« Les zigzags de l’histoire : l’élimination du joug juif dans le Khazar Kaganate par le grand-duc de Kiev Sviatoslav Igorevitch », par Lev Goumilev

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Je suis très heureux de vous annoncer que je publierai prochainement l’ouvrage de l’ethnologue et l’un des plus influents historiens russes du XXe siècle, Lev Nikolaïevitch Goumilev, intitulé : “Les zigzags de l’histoire” (Зигзаг истории), avec le sous-titre suivant : « L’élimination du joug juif dans le Khazar Kaganate par le grand-duc de Kiev Sviatoslav Igorevitch ».

En 1978, Goumilev a reçu une commande luxueuse pour un essai sur la Khazarie pour l’almanach de vulgarisation scientifique “Prométhée” (Прометей) et écrit “Les zigzags de l’histoire” – sur la prise de pouvoir par les Juifs dans le Khaganat khazar et l’élimination du joug juif par le prince Svyatoslav. L’almanach a été publié par les éditeurs de la série la plus populaire « La vie de personnes remarquables ». Il semblait être distribué dans toutes les bibliothèques de l’Union soviétique et le tirage atteignait 100 000 exemplaires. Pour la première fois, Gumilyov écrivait pour une publication aussi massive. “Les zigzags de l’histoire” raconte comment les Juifs ont pris le pouvoir dans le Khaganat khazar, comment le Khagan a été converti au judaïsme, comment la noblesse turque locale a été en partie exterminée, en partie expulsée et comment a été créé un État chimérique où une petite communauté juive régnait sur la population khazare, nombreuse mais impuissante. Le véritable pouvoir n’appartenait plus au Kagan, mais au “roi” juif, appelé soit par le mot turc “bek” (prince), soit par le mot arabe “malik” (roi). Le peuple Khazar n’était pas converti au judaïsme, car il fallait naître juif (ainsi que persan-zoroastrien ou hindou).

De nombreux postulats sur l’histoire de la conversion des Khazars au judaïsme ont été repris par Goumilev dans les recherches de Mikhaïl Artamonov, mais avec une interprétation beaucoup plus radicale. Ainsi, par exemple, dans les années 1950, il écrit à ce sujet à Piotr Nikolaïevitch Savitski :

« Les Juifs, infiltrés de Byzance à Itil, se sont emparés “par le blat” (je ne trouve pas d’autre terme) de tous les postes importants et, s’appuyant sur la garde mercenaire turkmène, ont établi en Khazarie un régime despotique dont les victimes étaient des Khazars simples d’esprit… »

— Lettre de Goumilev à Savitsky le 19 décembre 1956

Les dernières pages de “Les zigzags de l’histoire” sont consacrées à une excursion dans l’histoire des anti-systèmes. Goumilev reconnaît le Khaganat khazar non seulement comme une chimère ethnique, mais aussi comme un “anti-système”. En 1981, l’essai a été rendu à son auteur. Goumilev, par l’intermédiaire du tribunal, a obtenu le paiement des droits d’auteur, mais l’essai légèrement modifié n’a pu être publié qu’en 1989, lorsqu’il a été inclus dans son livre “La Russie antique et la Grande Steppe” (Древняя Русь и Великая степь), publié à 50 000 exemplaires. Dans sa forme originale, “Les zigzags de l’histoire” n’apparaît qu’en 1993 dans la collection “Ethnosphère : l’histoire des hommes et l’histoire de la nature” (Этносфера: история людей и история природы), c’est-à-dire après la mort de l’auteur.

album-art
Les zigzags de l'histoire, par Lev Nikolaïevitch Goumilev
00:00

« Viking, la naissance d’une nation » est un film historique russe réalisé par Andreï Kravtchouk en 2016, qui raconte l’ascension au pouvoir du prince Vladimir Svyatoslavich en Russie au Xe siècle. L’intrigue est basée sur les événements décrits dans la “Chronique des temps passés“. Le slogan du film est la phrase suivante : « Il faut voir pour croire ». Après la mort de son père, Sviatoslav Ier, souverain de la Russie kiévienne, le jeune prince Vladimir est contraint à l’exil à travers la mer gelée en Suède pour échapper à son demi-frère perfide Yaropolk, que l’on croit avoir assassiné son autre frère Oleg et conquis le territoire de la Russie kiévienne. Le vieux guerrier Sveneld convainc Vladimir de rassembler une force de mercenaires vikings dirigée par un chef suédois, dans l’espoir de reconquérir Kiev sur Yaropolk.

