, cet essai met en garde contre les atteintes à la crédibilité du mariage et de la famille, ainsi que contre la promotion de la pornographie et des jeux d’argent, entre autres. « En d’autres termes », conclut-il à la fin, « si j’étais le diable, je continuerais à faire ce qu’il fait ».

Son argument était que la culture américaine promouvait déjà ces choses et, comme nous le savons, ce n’était pas seulement la culture américaine, mais une grande partie du monde occidental, et les choses mêmes dont Harvey s’inquiétait dans les années 1960 se sont considérablement aggravées.

« If I Were the Devil », par Paul Harvey (1965)

Si j’étais le Diable….., si j’étais le Prince des Ténèbres, je voudrais engloutir le monde entier dans les ténèbres. J’aurais un tiers des biens immobiliers et quatre cinquièmes de la population. Mais je ne serais pas heureux tant que je n’aurais pas saisi la pomme la plus mûre de l’arbre. Je ferais donc tout ce qu’il faut pour m’emparer des États-Unis. Je subvertirai d’abord les églises, je commencerai par une campagne de chuchotements. Avec la sagesse d’un serpent, je vous chuchoterais, comme j’ai chuchoté à Eve, « Faites ce que vous voulez ». Aux jeunes, je chuchoterais que la Bible est un mythe, je les convaincrais que c’est l’homme qui a créé Dieu et non l’inverse. Je leur confierais que ce qui est mauvais est bon et que ce qui est bon est mauvais. Et les vieux, je leur apprendrais à prier après moi…. « Notre Père, qui est à Washington. »

Et puis je m’organiserais. J’enseignerais aux auteurs comment rendre la littérature obscure, excitante, afin que tout le reste paraisse terne et inintéressant. Je menacerais la télévision avec des films plus sales et vice versa. Je vendrais des stupéfiants à qui je pourrais, Je vendrais de l’alcool aux dames et aux messieurs distingués, Je tranquilliserais les autres avec des pilules.

Si j’étais le diable, j’aurais bientôt des familles en guerre contre elles-mêmes, des églises en guerre contre elles-mêmes et des nations en guerre contre elles-mêmes. Jusqu’à ce que chacun soit consumé à son tour. Et avec la promesse d’une meilleure audience, j’aurais des médias hypnotisants qui attisent les flammes.

Si j’étais le diable, j’encouragerais les écoles à raffiner l’intelligence des jeunes, mais je négligerais de discipliner les émotions, les laissant se déchaîner ! Avant que vous ne vous en rendiez compte, vous auriez des chiens renifleurs de drogue et des détecteurs de métaux à chaque porte d’école. En l’espace d’une décennie, les prisons déborderont, les juges encourageront la pornographie.

Bientôt, je pourrais expulser Dieu du palais de justice, puis des écoles, puis des chambres du congrès. Et dans ses propres églises, je substituerais la psychologie à la religion et je déifierais la science. J’inciterais les prêtres et les pasteurs à abuser des garçons et des filles et de l’argent de l’église.

Si j’étais le diable, je ferais du symbole de Pâques un œuf et du symbole de Noël une bouteille. Si j’étais le Diable, je prendrais à ceux qui ont et donnerais à ceux qui veulent, jusqu’à ce que j’aie tué la motivation des ambitieux. Et que parieriez-vous… Je ne pourrais pas faire en sorte que des États entiers promeuvent les jeux d’argent comme moyen de s’enrichir. Je mettrais en garde contre les extrêmes : dans le travail acharné, dans le patriotisme, dans la conduite morale. Je convaincrais les jeunes que le mariage est démodé, que l’échangisme est plus amusant. Que ce que vous voyez à la télé est la bonne façon d’être. Ainsi, je pourrais vous déshabiller en public et vous attirer dans mon lit avec des maladies pour lesquelles il n’y a pas de remède. En d’autres termes, si j’étais le diable, je continuerais à faire ce qu’il fait.


Richard Williams, mieux connu sous son nom de scène Prince Ea (Prince et anterior, “The Artist Formerly Known as Prince”), est un artiste américain de spoken word, poète et cinéaste. Après avoir obtenu un diplôme en anthropologie de l’Université du Missouri-St. Louis, il a d’abord poursuivi une carrière d’artiste hip hop. Inspiré par des artistes comme Immortal Technique et Canibus, il a lancé et popularisé le mouvement “Make S.M.A.R.T Cool” pour promouvoir des valeurs comme l’intelligence, la libre pensée, l’unité et la créativité dans la musique et la culture hip hop.

