“La conspiration des Nations Unies”, de l’auteur Robert W. Lee. — Bien qu’il soit très peu connu, cet ouvrage est pour le moins très important

😁 Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à faire un don à votre guise. Merci.

Récemment, j’ai fait l’acquisition de l’édition originale du livre de Robert W. Lee, intitulé “The United Nations Conspiracy” (La conspiration des Nations Unies). Il s’agit d’un superbe ouvrage relié de 282 pages (couverture rigide), agrémenté d’une belle jaquette illustrée, publié par la maison d’édition Western Islands en 1981. Bien qu’il soit très peu connu, cet ouvrage est pour le moins très important, de lecture agréable et bien structuré. Comme l’écrivent les éditeurs sur la quatrième de couverture : « Décrire des vaches autrefois sacrées en termes de symboles qui désignent un cadeau destiné à appauvrir le destinataire, un véhicule de subversion et un moyen de conduire calmement des victimes sans méfiance à leur abattage nécessite non seulement un certain courage, mais exige également que des arguments solides soient présentés pour chaque point. Nous pensons qu’après avoir lu “La Conspiration des Nations Unies”, vous conviendrez que l’auteur Robert W. Lee a développé ces symboles de manière à la fois approfondie et convaincante. »

À celles et ceux qui sont déçus par les performances des Nations Unies, ce livre apporte une réponse surprenante : les Nations Unies fonctionnent exactement comme prévu et atteignent les objectifs de ceux qui les ont conçues. Comment est-ce possible ? Après tout, au cours des sept décennies et demie d’existence de l’ONU, nous avons été témoins de guerres de plus en plus sanglantes et d’«actions policières», d’une instabilité croissante, d’une épidémie mondiale de terrorisme, d’une hostilité croissante envers nos idéaux et d’un déclin correspondant de notre influence. Comme le démontre l’auteur Robert W. Lee, cette apparente contradiction est une illusion. La Charte des Nations Unies n’est pas un instrument de paix, mais un modèle de guerre ; la fonction naturelle de l’ONU n’est pas d’apaiser les tensions mondiales, mais de les exacerber ; et plutôt qu’un cadre pour la liberté, c’est un harnais pour restreindre l’opposition à la tyrannie.

Dans “The United Nations Conspiracy” (La Conspiration des Nations Unies), vous découvrirez les puissances qui ont lancé les Nations Unies et qui les contrôlent encore aujourd’hui. Et, bien que vous puissiez encore être déçu par les performances de l’ONU, vous aurez la certitude qu’elles ne le sont pas.

Robert W. Lee est né et a grandi à Salt Lake City. Il est diplômé de l’université de l’Utah et a passé une douzaine d’années à Washington, D.C., principalement en tant que journaliste. Il a collaboré à la rédaction des magazines The Review of The News et American Opinion. Ses chroniques législatives, “From The Hopper” et “A Capital Report”, paraissent régulièrement dans The Review of The News. Il rédige également l’analyse des votes au Congrès, très populaire dans le magazine, “The Conservative Index” (l’indice conservateur). M. Lee s’est fait connaître au niveau national pour ses profils de personnalités politiques telles que les anciens sénateurs Frank Moss de l’Utah, Gale McGee du Wyoming, Thomas McIntyre du New Hampshire, Frank Church de l’Idaho, John Culver de l’Iowa, Birch Bayh de l’Indiana et George McGovern du Dakota du Sud. “The United Nations Conspiracy” était son premier livre.


➽ La préface de Robert W. Lee

Les Nations Unies sont en grande difficulté. Le peuple américain a enfin commencé à reconnaître l’organisation mondiale pour ce qu’elle est — une force pro-communiste conçue pour nous asservir dans un gouvernement mondial — plutôt que l’entité de maintien de la paix que ses défenseurs ont prétendu qu’elle était.