➽ À propos de Lev Nikolaïevitch Goumilev

Fils des poètes acméistes Nicolaï Goumilev et Anna Akhmatova, Lev Gumilyov naît le 18 septembre (1er octobre) 1912 dans la maternité de l’impératrice Alexandra Fyodorovna, sur la 18e ligne de l’île Vassilievski, à Saint-Pétersbourg. Quelques jours plus tard, l’enfant est transporté chez les Goumilev à Tsarskoye Selo. Le 7 octobre, il est baptisé dans la cathédrale Sainte-Catherine. Dans les années 1930-1940, conscient de son attirance pour les sciences historiques, il compose des poèmes et de la prose ; au tournant des années 1950-1960, il traduit des poèmes du persan. À partir de 1931, il participe activement à des expéditions géologiques et archéologiques (il prend part à 21 expéditions au total jusqu’en 1967). En 1934, il entre à l’université d’État de Leningrad, à la faculté d’histoire nouvellement restaurée. Il est arrêté quatre fois et la première fois, en décembre 1933, il est libéré sans inculpation au bout de neuf jours. En 1935, il est arrêté une seconde fois, mais grâce à l’intercession de nombreuses personnalités littéraires, il est libéré et réintégré à l’université. En 1938, il est arrêté une troisième fois et condamné à cinq ans de camp ; il est emprisonné à Norilsk. Le 13 octobre 1944, il est enrôlé dans l’Armée rouge par le bureau d’enrôlement militaire du district de Turukhansk (Igarka), sert comme simple soldat dans le 1386e régiment d’artillerie antiaérienne et participe à l’opération de Berlin. Le 28 novembre 1945, il est démobilisé. Après sa démobilisation, il obtient un diplôme externe de la faculté d’histoire et, en 1948, il soutient sa thèse en vue d’obtenir le titre de candidat aux sciences historiques. En 1949, il est de nouveau arrêté, les charges étant empruntées au dossier d’enquête de 1935 ; il est condamné à 10 ans de camp. Il purge sa peine au Kazakhstan, dans l’Altaï et en Sibérie. En 1956, après le XXe congrès du PCUS, il est libéré et réhabilité. Il travaille à l’Ermitage pendant plusieurs années et, de 1962 jusqu’à sa retraite en 1987, il fait partie du personnel de l’institut de recherche du département de géographie de l’université d’État de Leningrad.

En 1961, il a soutenu sa thèse de doctorat en sciences historiques. En 1974, il a soutenu une deuxième thèse de doctorat, en géographie, mais le diplôme n’a pas été approuvé par la Commission supérieure d’attestation. Son patrimoine scientifique comprend 12 monographies et plus de 200 articles. Dans les années 1950-1960, il se consacre à la recherche archéologique en Khazarie, à l’histoire des Hunnu et des anciens Turcs, à la géographie historique et à l’étude des sources. Dans les années 1960, il a commencé à développer sa propre théorie de l’ethnogenèse, à l’aide de laquelle il a tenté d’expliquer les régularités du processus historique. Sa principale contribution à la science est considérée comme la théorie de l’humidification périodique de l’Eurasie centrale et la popularisation de l’histoire des nomades. Dans le domaine de la recherche historique, Goumilev a adhéré à des idées proches de l’eurasisme.

Les opinions de Lev Nikolaïevitch Goumilev, qui vont bien au-delà des idées scientifiques généralement admises, suscitent la controverse et de vives discussions parmi les historiens, les ethnologues, etc. Un certain nombre de scientifiques considèrent que la théorie passionnelle va au-delà de la science, qu’elle est quasi-scientifique ou pseudo-scientifique.

Le site de la forteresse khazare de Sarkel, découvert et fouillé par Mikhaïl Artamonov dans les années 1930

➧ Recherches et travaux de Lev Goumilev sur les Khazars

Au cours de l’été 1936, Goumilyov, sous le patronage de Mikhaïl Artamonov, obtient un poste dans une expédition archéologique sur le Don, pour fouiller la colonie khazare de Sarkel. Après son retour à Moscou en septembre, on espère lui trouver un poste à l’université de Moscou, non pas à la faculté d’histoire, mais à la faculté de géographie, ce qui offusque Lev. Cependant, dès la fin du mois d’octobre, il fut réintégré à la LSU, et la décision fut prise personnellement par le recteur, Mikhaïl Semionovitch Lazurkine (en 1937, il fut arrêté et fusillé sans procès). Au cours du semestre 1937, Goumilyov commence à travailler avec N. V. Kyuner, alors chef du département d’ethnographie de l’Asie de l’Est et du Sud-Est à l’Institut d’ethnographie de l’Académie des sciences de l’URSS ; Kyuner incite même Goumilyov à travailler dans son département.

