Justin Trudeau a dissimulé l’infiltration massive du régime communiste chinois et de l’APL dans le laboratoire de haute sécurité de Winnipeg

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Déclaration du chef conservateur Pierre Poilievre sur les documents du Laboratoire de Winnipeg

OTTAWA (ONTARIO) L’honorable Pierre Poilievre, chef du Parti conservateur du Canada et de l’Opposition officielle, a fait la déclaration suivante au sujet des documents du Laboratoire de Winnipeg :

« Sous la direction de Justin Trudeau, la RPC et ses entités, y compris l’Armée populaire de libération, ont été autorisées à infiltrer le laboratoire de haut niveau du Canada. Ils ont pu transférer des propriétés intellectuelles sensibles et des agents pathogènes dangereux à la RPC.

« Sur la base de sa propre évaluation, le gouvernement libéral a permis à une personne qui représente “un danger très grave et crédible” et “une menace réaliste et crédible pour la sécurité économique du Canada” d’accéder et de compromettre le laboratoire de haut niveau de notre pays, qui travaille sur certains des virus les plus dangereux au monde, tels que le virus Ebola.

« Justin Trudeau et son gouvernement libéral ont commis une grave erreur en matière de sécurité nationale, qu’ils ont tenté de dissimuler par tous les moyens, y compris en défiant quatre ordres de Parlement et en attaquant en justice le Président de la Chambre des communes. On ne peut pas lui faire confiance pour assurer la sécurité de nos concitoyens et de notre pays.

« Les conservateurs de gros bon sens étudient chaque page de ces documents explosifs et ne s’arrêteront pas tant que les Canadiens ne connaîtront pas la vérité sur cette faille de sécurité terrifiante et sans précédent.

« Un gouvernement de Pierre Poilievre protégera nos laboratoires et tous les biens de notre gouvernement contre ce type d’atteinte à la sécurité nationale et montera la garde pour notre pays afin de s’assurer que cela ne se reproduise plus jamais. »

SOURCES : www.conservateur.ca Cable Public Affairs Channel


Poilievre révèle des documents que Trudeau a dissimulés

Le chef conservateur Pierre Poilievre a accusé le gouvernement Trudeau de compromettre la sécurité nationale et de collusion avec Pékin, alléguant que le gouvernement chinois avait aidé Trudeau à remporter les élections anticipées de 2021. Polièvre a lancé ces accusations en réponse à des documents récemment publiés révélant que deux scientifiques travaillant dans le plus grand laboratoire de microbiologie du Canada travaillaient secrètement avec Pékin. « Sous la direction de Justin Trudeau, la RPC et ses entités, y compris l’Armée populaire de libération, ont été autorisées à infiltrer le laboratoire de haut niveau du Canada. Ils ont pu transférer des propriétés intellectuelles sensibles et des agents pathogènes dangereux à la RPC », peut-on lire dans un communiqué publié par Poilievre.

« Sur la base de sa propre évaluation, le gouvernement libéral a permis à une personne qui représente “un danger très grave et crédible” et “une menace réaliste et crédible pour la sécurité économique du Canada” d’accéder et de compromettre le laboratoire de haut niveau de notre pays, qui travaille sur certains des virus les plus dangereux au monde, tels que le virus Ebola. »

Lorsque la nouvelle a été divulguée pour la première fois aux médias via des documents en grande partie expurgés en 2021, le gouvernement Trudeau a rapidement déclenché des élections anticipées.

Après une nouvelle publication des documents, Poilievre accuse maintenant Trudeau d’avoir déclenché des élections dans le but de dissimuler une atteinte massive à la sécurité nationale. « Il s’agit d’un échec massif en matière de sécurité nationale de la part de Justin Trudeau et de son gouvernement libéral, qu’il s’est battu bec et ongles pour dissimuler, notamment en défiant quatre ordres parlementaires et en poursuivant le président de la Chambre des communes devant les tribunaux. On ne peut pas lui faire confiance pour assurer la sécurité de notre peuple et de notre pays », a écrit Poilievre. « Les conservateurs de bon sens étudient chaque page de ces documents explosifs et ne s’arrêteront pas tant que les Canadiens ne connaîtront pas la vérité sur cette atteinte à la sécurité sans précédent et terrifiante. »