En 1959, le sondage Gallup indiquait que 87 % des Américains pensaient que l’ONU faisait du bon travail. Quatre ans plus tard, les sondages faisaient état d’un soutien de 80 %. Mais lors de la Journée de l’ONU, le 24 octobre 1970, Thomas Vail, membre de la Commission présidentielle pour l’observation du 25e anniversaire des Nations Unies, a déclaré devant un auditoire à Des Moines, dans l’Iowa : « La confiance du public dans la capacité de maintien de la paix de l’ONU est tombée de 80 % à 50 % ». En 1971, le Dr Gallup signalait une chute à 35 % et, en 1973, l’ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies, John Scali, se référait à un sondage indiquant que seulement 34 % des Américains pensaient que les Nations Unies accomplissaient un travail efficace. En janvier 1976, le sondage Gallup a révélé que le soutien à l’ONU était tombé à un niveau historiquement bas de 33 %, avec une majorité réelle des personnes interrogées (51 %) affirmant spécifiquement que l’ONU faisait un « mauvais travail ». Le 19 novembre 1980, le Dr Gallup a publié les résultats d’un autre sondage qui a révélé que « L’évaluation par le public de la performance des Nations Unies est tombée à son plus bas niveau depuis 35 ans. Actuellement, seuls trois Américains sur dix (31 %) estiment que les Nations Unies font du “bon travail” pour résoudre les problèmes auxquels elles ont dû faire face, tandis que 53 % pensent qu’elles font du “mauvais travail” ». Le Dr Gallup note ensuite que son sondage « a mesuré les attitudes du public à l’égard de l’ONU depuis sa création en 1945, en utilisant des questions appropriées à la situation internationale de l’époque. À aucun moment depuis lors, la satisfaction à l’égard des performances globales de l’organisation mondiale n’a été aussi faible qu’aujourd’hui ».

Cet antagonisme croissant à l’égard de l’ONU s’est reflété de bien d’autres manières. Par exemple, le nombre de visiteurs au siège de l’ONU à New York, qui dépassait le million en 1967, est tombé à 765 000 en 1972 et a encore chuté de treize pour cent en 1973. En 1975, un membre non identifié de la mission américaine auprès de l’ONU se lamentait : « … il y a même des membres du Congrès qui demandent que nous quittions complètement l’ONU… croyez-moi, ceux d’entre nous qui sont impliqués dans l’organisation et qui s’en préoccupent sont sacrément inquiets ». En mars de la même année, le sénateur Charles Percy déclarait : « La critique des Nations Unies n’a probablement jamais été aussi forte qu’aujourd’hui aux États-Unis », tandis que son collègue démocrate, le sénateur Dick Clark de l’Iowa, déclarait deux mois plus tard : « Il devient à la mode d’être contre les Nations Unies ». En novembre 1975, le sénateur Gale McGee a renforcé ces déclarations en affirmant : « Je n’ai jamais vu le sentiment anti-Nations Unies au sein du Congrès aussi fort au cours de mes 17 années en tant que sénateur américain. » En mai 1976, le secrétaire d’État adjoint aux affaires des organisations internationales, Samuel W. Lewis, a déclaré devant un auditoire à Milwaukee : « Les sondages montrent que l’opinion publique a récemment atteint un nouveau plancher en ce qui concerne les Nations Unies… ». Et de plus en plus d’Américains nous écrivent pour demander que les États-Unis quittent l’ONU « si elle ne s’amende pas ».

Au cours de la seule année 1977, au moins quinze projets de loi et résolutions ont été présentés à la Chambre des représentants et au Sénat pour limiter ou réduire les contributions des États-Unis à l’ONU ; un autre a exigé la destitution de l’ambassadeur de l’ONU Andrew Young. Entre-temps, les médias se montrent de plus en plus critiques à l’égard de l’ONU, beaucoup de ceux qui ont défendu l’organisation mondiale y regardent à deux fois, et d’autres qui l’ont tolérée à contrecœur en concluent que le moment est venu pour les États-Unis de s’en retirer. Ces symptômes de retrait sont encourageants, car ils signifient apparemment que nous nous rapprochons de plus en plus du jour où nous nous débarrasserons du singe de l’ONU. Comme le dit un éditorial de l’Arizona Republic :

À l’époque où les Nations unies étaient généralement considérées comme un forum respectable pour le maintien d’un semblant d’harmonie mondiale, la John Birch Society était pratiquement la seule à réclamer sur des panneaux d’affichage que les États-Unis « quittent les Nations Unies ».

Le temps et les événements semblent prouver que la Birch Society était peut-être tout simplement en avance sur son temps. L’ONU a perdu son statut de vache sacrée. Les membres du Congrès, l’homme de la rue et les médias se montrent de plus en plus hostiles à l’ONU.

Le temps est toujours du côté de la vérité. Aujourd’hui, l’ONU est de plus en plus considérée non pas comme une vache sacrée, mais plutôt comme une troïka composée d’un éléphant blanc, d’un cheval de Troie et d’une chèvre de Judas.

