Les forces cachées derrière le communisme sont révélées dans le livre introuvable de Richard Wurmbrand : « Karl Marx était-il un sataniste ? »

J’ai fait l’acquisition d’un livre très important qui nous aide à comprendre,— à mon avis —, la source et le fondement des problèmes que nous affrontons actuellement dans le monde complètement malade qui est malheureusement le nôtre. Il s’agit du livre de Richard Wurmbrand (né le 24 mars 1909 – décédé le 17 février 2001), intitulé “Was Karl Marx a Satanist ?” (Karl Marx était-il un sataniste ?). Encore une fois, j’ai réussi à dénicher la première édition de cet ouvrage au prix extrêmement bas de 8,49 $US. Cette première édition, qui fut publiée en 1976 par l’éditeur Diane Books Publishing Company, est quasiment impossible à trouver de nos jours, sinon à un prix exorbitant. Par exemple, cette édition rare est présentement en vente chez eBay au prix de 350 $US et même 450 $US. Vous comprenez maintenant pourquoi je dis que ThriftBooks est ma boutique préférée de livres d’occasion en anglais ! Ce livre est un véritable objet de collection.

La description du livre se lit comme suit : « “Le père du mensonge” était le nom que Jésus donna au malin et l’apôtre Paul avertit la jeune Église qu’il était déguisé en “ange de lumière”. Il était le grand trompeur qui s’affichait dans Marx comme le champion bienveillant et attentionné des pauvres. Richard Wurmbrand, qui a souffert intensément dans les prisons communistes pour sa foi chrétienne courageuse, révèle des preuves surprenantes de l’implication de Marx dans le satanisme et l’occultisme. Ce livre a été introduit clandestinement dans de nombreux pays communistes où il a été dénoncé comme “provocateur et odieux”, mais d’autres biographes de Karl Marx ont confirmé les conclusions de Richard Wurmbrand. Beaucoup de gens vivent encore sous la domination marxiste. Ont-ils trouvé leur terre promise ou est-ce l’une des plus grandes tromperies diaboliques ? »

J’entretiens actuellement une correspondance avec le fils de Richard Wurmbrand en prévision que je traduise le livre de son père en français et que je le publie sous le titre Karl Marx était-il un sataniste ? pour le rendre disponible au lectorat francophone (ceci reste bien sûr à être confirmé). Âgé aujourd’hui de 84 ans, Michael Wurmbrand m’écrit : « Cher Guy. (…) En plus de la question des origines satanistes de l’idéologie de Marx, le principal défenseur et promoteur du marxisme, l’Union soviétique et éventuellement d’autres pays qui ont embrassé le communisme comme la Corée du Nord, la Chine, Cuba sont à toutes fins utiles des expériences visiblement ratées. Ce qui empoisonne les nouvelles générations, c’est l’avidité directe pour les médicaments qui confèrent le plus tôt possible la sécrétion de dopamine. L’idée que la classe ouvrière doit avoir accès au « marteau et à la faucille » comme moyen de production et d’enrichissement éventuel n’a plus de sens puisque la robotique remplacerait le travail humain dénué de sens. Il y a beaucoup à écrire sur le sujet, mais une fois que les médicaments sont rendus accessibles, il n’y a plus personne assez convaincant pour convaincre d’une manière ou d’une autre. Ce fut un plaisir de vous écrire. »


« Jusqu’à ce que le cœur soit ensorcelé, jusqu’à ce que les sens s’ébranlent : avec Satan, j’ai conclu mon marché. Il marque les signes, bat le rythme pour moi, je joue la marche de la mort rapidement et librement. »

— Karl Marx, The Fiddler (Le violoniste)

À propos de Richard Wurmbrand

Richard et Sabina Wurmbrand

Richard Wurmbrand, également connu sous le nom de Nicolai Ionescu, était un prêtre évangélique luthérien roumain et professeur d’origine juive. En 1948, devenu chrétien dix ans auparavant, il déclara publiquement que le communisme et le christianisme étaient tous les deux incompatibles. Wurmbrand a prêché dans des abris anti-bombes et a sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. En conséquence, il a été emprisonné et torturé par le régime alors communiste de Roumanie, qui maintenait une politique d’athéisme d’État.