Le Service canadien du renseignement de sécurité a découvert que deux scientifiques licenciés du laboratoire de microbiologie le plus sécurisé du Canada à Winnipeg travaillaient secrètement avec des laboratoires dirigés par le gouvernement chinois et collaboraient également avec « des institutions dont les objectifs ont des applications militaires potentiellement mortelles ». Les documents, qui restent partiellement expurgés, révèlent que Xiangguo Qiu et son mari Keding Cheng ont été retirés en 2019, puis licenciés en 2021. Le SCRS a recommandé à l’Agence de la santé publique du Canada de révoquer les habilitations de sécurité des deux scientifiques.

« Le Service estime que Mme Qiu a développé des relations de coopération approfondies avec diverses institutions de la République populaire de Chine et qu’elle a intentionnellement transféré des connaissances et des matériaux scientifiques en Chine afin d’en faire bénéficier le gouvernement de la RPC », lit-on dans une lettre adressée à l’ASPC par le CISI. janvier 2021, date à laquelle la recommandation a été formulée.

Des documents des services de renseignement détaillent pourquoi Xiangguo Qiu et son mari Keding Cheng ont été licenciés du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg en 2021.

Selon le CSIS, Qiu a probablement été embauchée par le laboratoire dans le cadre du programme chinois des mille talents, un programme parrainé par le gouvernement destiné à recruter des experts chinois pour venir travailler dans les pays occidentaux. Le poste de Qiu était lié à l’Institut de virologie de Wuhan. Le CV de Qiu ne faisait aucune mention du fait qu’elle était professeure invitée dans plusieurs institutions chinoises, ce sur quoi elle a menti à plusieurs reprises lorsqu’on lui a demandé. « Qiu a continué à nier catégoriquement, à feindre l’ignorance ou à mentir carrément », peut-on lire dans la lettre du SCRS. Le SCRS a informé l’ASPC en juillet 2020 qu’il trouvait également suspect le poste de Cheng au laboratoire, car il avait été embauché dans des circonstances similaires.

« Bien qu’il ait eu amplement l’occasion de fournir des déclarations véridiques aux enquêteurs sur des sujets de préoccupation liés à son habilitation de sécurité, le service estime que M. Cheng n’a pas dit la vérité dans les domaines où il en avait le plus besoin », avait écrit le SCRS à l’époque. Il a également été découvert que Qiu avait partagé des données scientifiques provenant du laboratoire de Winnipeg sans l’autorisation nécessaire pour le faire de la Division de gestion de la sécurité nationale de l’ASPC en 2018. On ne sait pas si Qie et Cheng vivent toujours au Canada.

Le gouvernement Trudeau s’est battu au Parlement pour empêcher la publication de ces documents, invoquant des préoccupations en matière de sécurité nationale. Les libéraux sont même allés jusqu’à poursuivre en justice le Président de la Chambre des communes pour l’empêcher de les libérer. Finalement, les libéraux ont accepté de permettre à un comité spécial composé de députés de l’opposition d’examiner les documents afin de résoudre les différends concernant leurs parties expurgées devant un panel de juges. « Les informations semblent principalement destinées à protéger l’organisation contre l’embarras dû à des échecs en matière de politique et de mise en œuvre, et non à des préoccupations légitimes en matière de sécurité nationale, et leur publication est essentielle pour demander des comptes au gouvernement », ont écrit les députés de l’opposition.

Le ministre libéral de la Santé, Mark Holland, a défendu le long processus de divulgation des documents, affirmant que c’était au nom de la sécurité nationale. Poilievre l’a qualifié de « faille de sécurité sans précédent et terrifiante ». « Un gouvernement de Pierre Poilievre protégera nos laboratoires et tous les biens de notre gouvernement contre ce type d’atteinte à la sécurité nationale et montera la garde pour notre pays afin de s’assurer que cela ne se reproduise plus jamais », a-t-il écrit.


Carole Lavoie
5

« Mr Boulianne, vous êtes un soutien indéfectible de la VÉRITÉ en cette époque de mensonges qui s'effondrera en champ de ruines avec hélas beaucoup trop de dommages “collatéraux". »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.