Nouvelle Khazarie : « la Grande Eurasie n’est pas un projet géopolitique abstrait, mais un projet civilisationnel tourné vers l’avenir » (V. Poutine)

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Je partage avec vous un article du colonel russe à la retraite, Andreï Devyatov (Андрей Девятов), intitulé : “Les tambours de guerre autour de l’Ukraine battent plus fort”. Cet article fut publié le 13 février 2022 sur le principal journal économique du Tatarstan “Affaires en ligne” (Бизнес Online). Je reprends donc cet article dans le cadre de ma série d’articles concernant les Khazars, le Khazar Khaganate (ou « Empire khazar ») et la Nouvelle Khazarie qui vise à mieux faire comprendre aux lecteurs les enjeux réels qui se cachent derrière le conflit entre l’Ukraine, la Russie et l’OTAN depuis 2014 et bien au-delà.

Né le 13 mai 1952 à Moscou, Andreï Petrovich Devyatov est un officier du renseignement soviétique, sinologue militaire et politologue russe. Directeur adjoint de l’Institut de coopération stratégique russo-chinoise. Secrétaire de l’Union des sinologues militaires de Russie. Membre de l’Union des écrivains russes. Colonel à la retraite. Diplômé de l’Institut Militaire des Langues Étrangères. Après avoir participé à la guerre israélo-arabe de 1973, il est engagé au GRU de l’état-major général du ministère de la Défense de l’URSS. En 1976, il est envoyé pour la première fois en Chine sous couverture diplomatique. En seulement un quart de siècle de service, il y a eu trois missions de ce type, d’une durée totale de 11 ans. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’interaction stratégique russo-chinoise. [Site officiel]

Parlant du résultat militaro-politique et de la perspective de la bataille biblique de la fin, le colonel russe à la retraite écrit : « Une telle fin de partie correspond au plan des planificateurs de la Bataille de la Fin visant à démembrer l’Ukraine en quatre parties afin de créer une Nouvelle Khazarie dans cinq régions du sud, en s’appuyant sur le statut d’État de la République de Crimée, où l’exode des Juifs de l’État d’Israël aura lieu. »


COMMENT PROTÉGER LES RUSSES DE LA NOUVELLE KHAZARIE (18 juin 2019) — Alexandre Ivanovitch Zhilin a déclaré que les nouveaux dirigeants de l’Ukraine “ZeKa” — Zelensky et Kolomoisky — ont pour première tâche de restituer les biens de ces derniers. La deuxième tâche est la réinstallation d’une partie d’Israël en Ukraine. Il s’agit de quelques nuances et détails du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (ПМЭФ-2019), du fait qu’il est utile de redescendre du ciel à la terre et de regarder ce qui se passe dans le pays et autour de lui sans lunettes roses. Et aussi que la Russie, en réponse aux actions de génocide et de russophobie du régime de Kiev, devrait prendre exemple sur Israël ; sans cela, le massacre de civils dans le Donbass se poursuivra sous le couvert de négociations privées à Minsk. [Source : Youtube]

Les tambours de guerre autour de l’Ukraine battent plus fort

Erreur monstrueuse ou imposition de la paix ? Andreï Devyatov à propos du concept de Bataille de la fin du point de vue de la politique céleste. La Russie et l’Occident continuent d’échanger des déclarations belliqueuses, des troupes et du matériel se rassemblent autour de l’Ukraine et sur son territoire et plusieurs États envisagent d’évacuer leurs citoyens du pays. Le colonel à la retraite du GRU, écrivain, publiciste et sinologue russe analyse ce qui se passe.

Par Andreï Devyatov, le 13 février 2022

Les tambours de guerre autour de l’Ukraine battent de plus en plus fort. Le 10 février 2022, l’évacuation des employés des missions diplomatiques des pays occidentaux et de la Fédération de Russie a commencé depuis Kiev. Et la « guerre des tambours » dans le domaine de l’information détourne assidûment l’attention sur des négociations épineuses sur la mise en œuvre des accords de Minsk, les garanties de la sécurité de la Fédération de Russie et la désescalade du conflit.