Après avoir purgé un total de quatorze ans, il a été racheté pour 10 000 $. Ses collègues en Roumanie l’ont exhorté à quitter le pays et à travailler pour la liberté religieuse à partir d’un endroit moins dangereux personnellement. Après avoir passé du temps en Norvège et en Angleterre, lui et sa femme Sabina, qui avait également été emprisonnée, ont émigré en Amérique et ont consacré le reste de leur vie à faire connaître et à aider les chrétiens persécutés pour leurs croyances. Il a écrit plus de 18 livres, les plus connus étant “Tortured for Christ” (Torturé pour le Christ) et “Answer to Moscow’s (Atheist) Bible” (Réponse à la Bible (athée) de Moscou). Des variations de ses œuvres ont été traduites dans plus de 65 langues.

Richard Wurmbrand, le plus jeune de quatre garçons, est né en 1909 à Bucarest dans une famille juive. Il a vécu avec sa famille à Istanbul pendant une courte période, son père est décédé alors qu’il avait 9 ans et les Wurmbrand sont retournés en Roumanie six ans plus tard. Adolescent, il est envoyé étudier le marxisme à Moscou, mais revient clandestinement l’année suivante. Poursuivi par Siguranţa Statului (la police secrète), il est arrêté et détenu à la prison de Doftana. De retour dans sa mère patrie, Wurmbrand était déjà un important agent, dirigeant et coordinateur du Komintern payé directement de Moscou. Comme d’autres communistes roumains, il a été arrêté à plusieurs reprises, puis condamné et de nouveau libéré.

Il épousa Sabina Oster le 26 octobre 1936. Wurmbrand et sa femme (connue sous le nom de Bintzea par ses amis) se convertirent au christianisme en 1938 grâce au témoignage de Christian Wolfkes, un charpentier chrétien roumain ; ils ont rejoint le ministère de l’Église anglicane auprès du peuple juif (CMJ UK). Wurmbrand a été ordonné deux fois, d’abord en tant qu’anglican, puis, après la Seconde Guerre mondiale, en tant que prêtre luthérien. En 1944, lorsque l’Union soviétique occupa la Roumanie comme première étape vers l’établissement d’un régime communiste, Wurmbrand commença un ministère auprès de ses compatriotes roumains et des soldats de l’Armée rouge ; la République socialiste de Roumanie avait une doctrine d’athéisme d’État. Lorsque le gouvernement a tenté de contrôler les églises, il a immédiatement commencé un ministère “clandestin” auprès de son peuple. Wurmbrand était professeur dans le seul séminaire luthérien de son pays. Bien qu’il soit un prêtre luthérien dévot, Wurmbrand était très œcuménique en ce sens qu’il travaillait avec des chrétiens de nombreuses confessions. On se souvient de Wurmbrand pour son courage à se lever lors d’un rassemblement de dirigeants d’églises et à dénoncer le contrôle du gouvernement sur les églises. Il a été arrêté le 29 février 1948, alors qu’il se rendait à un service divin.

Emprisonnements

Wormbrand en prison

Wurmbrand, qui a traversé les établissements pénitentiaires de Craiova, Gherla, le canal Danube-mer Noire, la prison de Văcăreşti, Malmaison, Cluj et finalement Jilava, affirmant avoir passé trois ans à l’isolement. Cet enfermement était dans une cellule à douze pieds sous terre, sans lumière ni fenêtre. Il n’y avait aucun bruit car même les gardes portaient du feutre sur la semelle de leurs chaussures. Il a raconté plus tard qu’il maintenait sa santé mentale en dormant pendant la journée, en restant éveillé la nuit et en exerçant son esprit et son âme en composant puis en prononçant un sermon chaque nuit. Grâce à sa mémoire extraordinaire, il a pu se souvenir de plus de 350 d’entre eux, dont il a inclus une sélection dans son livre “With God in Solitary Confinement”, qui a été publié pour la première fois en 1969. Pendant une partie de cette période, il a ensuite écrit sur la communication. avec d’autres détenus en tapant le code Morse sur le mur. De cette façon, il a continué à “être la lumière du soleil” pour ses codétenus plutôt que de s’attarder sur le manque de lumière physique.

Wurmbrand a été libéré de son premier emprisonnement en 1956, après huit ans et demi. Bien qu’il ait été averti de ne pas prêcher, il a repris son travail dans l’église clandestine. Il a été de nouveau arrêté en 1959 et condamné à 25 ans. Pendant son incarcération, il a été battu et torturé. Il a déclaré que sa torture physique comprenait des mutilations, des brûlures et l’enfermement dans une grande glacière congelée. Son corps a porté les cicatrices de la torture physique pour le reste de sa vie. Par exemple, il a raconté plus tard avoir eu la plante des pieds battue jusqu’à ce que la chair soit arrachée, puis le lendemain battu à nouveau jusqu’à l’os, affirmant qu’il n’y avait pas de mots pour décrire cette douleur.