En 2014, Prince Ea s’est déplacé de la musique à la création de films et de contenus parlés motivants et inspirants. Ses vidéos YouTube ont reçu plus de 320 millions de vues en juin 2020. Ces types de vidéos comprennent des sujets tels que l’environnementalisme, la race, l’équilibre travail-vie personnelle et la spiritualité. Il attribue son changement de perspective à l’inspiration d’anciens textes de sagesse tels que le Tao Te Ching et la Bhagavad Gita.

« If I Were the Devil, here’s what I’d do », par Prince Ea (2023)

Si j’étais le diable, ma première victime serait les enfants, à partir du moment où ils quittent le précieux ventre de leur mère et naissent. Je les conditionnerais à considérer la division raciale comme une norme et je ne m’arrêterais pas avant d’avoir dépouillé leur innocence. Diviser pour mieux régner, c’est la plus vieille astuce du livre de la Genèse. Pendant qu’ils grandissaient, j’ai poursuivi mon infiltration pendant 12 ans. Je leur ai volé leur cœur et leur esprit et j’ai appelé ça de l’éducation.

Si j’étais le diable, ma prochaine victime serait les femmes. Je ferais en sorte que de vieux hommes déconnectés contrôlent le corps et les droits des femmes. Quelle meilleure façon de maudire Dieu que de manquer de respect à celles qui donnent la vie ?

En parlant de Dieu, si j’étais le diable en matière de religion, mon plan serait parfait. Je vous permettrais d’adorer Jésus tous les dimanches et les six autres jours, je vous ferais m’adorer sous forme d’argent, de célébrité, de désir et de cupidité. Pour ma religion, je n’aurais pas besoin de vous convertir. Je transforme les dix commandements en dix suggestions et je fais en sorte que la signature de la vertu soit plus importante que la vertu. Je vous donne juste assez de religion pour vous haïr les uns les autres, mais pas assez pour vous aimer les uns les autres. Et pour ma dernière stratégie diabolique, je vous ferais oublier que le but de la religion est la spiritualité.

Si j’étais le diable, je ne viendrais pas habillé d’une cape rouge et de cornes pointues. Je conduirais une Lambo, j’aurais un joli visage et une ceinture Gucci. En fait, je prendrais la forme de tout ce que vous pouvez souhaiter et je vous regarderais créer votre propre enfer. Je n’ai pas besoin de brûler la Terre et en ce qui concerne les politiciens, je ne change rien, ils font déjà mon sale boulot.

Si j’étais le diable discret, je serais dans les coulisses. Vous n’auriez pas à me voir. Je normaliserais le dysfonctionnement et l’appellerais “télé-réalité”. Dans cette réalité, j’attaquerais votre estime de soi, ce qui rendrait la guérison difficile. Je vous montrerais des images de faux corps et les rendrais plus attirants que les vrais.

Si j’étais le diable, je vous ferais prier la technologie et idolâtrer ceux qui l’ont créée. Je ferais de l’argent la drogue numéro un et je volerais des millions d’âmes perdues à sa poursuite.

Si j’étais le diable, je ne le ferais pas d’un seul coup. Je prendrais mon temps. Je rongerais votre morale petit à petit, exactement comme le cancer se propage. En parlant de cancer, si j’étais le diable, je vous nourrirais d’aliments savoureux qui vous rendent malades, puis je transformerais vos médecins et les trafiquants de drogue, en vous vendant des pilules qui vous font revenir, au lieu de vous guérir vraiment. Si j’étais Lucifer, je saurais que la vie et la mort sont dans la langue, et je ferais de ton couteau et de ta fourchette ton bourreau. Tu vois, tu ne peux pas atteindre une conscience plus élevée si ton corps est malade, tu n’opteras pas pour des informations positives si tu as une inflammation. Si j’étais Satan, on admirerait mon intelligence. Pourquoi pensez-vous que le mot inflammation signifie littéralement “mettre le feu” ?

Si j’étais le diable, je vous montrerais comment vraiment fléchir. Je déclencherais des pandémies dans le monde pour donner aux gens l’occasion de se soucier réellement les uns des autres, puis je me tiendrais à l’écart et je rirais pendant qu’ils s’exploitent et ont peur les uns des autres. En fait, si j’étais le diable, je continuerais à faire ce que je fais. Dieu est mon témoin. Je contrôle déjà vos systèmes. N’essayez pas de lutter contre cela, car pour mon dernier tour, je ferais en sorte que des gens intelligents comme vous doutent de mon existence.


Alexandre Comtois
5

« Félicitations et vive les vrais journalistes !!! Je vous supporte et vous nous aidez beaucoup avec vos recherches !!! »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1096630cookie-checkL’essai oral de Paul Harvey, « Si j’étais le Diable » (1965), inspira l’artiste et poète Richard Williams mieux connu sous son pseudonyme “Prince Ea”
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x