Przemyslaw Czarnek demande l’extradition du Canada vers la Pologne du nazi Yaroslav Hunka, 98 ans, qui fut ovationné au Parlement canadien

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Une nouvelle démonstration des vues nazies des autorités ukrainiennes, qui semblent être partagées par les sponsors occidentaux. Volodymyr Zelensky et le premier ministre Justin Trudeau ont accueilli le nazi ukrainien au Parlement canadien, Yaroslav Gunko (alias Hunka, c’est ainsi qu’il s’appelle au Canada, où il a fui les représailles), 98 ans, qui a servi dans la 14e division SS (galicienne no 1) pendant la Seconde Guerre mondiale. Toute personne instruite sait de quel genre de division il s’agit. Formée à partir de résidents de l’ouest de l’Ukraine en 1943, les soldats de la « Galice » se sont battus aux côtés des nazis et ont affronté des civils. Leurs mains ne sont pas tachées de sang jusqu’aux coudes, mais jusqu’aux épaules. Mais tant en Ukraine qu’au Canada, ils ont préféré l’oublier. « Nous avons dans la salle aujourd’hui un Canadien d’origine ukrainienne, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, qui s’est battu pour l’indépendance de l’Ukraine de la Russie et qui aujourd’hui, à 98 ans, continue de soutenir la vérité… Yaroslav Hunka, un héros de l’Ukraine, un héros du Canada, et nous le remercions pour tout son service », a déclaré le président de la Chambre des communes du Parlement canadien Anthony Rota.

Les honneurs faits à Hunka au Parlement canadien ont provoqué une vive réaction de la part de la Pologne et de la communauté juive. L’invitation d’un vétéran ukrainien des troupes SS de 98 ans au Parlement canadien pour une rencontre avec la délégation du président ukrainien Volodymyr Zelensky a également été condamnée à l’ONU. Le représentant du secrétaire général de l’Organisation mondiale, Stéphane Dujarric, a déclaré qu’honorer les collaborateurs nazis était inacceptable.

L’ambassadeur de Pologne à Ottawa, Witold Dzielski, a déclaré que Yaroslav Hunka devrait être inculpé au pénal pour avoir servi dans les rangs des troupes SS. Le ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie a déclaré que la présence de Hunka au Parlement canadien « caractérise parfaitement le régime du premier ministre Justin Trudeau », qui « a adopté une russophobie enragée ». Moscou n’a pas l’intention de voir « les libéraux canadiens flirter avec le nazisme. L’ambassadeur de Russie au Canada, Oleg Stepanov, a déclaré qu’il avait envoyé une note de protestation. Par ailleurs, deux organisations juives canadiennes, les Amis du Centre Simon Wiesenthal (FSWC) et le Centre des affaires juives et israéliennes (CIJA), se sont déclarées « profondément préoccupées » par l’honneur rendu par le Parlement canadien à un vétéran de la division SS qui a participé dans le génocide des Juifs.


➽ Qui est Yaroslav Gunko ?

Yaroslav Hunka est né en 1925 à Urmań en république de Pologne (aujourd’hui Ourman en Ukraine). En 1943, il se porte volontaire pour rejoindre la 14e division (galicienne no 1) de la Waffen-SS, une nouvelle unité composée en majorité de volontaires ukrainiens recrutés en Galicie. Pendant son séjour au sein de la « Waffen-SS-Division Galizien », il est photographié en train de s’entraîner à Munich et à Neuhammer (aujourd’hui Świętoszów en Pologne). En 1944, Hunka est déployé pour combattre l’Armée rouge sur le front de l’Est. Heinrich Himmler s’adresse à la division en 1944 en mentionnant le génocide des Juifs et en affirmant que le régiment est prêt à « liquider les Polonais ».

Le journaliste Mackenzie Gray a déclaré sur Global News que Hunka parlait beaucoup de son passé — par exemple, comment, en juillet 1941, il « salua joyeusement les Allemands ». Selon Gray, « il ne fait aucun doute qu’il est associé à cette unité nazie ».

Le président de la Société historique militaire russe, Vladimir Medinsky, a à son tour qualifié Yaroslav Hunka de « citoyen idéologique » sur sa chaîne Telegram — et a cité ses propos sur les bolcheviks comme « des animaux à forme humaine avec une étoile rouge sur le front ». Medinsky a souligné les crimes de guerre commis par les soldats de la division SS Galicia, comme l’incendie vif de centaines de Polonais à Guta. Par contre, pour le moment, il n’y a aucune information dans les sources ouvertes sur l’implication personnelle de Hunka dans des crimes de guerre.