Lors de son premier emprisonnement, les partisans de Wurmbrand n’ont pas pu obtenir d’informations sur lui ; plus tard, ils ont découvert qu’un faux nom avait été utilisé dans les registres de la prison afin que personne ne puisse savoir où il se trouvait. Des membres de la police secrète ont rendu visite à Sabina en se faisant passer pour des codétenus libérés. Ils ont affirmé avoir assisté aux funérailles de son mari. Au cours de son deuxième emprisonnement, sa femme Sabina a été informée officiellement de sa mort, à laquelle elle ne croyait pas. Sabina elle-même avait été arrêtée en 1950 et avait passé trois ans en travaux pénitentiaires sur le canal. Le récit autobiographique de Sabina de cette époque est intitulé “La femme du pasteur”. Leur fils unique, Mihai, alors jeune adulte, a été expulsé des études collégiales dans trois établissements parce que son père était un prisonnier politique ; une tentative d’obtenir l’autorisation d’émigrer en Norvège pour éviter le service obligatoire dans l’armée roumaine a échoué.

Finalement, Wurmbrand a reçu une amnistie en 1964. Préoccupée par la possibilité que Wurmbrand soit contraint de subir une nouvelle peine d’emprisonnement, la Mission norvégienne auprès des Juifs et l’Alliance chrétienne hébraïque ont négocié avec les autorités communistes sa libération de Roumanie pour 10 000 dollars (bien que le tarif en vigueur pour les prisonniers politiques était de 1 900 $). Il a été convaincu par les dirigeants de l’église clandestine de partir et de devenir une voix pour l’église persécutée. Il a consacré le reste de sa vie à cet effort, malgré les avertissements et les menaces de mort. Il était un ami de Costache Ioanid, le poète chrétien roumain.

L’actuel président de la Fondation Richard Wurmbrand, Michael Wurmbrand (jeune), avec ses parents.

Réalisations, influence et mort

Wurmbrand a voyagé en Norvège, en Angleterre, puis aux États-Unis. En mai 1966, il a témoigné à Washington, DC, devant le sous-comité de la sécurité intérieure du Sénat américain. Ce témoignage, dans lequel il a enlevé sa chemise devant des caméras de télévision pour montrer les cicatrices de sa torture, l’a attiré l’attention du public. Il est devenu connu sous le nom de “La voix de l’Église clandestine”, faisant beaucoup pour faire connaître la persécution des chrétiens dans les pays communistes. Il a compilé des preuves circonstancielles que Karl Marx était un sataniste.

En avril 1967, les Wurmbrands ont formé l’organisation Jesus to the Communist world, rebaptisée plus tard Voice of the Martyrs, une organisation interconfessionnelle travaillant initialement avec et pour les chrétiens persécutés dans les pays communistes, mais élargissant plus tard ses activités pour aider les croyants persécutés dans d’autres endroits, en particulier dans le monde musulman.

En 1990, lui et sa femme sont retournés en Roumanie pour la première fois en 25 ans. La Voix des Martyrs a ouvert une imprimerie et une librairie à Bucarest. Le nouveau maire de Bucarest avait offert un espace de stockage pour les livres sous le palais de l’ancien dictateur Nicolae Ceaușescu, où il avait passé des années en détention, priant pour un ministère dans sa patrie. Wurmbrand s’est engagé dans la prédication avec des ministres locaux de presque toutes les dénominations.

Wurmbrand a écrit 18 livres en anglais et d’autres en roumain. Son livre le plus connu, intitulé “Torturé pour le Christ”, a été publié en 1967. Dans plusieurs d’entre eux, il a écrit très audacieusement et énergiquement contre le communisme, mais il a maintenu un espoir et une compassion même pour ceux qui l’ont torturé en « regardant les hommes.. … non pas tels qu’ils sont, mais tels qu’ils seront… Je pouvais aussi voir dans nos persécuteurs un futur apôtre Paul… [et] le geôlier de Philippes qui s’est converti. » Wurmbrand a vécu pour la dernière fois à Palos Verdes, en Californie.

Il est décédé à l’âge de 91 ans le 17 février 2001 dans un hôpital de Torrance, en Californie. Sa femme, Sabina, était décédée six mois plus tôt, le 11 août 2000. En 2006, il avait été élu cinquième parmi les plus grands Roumains selon le sondage Mari Români.