Si l’on se demande, d’un point de vue stratégique et à l’échelle du mondialisme, pourquoi une nouvelle phase d’armes hybrides de type Troisième Guerre mondiale est nécessaire en février 2022, la réponse sera liée au calendrier de la transition de l’humanité vers un nouveau monde monétaire et un nouvel ordre mondial.

Dès le 1er janvier 2023, les banques de règlement et de prêt du monde entier doivent commencer à se conformer à la règle monétaire de Bâle III sur l’introduction de l’or dans les actifs. Et d’ici 2025, les monnaies numériques liées à l’or devraient supplanter le pétrodollar et devenir de la nouvelle monnaie.

Le plan initial du planificateur visant à sortir de la crise mondiale du crédit et de la finance avec peu de pertes dues à la pandémie de COVID-19 a échoué. L’oligarchie financière n’a pas permis que la pandémie soit déclarée force majeure, permettant ainsi l’annulation des dettes. Pour dégonfler les bulles de l’économie basée sur la dette, une hyperinflation du dollar américain a été lancée en décembre 2021. Pour couvrir cette manœuvre avec des circonstances de force majeure, une phase d’armement est nécessaire, lancée sous la canopée des Jeux olympiques de Pékin (4-20 février 2022).

➧ Le rôle de la République populaire de Chine dans le plan des planificateurs de la bataille biblique de la fin

Dans le cadre d’un système de vues au nom audacieux de “nepolitik“, la technologie du « sentiment de l’avenir » a été développée selon le modèle du jeu de bridge à la table de l’histoire. Les dessins du Grand Jeu des 6 projets mondiaux sur l’équilibre des forces en jeu en 2021-2024 ont montré que la Russie ne perdrait pas seulement s’il n’y avait pas de coup dans le dos de la Chine.

Un événement important en ce sens a été la signature, le 4 février 2022 à Pékin, de la « Déclaration conjointe russo-chinoise sur les relations internationales entrant dans une nouvelle ère et le développement durable mondial ». Au cœur de cette déclaration se trouve la thèse selon laquelle les relations entre la Fédération de Russie et la RPC sont « des relations d’un nouveau type, supérieures aux alliances militaro-politiques de la guerre froide » (par exemple l’OTAN et le Pacte de Varsovie). Et leur interaction stratégique bilatérale n’est pas dirigée contre des pays tiers (par exemple les États-Unis) et n’est pas soumise à des changements de situation dans des pays tiers (par exemple l’Ukraine).

En lien avec cette déclaration, le président chinois Xi Jinping a spécifiquement souligné que les relations entre la RPC et la Fédération de Russie étaient des relations « dos à dos » (背靠背). Pour comprendre ce que cela signifie dans l’esprit des Chinois, il est nécessaire de clarifier la position de la stratégie chinoise sur les « relations de quasi-alliance » (准同盟关系), développée grâce aux efforts des généraux Wang Haiyun et Luo Yuan. L’essence de cette formule : « Des relations de partenariat stratégique étroites, non alourdies par des obligations contractuelles » (不承担条约义务的紧密战略伙伴关系).

Cette formule est favorable à la Chine parce que les Russes sont un peuple de combattants, de sacrifices et d’obligations sans aucun accord écrit, tandis que les Chinois sont des confucéens, pour qui leur propre opinion est la plus précieuse, et ils ne se considèrent pas obligés de venir à la rescousse “au premier appel” si cela ne coïncide pas avec leur opinion, surtout si elle n’est prescrite nulle part.

En d’autres termes, la relation « dos à dos » doit être comprise comme la garantie d’un arrière stratégique l’un pour l’autre (l’arrière est ce qui ne se rend pas), alors que les fronts de la Chine et de la Russie sont différents, et le long du front il peut être non seulement une offensive réussie, mais aussi une retraite avec reddition de positions. Autrement dit, s’attendre à ce que la Chine prête main-forte à la Russie dans une situation difficile serait une erreur monstrueuse.