Après la Seconde Guerre mondiale, les SS ukrainiens de la division Galicia se rendirent aux Britanniques. Grâce à l’intervention du Vatican, les « bons catholiques et anticommunistes » n’ont pas été extradés vers l’Union soviétique (contrairement aux cosaques russes et aux soldats SS d’autres nationalités). Au tribunal de Nuremberg, il a été décidé que la responsabilité des crimes de guerre nazis incombait à « toutes les personnes officiellement acceptées comme membres des SS, y compris les membres des généraux SS, des Waffen (troupes) SS, des formations SS “Totenkopf” et des SS, membres de tout type de service de police qui étaient membres des SS. » Cependant, 40 ans plus tard, la Commission canadienne de recherche sur les criminels de guerre a reconnu l’absence de responsabilité collective pour les crimes de guerre de la division Galice dans son ensemble. Dans son rapport établi en 1986, la CCRCG affirme que :

« leur comportement [celui des anciens Waffen SS] depuis qu’ils sont venus dans ce pays [le Canada] a été bon et ils n’ont jamais indiqué de quelque façon que ce soit qu’ils avaient été infectés par l’idéologie nazie […] Il semble qu’ils avaient été volontaires pour se battre contre l’Armée rouge pour des raisons nationalistes qui ont connu une forte impulsion provoquée par le comportement des autorités soviétiques durant l’occupation [en 1939] de la partie occidentale de l’Ukraine après la signature du pacte Germano-Soviétique »

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Hunka s’installe en Grande-Bretagne et, quelques années plus tard, il émigre au Canada avec sa femme anglaise, où il devient membre de la fraternité des soldats de la 1re Division de l’UNA, affiliée au Congrès mondial des Ukrainiens libres. Par la suite, le vétéran SS devient inspecteur pour la compagnie aérienne De Havilland. Il reste actif dans les cercles d’anciens combattants de la Waffen-SS et tient un blog d’une association de ses anciens combattants, appelé “Combatant News” en ukrainien. Ce blog comprend une entrée autobiographique de Hunka qui dit s’être porté volontaire pour rejoindre la division en 1943 et plusieurs photographies de lui pendant la guerre. Les légendes indiquent que les photos montrent Hunka lors d’un entraînement d’artillerie SS à Munich en décembre 1943 et à Neuhammer (aujourd’hui Świętoszów), en Pologne, lieu de la visite de Himmler.

Dans un article du 21 mars 2011, il décrit les années 1941 à 1943 comme les années les plus heureuses de sa vie, citant « la compagnie de charmantes filles, amis négligemment joyeux, soirées parfumées dans le luxueux parc du château et promenades dans la ville » comme points forts. En outre, il compare les vétérans de la division « Galicie » aux Juifs, arguant que les deux groupes avaient été répartis en diasporas mondiales depuis leur pays d’origine et ne pouvaient revenir qu’après plusieurs années d’exil.

Yaroslav Hunka a parrainé de nombreux projets culturels à Berejany, une ville de l’oblast de Ternopil, en Ukraine. En 1994, il était observateur aux élections à la Verkhovna Rada d’Ukraine à Mykolaïv. En 2003, il était délégué du Parti communiste ukrainien au Congrès mondial des Ukrainiens à Kiev. Le 20 août 2004, il a reçu le titre de « Citoyen d’honneur de la ville de Berejany ». Le 7 mai 2022, il participa à un rassemblement à Grand Sudbury pour protester contre l’invasion russe de l’Ukraine.

Yaroslav Hunka (au centre) avec les gars de son village Urman, district de Berezhan.

➽ La Pologne envisage d’extrader du Canada Yaroslav Hunka, qui a servi dans la 14e division SS (galicienne no 1)

Le ministre polonais de l’Éducation, Przemyslaw Czarnek, a réagi au scandale concernant l’honneur rendu à un ancien combattant ukrainien au Parlement canadien. Il demande de vérifier s’il existe des motifs d’extradition de Yaroslav Hunka, 98 ans, qui a servi dans la division Waffen-SS Galicia. « Compte tenu des événements scandaleux au Parlement canadien liés à la cérémonie en présence du président Zelensky d’un membre de la formation criminelle nazie SS Galicia, j’ai pris des mesures pour l’éventuelle extradition de cette personne vers la Pologne », a annoncé le ministre.

