La note de service de 1989 du directeur de la DIA a déclenché une enquête officielle sur la peur de la guerre nucléaire d’Able Archer en 1983

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.
Veuillez trouver ci-dessous la traduction libre d'un article publié le 4 octobre 2022 par la National Security Archive (Archives de la sécurité nationale), intitulé "The Public Document a Federal Judge and the CIA Don’t Want You to See" (Le document public qu'un juge fédéral et la CIA ne veulent pas que vous voyiez).

Fondée en 1985 par des journalistes et des universitaires pour vérifier la montée du secret gouvernemental, la National Security Archive combine une gamme unique de fonctions : centre de journalisme d'investigation, institut de recherche sur les affaires internationales, bibliothèque et archive de documents américains déclassifiés ("la plus grande collection non gouvernementale au monde" selon au Los Angeles Times), principal utilisateur à but non lucratif de la loi américaine sur la liberté de l'information, cabinet d'avocats d'intérêt public défendant et élargissant l'accès public aux informations gouvernementales, défenseur mondial du gouvernement ouvert et indexeur et éditeur d'anciens secrets.

Un mémo a été publié dans l’histoire du département d’État en 2021, mais la CIA affirme qu’il est toujours secret.

La décision du juge Boasberg met en lumière le texte contesté: lisez-le ici

Washington DC, 4 octobre 2022 — Le juge fédéral James Boasberg a soutenu aujourd’hui une affirmation de la CIA selon laquelle un document public sur une fameuse alerte à la guerre nucléaire devrait être censuré « pour protéger les “activités de renseignement” ou les “sources ou méthodes de renseignement” », malgré le fait que sa décision et l’argument de la CIA mettent en évidence les informations et compromettent une telle protection. Le document en question est le mémorandum de « fin de tournée » (End of Tour Report Addendum) rédigé par le directeur sortant de la Defense Intelligence Agency (DIA), le lieutenant-général Leonard Perroots, en janvier 1989.

Lieutenant-général Leonard H. Perroots de l’US Air Force.

La note de service de Perroots a remis en question la minimisation du danger nucléaire par la communauté du renseignement américain lors de l’exercice militaire annuel « Able Archer » de l’OTAN en novembre 1983 et a déclenché une enquête officielle du Conseil consultatif du renseignement étranger du président (PFIAB) qui a conclu que Perroots avait raison. (Le général avait servi comme chef d’état-major adjoint pour le renseignement, U.S. Air Forces Europe, au cours de l’exercice 1983.) Le Conseil a conclu, après un examen de toutes les sources, que les États-Unis « ont peut-être mis par inadvertance nos relations avec l’Union soviétique sur une gâchette » pendant Able Archer, et a félicité Perroots pour avoir évité toute escalade.

La décision Boasberg est intervenue dans le cadre d’un procès pour liberté d’information intenté par les Archives de la sécurité nationale (NSA) contre la Central Intelligence Agency (CIA) demandant sa copie du mémo Perroots, puisque la DIA a apparemment perdu sa propre copie. Le cabinet d’avocats Beveridge & Diamond représente la NSA pro bono dans les deux cas, dirigé par John Guttmann et Hilary Jacobs. Remarquablement, le juge Boasberg s’excuse à plusieurs reprises dans son texte : « Une fois de plus, la Cour demande l’indulgence du demandeur, car elle doit être vague. »

Le rapport PFIAB hautement classifié déclenché par la note de service Perroots a été déclassifié en 2015 par le Groupe d’appel interinstitutions sur la classification de sécurité après une demande et un appel de 12 ans par les Archives de la sécurité nationale et a fait la une des journaux dans le monde entier.

La NSA et son directeur de l’époque de la FOIA, Nate Jones, ont ensuite identifié les boîtes spécifiques des fichiers DIA retirés au Federal Records Center de Suitland, dans le Maryland, où le mémo Perroots doit être situé, et a intenté une action en justice contre la DIA lorsqu’elle n’a pas répondu à la demande de la FOIA. La DIA a finalement déclaré au tribunal que le document avait été perdu, malgré son statut classifié, qui nécessite une protection et un traitement particuliers.

Entre-temps, les historiens du Département d’État avaient localisé une copie du mémo Perroots dans les dossiers de la CIA (le mémo critiquait les conclusions de la CIA sur le niveau de danger de 1983) et avaient publié le document en février 2021 dans la série des relations étrangères du Département des États-Unis (FRUS). Encore une fois, les gros titres du monde entier ont souligné le danger d’une guerre nucléaire par inadvertance contre laquelle le mémo met en garde.

