Lorsque Winston Churchill citait le fondateur de l’Ordre des Illuminati et nous mettait en garde contre les dangers du communisme en 1920

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

« Vous avez porté la tente de Moloch et l’étoile du dieu Remphan, ces images que vous avez faites pour les adorer! Aussi vous transporterai-je au delà de Babylone. » (Actes 7:43)

Très loin de la sphère complotiste, Winston S. Churchill parlait implicitement de l’Ordre des Illuminati dans un article très peu ordinaire, publié le 8 février 1920 par l’hebdomadaire britannique Illustrated Sunday Herald, intitulé “Zionism versus Bolshevism: A Struggle for the Soul of the Jewish People” (Le sionisme contre le bolchevisme : Une lutte pour l’âme du peuple juif). Alors qu’il était secrétaire d’État à la Guerre et à l’Air, Churchill commençait son article de cette façon : « Certaines personnes aiment les Juifs et d’autres non ; mais aucun homme réfléchi ne peut douter du fait qu’ils sont sans aucun doute la race la plus redoutable et la plus remarquable qui ait jamais paru au monde. » Il poursuit plus loin en citant Johann Adam (Spartacus) Weishaupt, c’est-à-dire le fondateur de l’Ordre des Illuminati au XVIIIe siècle, ainsi que les conspirateurs les plus connus Marx, Trotsky, Bela Kun, Rosa Luxemburg et Emma Goldman comme faisant partie de la conspiration visant à abattre la civilisation : « Depuis l’époque de Spartacus-Weishaupt jusqu’à celle de Karl Marx, en passant par Trotsky (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxembourg (Allemagne) et Emma Goldman (États-Unis), cette conspiration mondiale pour le renversement de la civilisation et pour la reconstitution de la société sur la base d’un développement arrêté, d’une malveillance envieuse et d’une égalité impossible, n’a cessé de croître. Elle a joué, comme l’a si bien montré une écrivaine moderne, Mme Webster, un rôle nettement reconnaissable dans la tragédie de la Révolution française. Elle a été le moteur de tous les mouvements subversifs au cours du XIXe siècle ; Et maintenant, cette bande de personnalités extraordinaires venues de la pègre des grandes villes d’Europe et d’Amérique a enfin saisi le peuple russe par les cheveux et est devenue pratiquement le maître incontesté de cet immense empire. »

Une illustration du légendaire Will Eisner, tirée de son roman historique graphique, “The Plot: The Secret Story of the Protocols of the Elders of Zion” (2005), incluant l’article “Le sionisme contre le bolchevisme”.

Dans son article, Churchill décrit trois types de Juifs. Les “Juifs nationaux” sont dévoués à leur pays et les “Sionistes” soutiennent un foyer national, voire un pays, pour les Juifs en Palestine. Selon Churchill, ces deux catégories constituent la grande majorité des Juifs. Le troisième type – une petite minorité – est décrit de manière interchangeable par Churchill comme étant des Juifs “internationaux”, “terroristes” et “bolcheviques” : « Il n’est pas nécessaire d’exagérer le rôle joué dans la création du bolchevisme et dans la réalisation réelle de la révolution russe par ces Juifs internationaux et pour la plupart athées. C’est certainement un très grand projet ; il l’emporte probablement sur tous les autres. »

Qu’est-ce qui a poussé Churchill à écrire « Sionisme contre bolchevisme » en février 1920 ? Il était à l’époque ministre de la Guerre et de l’Air. Son prédécesseur avait envoyé des troupes britanniques en Russie pour empêcher les Allemands d’approvisionner les Alliés après que la Russie eut demandé la paix. La profonde aversion de Churchill pour le bolchevisme russe était bien connue. S’exprimant à Sunderland en janvier 1920, il expliqua pourquoi la Grande-Bretagne aidait les armées russes blanches de Deniken et de Koltchak. Le ton de son discours, “The Agony of Russia” (L’agonie de la Russie), peut être illustré par cet extrait :

« Il existe une autre classe avec laquelle, à mon avis, il ne sert à rien d’essayer de se concilier. Je veux dire ces bolchevistes, fanatiques qui sont les ennemis avoués de la civilisation actuelle du monde et qui, s’ils obtenaient ce qu’ils voulaient, détruiraient les parlements démocratiques. dont dépendent les libertés des peuples libres…. »

