Le tribunal ordonne à Facebook de lui remettre les données sur TOUS les utilisateurs qui ont diffusé de la « désinformation sur le COVID-19 »

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

« Imaginez la dérive totalitaire si cela a lieu. Quel média social sera le prochain ? Une autre tentative de classification… menant ultimement au génocide. » — CAROLE LAVOIE, correspondante


La Cour d’appel du District de Columbia, à Washington, D.C., a rejeté l’appel de Meta visant à annuler une assignation à comparaître de grande envergure qui lui demandait de remettre « des documents suffisants pour identifier tous les groupes, pages et comptes Facebook qui ont violé la politique de désinformation de Facebook sur le COVID-19 en ce qui concerne le contenu concernant les vaccins » au gouvernement de DC. Des millions d’utilisateurs, dont beaucoup ont fait des déclarations véridiques remettant en question le discours du gouvernement sur le Covid, sont susceptibles d’être emportés par cette saisie de données gouvernementale en raison de la portée des règles de Facebook sur la « désinformation sur le Covid-19 » et du nombre d’utilisateurs qui en ont été touchés.

Les règles de désinformation de Facebook sur le Covid-19 ont interdit de nombreuses déclarations véridiques pendant la pandémie. Par exemple, à un moment donné, il a été interdit d’affirmer que « les vaccins ne sont pas efficaces pour prévenir la maladie contre laquelle ils sont censés protéger » – une affirmation que les responsables de la santé ont maintenant admis à contrecœur comme étant vraie.

Même le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a reconnu que Facebook avait censuré des informations véridiques. Et des millions de personnes ont été touchées par ces règles de censure de grande envergure. Dans certains milieux, Facebook a censuré plus de 100 millions de publications pour violation de ces règles. Certains des groupes que Facebook a supprimés en vertu de ces règles comptaient également des centaines de milliers d’utilisateurs.

Meta avait contesté l’assignation à comparaître pour des raisons de liberté d’expression et de confidentialité, arguant qu’elle violait le premier amendement et qu’un mandat était nécessaire pour contraindre à la divulgation des données demandées.

Plus précisément, Meta a fait valoir que l’assignation à comparaître violait les droits de Meta au premier amendement en « prob[ant] et en pénalisant » sa capacité à exercer un contrôle éditorial sur le contenu de sa plate-forme et violait également les droits des utilisateurs de Meta au titre du premier amendement, car cela les dissuaderait de participer à de futures discussions en ligne sur des sujets controversés. De plus, Meta a cité les exigences en matière de mandat dans la Stored Communications Act (SCA) – une loi qui cherchait à fournir par la loi des protections de la vie privée de type quatrième amendement aux communications détenues par des fournisseurs de services tiers.

Cependant, la cour d’appel de DC a rejeté les arguments de Meta.

Le tribunal a déclaré que Meta n’avait pas démontré que l’assignation à comparaître entraînerait un refroidissement de sa liberté d’expression ou de ses droits d’association. De plus, il a déclaré que les droits des utilisateurs du premier amendement du Meta ne seraient pas réprimés parce que « les utilisateurs qui ont publié ces messages se sont déjà ouvertement associés à leurs opinions en les publiant publiquement sur Facebook ».

Le tribunal a également insisté sur le fait que l’exigence de mandat dans la SCA ne s’applique pas aux publications publiques et que l’assignation à comparaître « n’exige pas que Meta “démasque” les utilisateurs anonymes. » En outre, le tribunal a qualifié cette demande massive de données d’utilisateurs de « raisonnablement pertinente » pour l’enquête du DC et a déclaré que l’assignation à comparaître était « étroitement adaptée aux intérêts affirmés du gouvernement ».

Non seulement l’assignation à comparaître oblige Facebook à remettre les données des utilisateurs qui ont été interdits pour avoir partagé des opinions dissidentes, mais la politique de désinformation sur le Covid-19 sur laquelle l’assignation était centrée commence à être annulée par Meta.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

aloes369
5

« Bonjour M. Boulianne. Je peux vous souligner l'excellence de vos écrits sous une transparence indéniable. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
964030cookie-checkLe tribunal ordonne à Facebook de lui remettre les données sur TOUS les utilisateurs qui ont diffusé de la « désinformation sur le COVID-19 »
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Montréalité

Merci. Je comprends que Meta va devoir donner ces informations, mais dans le cadre de quelle action juridique cela lui est-il demandé ?

pascal

tout était une grande dépopulation cest tout peuiard fulmic en paye les frais les ricains toujours dans la guerre quand la dette augmente maintenant poutine la ciné les bricks on compris ! ca se retourne contre eux

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
2
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x