En ce qui concerne les relations sino-américaines, la « première phase de l’accord commercial et économique du 15 janvier 2020 » est mise en œuvre malgré les difficultés liées à la récession et aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement. En 2022, la RPC et les États-Unis ont organisé une série d’événements commémoratifs pour marquer le 50e anniversaire de la visite de Richard Nixon en RPC (21-28 février 1972) et de la signature du communiqué de Shanghai, qui a établi le principe d’une seule Chine et le règlement pacifique de la question de Taïwan.

Dans le triangle Fédération de Russie – Chine – États-Unis, Pékin a une fois de plus pris la position d’un singe rusé qui observe depuis la montagne le combat de deux tigres dans la vallée. Essentiellement, un arbitre du combat. Dans le même temps, il est évident que le prix de Pékin sera la cession d’une partie de la part de la RPC dans le nouveau monde monétaire en faveur des États-Unis en échange du retour pacifique de Taiwan dans le giron de sa patrie. La Russie bénéficiera d’une totale liberté d’action (carte blanche) pour créer l’URSS-2.

Le président chinois Xi Jinping a spécifiquement souligné que les relations entre la république populaire de Chine (RPC) et la Fédération de Russie étaient des relations « dos à dos ».

➧ Plan probable pour forcer la situation à la paix

Une évaluation des signes émergents des services de renseignement suggère que le principal plan visant à forcer la paix autour de l’Ukraine répète ce qui s’est passé en août 2008 autour de la Géorgie, avec la reconnaissance par la Russie des républiques séparatistes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie. Nous parlons maintenant de la reconnaissance par la Russie des républiques populaires autoproclamées du Donbass.

Et puis et maintenant, l’opération militaire a été masquée par les Jeux Olympiques de Pékin et programmée pour coïncider avec de « belles dates » : autrefois le 08.08.08, maintenant le 22.02.22. Le médiateur était alors le président français Nicolas Sarkozy. Désormais, la fonction de pacificateur sera également exercée par le président français Emmanuel Macron. On peut supposer que les affrontements militaires commenceront par une provocation des nationalistes ukrainiens contre les milices du Donbass. Ensuite, au nord, les Forces armées régulières d’Ukraine (AFU) se joindront aux combats dans la zone frontalière avec la Biélorussie, et au sud-est, dans la zone frontalière avec la Fédération de Russie, auxquelles s’opposeront les compagnies militaires privées (PMC), d’origine russe.

[VEUILLEZ NOTER : Andreï Devyatov a écrit cet article le 13 février 2022, soit 11 jours avant l’opération militaire spéciale déclenchée par la Russie.]

Selon le plan de la phase d’armement : l’Ukraine commence et perd. Après avoir chassé les PMC et les milices du Donbass à l’est, les forces armées ukrainiennes ne seront pas en mesure de couvrir simultanément la direction opérationnelle nord Minsk – Kiev. Ici, l’OSCE, conformément à l’Acte de Vienne, commencera à dénoncer l’agression russe et à ramener la situation à la paix.

Du 10 au 20 février 2022 (clôture des Jeux olympiques), les exercices russo-biélorusses « Allied Resolve 2022 » battent leur plein sur le territoire de la Biélorussie. Après l’achèvement des exercices et la coordination des combats, le groupe déployé à la frontière avec l’Ukraine bloquera la zone de conflit, prêt à défendre le Donbass, comme en Géorgie en 2008. Dans le même temps, un groupe de plus de 30 navires a été rassemblé en mer Noire pour des exercices, qui comprenaient tous les grands navires de débarquement des flottes du Nord, de la Baltique et de la mer Noire de la marine russe.