D’une manière générale, la vie de Goumilyov entre l’hiver 1936-1937 et le printemps 1938 n’est guère reflétée dans les sources, il n’y a que des témoignages sporadiques. À en juger par les mémoires de contemporains, il a alors eu une liaison avec une étudiante diplômée de l’Académie des sciences — la Mongole Ochiryn Namsraizhav, leur relation a duré jusqu’à son arrestation. Dans les années 1970, ils reprennent leur correspondance, qui ne s’interrompt pas jusqu’à la mort de Goumilyov.

Goumilyov est revenu au problème khazar en 1959, en participant à une expédition sur la Volga et en publiant les résultats de ses recherches sur les Khazars dans les principales revues universitaires : “L’Asie et l’Afrique aujourd’hui”, “Bulletin de l’Université d’État de Leningrad”, “Messages de l’Ermitage d’État”. Le travail dans le domaine de l’archéologie khazare a amené Goumilyov à se pencher sur des problèmes géographiques et lui a en même temps permis de trouver la forme littéraire optimale pour tous ses futurs livres. Cela s’est clairement manifesté au printemps 1965, lorsque la maison d’édition “Science” a commandé à Goumilyov un livre de vulgarisation scientifique sur l’expédition, qui a été publié en juin 1966 : “La découverte de la Khazarie” (Открытие Хазарии).

En 1962 paraît une importante “Histoire des Khazars” de M. I. Artamonov, préparée avant la guerre et éditée par Goumilyov. À cette époque, la question khazare est devenue politique et l’historiographie soviétique a cédé la palme de la primauté : le premier ouvrage scientifique généraliste sur les Khazars a été publié à l’Ouest. Le professeur de l’université de Princeton Douglas Morton Dunlop a publié “L’histoire des Khazars juifs” (The history of the Jewish Khazars) en 1954.

En 1962, Goumilyov décida de rechercher la deuxième capitale de la Khazarie, Semander. Mikhaïl Artamonov, supposait que la ville était située dans le cours inférieur du Terek, dans la région de l’actuelle Kizlyar, mais Goumilyov a décidé qu’au Moyen Âge, il ne pouvait y avoir de ville dans le cours inférieur du Terek, car le fleuve débordait souvent de ses berges et les Khazars ne savaient pas construire de barrages. En conséquence, il a annoncé que près du village de Shelkovskaya (en Tchétchénie) se trouve une forteresse avec des murs similaires à ceux de Sarkel, qui est la capitale recherchée de la Khazarie caucasienne. Dès les années 1970, l’approche de Goumilyov a été critiquée par l’archéologue Vitaly Borisovich Vinogradov « pour sa précipitation et son arrogance ». Dans le même temps, la valeur de la découverte elle-même n’a pas été remise en question, Vinogradov reconnaissant inconditionnellement la colonie comme khazare, mais refusant de la considérer comme Semander. En 1966-1967, l’expédition ethnoarchéologique caucasienne de l’université d’État de Leningrad a de nouveau creusé sur le territoire de Shelkovskaya, mais la sensation ne s’est pas produite et, bien des années plus tard, le professeur et docteur en sciences historiques Alexandre Vilyamovitch Gadlo, qui a continué à étudier l’ancienne colonie de Shelkovskoye, a admis que Goumilyov avait découvert « un camp saisonnier du commandant khazar ». Ces fouilles s’avèrent être la dernière expédition sur le terrain du chercheur de 55 ans. Il passe alors à la théorie passionnelle qu’il a créée, mais développe sur le matériel archéologique la théorie de l’hétérochronie et l’approche géographique de l’histoire des anciens groupes ethniques d’Eurasie que Goumilyov appliquera jusqu’à la fin de sa vie.

Le bâtiment de l’Université nationale eurasienne du nom de L. N. Goumilev, à Astana, au Kazakhstan.