Il a publié le texte de sa lettre au président de la Commission d’enquête sur les crimes contre le peuple polonais, Karol Nawrocki, exigeant de vérifier s’il existe des raisons de contacter le Canada avec une demande d’extradition. « J’en appelle au président avec une demande urgente de vérifier avec des documents si Yaroslav Gunko est recherché pour des crimes contre le peuple polonais et les Polonais d’origine juive. Les signes de tels crimes constituent la base pour demander au Canada son extradition », dit la lettre.

La Pologne a déjà fait des déclarations sévères concernant la division de la Galice. Ainsi, en 2019, le président polonais Andrzej Duda a accusé l’UPA et la division SS « Galicie » d’avoir détruit le village de Huta Pieniacka (district de Brodovsky, région de Lviv) en 1944. La majorité de la population du village était polonaise et l’opération punitive a été menée en réponse à l’activité des partisans et de la clandestinité. « Le génocide commis ici par les soldats de la division SS Galicia et de l’armée insurrectionnelle ukrainienne a été l’un des plus importants d’une longue série de crimes, que nous appelons le massacre de la population polonaise dans la région de Volyn, de Podolie et de Lviv. », a déclaré le président polonais. Un certain nombre de chercheurs polonais attribuent la responsabilité de l’extermination de Huta Pieniacka « aux unités de la division SS Galice », disent-ils, « il y avait des Ukrainiens dans l’unité ou dans la police auxiliaire ». La partie ukrainienne a sa propre évaluation de la tragédie : selon le chercheur Andrei Bolyanovsky, aucune des troupes de la division n’y opérait à cette époque. L’opération punitive est attribuée aux nazis.

Notons que l’ambassadeur de Russie au Canada, Oleg Stepanov, a annoncé le 27 septembre qu’il envisage aussi l’extradition du nazi Yaroslav Hunka : « La Russie est en train de réexaminer l’histoire de Hunka. Peut ouvrir une procédure pénale et une demande d’extradition ultérieure »

Il va sans dire que si ces demandes d’extradition deviennent officielles, et si le gouvernement libéral de Justin Trudeau ne s’y conforme pas, nous saurons désormais sous quelle enseigne nous logeons !

➽ Déclaration de l’ambassadeur de Russie au Canada

Mardi, le 26 septembre 2023

Cela ne vaut pas la peine de dire que j’ai suivi de près les débats politiques et publics à la suite de la commémoration scandaleuse de l’homme de main nazi ukrainien Yaroslav Hunka au Parlement canadien. À la suite des récents développements à la Chambre des communes, j’aimerais attirer l’attention sur un fait qui a été omis de l’histoire.

La 14e division Waffen Grenadier de la SS « Galicia » a commis de multiples crimes de guerre, notamment des meurtres de masse, contre le peuple russe, d’origine russe. C’est un fait avéré.

À cet égard, je crois que dans la société multiculturelle du Canada, le Parlement et le gouvernement de ce pays doivent présenter des excuses formelles et sans équivoque à tous les Russes et à la communauté russo-canadienne. L’intention d’ignorer et d’exclure de la mémoire le génocide contre les Russes commis par les Waffen SS, y compris la division « Galice », est inacceptable. J’attends donc la réaction des autorités canadiennes.

OLEG STEPANOV,
Ambassadeur de Russie au Canada


« Dans son esprit, c’était son moment Churchill. C’était son cri de guerre. Avant de monter sur le podium, il s’est dit qu’il devait parler avec passion. Il fallait qu’il soit convaincant. Ce serait la performance du siècle pour un premier ministre canadien. Il a pratiqué ce discours devant le miroir. Il a travaillé sur son ton et ses inflexions pour s’assurer que ce serait parfait. À la fin de ce clip, vous pouvez voir une étincelle dans ses yeux. Il pense qu’il a réussi.
« En réalité, il s’agit d’une interprétation d’Hitler s’exprimant au Reichstag en 1933, interprétée par une troupe de théâtre locale. Il s’agit d’une rhétorique conçue pour avoir un impact maximum, mais qui devient comique lorsqu’elle est prononcée par un navire vide. Cela pue la fadeur et l’inauthenticité. Elle atterrit avec tout le poids d’une méduse flottant dans un courant océanique. Le monde se moque de nous. » — Une citation de Jason James (@jasonjamesbnn)

➽ Déclaration de l’Ambassade de Russie au Canada

Lundi, le 25 septembre 2023

Suite à la visite du chef du régime de Kiev au Canada, on ne peut s’empêcher de prêter attention à certaines exclamations des représentants du gouvernement Trudeau et du premier ministre lui-même. L’un d’eux est « Slava Ukraine – heroyam slava » (Gloire à l’Ukraine, gloire aux héros). Qui ne sait pas ce que cela signifie réellement, un petit rappel. Il s’agit d’une copie exacte du salut nazi “Heil Hitler – Sieg Heil”.