Et si début janvier les tâches visant à bloquer le coup d’État au Kazakhstan étaient assurées par les troupes aéroportées de la Fédération de Russie, alors la fonction de maintien de la paix dans la bande côtière de l’Ukraine pourrait être assurée par la force de débarquement maritime russe.

La nouvelle route de la soie (One Belt, One Road) – La Chine en rouge, les membres de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures en orange, les six corridors en noir et en bleu.

➧ Résultat militaro-politique et perspective de la bataille de la fin

Puisque la confrontation entre les États-Unis et la Fédération de Russie se déroule selon le schéma binaire du « Grand échiquier » de Brzezinski, la Russie, avec ses actions de représailles, joue pour les « noirs », il faut donc sacrifier une pièce pour prendre l’initiative. La demande d’interception de l’initiative était l’ultimatum de Ryabkov du 15 décembre 2021. Et l’Ukraine devrait en devenir la victime.

Selon la formule de Brzezinski, « un nouvel ordre mondial dirigé par les États-Unis sera construit contre la Russie, aux dépens de la Russie et sur les ruines de la Russie ». Le Kremlin tente de prendre l’initiative aux dépens de l’Ukraine et sur les ruines de l’Ukraine. Une telle fin de partie correspond au plan des planificateurs de la Bataille de la Fin visant à démembrer l’Ukraine en quatre parties afin de créer une Nouvelle Khazarie dans cinq régions du sud, en s’appuyant sur le statut d’État de la République de Crimée, où l’exode des Juifs de l’État d’Israël aura lieu. La République socialiste juive soviétique de Crimée est un projet de longue date (années 20 du XXe siècle) des « Fils de l’Alliance ».

En 2012, le poids lourd politique Kissinger a déclaré au New York Post que « dans 10 ans, il n’y aura plus d’Israël ». Et il n’y aura pas d’Israël car les principaux événements de la bataille biblique de la fin, selon les prophètes, devraient se dérouler sur les « montagnes d’Israël » dans la bande allant du Nil (Égypte) à l’Euphrate (Syrie). Pour l’exode des Juifs de cette zone sinistrée du sud de l’Ukraine, la Nouvelle Khazarie est créée. La Russie, avec sa “victoire syrienne”, s’est engagée dans la bataille biblique de la fin le 30 septembre 2015. Par la suite, la Fédération de Russie a annoncé le retrait de ses troupes à trois reprises, mais elle ne peut pas achever la campagne. Selon l’intention du planificateur, la Syrie deviendra un deuxième Afghanistan pour la Fédération de Russie.

La Russie libérale et démocratique remportera une victoire locale lors de la guerre en Ukraine. Toutefois, cette victoire dans la perspective de 2024 n’empêchera pas une défaite stratégique dans la Troisième Guerre mondiale d’un nouveau type hybride et le changement de régime en Russie de “bleu” (libéral) à “rouge” (URSS-2). Le développement ultérieur de la situation est lié au projet « Grande Eurasie – Troisième Horde ». Selon le président russe Vladimir Poutine, « la Grande Eurasie n’est pas un projet géopolitique abstrait, mais un projet civilisationnel tourné vers l’avenir ». [Stoletie.ru]

La politique céleste prédit que la sortie victorieuse de la crise mondiale de la Russie se fera avec la Chine, sur les épaules de la Chine et aux dépens de la Chine.


Le 14 mai 2017, Vladimir Poutine s’est exprimé à Pékin, en Chine, lors de la cérémonie d’ouverture du Forum international « One Belt, One Road » (Une ceinture, une route). L’événement est dédié aux projets chinois « Ceinture économique de la Route de la Soie » et « Route maritime du 21e siècle ». Selon le président russe, « la Grande Eurasie n’est pas un projet géopolitique abstrait, mais un projet civilisationnel tourné vers l’avenir ». [Source : le Kremlin]

Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Diane Leboeuf
5

« Avec vous on a les vraies informations. Merci Monsieur Boulianne. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.