Le procès des Archives a souligné que les volumes FRUS subissent des années d’examen de déclassification avant publication, y compris un examen coordonné de la CIA, un processus qui a pris des années à mettre en place et a été salué par les membres du Comité consultatif historique de l’État comme un modèle pour d’autres agences. La décision Boasberg suggère vaguement, sur la base des affidavits à huis clos de la CIA et d’un sécurocrate du Département d’État, que peut-être quelque chose s’est mal passé avec cet examen, ou que la CIA est toujours en colère contre le groupe interinstitutions qui a publié le rapport du Conseil en 2015, ou que la CIA en veut toujours au statut adopté par le Congrès exigeant que les volumes des relations étrangères soient exacts, ce qui a obligé la CIA à coopérer avec les historiens de l’État. « Kafka serait fier du juge Boasberg », a fait remarquer Tom Blanton, directeur des archives de la sécurité nationale. « Une publication officielle du gouvernement américain a publié le mémo Perroots, mais maintenant la tentative de la CIA de remettre le dentifrice dans le tube ne fait que le répandre partout dans l’évier. »

Les Archives de la sécurité nationale publient aujourd’hui la comparaison côte à côte de la note publique de Perroots et de la version censurée de la CIA. (Notamment, la note de service n’est plus récupérable sur le site Web du Département d’État parce que le volume FRUS le contenant a été retiré ; les responsables ont déclaré que c’était pour des raisons techniques, bien qu’il soit en panne depuis des mois.) Sont également inclus dans la publication la décision du juge Boasberg et des liens vers les multiples publications des archives sur Able Archer 83, le rapport du Conseil présidentiel et le lieutenant-général Perroots.


La liste des documents

U.S. Defense Intelligence Agency memorandum, Lt. Col. Leonard H. Perroots, U.S. Air Force, “End of Tour Report Addendum,” classification unknown, 4 pp.

Jan 9, 1989
Source: 1. FOIA release by U.S. Central Intelligence Agency and 2. Foreign Relations of the United States, 1981-1988, Volume IV, “Soviet Union,” January 1983-March 1985, pp. 1426-1429.

Cette comparaison côte à côte montre le texte du mémo Perroots tel que publié dans la série d’histoire du Département d’État, à côté de la même page que celle censurée par la CIA dans le cadre du litige sur la loi sur la liberté d’information. Tout le texte publié – même le premier paragraphe spécifiquement marqué “U” pour non classifié – est censuré par la CIA, qui n’a publié que la page de couverture qui n’était pas incluse dans le volume d’histoire de l’État.

U.S. District Judge James E. Boasberg, Memorandum Opinion, NATIONAL SECURITY ARCHIVE, Plaintiff v. CENTRAL INTELLIGENCE AGENCY, Defendant, Civil Action No. 21-2857 (JEB).

Oct 4, 2022
Source: U.S. District Court for the District of Columbia.

La décision du juge Boasberg soutient l’affirmation de la CIA selon laquelle le mémo Perroots doit être classifié même si le document a déjà été publié dans la série Relations étrangères des États-Unis du Département d’État.

U.S. Department of State, Foreign Relations of the United States, 1981-1988, Volume IV, “Soviet Union,” January 1983-March 1985.

Jan 1983-Mar 1985
Source: Office of the Historian

Ce PDF contient le texte intégral du volume des relations étrangères des États-Unis du Département d’État dans lequel la note Perroots est apparue. Publié en février 2021, ce volume n’apparaît plus sur le site Web du département d’État et a été récupéré par les archives de la sécurité nationale à partir des différentes archives numériques qui l’ont capturé dans le domaine public en 2021. Dans ce PDF, le mémo Perroots se trouve aux pages 2710 -2714.


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Carole Lavoie
5

« Merci en mon nom et de bien d'autres qui vous sont reconnaissants pour votre travail de sentinelle indéfectible… qui lui sauve des vies… pour de VRAI. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
728990cookie-checkLa note de service de 1989 du directeur de la DIA a déclenché une enquête officielle sur la peur de la guerre nucléaire d’Able Archer en 1983
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alan

MESSAGE DE GUY BOULIANNE : Bien que je ne donne pas mon aval au commentaire ci-dessous, je le publie tout de même en respect pour son auteur et pour la liberté d’expression. Il en va à chaque personne de se forger sa propre opinion à ce sujet. Merci.