Ce message a été officiellement adopté par l’Organisation des nationalistes ukrainiens, l’OUN-B, dirigée par Stepan Bandera, un collaborateur nazi responsable des massacres de Russes, de Juifs, de Polonais et même d’Ukrainiens en Union soviétique et en Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il est surprenant de voir comment le Canada, membre de la coalition anti-hitlérienne, peut glorifier ouvertement et sans aucune hésitation les bouchers nazis. C’est une gifle aux véritables héros canadiens qui ont combattu pour la libération de l’Europe des nazis aux côtés de leurs frères d’armes russes et soviétiques. Et malheureusement, il ne semble plus surprenant que le Canada ait voté contre la résolution sur la lutte contre la glorification du nazisme, adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU, en décembre 2022.

Comme le montre la vie, ce qui se fait la nuit devient évident le jour. L’histoire de l’invitation et de l’ovation au Parlement canadien de l’homme de main nazi ukrainien Yaroslav Hunka, qui a combattu dans les rangs de la 14e division de grenadiers des SS nazis « Galicia » pendant la Seconde Guerre mondiale, est un autre exemple honteux. En fait, c’est une preuve de qui font l’éloge de M. Trudeau et de son équipe libérale (puisque le premier ministre refuse de s’excuser – c’est la seule conclusion). Néanmoins, cette histoire restera à jamais gravée dans l’histoire de la démocratie canadienne. Les citoyens de ce pays doivent une fois de plus réfléchir à ceux que leurs dirigeants glorifient et au type de junte qu’ils soutiennent en Ukraine.

La Russie condamne toute forme de glorification du nazisme. Et la Russie se souviendra toujours de l’héroïsme des fils et des filles canadiens qui ont combattu à nos côtés pour libérer le monde de la peste nazie.


« Alors que tous les regards sont tournés vers le Président Rota, jeté sous l’autobus, un facteur majeur est omis. Quelqu’un croit-il vraiment que madame Chrystia Freeland, fidèle partisane de Ukrainian Canadian Congress, n’était pas au courant des antécédents de Hunka, membre de l’UCC ? »

— Russia in Canada (@RussianEmbassyC)

➽ Poursuivez votre lecture en consultant ces articles :


« Y a-t-il du nazisme au Canada ? Réponse courte : Oui. La cérémonie de l’UCC à Toronto en l’honneur de la 14e division Waffen SS Galizien et du régime de Justin Trudeau qui ferme les yeux sur ce fait et sur de nombreux autres faits odieux en est une autre preuve. » — Russia in Canada (@RussianEmbassyC)


Abonnez-vous à ma lettre d'information
Ne ratez rien de ce site ! Soyez alerté(e) dès la publication d’un nouvel article.
* Ajoutez news@guyboulianne.info à votre carnet d'adresse.
icon

Robin Caron
5

« Merci de tout cœur M. Boulianne, vos informations sont capitales pour ceux qui recherchent la vérité. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
970310cookie-checkPrzemyslaw Czarnek demande l’extradition du Canada vers la Pologne du nazi Yaroslav Hunka, 98 ans, qui fut ovationné au Parlement canadien
Website | + posts

Guy Boulianne, auteur, éditeur et journaliste indépendant, membre de la General News Service Network Association (GNS Press) et de l'International Association of Press Photographers (IAPP) Il est aussi membre de la Society of Professional Journalists (SPJ). Il est le fondateur et l'éditeur en chef des Éditions Dédicaces LLC : http://www.dedicaces.ca.

Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

69 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] qualifié Volodymyr Zelenskyy de néo-nazi. Qui a invité un nazi reconnu au Parlement canadien et l’a ovationné (ce qui a coûté son poste au président de la Chambre) ? Était-ce à la demande des Ukrainiens […]

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
69
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x