Plus tard dans son discours, Churchill a développé ce point et a inclus une phrase qui mènerait à l’article “Le sionisme contre le bolchevisme”. « Les bolcheviks », a-t-il déclaré, « cherchent à détruire le capital. Nous cherchons à contrôler les monopoles…. Nous défendons la liberté de conscience et l’égalité religieuse. Ils cherchent à exterminer toute forme de croyance religieuse…. Ils croient au soviet international des Juifs russes et polonais. Nous continuons de faire confiance à l’Empire britannique. »

Dans une lettre adressée au Secrétaire d’État à l’Éducation, Herbert Fisher, il écrit le 21 janvier 1920 : « Je n’ai pas parlé sans réfléchir et étudier très attentivement le mouvement bolchevique…. Je ne trouve pas d’échappatoire à la conclusion claire et évidente selon laquelle les Juifs jouent sans aucun doute un rôle prédominant dans le mouvement bolchevique et que la majorité des dirigeants sont juifs. »

À mon humble avis, Winston S. Churchill,— sans les nommer —, nous parle ici de ceux qui descendent des Khazars, c’est-à-dire les gens formant la secte turque des Sabbatéens (ou Dönme) ainsi que de celle des Frankistes, dont Eve Franck fut la première et la seule femme à avoir été déclarée messie juive au XVIIIe siècle. Les Sabbatéens étaient adeptes de la Kabbale et du Zohar, lesquels affirment l’existence d’une loi, ou d’une interprétation de la loi, cachée et secrète. Les communautés d’Europe centrale et orientale deviendront les Frankistes, mouvement fondé par Jacob Frank. Ceux-ci ont feint d’intégrer le catholicisme par une fausse conversion afin de poursuivre leurs visées messianiques. Les Frankistes finirent par s’intégrer de cette manière dans la noblesse polonaise catholique, dont ils forment la branche « d’ascendance juive ». On peut trouver des traces de descendants de Frankistes jusqu’à nos jours. Les pratiques et croyances frankistes sont les plus extrêmes de toutes, et l’historien et philosophe juif Gershom Scholem a montré qu’ils enseignaient en secret l’inversion totale de toutes les valeurs morales (mensonge, vol, meurtre, inceste…). C’est le concept de la Rédemption par le péché

Au 19ème siècle, les Juifs Sabbatéens avaient été réduits à de petits groupes d’adeptes cachés qui craignaient d’être découverts pour leurs croyances, considérées comme entièrement hérétiques et antithétiques au judaïsme rabbinique. Le terme sabbatéen est principalement utilisé aujourd’hui comme synonyme de Dönme, le seul groupe sabbatéen encore actif, vivant en Turquie.

RÉFÉRENCES :

« La question des Khazars, c’était assez connu, jusqu’aux années 60, y compris des lycéens. Mais même à cette époque, on a essayé de nous convaincre que la Khazarie était judaïsée parce qu’un grand nombre de réfugiés étaient venus de Palestine. On a toujours gardé ce côté ethnique pour justifier notre colonisation ici, au XXe siècle. L’existence d’Israël m’a paru suffisamment assurée pour que nous commencions à nous confronter à la vérité historique. Je pense que j’ai commencé un mouvement qu’il sera difficile d’arrêter. » Shlomo Sand, auteur du livre “Comment le peuple juif fut inventé”, 12 novembre 2008


Rt. Hon. Winston S. Churchill : “Zionism versus Bolshevism: A Struggle for the Soul of the Jewish People”. Publié dans l’hebdomadaire britannique Illustrated Sunday Herald (London), February 8, 1920, page 5.

➽ Le sionisme contre le bolchevisme : Une lutte pour l’âme du peuple juif

Par Winston S. Churchill, le 8 février 1920

Sceau découvert lors des fouilles sur les sites khazars. Cependant, plutôt que d’avoir été fabriqués par des Juifs, ceux-ci semblent être des disques solaires chamaniques.

Certaines personnes aiment les Juifs et d’autres non ; mais aucun homme réfléchi ne peut douter du fait qu’ils sont sans aucun doute la race la plus redoutable et la plus remarquable qui ait jamais paru au monde.

