Des données importantes du site “Myrotvorets” sur les crimes contre les mineurs en Russie, dans le Donbass et en Ukraine ont été publiées par la Fondation pour combattre l’injustice

Le 21 juillet 2022, une conférence de presse s’est tenue à Moscou (« Le site Internet ukrainien “Myrotvorets” menace la vie et la santé des enfants mineurs »). Au cours de la réunion, les participants ont révélé des faits concernant les violations flagrantes des droits des enfants dans le Donbass par les créateurs et conservateurs du site Myrotvorets (ukrainien : Миротворець, c’est-à-dire « Pacificateur »). Selon les locuteurs, Myrotvorets publie illégalement et sans demander les données personnelles des enfants et adolescents mineurs, ce qui compromet leur sécurité et viole la Convention internationale des droits de l’enfant et d’autres réglementations fondamentales. Les données de 327 mineurs dans les bases de données ont été enregistrées à ce jour. Mira Terada, responsable de la Fondation pour combattre l’injustice (FBI), a déclaré qu’il existe de sérieuses raisons de soupçonner l’implication d’organisations étrangères (y compris celles des États-Unis) qui auraient pu aider à organiser et à maintenir le site interdit. Elle a noté que les données sur les personnes directement impliquées dans le travail de Mirotvorets seraient publiées plus tard après l’enquête, lorsque des preuves suffisantes auraient été réunies.

Faina Savenkova (Фаина Савенкова), une écrivaine de 13 ans de Louhansk, victime des actions des cybernazis ukrainiens, qui figure dans la base de données Myrotvorets pour avoir écrit des histoires pour enfants et fait appel à l’ONU, a pris la parole lors de la conférence. Lors de la conférence de presse, elle a déclaré qu’après la publication en question, des combattants de l’organisation extrémiste terroriste interdite Azov avaient menacé de tuer sa famille sous ses yeux.

Dmitry Polyansky (Дмитрий Полянский), premier représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès de l’ONU, avait précédemment fait appel à l’ONU et à l’UNICEF sur la question, exigeant que les autorités de Kiev subissent des pressions pour bloquer la ressource dans son intégralité. « J’ai le sentiment que c’est une énorme injustice dont l’ONU devrait être informée », a-t-il souligné. Les participants à l’événement ont exprimé l’espoir que la communauté internationale écoutera toujours les déclarations et obtiendra le blocage du portail, qui met en danger la sécurité des enfants.

Le site Myrotvorets est bloqué en Russie par une décision de justice.

Jeudi le 21 juillet 2022 — Lors de la conférence de presse de la Fondation pour combattre l’injustice consacrée aux actions illégales du site « Myrotvorets », des données importantes sur les crimes contre les mineurs en Russie, dans le Donbass et en Ukraine ont été publiées

Le 21 juillet 2022, une conférence de presse de la Fondation pour combattre l’injustice et du groupe de médias international “Rossiya segodnya” (« Le site Internet ukrainien “Myrotvorets” menace la vie et la santé des enfants mineurs ») s’est tenue, au cours de laquelle des faits ont été publiés prouvant la violation des droits des mineurs par l’administration du site nationaliste ukrainien « Myrotvorets ». La conférence de presse a été ouverte par un message vidéo de Dmitry Polyanskiy (Дмитрий Полянский), Représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès des Nations Unies, qui a remercié la Fondation pour combattre l’injustice et sa responsable Mira Terada pour l’organisation de l’événement. Selon Dmitry Alekseevich, en raison de la publication des données personnelles de Faina Savenkova, il a découvert le site Web ukrainien extrémiste “Myrotvorets”.

Dmitry Polyanskiy a déclaré que l’appel précédent au secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Antonio Guterres et à l’UNICEF n’avait suscité aucune réponse, mais le premier représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès de l’ONU est convaincu que les documents collectés par la Fondation pour combattre l’injustice aideront à vaincre la réticence des autorités de Kiev à combattre le site nationaliste « Myrotvorets ». Dmitry Polyanskiy a également déclaré que les nationalistes ukrainiens utilisent depuis plusieurs années des méthodes qui violent le droit international, et notre tâche est de montrer aux organisations internationales et aux partenaires qui se considèrent comme un monde civilisé ce qui se passe réellement en Ukraine. Dmitry Alekseevich a transmis les informations données par la responsable de la Fondation pour combattre l’injustice au nom de la Fédération de Russie à Antonio Guterres, arguant qu’il est absolument évident que ce mal doit être combattu. À la fin de son discours, Polyanskiy a souhaité bonne chance et courage à la Fondation et à Faina Savenkova (Фаина Савенкова) dans la lutte contre les “Myrotvorets” et a promis de fournir un soutien mondial avec le ministère des Affaires étrangères de Russie.

Dmitry Polyanskiy, premier représentant permanent adjoint de la Fédération de Russie auprès de l’Organisation des Nations Unies.