Marx : un adepte de Satan dévoué

Selon le Livre noir du communisme, l’idéologie communiste a causé la mort de près de 100 millions de personnes. La plupart des gens pensent que Karl Marx était athée. Lui-même a propagé de tels idéaux, mais une enquête sur l’individu nous permet de découvrir qu’il s’agissait, de sa part, d’un stratagème pour déconnecter du divin les adeptes du marxisme. Quant à Marx, il a toujours porté en lui des tendances sataniques qui se sont manifestées dans ses poèmes et ses livres. Il n’est pas si difficile de comprendre pourquoi le communisme s’est avéré être la force destructrice qu’il incarne. On peut percevoir le côté satanique de Marx dans les nombreux poèmes qu’il a écrits, dans lesquels il s’en prend à Dieu et se range du côté du diable. Dans certains poèmes, il s’assimile à Dieu, se dotant d’un pouvoir sur toute la Création. Dans une partie d’un poème intitulé Fierté humaine, Marx révèle son désir de prendre la place de Dieu.

Alors je jette le gant
Je jette le gant, méprisant, à la face du monde.
La naine géante, qui gémit, descend,
Plonge, mais ne peut écraser mon bonheur.
Comme un Dieu, j’ose
Parcourir en triomphe ce royaume en ruine.
Chaque mot est un acte et un feu,
Et mon sein comme celui du Créateur.

Voici un autre exemple tiré du poème de Marx, La jeune fille pâle (1837) :

J’ai donc renoncé au ciel,
Je le sais très bien.
Mon âme, autrefois fidèle à Dieu,
Est choisie pour l’enfer.

Par un usage habile des mots, les communistes font croire aux gens qu’ils peuvent penser ce qu’ils veulent, qu’ils n’ont pas à se préoccuper du bien ou du mal, puisque la moralité est « arbitraire ». Et en faisant de cette croyance le fondement de la société, les communistes sont capables de créer une grande anarchie. Quelques versets du poème Le violoniste sont encore plus explicites en révélant le culte obsessionnel que Marx vouait à Satan.

Jusqu’à ce que le cœur soit ensorcelé, jusqu’à ce que les sens s’affolent :
Avec Satan, j’ai conclu mon marché.
Il trace les signes, bat la mesure pour moi,
Je joue la marche de la mort rapidement et librement.

Karl Marx n’était-il, dans cette déclaration, que le porte-parole de quelqu’un d’autre ? À un âge où tout jeune homme normal rêve de faire du bien aux autres et de se préparer une carrière, pourquoi aurait-il écrit les lignes suivantes dans son poème Invocation d’un désespéré ?

Un dieu m’a donc arraché tout ce que je possédais
Dans la malédiction et le rack du Destin.
Tous ses mondes ont disparu sans qu’on puisse les rappeler !
Il ne me reste plus que la vengeance !

Je construirai mon trône dans les hauteurs,
Son sommet sera froid et terrible.
Pour son rempart, une crainte superstitieuse,
Pour son maréchal, l’agonie la plus noire.

Je me retournerai, frappé d’une pâleur mortelle et muette ;
La Mortalité aveugle et froide l’étreint.
Que son bonheur prépare son tombeau.

Le côté destructeur de Marx est mis en évidence dans l’un de ses poèmes inachevés, qu’il a écrit durant sa jeunesse. Poème intitulé Oulanem : Une tragédie, dont voici quelques vers :

Tout perdu ! L’heure est maintenant expirée et le temps
Reste immobile. Cet univers pygmée s’effondre.
Bientôt j’étreindrai l’éternité et hurlerai
La malédiction géante de l’humanité dans son oreille.
(…)

Qui s’est dressé entre moi et lui !
Il serait brisé par ma longue malédiction,
Et j’entourerais de mes bras l’être cruel,
M’embrassant, deux morts silencieuses.
Alors silencieusement je sombrerais dans le vide.

Tous ces poèmes évoquent une personne seule et psychologiquement blessée, en colère contre tout — en colère contre Dieu, en colère contre la société, en colère contre l’humanité et en colère contre quiconque pense différemment. En fait, son désir de destruction semble être motivé par la prise de conscience de son insignifiance et de son inutilité. Pour comprendre pourquoi Marx se sentait insignifiant, il faut examiner le cours de sa vie.