Disraeli, premier ministre juif d’Angleterre et chef du Parti conservateur, qui a toujours été fidèle à sa race et fier de son origine, a déclaré à une occasion bien connue : « Le Seigneur traite les nations comme les nations traitent les Juifs. » Certes, lorsque nous considérons l’état misérable de la Russie, où de tous les pays du monde les Juifs ont été le plus cruellement traités, et que nous le comparons à la fortune de notre propre pays, qui semble avoir été si providentiellement préservé au milieu des terribles périls de cette époque, nous devons admettre que rien de ce qui s’est passé depuis dans l’histoire du monde n’a falsifié la vérité de l’assertion confiante de Disraeli.

Bons et mauvais juifs

Le conflit entre le bien et le mal qui se déroule sans cesse dans le sein de l’homme n’atteint nulle part une telle intensité que dans la race juive. La double nature de l’humanité n’est nulle part illustrée de manière plus forte et plus terrible. Nous devons aux Juifs de la révélation chrétienne un système d’éthique qui, même s’il était entièrement séparé du surnaturel, serait incomparablement le bien le plus précieux de l’humanité, valant en fait les fruits de toutes les autres sagesses et connaissances réunies. C’est sur ce système et sur cette foi que l’ensemble de notre civilisation actuelle a été bâtie sur les ruines de l’Empire romain.

Et il se pourrait bien que cette même race étonnante soit à l’heure actuelle en train de produire un autre système de morale et de philosophie, aussi malveillant que le christianisme était bienveillant, qui, s’il n’était pas arrêté, briserait irrémédiablement tout ce que le christianisme a rendu possible. Il semblerait presque que l’Évangile du Christ et l’Évangile de l’Antéchrist étaient destinés à naître parmi le même peuple ; et que cette race mystique et mystérieuse avait été choisie pour les manifestations suprêmes, tant du divin que du diabolique.

Juifs « nationaux »

Il ne peut y avoir de plus grande erreur que d’attribuer à chaque individu une part reconnaissable des qualités qui constituent le caractère national. Il y a toutes sortes d’hommes – bons, mauvais et pour la plupart indifférents – dans chaque pays et dans chaque race. Rien n’est plus répréhensible que de refuser à un individu, en raison de sa race ou de son origine, son droit d’être jugé sur ses mérites personnels et sa conduite. Chez un peuple au génie particulier comme les Juifs, les contrastes sont plus vifs, les extrêmes sont plus éloignés, les conséquences qui en résultent sont plus décisives.

Dans la période fatidique actuelle, il existe trois lignes principales de conception politique parmi les Juifs, dont deux sont extrêmement utiles et pleines d’espoir pour l’humanité, et la troisième est absolument destructrice.

Il y a d’abord les Juifs qui, résidant dans tous les pays du monde, s’identifient à ce pays, entrent dans sa vie nationale et, tout en adhérant fidèlement à leur propre religion, se considèrent comme des citoyens au sens le plus plein de l’État qui a les reçus. Un tel juif vivant en Angleterre dirait : « Je suis un Anglais pratiquant la foi juive. » C’est une conception digne et utile au plus haut degré. Nous, en Grande-Bretagne, savons bien que pendant la grande lutte, l’influence de ce que l’on pourrait appeler les « Juifs nationaux » dans de nombreux pays s’est portée de manière prépondérante du côté des Alliés ; et dans notre propre armée, les soldats juifs ont joué un rôle des plus distingués, certains accédant au commandement des armées, d’autres remportant la Croix de Victoria pour leur bravoure.

Les Juifs nationaux russes, malgré les handicaps dont ils ont souffert, ont réussi à jouer un rôle honorable et utile dans la vie nationale même de la Russie. En tant que banquiers et industriels, ils ont activement encouragé le développement des ressources économiques de la Russie et ont joué un rôle de premier plan dans la création de ces organisations remarquables, les sociétés coopératives russes. En politique, leur soutien a été apporté, pour l’essentiel, aux mouvements libéraux et progressistes, et ils ont été parmi les plus fervents défenseurs de l’amitié avec la France et la Grande-Bretagne.