UMMO EN 1989

Bonjour

J’apprecie beaucoup votre travail de tres haute qualite

Ceci est ma petite introduction des textes Ummo arrives en 1950 en France en rapport avec votre article
Les Ummains (anciennement appele Ummites) ont participe au desamorcage des tensions nucleaires en 1989:

Le site fait par des scientifiques est de tres haute qualite
http://www.ummo-sciences.org/fr/D118.htm

Lettre D-1492 extrait:
https://www.ummo-sciences.org/fr/D1492.htm

…Cependant nous voulons offrir notre contribution à la paix de cet astre froid. Nous sommes entrés en contact avec deux leaders de grandes nations avec lesquels nous avons eu plusieurs entretiens (le premier le 24 février 1989). Nous avons décliné notre identité et fait une proposition de 32 points en 2 phases. La première a été très rapide et se terminera le 1er février 1990. Les deux mandataires ont exécuté leurs obligations de libérer les peuples opprimés.

Peuple de la Terre (OOYAAGA): Nous avons finalement tenu notre promesse de libérer la Terre de la menace nucléaire qui pesait sur votre astre froid. La seconde phase commencera par la conférence réservée au démantèlement des armes tactiques de rayon d’action moyen (Armes dites de “théâtre” RBM) Ainsi que les missiles balistiques intercontinentaux ICBM. Ainsi ils s’engagent à détruire tous les systèmes antimissiles ABM, et toutes les armes situées dans les sous-marins SLBM. On gèlera les programmes appelé en occident SDI.
Nous avons prévenu un groupe restreint en Allemagne qu’en mars 1989 se produira la libération de tous les pays de l’Est. En même temps que nous avons avisé…

Lettre D-1751
https://www.ummo-sciences.org/fr/D1751.htm

…Nous avons appris la nouvelle à la presse de toute la planète (OOIAA). Grâce à la collaboration des EU et de l’URSS, nous avons ainsi scellé la collaboration de notre civilisation avec Michael Gorbachof et Georges Bush. Depuis le 18 avril à 15 h 06, où se célébra un contact avec le Président de la dernière nation citée (USA), nous n’en avons eu aucune entrevue et nous n’en aurons aucune autre, notre mission est terminée…

Recherche page Russie de 1945 a 1991
https://www.ummowiki.fr/index.php/Union_soviétique_citée_dans_les_lettres_ummites
1991 : fin de la mission auprès des grandes puissances de la Terre:

Les Ummains (anciennement appele Ummites) expliquent pourquoi ils ne peuvent intervenir dans le developpement Societale de la Terre:
La qualite de l’analyse est impresionnante
Lettre D-118
http://www.ummo-sciences.org/fr/D118.htm

Tweets recents:

https://www.ummowiki.fr/index.php/Tweets_OAY_2021
https://www.ummowiki.fr/index.php/Tweets_OAY_2022

Effectifs au 021022
Nouvel effectif réduit à 108 (moins 12)

30 Europe, 30 Amérique du Nord, 30 Amérique du Sud, 18 en Antarctique

Bonne lecture
dataforeal@proton.me

PS: j’ai d’autres infos de ce type si ca vous interesse

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Lettre D1751 long extrait:

(8 janvier 1991) En ce moment se termine la mission que nous nous étions imposée auprès des grandes puissances de la Terre. A la suite d’un entretien avec chacun des deux présidents d’URSS et d’EU, ceux-ci comprirent que le péril nucléaire qui flottait au dessus de leur planète (OOIAA) si la tension continuait à croître jusqu’au point de rupture (UUGAA), cette situation étant malheureusement imminente.

Peut-être avez-vous assisté à un changement surprenant. Au point que personne n’imagina jamais que des structures aussi solides subiraient un changement si profond. L’essentiel est que les deux États en vinrent à réduire substantiellement leur arsenal mortifère. Aussi bien, les E.U. se sont aussi engagés à ne pas faire un pas de plus dans leur escalade agressive envers d’autres pays sans tenir compte du consentement du président et du secrétaire général des Nations Unies.

Jusqu’ici notre intervention, comme signature de celle-ci sur toute la planète, eut lieu sur le territoire soviétique (1989, Voronej) et, comme marque de celle-ci sur toute la planète, un (IVOOSO AIIDA) (terme difficile à traduire : inversion des atomes) permit de montrer notre marque (deux barres croisées entre deux arcs situés de part et d’autre d’un axe de symétrie « )+( » ) se détachant sur la surface de notre nef brillant par ionisation (AAWOLEEAA OEWE OEM).