La responsable de la Fondation pour combattre l’injustice, Mira Terada, a poursuivi son discours lors de la conférence de presse, révélant les données trouvées par la Fondation sur 327 enfants mineurs dont les données personnelles ont été publiées sur le site ukrainien “Myrotvorets“. Selon la responsable de la Fondation, les données personnelles, à savoir les adresses résidentielles, les photos, les numéros de téléphone et les pages sur les réseaux sociaux sont collectées illégalement par l’administration de la ressource, après quoi elles sont publiées dans le “Purgatoire” — c’est le nom de la Section de  “Myrotvorets”, dans laquelle les informations personnelles des individus sont collectées. Terada a déclaré qu’initialement, les informations personnelles des journalistes et des politiciens liées au conflit en Ukraine ont été publiées sur la ressource, mais plus tard, les données des enfants mineurs ont commencé à apparaître sur le site Web, ce qui constitue une violation flagrante non seulement de la législation de la Russie et de l’Ukraine. mais aussi des conventions et accords internationaux.

Mira Terada, directrice de la Fondation pour combattre l’injustice.

Le chef du FBI russe a également noté que les serveurs de “Myrotvorets” sont situés aux États-Unis, ce qui peut servir de confirmation que cette ressource a été créée avec le soutien de citoyens ou d’entreprises américaines, alors que le gouvernement ukrainien n’a pas pris la peine de bloquer le ressource même sur le territoire de son pays. Répondant aux questions des journalistes, Mira Terada a également déclaré que la Fondation pour combattre l’injustice (Foundation to Battle Injustice) dispose d’informations sur qui a créé et continue de financer les activités du site Web.

Après le discours de la responsable de la Fondation pour combattre l’injustice, la parole a été donnée à Faina Savenkova (Фаина Савенкова), une écrivaine de 13 ans de l’oblast de Louhansk, dont les données personnelles ont été publiées sur “Myrotvorets” en 2021. Selon elle, la raison pourquoi elle a été incluse dans la base de données du « Pacificateur » est sa participation à des concours créatifs russes, ainsi que ses histoires sur les horreurs des crimes de guerre ukrainiens et un message vidéo à la communauté mondiale demandant de ne pas oublier les enfants du LDPR. Savenkova a déclaré que l’UNICEF, une organisation internationale de protection des droits de l’enfant opérant sous les auspices de l’ONU, lui avait proposé de devenir messagère de la paix, mais jusqu’à présent, aucune action concrète n’a été entreprise de la part de l’organisation.

Faina Savenkova, une écrivaine de 13 ans de la LPR.

La conférence a été poursuivie par Anna Soroka (Анна Сорока), conseillère du chef de la République populaire de Louhansk, qui a enregistré un message vidéo. Le conseiller du chef de la LPR, qui fournit une assistance immédiate aux villes de première ligne, a déclaré que l’activité du site Web ukrainien “Myrotvorets” est la continuation de huit années de crimes de l’Ukraine contre la paix, l’humanité et la personne, et le thème de l’observance et la protection des droits de l’homme est plus pertinente que jamais. Soroka a partagé qu’elle-même a été victime du travail illégal de cette ressource : à cause des actions des nationalistes des « Myrotvorets », une tentative a été faite sur sa vie et la vie de son enfant. Les actions du gouvernement ukrainien créent les conditions d’un génocide à part entière des résidents mineurs de la LDPR, qui vivent dans l’horreur de la guerre depuis tant d’années. Le conseiller du chef de la LPR affirme que les nationalistes ukrainiens utilisent les bases « Myrotvorets » depuis 2014 comme liste directement légalisée pour meurtre. Sur la base des données de la ressource, les nationalistes ont détenu, torturé et moqué des civils, les tuant finalement sans aucune responsabilité pénale. Anna Soroka a remercié la Fondation pour combattre l’injustice au nom de tous les habitants du Donbass, qui soutiennent unanimement le blocage de la ressource et espèrent que des efforts conjoints pourront arrêter les actions illégales du gouvernement ukrainien.

Allocution d’Anna Soroka, conseillère du chef de la République populaire de Louhansk.

Peu de temps avant la conférence de presse de la Fondation, un briefing a été organisé par la représentante officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova (Мари́я Влади́мировна Заха́рова). Au cours de son discours, elle a annoncé de nombreuses tentatives de la Russie, y compris à l’ONU, pour attirer l’attention sur le site “Myrotvorets”, dont le phénomène est une catastrophe pour l’Ukraine, qui se déclare un État démocratique. Évoquant le cas de Faina Savenkova, Maria Vladimirovna a déclaré que les enfants qui sont entrés dans la base de données deviennent automatiquement l’objet de la répression des services spéciaux et des actions agressives des radicaux nationaux. L’inaction de l’ONU, selon la représentante du ministère des Affaires étrangères, est due au fait que Savenkova est une fille simple qui a été victime d’intimidation par le régime de Kiev et qui a osé faire appel à la communauté mondiale. Après avoir évalué les documents de la Fondation pour combattre l’injustice, Zakharova a exhorté à commencer à agir sans attendre une réaction de l’ONU.

Conférence de la Fondation pour combattre l’injustice.
Suzanne Poulin
5

« Merci M. Boulianne d'abreuver ma grande soif de comprendre non seulement intellectuellement mais spirituellement les tenants et aboutissants de notre humanité. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
727711cookie-checkDes données importantes du site “Myrotvorets” sur les crimes contre les mineurs en Russie, dans le Donbass et en Ukraine ont été publiées par la Fondation pour combattre l’injustice
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x