➧ La maladie et le décès de Lev Nikolaïevitch Goumilev

Ayant pris sa retraite à l’été 1987, à l’âge de 75 ans (il est resté l’un des principaux conseillers de la faculté de géographie), Goumilyov n’a pas réduit son activité scientifique et éditoriale. Cependant, peu après avoir emménagé rue Kolomenskaya — dans le premier appartement indépendant de sa vie — Lev Nikolayevich a été victime d’une attaque cérébrale et s’est retrouvé partiellement paralysé. Plus tard, il se rétablit, continue d’écrire et de recevoir des invités, mais ne parvient pas à se remettre complètement. Aux effets de l’attaque et de l’ulcère s’ajoute une affection de la jambe qui l’oblige, jusqu’au début des années 1980, à se rendre aux cours en se tenant par les bras. À l’automne 1990, il donne sa dernière conférence. À partir de l’automne 1991, il commence à souffrir de douleurs au foie. Le 7 avril 1992, il est hospitalisé pour une maladie des calculs biliaires et une cholécystite chronique. Après sa sortie, son état se détériore à nouveau. Il commence à faire ses adieux à de vieilles connaissances avec lesquelles il n’a pas communiqué depuis des décennies. Il envoie des messages à E. Gerstein et à Ochiryn Namsraizhav.

Le 23 mai 1992, Goumilyov subit une intervention chirurgicale pour retirer la vésicule biliaire ; presque toute la famille et tous les amis du scientifique considèrent que cette intervention n’est pas nécessaire. Une forte hémorragie s’ensuit. Grâce à A. Nevzorov, la nouvelle se répand dans tout le pays. À en juger par les descriptions de K. Ivanov, les deux dernières semaines de sa vie, Goumilyov a passé dans le coma et, à partir du 28 mai, il a été connecté à un équipement de maintien en vie. Le 15 juin, il a été décidé de débrancher l’équipement et de signaler son décès, ce qui a été fait vers 23h00.

Le 20 juin, un service funéraire civil est organisé dans la grande salle commémorative de la Société géographique, et il est enterré dans l’église de la Résurrection du Christ, près de la gare de Varsovie. Après un certain nombre de retards bureaucratiques, son corps est enterré dans le cimetière Nikolsky de la Laure Alexandre Nevski. À l’initiative du président Noursoultan Nazarbaïev en 1996, l’une des universités du pays, l’Université nationale eurasienne, a été baptisée du nom de Goumilyov à Astana, la capitale du Kazakhstan. En 2002, un musée-cabinet de L. N. Goumilyov a été créé dans ses murs.

Le musée-cabinet de L. N. Goumilyov à l’Université nationale eurasienne, à Astana, au Kazakhstan.

« Prince Yaroslav » (Яросла́в. Ты́сячу лет наза́д) est un long métrage d’aventure historique russe réalisé par Dmitri Korobkine, sorti en 2010. Les événements du film se déroulent vers 1010, approximativement à la fin du règne de Rostov du fils de Vladimir, “le Baptiste de Russie”, Yaroslav, qui sera plus tard appelé “le Sage”.
À vingt ans déjà, Yaroslav est chargé par son père de gérer les terres orientales de la région de la haute Volga, où, au nord-est de la Russie, dans les profondes forêts impénétrables, vivent des tribus finno-ougriennes non encore converties au christianisme et des tribus slaves rares en ces lieux. Ces tribus sont pacifiques, la plupart d’entre elles “ne connaissent pas les armes”, ce qui leur vaut d’être cruellement capturées et vendues comme esclaves. Les princes et boyards russes, venus de l’ouest, et leurs voisins du sud-est, les Bulgares et les Khazars, qui transportaient les esclaves fraîchement capturés vers le sud, le long de la Volga, jusqu’aux centres de la traite mondiale des esclaves, se livrent à la capture et à la vente des habitants de la forêt.
Le film montre la lutte du prince de Rostov, Yaroslav, contre le commerce d’esclaves ouvert et caché sur ses terres, l’histoire d’amour entre lui et la fille du chef d’une “tribu d’ours” fictive, Raida, le désir de Yaroslav d’unir les tribus forestières locales autour de Rostov et de répandre le christianisme parmi elles. Pour gouverner, Yaroslav s’appuie sur ses anciens parents, un détachement de guerriers nordiques mercenaires, les Varangiens. Cependant, les Varangiens ne sont pas encore chrétiens, ce qui suscite souvent l’incompréhension, voire la trahison et l’inimitié entre eux et les “Russes”. L’événement central du film est la fondation de la ville de Yaroslavl par le prince Yaroslav sur le site du temple “païen” détruit de la “tribu des ours”.

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Le Gaulois
5

« Bravo prince Boulianne de mettre en lumière l'adversaire ainsi que la guerre spirituelle du mensonge covid 1984 qu'instrumentalise les élites afin d'installer le royaume de Satan en ce monde. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.