Nous avons appris la nouvelle à la presse de toute la planète (OOIAA). Grâce à la collaboration des EU et de l’URSS, nous avons ainsi scellé la collaboration de notre civilisation avec Michael Gorbachof et Georges Bush. Depuis le 18 avril à 15 h 06, où se célébra un contact avec le Président de la dernière nation citée (USA), nous n’en avons eu aucune entrevue et nous n’en aurons aucune autre, notre mission est terminée.

+++++++++++++++++++++++++++++

Tweets de OAY 2 Dec 2015
http://www.ummo-sciences.org/fr/W2.htm
Regardez au tweet 60

Q: Quel pourcentage de l’élite/des services secrets, prennent au sérieux le contact twitter ? Y-a-t-il eu un changement d’attitude depuis la NR 18 ?

Transscription de l’image accompagnant la question, qui est un extrait de la NR-18 :
NR 18 Ces organismes connaissent indéniablement notre nature extraterrestre sans toutefois daigner nous considérer comme des interlocuteurs fiables, comportement que nous n’arrivons pas à admettre comme rationnel.

R : Les contacts avec les médias sociaux ne sont pas seulement de nous. L’Australie, le Brésil et la Russie envisagent de plus en plus sérieusement une divulgation officielle.

+++++++++++++++++++++++++++++

Les Ummains (anciennement appele Ummites) expliquent pourquoi ils ne peuvent intervenir dans le developpement Societale de la Terre

lettre D-118 extraits
http://www.ummo-sciences.org/fr/D118.htm

Monsieur Jorge Barrenechea Aberasturi :
Tolérez que ne nous immiscions pas dans vos vies privées pacifiques en vous perturbant avec une nouvelle lettre.
Monsieur de la Terre : bien que nous ayons répété ce geste avec trois autres de vos frères de France, Norvège et Canada, nous désirons vous exprimer – et aux autres de vos frères d’Oyaagaa – notre tristesse pour le décès de votre frère Jean Paul Sartre.
Son cerveau fut l’un des plus exeptionnel que nous ayons détecté chez les hommes vivant dans l’intervalle durant lequel nous avons visité votre astre froid.
Nous ne pouvons élaborer une apologie de nombreux aspects en relation avec son idéologie fluctuante que nous considérons formellement erronée, nous regrettons que, comme beaucoup de vos penseurs contemporains, il ait rejeté la thèse de l’existence d’un créateur (Dieu ou WOOA), et que son dernier mode de vie l’inclina vers des positions proches de la pensée ANARCHISTE. Mais. Que peuvent faire des scientifiques honnêtes et des vrais philosophes qui observent comment le nom de Dieu est utilisé pour masquer les crimes les plus odieux contre le droit des gens et que les grandes structures de la religion se sont converties en empires économiques contribuant aux terribles injustices sociale que vous endurez ?
Mes frères – qui actuellement réalisent une analyse exhaustive des modèles socioculturels et socioéconomiques qui régissent l’évolution du réseau social Terre – ont été impressionnés par l’étude lucide et profonde que Monsieur Sartre a réalisé en captant tout son drame la terrible solitude de l’humain incapable d’établir des liens plus stables qui l’intègrent dans son réseau, et la tragédie des OEMII de la Terre, opprimés par une société non solidaire, qui se débattent dans les brumes d’une sphère émotive sauvage et déséquilibré.

Quand certains de vos frères qui nous connaissent, Monsieur Jorge Barrenechea, nous interpellent ainsi : pourquoi vous, qui dites venir d’une autre planète, ne nous donnez-vous pas la formule pour sortir de ce marécage ?
Nous désirons avec ferveur vous offrir une réponse, peut-être frustrante mais cohérente, avec une logique qui vous soit familière :
Examinez la question : des frère au cerveau privilégié comme Marcuse, Fromm, Poulantzas, Sartre, Rusell… ont indiqué avec beaucoup de clarté les racines des maux qui corrompent la structure sociale de la Terre. Vos frères aussi, comme Jean XXIII, Gramsci, Helder Camara, Che Guevara, Romero, Camilo Torres, Teilhard de Chardin, Ghandi, Marx, Mao Tse Tung… ont apporté avec leur idéologie un appel angoissé aux autres Oemmi de la Terre; tous ont compris que baser le bonheur sur un modèle socio-économique de consommation enfoncerait le reste de l’ensemble social dans la frustration et le désespoir. Mais qui donc les a suivis? Une grande fraction du réseau a préféré suivre un Hitler, un Pinochet ou un modèle aussi inhumain que celui des États-Unis, ou se courber sous le joug bureaucratique des états totalitaires d’économie socialiste dogmatique.

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
2
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x