Juifs internationaux

En opposition violente à toute cette sphère d’effort juif s’élèvent les projets des Juifs internationaux. Les partisans de cette sinistre confédération sont pour la plupart des hommes élevés parmi les populations malheureuses des pays où les Juifs sont persécutés en raison de leur race. La plupart, sinon la totalité, d’entre eux ont abandonné la foi de leurs ancêtres et ont séparé de leur esprit tout espoir spirituel du monde à venir. Ce mouvement parmi les Juifs n’est pas nouveau. Depuis l’époque de Spartacus-Weishaupt jusqu’à celle de Karl Marx, en passant par Trotsky (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxembourg (Allemagne) et Emma Goldman (États-Unis), cette conspiration mondiale pour le renversement de la civilisation et pour la reconstitution de la société sur la base d’un développement arrêté, d’une malveillance envieuse et d’une égalité impossible, n’a cessé de croître. Elle a joué, comme l’a si bien montré une écrivaine moderne, Mme Webster, un rôle nettement reconnaissable dans la tragédie de la Révolution française. Elle a été le moteur de tous les mouvements subversifs au cours du XIXe siècle ; Et maintenant, cette bande de personnalités extraordinaires venues de la pègre des grandes villes d’Europe et d’Amérique a enfin saisi le peuple russe par les cheveux et est devenue pratiquement le maître incontesté de cet immense empire.

Juifs terroristes

Il n’est pas nécessaire d’exagérer le rôle joué dans la création du bolchevisme et dans la réalisation de la révolution russe par ces juifs internationaux et pour la plupart athées. Il est certainement très grand ; il l’emporte probablement sur tous les autres. A l’exception notable de Lénine, la majorité des figures de proue sont juives. De plus, l’inspiration principale et la force motrice viennent des dirigeants juifs. Ainsi, Tchitcherine, un pur Russe, est éclipsé par son subordonné nominal Litvinoff, et l’influence de Russes comme Boukharine ou Lounatcharski ne peut être comparée au pouvoir de Trotski, ou de Zinovieff, le dictateur de la Citadelle rouge (Petrograd), ou de Krassine ou Radek — tous juifs. Dans les institutions soviétiques, la prédominance des Juifs est encore plus étonnante. Dans le système de terrorisme appliqué par les Commissions extraordinaires de lutte contre la contre-révolution, les Juifs, et dans certains cas notables les Juives, ont joué un rôle prépondérant, voire principal. Les Juifs ont occupé la même place maléfique dans la brève période de terreur pendant laquelle Bela Kun a régné en Hongrie. Le même phénomène s’est produit en Allemagne (en particulier en Bavière), dans la mesure où cette folie a été autorisée à profiter de la prostration temporaire du peuple allemand. Bien que dans tous ces pays il y ait de nombreux non-Juifs tout aussi mauvais que les pires des révolutionnaires juifs, le rôle joué par ces derniers proportionnellement à leur nombre dans la population est étonnant.

« Protecteur des Juifs »

Il va sans dire que les passions de vengeance les plus intenses ont été excitées dans le cœur du peuple russe. Partout où l’autorité du général Dénikine pouvait s’étendre, la protection était toujours accordée à la population juive et ses officiers s’efforçaient de prévenir les représailles et de punir les coupables. C’était si vrai que la propagande pétluriste contre le général Dénikine le dénonçait comme le protecteur des Juifs. Les demoiselles Healy, nièces de M. Tim Healy, en racontant leurs expériences personnelles à Kieff, ont déclaré qu’à leur connaissance, à plus d’une occasion, les officiers qui avaient commis des infractions contre les Juifs avaient été réduits au rang et envoyés hors de la ville vers le front. Mais les hordes de brigands dont est infestée toute la vaste étendue de l’Empire russe n’hésitent pas à assouvir leur soif de sang et de vengeance aux dépens de la population juive innocente chaque fois que l’occasion se présente. Le brigand Makhno, les hordes de Petloura et de Gregorieff, qui marquèrent tous leurs succès par les massacres les plus brutaux, trouvèrent partout parmi la population moitié abasourdie, moitié furieuse, une réponse enthousiaste à l’antisémitisme sous ses formes les plus horribles et les plus immondes.

Le fait que, dans de nombreux cas, les intérêts juifs et les lieux de culte juifs soient exclus par les bolcheviks de leur hostilité universelle a eu tendance à associer de plus en plus la race juive en Russie aux horreurs qui sont perpétrées actuellement. C’est une injustice envers des millions de personnes sans défense, dont la plupart sont elles-mêmes victimes du régime révolutionnaire. Il devient donc particulièrement important d’encourager et de développer tout mouvement juif fortement marqué qui s’éloigne directement de ces associations fatales. Et c’est ici que le sionisme revêt aujourd’hui une signification si profonde pour le monde entier.