Pendant plusieurs années, Marx vécut enfermé chez lui pour écrire les différentes théories du communisme. Son ami Frederick Engels était celui qui travaillait et lui procurait de l’argent. En fait, Engels donnait tous les mois à son ami la moitié de ses revenus. Marx a pu vivre sa vie et prendre soin de sa famille essentiellement grâce à cet argent. Étant donné que la plupart des hommes construisent leur identité en travaillant, et en prenant soin de leur famille, le fait d’avoir à solliciter l’aide d’une autre personne pour subvenir à ses besoins, pendant toute sa vie d’adulte, a pu, dans une certaine mesure, engendrer chez Marx un sentiment d’inutilité.



Karl Marx est apparenté aux Rothschild

Engels n’était pas le seul à lui venir en aide. Marx était aussi apparenté à la famille Rothschild et aurait été employé par elle pour corrompre la démocratie. L’un des grands-parents de Marx était Nanette Salomon Barent-Cohen, qui appartenait à une riche famille d’Amsterdam. Sa cousine avait épousé Nathan Mayer Rothschild et donné naissance au baron Lionel Nathan Rothschild, banquier et fondateur de la branche londonienne de la famille Rothschild.

► RÉFÉRENCE — Edward Gelles : « Shared ancestral surnames and autosomal DNA matches with ». Balliol College Archives & Manuscripts, 2016 and 2018. [Source]

Communisme et cannibalisme

Une des choses les plus sataniques qu’un être humain puisse faire dans sa vie est de manger un individu de son espèce. Le régime communiste est connu pour avoir pratiqué le cannibalisme. Cela a été le cas en Russie et en Chine. Les idéologies utopiques finissent par plonger les gens dans une telle pauvreté et une telle famine, que beaucoup d’entre eux finissent par choisir de manger une autre personne, plutôt que de mourir dans la dignité.

Durant la famine soviétique, entre 1921 et 1922, il est bien connu que certains paysans se sont livrés au cannibalisme. Lénine était apparemment ravi que la famine tue des millions de personnes car il croyait qu’elle mettrait fin à la foi du peuple dans le tsar et en Dieu. Il pensait que le socialisme résulterait de la famine. Selon les estimations, entre 5 et 10 millions de personnes sont mortes au cours de cette effroyable période. L’Union Soviétique a connu une autre période de famine majeure entre 1932 et 1933, sous Staline. Les gens ont non seulement pratiqué le cannibalisme sur des cadavres humains, mais aussi sur des enfants qu’ils kidnappaient.

La Chine a connu des périodes aussi abominables sous le règne implacable de Mao. Ses choix politiques ont en partie été à l’origine de la famine qui a sévi pendant quatre ans, entre 1958 et 1962, et qui a causé la mort de 15 à 30 millions de personnes. Et, comme en Russie, certains Chinois ont eu recours au cannibalisme pour rester en vie. Dans une commune, on a découvert que des personnes mangeaient des cadavres et les vendaient même sous forme de viande de porc. Certains ont tué leurs propres enfants. Mao a fermé les yeux devant cette tragédie. En fait, lui et les membres de son parti pensaient que la famine était la punition pour ceux du peuple qui ne croyaient pas au Parti communiste chinois.

La destruction complète de la spiritualité et du caractère sacré de la vie a, sous le régime communiste, conditionné mentalement les gens à considérer leurs semblables simplement comme des objets. Par conséquent, lorsque la famine a frappé, ils en sont venus à considérer les humains comme une source potentielle de nourriture. Cette chose n’aurait jamais pu se produire dans des lieux où les gens sont fortement ancrés dans leurs traditions spirituelles. Le caractère sacré de la vie humaine aurait empêché les gens de commettre des actes aussi odieux.


SOURCES :

  1. Episodul 01. Schimbare de credință Richard Wurmbrand 26:21
  2. Episodul 02. Împotriva tuturor zeilor Richard Wurmbrand 30:58
  3. Episodul 03. Credința năruită Richard Wurmbrand 19:31
  4. Episodul 04. Prea târziu. O cumplită falsificare Richard Wurmbrand 29:43
  5. Episodul 05. Cruzime satanică. Păcatul satanic Richard Wurmbrand 25:05
  6. Episodul 06. Un război spiritual Richard Wurmbrand 23:25
  7. Episodul 07. Marx, Darwin și evoluția Richard Wurmbrand 37:41
  8. Episodul 08. Îngeri de lumină Richard Wurmbrand 23:50
  9. Episodul 09. Cui îi vom sluji? Richard Wurmbrand 24:46
  10. Episodul 10. Pot fi comuniștii creștini? Richard Wurmbrand 17:35
Pascal Chabot
5

« Respect pour votre excellent travail de vrai journaliste. Bravo et courage dans vos combats et encore merci de votre aide à éveiller les consciences. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.