Les éléphants blancs sont de rares pachydermes albinos qui appartenaient traditionnellement aux rois siamois, qui les offraient ensuite aux courtisans qu’ils n’aimaient pas. Comme les éléphants blancs n’avaient pas le droit de travailler, qu’on ne pouvait s’en débarrasser sans offenser le roi et qu’ils avaient un appétit énorme, ils finissaient par réduire le courtisan à la ruine. Les Nations Unies, “cadeau” des fondateurs de notre pays, ont eu à peu près le même impact destructeur. Le déclin de notre honneur national, de notre influence et de notre indépendance depuis 1945 résulte en grande partie de la manière dont notre politique étrangère (et une grande partie de notre politique intérieure) a été modelée pour répondre aux spécifications des Nations Unies.

Le cheval de Troie était présenté comme une offrande de paix et de bonne volonté au peuple de Troie ; en réalité, il était chargé de guerriers athéniens déterminés à détruire Troie. La principale différence entre le cheval de Troie et l’ONU est que les Troyens ne savaient pas que le cheval contenait leurs ennemis ; l’ONU, en revanche, a été transportée à New York en sachant pertinemment que ses postes clés étaient contrôlés par des communistes et d’autres antiaméricains, et que l’immunité diplomatique offrirait à nos ennemis une base protégée pour leurs opérations à l’intérieur de nos frontières. Comme l’avait prévenu en 1971 le défunt directeur du FBI, J. Edgar Hoover :

Les services de renseignement de la Chine rouge aux États-Unis, comparés à ceux de la Russie soviétique, souffrent d’un handicap majeur : Pékin n’est pas membre des Nations Unies. Cela prive les Chinois rouges d’une base légale à partir de laquelle ils peuvent opérer des espionnages. Un pourcentage élevé de l’espionnage soviétique, par exemple, est effectué par des diplomates soviétiques affectés à la mission de l’URSS auprès des Nations Unies à New York.

Bien entendu, le “problème” de la reconnaissance de la Chine rouge par les Nations Unies a été résolu plus tard la même année, lorsque le président Richard Nixon et le secrétaire d’État Henry Kissinger ont réussi à faire entrer la Chine rouge dans l’organisation mondiale.

Les chèvres de Judas sont des animaux dressés pour conduire pacifiquement d’autres animaux à l’abattoir. Leur travail consiste à maintenir les victimes dans l’illusion quant à leur situation réelle jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour faire quoi que ce soit. De même, les propagandistes des Nations Unies ont constamment trompé le peuple américain sur la véritable nature de l’organisation mondiale. Ils laissent entendre qu’elle nous conduit sur le chemin de la paix alors que, comme nous le verrons, elle nous conduit sur le chemin d’un gouvernement mondial d’orientation marxiste. Cette tromperie est devenue une caractéristique si saillante du fonctionnement des Nations Unies qu’il est douteux que l’organisation puisse survivre sans elle. En fait, c’est en grande partie parce que les Américains s’aperçoivent enfin du subterfuge que l’ONU est aujourd’hui dans l’eau chaude.

Les chapitres suivants ont pour but d’accélérer la révélation de cette tromperie. de cette tromperie.



Pascal Chabot
5

« Respect pour votre excellent travail de vrai journaliste. Bravo et courage dans vos combats et encore merci de votre aide à éveiller les consciences. »

💛 😁 Vous avez apprécié cet article ? Je vous remercie de m’offrir un café. 😃 💛
VEUILLEZ NOTER : Les commentaires des lecteurs et lectrices peuvent être approuvés ou non, à ma seule discrétion et sans préavis. Merci de votre compréhension. — Guy Boulianne
1028570cookie-check“La conspiration des Nations Unies”, de l’auteur Robert W. Lee. — Bien qu’il soit très peu connu, cet ouvrage est pour le moins très important
Partager cet article sur les réseaux sociaux :
S’abonner
Notification pour
guest

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
paulassa

 l’ONU, dont le nombre de résolutions

lusstucru

Il y a beaucoup à dire sur les raisons d’être déçu par l’ONU, dont le nombre de résolutions votées contre Israël, en raison de la multiplication des pays musulmans qui y participent. La démographie; c’est le destin !

Traduire/Translate
Ce contenu est protégé ! Merci.
3
0
J'aimerais bien avoir votre avis concernant cet article. Veuillez laisser un commentaire.x