Une maison pour les Juifs

Le sionisme offre la troisième sphère aux conceptions politiques de la race juive. En contraste violent avec le communisme international, il présente au Juif une idée nationale d’un caractère impérieux. Il est revenu au gouvernement britannique, à la suite de la conquête de la Palestine, d’avoir l’occasion et la responsabilité d’assurer à la race juive dans le monde entier un foyer et un centre de vie nationale. L’esprit d’État et le sens historique de M. Balfour ont été prompts à saisir cette occasion. Des déclarations ont été faites qui ont irrévocablement décidé de la politique de la Grande-Bretagne. Les énergies ardentes du Dr Weissmann, chef de file, à des fins pratiques, du projet sioniste, soutenu par un grand nombre des Juifs britanniques les plus éminents, et appuyé par la pleine autorité de Lord Allenby, sont toutes orientées vers la réussite de ce mouvement inspirateur.

Bien entendu, la Palestine est beaucoup trop petite pour accueillir plus qu’une fraction de la race juive, et la majorité des Juifs nationaux ne souhaitent pas y aller. Mais si, comme cela peut arriver, un État juif était créé de notre vivant sur les rives du Jourdain, sous la protection de la Couronne britannique, qui pourrait comprendre trois ou quatre millions de Juifs, un événement se serait produit dans l’histoire du monde qui serait, à tous points de vue, bénéfique, et qui serait particulièrement en harmonie avec les véritables intérêts de l’Empire britannique.

Le sionisme est déjà devenu un facteur dans les convulsions politiques de la Russie, en tant que puissante influence concurrente dans les cercles bolcheviques avec le système communiste international. Rien ne pourrait être plus significatif que la fureur avec laquelle Trotsky a attaqué les sionistes en général, et le Dr Weissmann en particulier. La cruelle pénétration de son esprit ne lui laisse aucun doute sur le fait que ses projets d’un État communiste mondial sous domination juive sont directement contrecarrés et entravés par ce nouvel idéal, qui oriente les énergies et les espoirs des Juifs de tous les pays vers une solution plus simple, un objectif plus vrai et bien plus réalisable. La lutte qui s’engage aujourd’hui entre les Juifs sionistes et bolcheviques n’est rien de moins qu’une lutte pour l’âme du peuple juif.

Devoir des Juifs fidèles

Il est particulièrement important dans ces circonstances que les Juifs nationaux de chaque pays qui sont fidèles à leur pays d’adoption se manifestent à chaque occasion, comme beaucoup d’entre eux en Angleterre l’ont déjà fait, et prennent une part importante dans toutes les mesures visant à combattre la conspiration bolchevique. De cette manière, ils pourront revendiquer l’honneur du nom juif et faire comprendre au monde entier que le mouvement bolchevique n’est pas un mouvement juif, mais qu’il est répudié avec véhémence par la grande masse de la race juive.

Mais une résistance négative au bolchevisme, dans quelque domaine que ce soit, ne suffit pas. Des alternatives positives et réalisables sont nécessaires dans le domaine moral comme dans le domaine social ; et en édifiant le plus rapidement possible un centre national juif en Palestine qui puisse devenir non seulement un refuge pour les opprimés des malheureuses terres de l’Europe centrale, mais qui sera également un symbole de l’unité juive et le temple de la gloire juive, une tâche est présentée sur laquelle reposent de nombreuses bénédictions.

« Les “Juifs de l’entité temporaire” ne constituent en aucun cas les habitants originels de la terre de Palestine, et les Juifs khazars sont un mélange d’ethnies qui se disent juives, et le mouvement sioniste a revêtu l’habit de la religion juive pour être l’avant-garde du projet colonial dans le monde arabe afin que l’entité temporaire soit une base avancée pour les conspirations contre les Arabes et les Musulmans. »
— “Juifs Khazars et sionisme”, AlKhanadeq, 22 septembre 2022



Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Ginette Major
5

« Vos parutions sont excellentes… Merci de dire la Vérité. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.